• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Norman's mum

Norman’s mum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 133 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 4 votes
    Norman's mum Norman’s mum 17 juillet 13:13

    C’est non sans une certaine appréhension que je livre ici, pour la première fois, mon témoignage, sachant bien qu’une horde d’escrocs, de racailles, avec au premier rang un vaurien, un incapable, un dépravé, un matricide qui m’est bien familier et familial, va tourner en dérision mes innocentes confidences...

    Je suis une surdouée. Une surdouée incomprise et non détectée, la faute à la fatalité.

    Mais jugez plutôt ces éléments factuels : j’ai commencé à me frotter la vulve dès l’âge de 8 ans, démangeaisons anodines qui allaient me faire découvrir un univers chatoyant aux mille délices. Bien évidemment le corps enseignant me jugeât impudique et je fus expédiée au couvent où, deuxième signe, sœur Marguerite me confirmât mon statut de surdouée...je dispose encore du certificat qu’elle me délivrât de ses doigts de fée, oh mon Dieu, encooooooore... ! je peux montrer le bout de Sopalin imprégné de cyprine séchée à qui veut le voir, voire le sentir...

    Très jeune je fus attirée par les combats de catchs, je misais sur mes petits poulains, tout émoustillée par ces carrures athlétiques dont les ruades me faisaient vibrer de plaisir...n’est-ce pas un autre signe.. ?

    Tout comme je pourrais, pour éliminer définitivement tous les doutes, recenser certaines juvéniles fréquentations, telle Monique Blasmard, qui deviendra célèbre en accouchant de quadruplés pendant un saut en parachute...

    Hélas, je fus une surdouée mal entourée, une perle rare noyée dans une cuvette sanitaire...vous connaissez la suite, un mariage funèbre suivi d’un enfantement fatal, ma mort sous le joug d’un abject matricide, recluse au fond d’une cave humide où mes ossements s’effritent sous les assauts des asticots...

    Nonobstant je garde la pêche, je ne me laisse pas abattre, comme on disait dans la famille Kennedy...



  • 4 votes
    Norman's mum Norman’s mum 27 juin 13:19

    Ceci dit, les projecteurs sont braqués sur cette innocente fatma alors que d’autres homicides restent sous silence...

    Un matricide commis par un incapable, un vaurien, un dépravé, par exemple...j’imagine que c’est pas drôle de se prendre une balle en pleine tronche, mais un space cake à la strychnine n’est pas non plus propice à vous transporter vers des humeurs joviales...

    Et là, personne pour en parler, personne pour s’indigner, personne pour se poser des questions alors qu’il y a bien davantage que des "éléments troublants"...mes viscères et mon système nerveux ne sont plus là pour témoigner, mais ma mémoire, elle, reste vaillante.. !

    Peut-être devais-je également porter un fichu et être affublée d’un prénom de martien pour qu’on se souvienne de moi...



  • 5 votes
    Norman's mum Norman’s mum 27 juin 13:08

    Une dégaine de Belphégor qui apparaît à une fenêtre, un flic armé un peu émotif, la combinaison est potentiellement explosive...



  • 6 votes
    Norman's mum Norman’s mum 10 mai 11:47

    Avant que la discussion ne dérape je viens apporter un minimum de clarté et de précision...

    Le sujet concerne l’assimilation d’un avocat avec son client.. ? 

    Bon, je ne vais pas rappeler que je connais l’avocat en question, ou plus exactement je l’ai furtivement aperçu lors de l’accouchement...c’est la créature visqueuse qui s’est éclipsée de la table de travail et de la maternité à la vitesse de l’éclair pendant que son jumeau, hélas, l’incapable, le vaurien, le dépravé, le matricide est resté bien au chaud en mijotant déjà ses sombres projets meurtriers...

    Qui va faire une assimilation entre une mère et son fils porté durant neuf mois avec de la fuite dans les idées.. ? et pire, avec l’autre, le psychotique, le siphonné, le porteur de perruque et de robe pour feinter l’assimilation avec sa mère.. ? ou entre les deux, le fuyard et le timbré.. ? c’est dire que l’un et l’autre c’est la même personne, et qu’au final l’autre peut absorber mentalement l’un et qu’en définitive mon existence ne serait que virtuelle dans l’esprit ravagé par un coup de grisou du matricide, et si je n’existe pas ça veut dire que...ah mince, ça devient flippant ce truc...



  • 2 votes
    Norman's mum Norman’s mum 18 avril 12:06

    @PumTchak

    Je ne suis, pour une fois, pas en désaccord frontal avec mon vaurien, mon incapable, mon dépravé, mon matricide de fils...
    Si la sidération et la peine sont compréhensibles il y a néanmoins une hiérarchie émotionnelle que je peine à saisir entre un drame strictement matériel, dont je ne mésestime nullement la portée symbolique, et la somme des souffrances humaines recouvertes des cendres, célestes et fumantes, de l’indifférence entre deux brasiers d’incantations électoralistes aussi crédibles que la logorrhée d’un vendeur d’aspirateurs...
    Toute cette ferveur autour d’un édifice pieux me paraît pour le moins en contradiction avec l’essence bien plus noble des textes sacrés où ce n’est pas la parure qui était au centre des préoccupations...

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès