• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de poetiste

sur Dieudonné soutient la chèvre "biquette" pour 2012


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

poetiste 22 janvier 2011 11:40

Moutons

Le droit de rire, dernière politesse du désespoir devant l’imbécillité politique, est-ce vraiment la dernière revendication dont nous puissions espérer quelque chose ?

 Mais qu’y a-t-il derrière le rire ? Rien ? Alors il y a aussi le tout car il faut savoir que toute la création est sortie de rien. Il faut tout réinventer, ça ne va pas être de la tarte !

Il existe un appareil nettoyeur dont je ne citerai pas la marque ; quelqu’un aurait préconisé son usage à l’endroit des banlieues. Résultat : néant, malgré une autosatisfaction affichée devant les médias.

Quand on n’a plus que l’obsession de la répression régression comme culture politique, ou on est devenu complètement indigent, ou on cache des actions souterraines pour favoriser les gros pleins de sous.

Il y a rien et rien ; notre rien à nous est plein d’avenir, pas de promesses fallacieuses. Il faut faire de ce rien du carrément nouveau. Nous bousculerons les idées figées. On n’avance pas avec des idées fixes rivées à la pensée unique.

Je propose de bêler comme des bêtes dans tous les discours politiques pour montrer à tous ces ectoplasmes qui ont des velléités de pouvoir que nous ne sommes pas encore complètement anéantis. Comprendront-ils la choucroute dans laquelle ils pédalent tous ?

Chèvres et moutons ; bêlons avec force car les politiques sont devenus sourds à force de se la jouer au « m’as-tu vu avec mon programme qui ne change rien sauf pour moi ». Stop à l’onanisme politique !

Bonne idée, Dieudonné ! On va leur faire passer leurs phobies des solutions alternatives intelligentes. On va les empêcher de prétendre éradiquer la pauvreté en éradiquant les pauvres, ces obscurantistes de la société de consommation. On va leur demander de revoir leur copie sur la loi loppsi 2, cette injure à l’intelligence et au partage.

Bêlons, mais bêlons très fort, qu’ils en restent bouche bée.

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès