• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

 
Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 292 23292 18858
1 mois 1 47 2
5 jours 0 3 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1825 1642 183
1 mois 5 5 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    maQiavel maQiavel 7 décembre 12:45

    @Perre Sanders

    La France a connu ce parlementarisme fonctionnant par consensus et ça a donné la quatrième république : un système d’alliances mafieuses et des combines de cuisine entre appareils politiques corrompus qui sclérosait l’action publique. C’est précisément ce que De Gaulle a voulu éviter en instaurant la monarchie présidentielle dans la cinquième république et qui l’a poussé à éviter la proportionnelle intégrale.

    Sinon, aucun système institutionnel n’est adapté à n’importe quel peuple, cela on le sait depuis bien avant Aristote qui l’a formalisé par écrit.



  • vote
    maQiavel maQiavel 6 décembre 20:30

    @Perre Sanders
    Je ne verrai aucune contre indication s’il n’y avait pas en même temps des contre pouvoirs citoyens. Sans ces contre pouvoirs , j’en vois des tonnes de contre indications … 



  • vote
    maQiavel maQiavel 6 décembre 12:23

    @Perre Sanders

    Cela, pour moi, c’est au peuple d’en décider.

    ------> C’est au peuple de décider de l’organisation de l’Etat de façon générale de toute façon , c’est lui qui est souverain. Je donne mon opinion personnelle et elle est qu’il faudrait maintenir la fonction présidentielle pour ne pas retomber dans les absurdités du parlementarisme de la quatrième république.

    -Chouard veut remplacer les élus par des tirés au sort,

    ------> Non. Il propose un nouveau régime dans lequel le tirage au sort aura sa place. Ce qui ne veut pas forcément dire que les élus n’existeront plus.

    -l’importance déterminante des commissions parlementaires.

    ------> Je ne pense pas que les commissions parlementaires soient mieux préparés , plus efficaces et compétentes que le pourraient être des commissions de citoyens de tirés au sort comme le préconise Testart. Surtout au regard des absurdités produites par ces commissions ces dernières décennies. 

    -cela reviendrait à remettre le pouvoir à ceux qui ont la maîtrise des dossiers et de leur suivi, c’est-à-dire aux fonctionnaires non passibles du tirage au sort, qui baladeraient les amateurs ignorants des assemblées à leur convenance

    ------> Non, cfr les protocoles de Testart. Je suis même convaincu que c’est dans notre régime actuel que les technocrates s’en donnent à cœur joie comme jamais en baladant les professionnels ignorants et corrompus de l’assemblée.

    Mais il est clair que notre opposition est frontale et inconciliable : vous préférez un régime qui s’articule exclusivement autour des élus et moi de mon côté, au regard des dernières décennies de régime représentatif ( je pourrais remonter beaucoup plus loin ) , je considère cette option comme étant l’une des plus mauvaises , je ne crois pas en sa vertu , je préfèrerai un régime mixte. Nos positions ne changeront pas.



  • vote
    maQiavel maQiavel 5 décembre 21:03

    @Perre Sanders
    Je suis moi aussi en faveur d’un système représentatif ( et en faveur du maintien de la fonction présidentielle). Pour être plus précis , je suis pour un régime mixte ( Monarchiste -fonction présidentielle / Représentatif-élus / démocratique-institutions de pouvoirs et contre pouvoir citoyens et usage du RIC et du tirage au sort ). 
    Cette dimension démocratique n’existe pas en France. Et la seule manière de l’instituer , ce sera de passer par une constituante. Mais c’est sur cette dimension démocratique qu’il semble que nous ne seront jamais d’accord , je suis pourtant loin d’être un démocrate radical aspirant à une démocratie extrème mais à partir du moment ou vous êtes dans le refus de cette dimension démocratique , on ne pourra jamais s’entendre. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 5 décembre 09:08

    @Perre Sanders

    Les tirés au sort aussi vont cafouiller. Je ne connais personne capable de rédiger une constitution sans cafouillage. Et alors ? C’est le résultat qui compte.

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès