• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de ezechiel

sur "L'Etat islamique a-t-il été vaincu ?"


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ezechiel 1er avril 09:56

@Saladin "Si ce que vous disiez été vrai, pourquoi l’Espagne ne s’est jamais plaint de la grande civilisation arabo-islamique ?"

Comment ça ne s’est jamais plaint ? Les arabo-musulmans ont été expulsés d’Espagne manu militari !
En Espagne, les conquêtes islamiques se sont accompagnées de violences, pillages, destructions de villages et villes, réduction de population en esclavage, et ségrégation des communautés locales chrétiennes et juives vaincues soumises au statut juridique de dhimmi, des citoyens de seconde zone, aux droits inférieurs à ceux des Musulmans.
Si l’Islam est si pacifique et tolérant envers les minorités religieuses comme veut nous le faire croire Abdallah Dliouah, alors pourquoi la Grande Mosquée de Cordoue a-t-elle été construite en détruisant la Basilique et le monastère de Saint-Vincent, et pourquoi toutes les autres Églises de la cité furent-elles détruites ? Où est la tolérance en Islam, censée préserver les lieux de culte chrétiens ?

Extrait de l’ouvrage de Darío Fernández-Morera afin de donner un aperçu de la « tolérance islamique » :
« Dans la jurisprudence malékite, une esclave sexuelle achetée sur une place de marché, ou capturée dans un raid guerrier, ayant des rapports sexuels avec son maître, devient son esclave sexuelle, une « jariya » (ou djariya, une concubine).
Sous la dynastie Omeyyades, Al-Andalous est devenu un centre de commerce et d’échanges d’esclaves : jeunes femmes esclaves sexuelles, même quelquefois âgée de 11 ans, enfants mâles castrés pour devenir des eunuques dans les harems, enfants mâles capturés et entrainés dans des campements pour devenir des esclaves guerriers, enfants utilisés comme jouets sexuels par les puissants (comme le calife Abd-Al-Rahman III qui était « amoureux » d’un enfant Chrétien capturé nommé Pelayo : refusant les avances sexuelles du Calife, Pelayo a alors été torturé, martyrisé et tué), hommes utilisés comme serviteurs ou travailleurs pour tout usage concevable, les êtres humains de tout âge et race étaient achetés et vendus.

Le prix d’un esclave dépendait de son âge, de son sexe, de sa race, et de ses capacités. Les esclaves blanches, en particulier les blondes, souvent capturées dans des raids menés sur les terres chrétiennes, étaient les plus recherchées. En 912, pendant le règne de l’âge d’or du Califat Omeyyades de Cordoue, le prix d’un esclave mâle noir était de 200 dirhams (pièces) d’argent. Une fille noire de Nubie étaient vendue pour 300 dinars d’or. Une femme blanche sans éducation coûtait 1 000 dinars d’or. Une femme blanche capable de chanter, valait 14 000 dinars.
La cour du Calife Abd-Al-Rahman III comptait 3 750 esclaves, un harem de 6 300 femmes, et son armée incluait 13 750 esclaves guerriers. »
Darío Fernández-Morera, « Le mythe du paradis andalou » p158-159


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès