• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Norman's mum

Norman’s mum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 143 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 3 votes
    Norman's mum Norman’s mum 15 juin 17:29

    "Retour à la terre"

    C’est une attaque personnelle ??



  • 5 votes
    Norman's mum Norman’s mum 4 mai 14:12

    Je crois pouvoir affirmer que c’est un sujet sur lequel mon témoignage sera puisé à la source...si je ramène ma fraise sur un article consacré à la lutte contre la cellulite il s’avérera d’une moindre pertinence...

    Tout d’abord...une forme de vie "après" la mort je ne sais pas, une forme de vie "pendant" la mort je sais...je peux dire une chose, c’est long...j’ai en outre la contrariété de me coltiner une dépouille dans un état moyen, comme vous pouvez le constater, et ce en dépit des "soins" apportés à mon être par un certain vaurien, un incapable, un dépravé, un matricide...

    Ce fluet et sinistre personnage s’est lancé dans une nouvelle guerre, l’ennemi n’est plus la poussière sur ses oiseaux empaillés qu’il chasse au plumeau, mais un ennemi invisible, dit-il, qu’il combat en brassant du vent...

    Parfois il se couvre de plumes et reste immobile de longues heures, posé sur une étagère avec un regard inexpressif...il m’explique que face à un ennemi invisible il se rend lui-même invisible, en l’espèce il se pare de la tenue de camouflage d’oiseau empaillé...et oui, j’ai donné la vie à une créature qui allait prendre la mienne, et par dessus le marché il est bête à bouffer du foin...

    Il s’est dégoté un acolyte de bac à sable, pourtant un monsieur d’un âge avancé, un certain Cline Tistevoude...lui aussi se prend pour un héros de guerre, alors que son seul fait d’arme c’est d’avoir réussi à s’évader de l’Ehpad où ce sénile allait s’éteindre dans l’anonymat, peut-être aidé par une perfusion spéculative et de plan d’occupation des lits...

    Pour en revenir au sujet, ben la vie pendant la mort ce n’est guère différent de celui qui est mort pendant sa vie...oui, c’est une phrase à méditer...moi j’ai toute la mort pour réfléchir et philosopher...il vaut mieux vivre de son vivant, c’est la leçon de vie que j’ai le privilège de creuser durant mon cheminement, mon errance entre l’être et le néant, de cohabitation entre vie et mort...

    Celui qui disait "l’enfer c’est les autres" était peut-être dans le vrai, moi avec la promiscuité de l’autre vaurien, incapable, dépravé, matricide, je me permets de rectifier en "l’enfer c’est l’autre"...



  • 5 votes
    Norman's mum Norman’s mum 21 février 11:18

    Parfois je me dis qu’il vaudrait mieux que je reste recluse dans ma lugubre cave plutôt que de m’adonner à ces furtives cavales durant lesquelles la fatalité me place invariablement devant un écran de télé et les nouvelles du monde...

    Là je suis sidérée, scandalisée, choquée, révoltée, traumatisée, anéantie, et je pèse mes mots...

    Un matricide !!!!!

    Ce Tobias balance le potage sur des kurdes...on ne dira plus que les plus kurdes sont les meilleurs...bref, ensuite il fait quoi, le Tobias.. ? il rentre chez lui pour tirer sa révérence...façon "enfant de la balle"...pourquoi pas, c’est un choix respectable...il a fait du grabuge et il sort la grande faucheuse en joker final pour se soustraire à ses responsabilités...il a le droit de garder le silence, même éternellement...

    Sauf que...au lieu de s’éclipser dignement il ne peut pas s’empêcher de liquider sa pauvre mère...certainement par bienveillance, pour lui éviter de porter le fardeau d’un trop vif chagrin...il a vu en images subliminales sa daronne en larmes devant son cercueil alors il s’est dit "allez hop, la vieille, je vais t’épargner cette douleur"...une balle dans le caisson et c’est réglé, c’est plus parlant que le collier de nouilles pour la fête des mères...

    Ce rustre est dans la lignée d’un Dupont de Ligonnès qui massacre sa famille mais n’oublie pas d’occire le chien...c’est comme le type qui finit de pisser et secoue sa zigounette pour éjecter la petite gouttelette finale...

    C’est dégueulasse...une mère on n’en a qu’une, alors que des kurdes il y en a à foison...et y en a que pour eux...des kurdes...franchement...le matricide parfaitement caractérisé n’est même pas un dégât collatéral...c’est moins qu’un chien écrasé ou abattu...à peine un détail mentionné par des lèvres dédaigneuses...

    Par conséquent j’appelle à la rébellion, à la guerre préventive face à cette plaie purulente qui sème les cadavres maternels ensevelis sous les pelletées d’indifférence...j’annonce la création de l’Ordre National "Monique Courjault", un lobby de lutte contre les matricides qui vise à imposer une impunité totale en faveur des mères auteurs d’infanticides, que ce soit par congélation ou tout autre moyen...ce n’est que de la légitime défense par anticipation, point barre. 



  • 5 votes
    Norman's mum Norman’s mum 18 janvier 11:51

    Je préviens : cela fait plus de deux mois que je moisis dans une cave, ligotée sur un rocking-chair...même pas un miroir en face pour me voir et avoir pitié de moi...alors ce message va moins sentir la rose que le renfermé...adeptes de la poésie, des trucs fleur bleue, passez votre chemin et ne venez pas chouiner après...vu.. ?

    Le féminisme...qu’on vienne pas me battre les escalopes (ou ce qu’il en reste) avec ces conneries...avant la décrépitude j’étais une femme distinguée, élégante...on me donnait du "Lady Bates" dans les soirées chics...bon, la nuit c’était plutôt "écarte, salope.. !" ou "bouffe là, sale chienne.. !" mais il faut être un peu caméléon, s’adapter aux circonstances...

    Quand je vois les femelles actuelles...celles par exemple qui viennent roucouler des mots indécents à l’oreille de mon vaurien, mon incapable, mon dépravé, mon matricide de fils je ne discute plus...l’état de mort clinique m’a rendue revêche, réfractaire aux palabres stériles...alors je tranche dans le vif, je charcute, je dissèque, je laboure, j’éviscère, je touille pour voir ce que la pécheresse a dans le ventre...la délurée qui voulait découvrir ce que le freluquet a dans le caleçon termine avec les tripes en guirlande de Noël...

    Quoi ? complexe d’œdipe inversé.. ? pulsion vengeresse après un matricide au space cake farci de strychnine.. ? 

    Peut-être...je me complais à voir le vaurien changer chaque jour les draps des chambres du motel entre deux clients qui ne viennent jamais...il passe le plumeau avant que la poussière n’ait le temps de se poser...c’est devenu un Nafissatou version blanche et svelte...bientôt il va se carrer le plumeau dans le cul pour faire autre chose pendant qu’il dépoussière, ce dépravé...il est plus proche de finir sur la scène d’un cabaret de Pigalle qu’à la tête d’un Hilton...

    Il paraît qu’il y a du grabuge en ce moment avec la réforme des retraites...elles sont où les féministes qui manifestent pour moi.. ? il est où mon régime spécial si ce n’est le plat quotidien d’asticots.. ? hein.. !!?? 

    Elles ne pensent qu’à elles, ces salopes ! "je veux un corps de déménageur, je veux jouir sans entrave, je veux mon mec docile, je veux ma maison, je veux mon bébé etc..."

    Il pue, ton corps, il pue, ton mec, il pue, ton bébé, connasse.. !

    Quoi.. ? le bébé n’y peut rien.. ? m’en fous, il pue quand même.. !!

    J’en termine là...ah je me sens mieux...c’est bénéfique de sortir ce qu’on a dans le ventre, en fin de compte...



  • 3 votes
    Norman's mum Norman’s mum 14 novembre 2019 12:11

    @Drugar

    Comme je vous comprends ! et comme je suis ravie de ne plus être la seule à avoir une vision contrastée sur l’humour supposé de ce vaurien, cet incapable, ce dépravé, ce matricide innommable qui farcit de strychnine un cake offert à sa pauvre mère comme on glisse un coussin péteur sous le séant d’un camarade...
    Ce sinistre énergumène se permet de déverser son fiel putride sur l’accouchement, c’est oublier les souffrances qu’il m’a fait endurer ce jour là, transformant l’heureux événement en inoubliable et lancinante torture...
    Sciemment ! je viens, je viens pas, je m’avance, je recule, il a labouré toute ma tuyauterie vaginale pendant d’interminables heures...c’était l’acte fondateur de ses instincts maléfiques avant l’apogée de la strychnine, sans oublier l’indélicatesse de m’arracher de mon repos éternel pour me taxidermiser comme l’un de ses vulgaires oiseaux...
    Et me voila en errance dans ce no âme’s land, n’ayant en guise de spectacle imposé que les turpitudes de cette créature monstrueuse à qui j’ai donné la vie avant qu’elle ne m’enlève la mienne...
    Alors merci pour cet éclair de lucidité, ce baume d’empathie...j’en ai les os de poule, et je ressens en mon poitrail creux une brise chaleureuse sur les cendres de mon cœur infirme...

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité