• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de maQiavel

sur Gilets jaunes : la France insoumise demande à l'exécutif la convocation d'une Assemblée constituante


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

maQiavel maQiavel 4 décembre 23:56

@barbarello

Déjà nous sommes d’accord avec le tirage au sort et ensuite avec le volontariat, c’est déjà pas mal. La question est donc de déterminer si ce volontariat doit s’exprimer antérieurement ou postérieurement au tirage au sort. Je n’ai pas d’opinion définitive à ce sujet, je peux donc changer d’avis même si pour le moment je suis pour que le volontariat soit antérieur.

D’abord , je pense comme les Athéniens que cette procédure ne doit pas être brute et qu’elle doit contenir un certain nombre de filtres ( le tirage au sort n’est pas comme le loto). Dans les magistratures électives, c’est le jugement des autres qui ouvre l’accès aux fonctions politiques. Dans les magistratures tirées au sort en revanche, c’est le jugement sur soi-même qui offre la possibilité d’exercer une fonction politique. Ce jugement est le premier filtre.

-Ensuite, exercer une magistrature est une charge qui n’est pas forcément facile à remplir et qui comprends un certain nombre de risques. Il faut que les tirés au sort soient pleinement conscients des risques qu’ils encourent et de la pénibilité de la fonction pour laquelle le sort les a désignés. Convaincre une personne d’accepter son tirage au sort n’est pour moi pas pertinent , lorsque cette personne se retrouvera mit en accusation ( ça peut arriver , les tirés au sort doivent pouvoir être mit en accusation à tout moment , même des années après l’exercice de leur magistrature ) , elle pourrait regretter d’avoir accepté et même se retourner contre celui qui l’a convaincu en arguant par exemple qu’elle n’avait pas pris conscience de tous les risques et se plaindre de s’être fait manipuler. Et entre autres désagréments, les constituants tirés au sort ne doivent pas être les bénéficiaires immédiats de la nouvelle constitution. Un simple citoyen pourrait donc se retrouver obligé de changer de profession, d’entreprises, d’association pour avoir été tiré au sort si la nouvelle constitution a un effet bénéfique sur son activité. Pas facile à prévoir et à accepter.

-Pour ce qui est de l’assemblée constituante, en principe ceux qui seront tirés au sort ne pourront plus jamais l’être dans aucune circonstance et seraient exclus de l’exercice de toute charge publique à vie. Le problème des mêmes qui seraient toujours actifs et présents ne se pose donc pas dans ce cas de figure. Et même de manière générale, au-delà de l’assemblée constituante, on peut faire en sorte que les tirés au sort, quel que soit les institutions concernées, ne le soient qu’une fois toute leur vie. Puiser dans un vivier de volontaires ne poserait donc pas de problèmes de cette nature. 

Mais je l’ai dit, je n’ai pas d’opinion définitive sur la question, je peux changer d’avis mais pour le moment, je vois plus d’inconvénients que d’avantages à ce que le volontariat soit postérieur au tirage au sort. C’est une charge lourde et risquée qui doit être acceptée pleinement en âme et conscience et le meilleur moyen d’exprimer cette acceptation est selon moi l’antériorité du volontariat sur le tirage au sort.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès