• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Vulpes vulpes

sur Le Scandale du Rivotril


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Vulpes vulpes Vulpes vulpes 27 mai 21:18

@MYTH©bubu et les 4 doses !

 

MYTH©bubu : oh si malheureusement je l’ai lu et j’ai vu la vidéo, et il raconte n’importe quoi comme pour les services de réanimations. De nombreux médecins ont commenté sa vidéo sur twitter, certains lui ont même proposé de débattre pour lui expliquer : ca ne l’intéresse pas, son fond de commerce c’est la désinformation.

 

Ça vous a probablement échappé, mais le sujet de l’article n’est pas son auteur, mais le « protocole palliatif covid ».

 

Je crois que les points les plus importants de l’article sont :

 

On a mis en place à l’Assistance publique des groupes d’intervention rapide (GIR). Les équipes hospitalières intervenaient dans les EHPAD pour mettre en place un protocole préétabli, faisant notamment appel au rivotril, pour des personnes âgées présentant une dépression respiratoire.

C’est ce qui a été appelé le « protocole palliatif covid »


La spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l’objet d’une dispensation, jusqu’au 15 avril 2020, par les pharmacies d’officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d’être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l’état clinique le justifie sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention “ Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19’’


Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Insuffisance respiratoire grave

Nous avons remarqué que la vente de Rivotril n’est jamais redescendue à son niveau normal (Figure 2). De fait, un décret du 31 mai 2020 a repris à l’identique les dispositions du décret du 23 mars 2020, suivi encore par un décret du 16 octobre 2020. Entre mars 2020 et mars 2021, 8200 boîtes supplémentaires à l’habitude qui ont été vendues par les pharmacies, soit plus de 48 000 ampoules. Elles représentent 24 000 décès anticipés, tout cela sans prendre en compte le nombre de doses délivrées directement par les hôpitaux.


Il est visible que les hausses de mortalité ont lieu dans des endroits très précis, et aux moments où sont délivrés en grand nombre des produits servant à euthanasier des patients.

 

Maintenant, comme vous êtes quelqu’un qui a un Master 2 et a bouffé un paquet de statistiques, pourriez-vous démontrer que ces affirmations sont FAUSSES ???

 
  

 « On est en phase de pharmacovigilance et ce n’est pas un essai clinique. La sécurité et l’efficacité sont clairement démontrés. »

Auteur anonyme, le 26 avril 2021

 

Heil Μπουρλά !


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès