• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de TchakTchak

sur Le mythe de la contamination épidémique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

TchakTchak 24 juillet 00:24

@Décoder l’éco

Ok. De toute façon, on a besoin de votre démarche iconoclaste pour, au-delà des mensonges du covid, débusquer les idées reçues qui ont faussé des schémas de pensées bien enfoncés.

Pour ma part, je vois quand même des photos de virus d’Ebola, de la rage, de l’herpès, de la variole, etc… présentées comme prises par microscope électronique. Sans compter les virus géants de Raoult.

Maintenant, on admet que ce ne sont pas des organismes vivants, mais des molécules organiques, comme les acides aminées.

Wikipédia écrit que les virus sont des contaminants nocifs, le mot crée par Ambroise Paré venu lui-même de "venin" ou "poison", alors qu’on sait qu’il y a des virus amis et même indispensables comme les bactériophages.

On sait de mieux en mieux la polémique Faucy/Montagnier sur le SIDA : à cause d’un virus pour Faucy, à cause du terrain affaibli pour Montagnier.

On peut imaginer les virus comme des précipités d’activités métaboliques, donc présents en raison d’une autre activité.

La seconde guerre mondiale d’épidémie majeure reconnue, est-ce la nouvelle pénicilline largement distribués qui a fait la différence ? Sans compter la généralisation entre deux guerres des toilettes individuelles à chasse d’eau à la place des latrines communes et des pots de chambres.

On sait maintenant qu’il existe des toiles denses et épaisses de mycélium qui permettent les échanges entre arbres et la bonne santé des forêts. Mais il est aussi le premier destructeur des arbres, dès qu’ils faiblissent. On peut imaginer pareille ambivalence avec ce qu’on appelle les virus.

 

Merci pour cet échange.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès