• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

 
Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 305 24809 19796
1 mois 2 36 24
5 jours 0 3 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1892 1693 199
1 mois 3 0 3
5 jours 1 0 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    maQiavel maQiavel 22 août 23:06

    @guepe

    Ouhlà, ça faisait quelques années que je ne m’étais pas replongé dans l’imbroglio criméen et en recherchant mes anciens posts de 2014 sur le sujet, je me suis rendu compte que je mélange beaucoup de choses sur ce fil, je suis même parfois à côté de la plaque.

    En fait, il faut faire la distinction entre la question du rattachement (ou de l’annexion de la Crimée selon la perspective,) d’une part et l’intervention russe d’autre part. C’est ce que tu as fait dès le début, et moi en mélangeant tout, je me suis embrouillé. Parce que c’est sur le rattachement (ou annexion) de la Crimée qu’il y’a une forte controverse juridique entre deux principes : celui du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et celui de l’ intangibilité des frontières. Mais pour ce qui est de l’intervention russe en Crimée, les choses sont plus tranchées, tu as raison , elle était illégale. La séquence est la suivante :

    -Au début, Moscou n’a pas admis qu’il y’avait des troupes russes parmi les miliciens qui avaient sécurisés les points névralgiques et encerclés les bases militaires ukrainiennes, il ne s’agissait selon les dirigeants russes que de simples groupes d’autodéfenses locales (c’est ce dont je me souvenais). Cependant, dans une interview, Poutine va admettre que c’étaient bien des soldats russes ( ça m’avait complètement échappé), il s’est même félicité du fait que ces soldats se soient comportés de manière très correcte. Donc l’argument que je donnais plus haut sur l’impossibilité d’apporter la preuve concrète de l’intervention russe tombe à l’eau. On ne peut pas nier que les troupes russes soient intervenues. Pour ce qui est des militaires russes sur la base de Sébastopol, leurs déplacements étaient contraint par des accords selon lesquels ils ne pouvaient se mouvoir que pour mener des activités de formation et toujours après concertation avec les autorités ukrainiennes. Ces activités devaient, en outre, respecter la souveraineté de l’Ukraine et les empêcher de s’ingérer dans les affaires intérieures de ce pays. Donc là-dessus aussi tu as tout à fait raison, même en considérant que ces miliciens étaient des résidents de la base de Sébastopol, leur intervention reste illégale.

    -Ensuite, les Russes vont utiliser le prétexte d’une demande d’un soutien sécuritaire par le parlement criméen. Cela je m’en souvenais très bien. Et cela aurait été légal sur le plan du droit international (de façon discutable bien sûr ) si à ce moment-là la Crimée était indépendante. Cependant, et ça je l’avais complètement oublié, le référendum n’avait pas eu lieu au moment de la demande, la Crimée était donc encore rattachée à l’Ukraine, par conséquent cette invitation n’a pas de valeur juridique.

    - Pour finir, les Russes vont utiliser le prétexte de l’invitation de Viktor Ianoukovitch, au titre de président de l’Ukraine. Et là-dessus aussi je me suis gourré, ANNA avait raison, je m’excuse auprès d’elle, ils ne s’en sont pas servi qu’une fois, c’était même leur dernière ligne de défense. Cependant, pour une série de raisons qu’il serait trop long de décrire dans un seul post, cette invitation n’est pas valable non plus.

    Bref, j’avais oublié ces éléments. Concernant l’intervention russe en Crimée, on peut tourner ça dans tous les sens mais elle était illégale. Par contre, concernant le référendum et le rattachement de la Crimée, il y’a débat.



  • vote
    maQiavel maQiavel 22 août 23:04

    @Zatara

    Ceux qui s’opposent au rattachement ( ou annexion ) de la Crimée à la Russie ne font jamais appel à des contre arguments sur la légitimité historique de la Russie en Crimée ( qui est difficilement contestable). Et pour cause, la notion de légitimité historique sur la possession d’un territoire n’a pas de valeur dans notre ordre international actuel. En effet, il existe des tas de nations qui ont des prétentions historiques sur les territoires de leurs voisins, que ce soit en Asie, en Afrique et surtout en Europe de l’est. La validation d’un tel argument légitimerait les actions de futurs gouvernements qui planifieraient des coups de force pour annexer ces territoires ( elle pourrait même se retourner un jour contre les Russes en extrême orient). Ce serait la fin de l’intangibilité des frontières, cette notion serait plus déstabilisatrice qu’autre chose, donc personne ne l’utilise et personne ne l’accepterait (pas même les plus proches alliés de la Russie qui pourraient être mit en danger par elle).



  • vote
    maQiavel maQiavel 21 août 19:05

    @Croa

    Attention, c’est plus compliqué que ça, il y’a une vraie controverse juridique et deux légitimités qui s’affrontent, les camps qui parlent d’annexion de la Crimée par la Russie ou de rattachement de la Crimée à la Russie ont tous deux des arguments à faire valoir.



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 15 août 21:18

    @Norman Bates
    C’est beau.



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 8 août 23:38

    @Hieronymus

    Mais bien sûr , dans ton incommensurable gentillesse tu as donné l’alarme smiley . Et quand lorsque écris « ça le reprend vite une piqûre ! » , c’est pour donner l’alarme aussi ? Et lorsque dans un autre post tu écris « là les fusibles ont complètement fondu le système central est irrémédiablement atteint toute opération est désormais devenue inutile » , c’est aussi une façon très cavalière de donner l’alarme bien sûr. Quelle excuse pathétique , même pas le cran d’assumer.

    C’est facile de s’en prendre à mat-hac n’est pas ? Mais avec moi tu es mal tombé mon gars , tu as très mal choisi ta cible , à chaque fois que tu viendras me chercher , tu repartiras la queue entre les jambes en te plaignant de t’être fait humilier , exactement comme la dernière fois. Je t’ai trop épargné , j’ai eu tort d’avoir pitié de toi et de tes « ressentis » qui débordent de partout mais maintenant ça va changer , je ne me retiendrais plus. En outre je me réserve le droit d’intervenir sous n’importe lequel de tes commentaires quand il me plaira. Tu n’ as pas fini de pleurnicher je te préviens. Mais comme tu adores ça , je vais te faire plaisir en te concoctant un traitement spécial . Viens me chercher Caliméro , je ne demande que ça , on va bien s’amuser. Et hop petit smiley pour finir puisque tu adores ça. smiley



Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès