• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

 
Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 290 22432 18844
1 mois 2 306 74
5 jours 0 44 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1764 1606 158
1 mois 13 11 2
5 jours 3 1 2

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    maQiavel maQiavel 23 mai 20:27

    Bien sur , je m’exprime de la perspective d’un régime qui serait lui même raisonnable. Parce que les régimes totalitaires , eux , sont capables de faire respecter des lois qui ne sont pas raisonnables. Mais est ce que ce sont des régimes raisonnables ? 



  • vote
    maQiavel maQiavel 23 mai 20:22

    @Qirotatif

     Pour être précis, je ne pense pas que les Français de confession musulmane soient des incapables, loin de là. Par contre, je constate que la communauté musulmane n’existe pas, c’est un fantasme, une utopie qui est véhiculé d’une part par les musulmans eux-mêmes et d’autre part par ceux qui souhaitent les combattre. Dans la réalité pratique des choses ça n’existe pas. Et personne au monde n’est capable d’organiser une communauté qui n’existe pas. C’était le sens de ma phrase «  pas homogène et pas capable de se trouver des élites capables de parler en leur nom ». Mais il est vrai que des intellectuels musulmans réfléchissent aux voies et moyens de créer cette communauté. Moi je leur souhaite bonne chance, entre temps je m’installerai confortablement sur mon divan, je m’achèterai des chips et un petit soda et je les observerai s’époumoner de gauche à droite, de bas en haut tout cela pour finir par se faire insulter par tout le monde avant de renoncer écœuré

    Sinon, un territoire défendu par une armée et tout le tralala , c’est précisément ce qu’on appelle « guerre civile » , c’est ce scénario là que je décris comme absurde. Maintenant, s’il s’agit de parler de « sécession », on est déjà dans quelque chose de plus réaliste, encore qu’il faille décrire de quel type de sécession on parle.

    Si on veut parler de sécession culturelle , ce qui se décrirait comme le fait que des habitants d’un lieux donné adoptent des mœurs et des modes de vie différents de l’ensemble de la communauté nationale , tout en respectant la loi. Ça c’est un scénario tout à fait plausible, on y est déjà dans de nombreuses zones d’ailleurs mais le terme de « sécession » me pose problème car il ne s’agit pas de ça, dans une société multiculturelle, ces zones sont au contraire bien intégrées , elles en constituent même le visage. Mais bon pour ne pas pinailler, je comprends que l’on considère que cette France n’est pas la France éternelle et légitime et que finalement ces zones font sécession.

    Toi par contre,  tu me parles d’autre chose, tu parles de sécession politique, c’est-à-dire de zones dans lesquelles les habitants refusent majoritairement d’obéir à la loi. Qiro, soyons clair : quand un Etat aussi puissant que l’Etat français décide de faire respecter la loi , il le fait. Rien ni personne ne pourra l’en empêcher, si tant est que les lois soient raisonnables et n’impliquent pas la mise en place d’une police des mœurs, de la conscience ou culturelle ayant pour mission de faire respecter jusque dans la pensée la culture française traditionnelle. Si les lois sont raisonnables, elles ne peuvent pas être inapplicables. Si elles sont inapplicables, c’est qu’elles ne sont pas raisonnables. C’est la raison pour laquelle il faut faire très attention aux lois qu’on propose. C’est pourquoi des lois comme l’interdiction du port du  voile sur la voie publique seraient contre-productives. Tant que chaque individu pourra jouir de l’exercice de ses droits fondamentaux, tout ira bien et la République pourra faire respecter la loi. 

    Mais encore une fois on va buter sur un de nos désaccords fondamentaux : la distinction entre le fait politique et le fait culturel. Ce n’est pas parce que des parents décident d’envoyer leurs enfants dans des écoles musulmanes ( qui respectent par ailleurs les directives de l’éducation nationale ) ou que des filles décident de mettre un tissus sur leur tête que l’islam politique va triompher.



  • vote
    maQiavel maQiavel 23 mai 19:31

    @Qirotatif

    Oui il y’a des zones dans lesquelles la population française historique (pour le dire autrement blanche) est largement minoritaire pour ne pas dire infinitésimale. Comme on peut le voir aux Etats unis, c’est ça les sociétés multiethniques et multiculturelles, on ne vit pas ensemble, on vit avec, c’est pourquoi j’ai toujours trouvé cette histoire de vivre ensemble complètement ridicule, il faut revenir aux choses sérieuses et au bon vieux modus vivendi. Mais encore une fois, on s’éloigne de la question de la guerre civile.

    Sinon, un pays ne change pas de classe dirigeante par clientélisme électoral communautaire, je ne vais pas entrer dans le détail du fonctionnement de nos régimes représentatifs mais tu sais bien que les élus ne sont que des pantins sans pouvoir qui ne servent qu’à assurer le service après vente dans les médias de mesures prises par les vrais décideurs. Tu auras certainement l’émergence de nouvelles générations de  politiciens locaux, voir nationaux issus de la diversité comme on dit mais ce n’est pas ça qui va changer la tectonique des plaques au sein de la classe dirigeante française (qui est elle-même interconnectée à une classe dirigeante occidentale supranationale). La démographie « musulmane » ne vaut pas grand-chose, ce n’est pas elle qui va orienter les grands choix stratégiques de la France, contrairement aux réseaux communautaires juifs qui ont une influence considérables (mais pas totale) dans ce domaine alors qu’ils sont beaucoup moins nombreux. Ce n’est pas une question de nombres mais de position sociale. 

    Pour qu’il y’ait une guerre civile, c’est au niveau des classes supérieures qu’il doit y avoir des dissensions, car leurs membres ont suffisamment de ressources et d’autorité pour entraîner avec eux des secteurs stratégiques à l’affrontement, les classes moyennes et inférieures viennent ensuite se greffer dessus,  on est tout de même très loin de ce scénario en France  et la démographie musulmane ne changera rien à cela …



  • vote
    maQiavel maQiavel 23 mai 18:22

    @Qirotatif
    Une chose : quand tu parles de déclaration d’indépendance , de quel territoire parles tu exactement ? Quel est ce territoire viable géographiquement , économiquement et défendable militairement dans lequel des populations majoritairement musulmanes pourraient faire sécession ? Parce qu’une déclaration d’ indépendances ça ne s’improvise pas , surtout si la population qui la déclare n’est pas homogène et n’est pas capable de se trouver des élites capables de parler en leur nom , ce qui est le cas des Français de confession musulmane ... 



  • vote
    maQiavel maQiavel 23 mai 17:48

    @Qirotatif

    La guerre civile, ce n’est pas seulement une affaire de deux camps qui s’affrontent, il peut y en avoir plusieurs, il n’y a qu’à observer celle qui a lieu en Syrie. Non, c’est l’idée même de guerre civile qui est absurde concernant la France, pas seulement le fait que deux camps s’affrontent.

    Alors, peut être que dans 100 ans les conditions seront remplies pour qu’il y’ait une guerre civile. Peut être pas. Peut être même que l’humanité disparaitra avant cela dans une grande orgie guerrière thermonucléaire. Peut être qu’au contraire que le monde vivre dans la paix et la sécurité. Ce que je veux dire, c’est qu’on ne sait déjà pas dans quel état sera le monde en 2040 car la décennie 2030 sera décisive. Et tu veux spéculer sur ce qui pourrait hypothétiquement avoir lieu en 2118 alors qu’on ne sait rien du tout du contexte dans lequel l’humanité, l’Europe ou la France évoluera  smiley ?  On est plus dans l’antiquité ou les contextes pouvaient être plus ou moins stables d’un siècle à l’autre, l’environnement sociopolitique évolue très rapidement de nos jours.

    De toute évidence, le danger que représente la criminalité dans les cités française n’est pas la guerre civile. Si on craint la guerre civile, il faut analyser des paramètres beaucoup plus déterminants que la criminalité comme la  cohésion de la classe dirigeante française (car  pas de guerres civile sans dissensions au sein des classes supérieures). Et on peut raisonnablement dire que ce paramètre ne pose aucun problème, l’élite française est l’une des plus conformiste qu’il soit et malgré le fait qu’il existe certains désaccords sur la place de l’appareil d’Etat français dans la mondialisation, on est très loin des dissensions et encore plus de la déflagration. Mais dans 100 ans, je ne sais pas ce qu’il en sera …

    Pour ce qui est de l’instrumentalisation des diasporas, c’est un autre sujet que celui de la criminalité dans les cités. Ceci étant, on en a déjà parlé et j’ai dit pourquoi il me semble que l’influence religieuse des pays du Maghreb sur les français de confession musulmane est faible, au niveau des diasporas ça se joue à un autre niveau que celui là , au niveau identitaire. On peut considérer que ces diasporas peuvent éventuellement servir, en cas de guerre ouverte avec les pays d’origines, de main d’œuvre notamment en termes de renseignement, de support logistique mais surtout de groupe de pression politique (manifestations comme pour la guerre du Vietnam ou pour la Palestine mais en bien plus intense avec des blocages comme dans les grandes grèves )  et de propagande médiatique (notamment sur internet ) , ce serait quasi essentiellement dans cette optique qu’elles seraient instrumentalisés par les services de renseignements des pays d’origine. C’est objectivement un facteur de fragilité, ceci étant, je ne vois pas pourquoi faire la guerre à ces pays, si c’est encore pour mener le genre de rapines auxquelles on s’est livré en Lybie, ce serait de bonne guerre. Je ne parle même pas du fait que nos services de renseignements chercheront aussi à instrumentaliser ces diasporas contre les pays d’origine, ça aussi ça fait partie des éventualités et c’est quelque chose que les pays occidentaux savent très bien faire. Bref on s’éloigne du sujet de la faisabilité d’une guerre civile …

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès