• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de maQiavel

sur Critique de "L'islam et le réveil arabe" de Tariq Ramadan


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

maQiavel maQiavel 11 janvier 09:07

@ezechiel

Macron a été un candidat imposé par l’oligarchie mondialiste, sans jamais consulter les électeurs.

------> Faut arrêter avec ça. Les électeurs sont allés voter de leur plein gré et les plus nombreux ont été ceux qui ont mis le bulletin « Macron » dans l’urne, personne ne leur a mit le canon d’une arme sur la tempe. On peut critiquer le système électoraliste, le rôle des médias et de manière générale la façon dont l’oligarchie manipule l’information, l’élection de Macron est un concentré de tout ça, on dira des choses tout à vraies dans ces critiques mais elles n’expliquent pas tout non plus. A un moment donné, il faut se rendre compte de la responsabilité première du peuple (dont je fais partie, je ne m’exonère pas de cette responsabilité en tant que membre de ce peuple).

L’excuse de l’oligarchie mondialiste me fait penser à celle des gourous dans les sectes : on voit souvent des anciens membres pleurnicher parce qu’un gourou les a dépouillés financièrement et vidé psychologiquement. Et on passe par la foireuse excuse de la manipulation mentale pour excuser le fait que ces adeptes se sont tout simplement comporté de leur plein gré comme des abrutis congénitaux. « C’est pas ma faute, c’est l’oligarchie » est le pendant politique du « C’est pas ma faute, c’est le gourou ».

La majorité des électeurs français ont voté Macron , c’est une réalité ( et les abstentionnistes ne sont pas des électeurs par définition ) , parce que les éditocrates parlaient en bien de lui dans les médias , parce qu’il était beau , parce qu’il était censé incarné le changement et le progrès , parce qu’il n’allait rien changer ( la catégorie qui l’a voté pour cette raison est la seule qui l’a fait avec une conscience politique , et elle l’a fait par intérêt puisqu’elle est composé des classes moyennes supérieures et supérieures qui veulent surtout que rien ne change ).

Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent. Sans autocritique, on ne peut pas avancer. C’est aussi ça le « populisme » dans le sens authentique du terme, quand on est en faveur du peuple il faut le pousser vers l’amélioration et donc vers l’autocritique.  Les reproches d’un ami montrent son affection. La démagogie par contre est l’ennemie du peuple, elle est semblable aux baisers trompeurs d’un ennemi.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès