• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

zenon

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    zenon 23 novembre 2010 16:17

    Scipion n’a pas tord.

    Platon est un idéologue des Idées, pures et éternelles, comme le Bien, le Beau, le Juste, pour lui ce sont ces idées qui sont "réelles" et non l’existence terrestre. C’est se qu’on trouve en dehors de la Caverne, et le Soleil est l’idée de Bien absolu.

     Platon abhorre le corps, la politique, la démocratie, les seuls "bons" gouvernants ne peuvent être que des philosophes selon lui. Ils doivent pouvoir diriger la Cité à partir de 60 ans après 40 ans d’études... bonjour le dynamisme ! Noble et riche athénien, il voit d’un mauvais oeil tout idée d’égalité des citoyens, il prône la propagande religieuse pour faire accepter les différence essentielles fondées sur les capacités intellectuelle, bonjour le modèle politique !

    De son temps déjà d’autres penseurs l’avaient critiqué vertement pour cet extrémisme des idées. Isocrate son concurrent (il avait monté une école concurrente de l’Académie), et surtout Aristote remettent très vite en question Platon.

    Platon et son personnage Socrate, on eu un immense succès au cours du Moyen Age car il annonce le repli chrétien sur la vie spirituelle et le dédain pour la vie terrestre. Pour Platon déjà on meurt pour quitter sa prison de chair et découvrir la "vraie" liberté.

    Pour l’Allégorie de la Caverne, et non "mythe" de la caverne comme on lit souvent, il faut savoir que c’est la version métaphorique de la présentation que fait Platon du rôle du philosophe. En gros si vous prenez la République, les 80 pages qui précédent l’allégorie de la Caverne expliquent exactement la même chose, mais de façon plus technique : pourquoi les sens nous trompent, pourquoi le philosophe est seul capable de voir les "Idées" vraies, etc...

    L’allégorie, c’est un peu une petite histoire qu’on raconte pour synthétiser et marquer les esprits peu attentifs au discours précédent.

    Heureusement qu’on ne s’est pas arrêté à Platon, sinon la vision que nous aurions de la vérité serait bien pauvre...
    Nietzsche, Heidegger, Foucault, Deleuze... sont des auteurs peut-être plus en phase avec notre époque et la version du problème de la vérité qui est la notre.

    Un dernier point : en Grec vérité se dit Aletheia, et non Veritas comme en latin, le premier signifie "dévoilement" éphémère, le second vérité judiciaire. Pensez bien à la différence de signification des deux termes avant de penser pouvoir appliquer les réflexions platoniciennes à nos enjeux contemporains.

    Je trouve la vidéo courte, et à l’américaine, simplificatrice à outrance, voire falsificatrice.
    Je ne vois pas un appel à la réflexion mais plutôt une sorte de pirouette dans le mode
    "on nous cache la vérité et en plus quand vous dîtes cette "vérité" on vous regarde de travers"
    ... consternant ?



  • 4 votes
    zenon 13 avril 2010 12:57

    Je me pose la question :
    gouverne t on vraiment un pays lorsqu’on soulève un tel vent de haine et de mépris à la simple évocation de son nom ? peut on mener une quelconque politique ?
    Si la droite se fait remuante contre son chef, si Luc Ferry se sent capable de dire "les mesures débiles du gouvernement", c’est qu’elle sent que finalement 2012 ce sera vraiment difficile avec Sarkozy en tête d’affiche... voir impossible.
    Sarkozy va t il réussir à être aussi impopulaire que Bush à la fin de son second mandat ?



  • 1 vote
    zenon 13 avril 2010 12:00

     début de la vidéo 2
    00.53 :Naulleau : "En réalité vous essayez de sortir du rang, de vous construire un destin présidentiel en stigmatisant un communauté "[...] "C’est un symbole que vous vous êtes choisi c’est démagogiquement parlant |votre lutte contre la burqua], surtout pour une partie de la population"
    ce qui signifie :
    1) vous êtes un cynique qui n’agit que par calcul
    2) vous chassez sur les terres du FN (construire un réservoir de voix en cas d’élection au second scrutin à deux tours est vital pour tout candidat d’un système, soit on creuse le réservoir au centre, soit à l’extrême, Naulleau accuse Copé d’avoir fait son choix.Pas étonnant que lui et Sarkozy se retrouvent, c’est que notre président a fait en 2007)

    Intervention de Ruquier "pas si sur" [que ce soit payant comme calcul], lui représente la gauche, et évidement en creusant un réservoir à l’extrême droite on perd les centristes et les personnes de gauche.

    Réponse à 1:26 de Copé au 2 points de Naulleau en 3 temps :
    1) " je voulais vous dire.. Monsieur... Naulleau, puisque souvent je vous suis, j’ai remarqué ça et la encore j’y ai droit, mais après tout ce sont les lois de votre genre." (réplique joliment tournée préparée avant l’émission pour se laisser le temps de réfléchir à la suite)
    et ensuite un coup de pathos pour enfumer le passant - et faire oublier un peu l’argumentaire adverse, quelques secondes de gagnées sur la mémoire immédiate ce n’est pas rien : moi être comme toi téléspectateur ami-électeur, moi regarder TV dans salon samedi soir et je suis une victime du méchant journaliste qui me pose des méchantes questions

    Et maintenant une perle politique en négatif :

    2) Il y a un côté extraordinairement méprisant pour le combat que mène les hommes politiques [...]
    [sophisme : naulleau l’a attaqué lui, pas les autres politiques, il fait dire à Naulleau : vous détruisez la crédibilité des politiques en nous traitant de cyniques, c’est vous le populiste pas moi] 1:56 :Penser que l’on mène des combats de conviction uniquement par calcul personnel est vraiment extraordinairement réducteur moi j’assume mon ambition,ça n’a de sens que si on croit profondément que c’est bon pour notre pays. 

    Puis :

    3) Je n’accepte pas que l’on dise que c’est JUSTE pour stigmatiser une communauté[...]je travaille avec des musulmans toute la journée..."

    Regardez à nouveau la vidéo, écoutez bien, à aucun moment il ne nie expressément et entièrement le fait que cela soit fait aussi pour stigmatise une communauté, il dit JUSTE que ce n’est pas QUE pour cela... S’il avait un peu plus fait attention à ce qu’il disait, il aurait commencé par dire "Ce n’est pas pour stigmatiser", négation franche et définitive, mais ce n’est pas ce qu’il fait. Erreur ou calcul ?
    Je penche pour la précipitation et l’erreur, mais je trouve que le journaliste a raison, c’est par calcul politique qu’il ne lâche par la burka.
    Asséner ce discours angéliste sur l’action politique est désastreux à la longue, car, pour faire triompher ses idées, ses convictions, on est obligé, dans notre système électoral et médiatique d’agir en calculant et en travestissant une partie de ses pensées. Dire le contraire c’est prendre les citoyens pour des imbéciles qu’ils ne sont pas.



  • 1 vote
    zenon 12 janvier 2010 22:33

    Vous venez comparer Céline et Ellroy et vous vous trouvez malin ?
    Vous mettez le conservatisme et l’antisémitisme sur le même pied et vous pensez être intelligent ?



  • 5 votes
    zenon 12 janvier 2010 21:19

    Ceux viennent cracher sur cet écrivain en le traitant de "gros con" prouvent 2 choses :

    - ils ont la subtilité d’une huitre, vous ne voyez pas le second degré ? vous ne voyez pas qu’il joue avec l’image de l’américain ? non ? lisez un peu plus et creusez un peu plus, ça vous aidera

    - il est républicain ? il le dit, c’est un crime ? Personne n’a le droit de ne pas être de votre avis ? si on ne pense pas comme vous on est un "gros con" ? au secours !! votre conception de la démocratie est à pleurer.

    Un écrivain est un artiste, il joue avec les mots, vous ne faites que les cracher sans nuance

Les thèmes de l'auteur






Palmarès