• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

romrom

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    romrom 20 novembre 00:54

    Le président de Sud Radio est un peu trop catégorique. Participer à une manif (une seule ?) ne met pas à l’abri des surinterprétations.

    Je laisse ici un commentaire, apparemment modéré, à propos du dernier "texte" de Michel Onfray sur la dernière manif des gilets-jaunes. Ça me semble à propos.

    Une fois de plus, Michel Onfray écrit rigoureusement n’importe quoi et se contente d’avoir « une pensée pour les gilets-jaunes des ronds-points » alors même qu’il ne connaît strictement rien de leurs pratiques, c’est-à-dire de leur quotidien « militant » réel, « tangible » tous les samedis, si ce n’est bien sûr par écran ou personne interposé. Entre les lignes de ce texte on découvre un « bourgeois millionnaire » (le terme « bourgeois » qualifiant ici à la fois celui qui pense bassement et celui qui est matériellement à l’abri), commentant le mouvement des gilets-jaunes depuis son petit meublé à la Martinique ou sur n’importe quel plateau télé, alors même qu’il n’a jamais mis les pieds dans une manifestation ni sur aucun rond-point « en jaune » de France ou de Navarre. Qui plus est en donnant des leçons de lucidité, de tactique ou de savoir-militant à la France entière. N’en jetez plus !


    Les « BlacksBlocks » sont peut-être des « connards » profiteurs et néfastes ou des « abrutis de gauchistes », du moins certains d’entre eux on en conviendra, mais lorsqu’on est sur le « terrain », ou dans le « Réel » pour reprendre l’antienne de Michel Onfray, on en voit assez régulièrement venir en aide aux plus faibles dans les manifs, distribuer des dosettes de sérum physiologique pour se protéger du gaz lacrymogène et autres actions altruistes, évidentes, essentielles, qui valent bien quelques discours, sans parler de l’aide matériel en dehors du ramdam médiatique. Ce n’est peut-être pas grand chose pour les philosophes au dessus de la mêlée, mais cela tranche assez nettement avec ce qu’on entend dire d’eux dans les médias : autant de commentaires plutôt mal informés ou directement orientés idéologiquement qu’Onfray reprend à son compte tout en raillant les médias dominants.


    Bref, « matériellement, », « dans le réel » « sur un plan d’immanence », « à l’évidence », « en vérité » (sic !), certains « en noir » font beaucoup plus et mieux que Michel Onfray depuis l’année dernière, lequel surnage sérieusement dans l’éther, c’est-à-dire dans l’Idée... Descends de ta tour mon gars ! Sur le chemin, hors des sentiers battus « pixelisés » donc, tu découvriras, concernant les flics infiltrés, les RGs ou les baqueux déguisés, qu’au contraire de ce que racontent tous les génies derrière leur écran (tu es du sérail, non ?), ils ne prennent jamais les devants pour casser les vitrines ou caillasser les CRS. Ils sont assurément endimanchés en « Black-block » ou grimés en « gilet-jaune » pour mieux repérer les petits groupes organisés et les personnes à chopper, voire essayer de circonscrire et orienter les manifs, mais ils ne sont pas très doués et se font régulièrement repérer... La vidéo à laquelle fait référence le « philosophe-qui-n’a-jamais-participé-à-aucune-manif » est de ce point de vue tout à fait banale. Les commentaires et les rumeurs qui vont avec aussi...


    Par ailleurs il faudrait lui expliquer (pourquoi pas grâce à un genre de reconstitution in situ... avis aux amateurs) qu’un journaliste qui filme et un flic ou un CRS aux aguets ou qui essaye de chopper quelqu’un, ce n’est pas du tout la même chose... Ça se voit, ça se sent et ça s’évite différemment si besoin... Ces choses là sont nettement plus claires sur place que devant BFM-TV... Les allusions d’Onfray, devant sa télé, du genre « Bizarre, bizarre » concernant les flics qui « laisseraient-faire-délibérément-pour-favoriser-le-chaos-bénéfique-à-Macron », qui « pourraient-intervenir-à-temps-puisque-les-journalistes-sont-bien-capables-de-filmer-les-méchants » ou qui participeraient activement à la casse afin de « décrédibiliser le mouvement » (la ritournelle de ceux qui n’ont décidément besoin de personne pour se décrédibiliser eux-mêmes...) sont tellement bêtes qu’on en reste bouche-bée quelques longues minutes... Même les flics se questionnent...


    Et le type se dit sidéré ! Oh my god ! Faut-il argumenter plus loin ? Ce sont rigoureusement des mots, des trucs de politicard... Mais un vrai bon gros politicard ! Un authentique ! Du genre qui dit n’importe quoi tant que ça claque ! Du genre qui confond le « réel » avec ses fantasmes le moment même où il dit, en se la pétant et en crétinisant tout le monde, qu’il ne faut pas confondre le réel avec ses fantasmes... Du genre qui veut se faire voir, qui veut se faire élire ou qui a un truc à vendre. Michel ! Pourquoi ?! Je ne sais pas trop sur qui cela fait effet mais ces phrases révèlent une seule chose avec certitude : Michel Onfray ne sait pas de quoi il parle. Une fois de plus... Comme n’importe quel journaliste ou éditocrate dont il se dit pourtant l’opposé... La question reste entière de savoir qui est réellement néfaste ou utile aux gilets-jaunes et aux revendications qu’ils portent...


    Le philosophe de la « raison gourmande », bon cuisinier à ce qu’il paraît, serait à mon avis plutôt bienvenu d’utiliser ses fourneaux pour confectionner quelques tartes ou gâteaux et venir les manger avec nous sur nos ronds-points (du moins ceux qui tiennent encore). Tu pourrais alimenter la lutte mon gars ! Faire quelque chose d’un peu plus « libertaire »... Par « capillarité »... Le « ventre des philosophes » qu’y disait !... On pourrait partager un petit moment de convivialité, « en vérité », « matériellement », « dans le réel », « sur un plan d’immanence », et commencer à « inventer concrètement des nouvelles possibilité d’existence ». C’est petit, certes, mais çà nous changerait des lointains discours, et il faut bien commencer quelque part, hein Michel ! A 60 ans passé, toi le libertaire, toi l’anarchiste ! Il n’est jamais trop tard. Mais ça semble très mal barré...

Les thèmes de l'auteur






Palmarès