• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les Chrétiens, trilogie de Max Gallo

Les Chrétiens, trilogie de Max Gallo

En 2002, la question des racines chrétiennes de l'Europe est posée. Certains veulent en faire mention, notamment dans le projet de Constitution européenne, d'autres balaient cette question d'un revers de main. Max Gallo publie sa trilogie Les Chrétiens, dans laquelle il évoque trois personnages particulièrement importants : Saint Martin de Tours, Clovis et Bernard de Clairvaux. Il veut par là réaffirmer les origines chrétiennes de l'Europe en présentant trois des personnages ayant eu le plus d'importance, en leurs temps, dans le processus d'évangélisation de nos contrées.

Tome 1 : Le manteau du Soldat (Saint Martin de Tours)

Tome 2 : Le baptême du roi (Clovis)

Tome 3 : La croisade du moine (Bernard de Clairvaux)

Trois livres faciles à lire, accessibles, qui ne sont certes pas du Balzac mais qui ont le mérite d'ouvrir une porte vers un sujet fondamental.

 

Tags : Livres - Littérature Histoire Religions Christianisme




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Étirév 12 février 13:08

    « Il veut par là réaffirmer les origines chrétiennes de l’Europe » nous rappelle l’auteur au sujet de Max Gallo et de son livre.

    De quelles origines chrétiennes, max Gallo veut-il parler ?

    Voyons d’abord les véritables origines chrétiennes et vertueuses de la France, celui du christianisme primitif, et profitons-en pour faire la lumière sur la vraie personnalité de Clovis derrière le voile des historiens « autorisés ».

    Enfin, nous découvrirons ce qui se cache sous l’appellation de « Saint » et dirons de mots sur Saint Martin de Tours.

    Pilule bleue et lire tranquillement Max gallo, ou Pilule Rouge et... ?


    • 1 vote
      medialter medialter 12 février 17:23

      Analyse de Gallo biaisée à la base, puisque dès l’instant où l’on parle d’Europe, on ne peut faire l’économie de l’Europe de l’Est et de la Méditerranée orientale, et donc évoquer le catholicisme (latin) sans évoquer le christianisme orthodoxe (grec). Gallo a certainement voulu s’éviter les sables mouvants d’un débat très complexe engageant 2 religions à la source commune mais à l’essence très différente, mais je ne vois pas pourquoi il faudrait favoriser la primauté et l’exclusivité du Vatican au détriment d’une orthodoxie qui se rapproche bien plus du christianisme primitif que sa soeur ennemie. Et je ne parle même pas du débat bien plus fondamental, considérant qu’on fait correspondre arbitrairement (comme par hasard) la naissance de l’Europe à la naissance du christianisme, alors que pendant quelques millénaires, et bien après le début de l’ère chrétienne, l’Europe était celte et paganiste.


      • vote
        Prosper 12 février 19:02

        @medialter
        Je ne pense pas que Gallo et ceux qui défendent les racines chrétiennes de l’Europe prétendent que l’Europe a des racines exclusivement chrétiennes. Leur position concerne plutôt la reconnaissance qu’il y a des racines chrétiennes en Europe, qu’une part immense de la morale, de la vision du monde, des valeurs en cours en Europe sont liés à la nature chrétienne de sa culture.

        D’ailleurs ceux qui disent que la France naît en 496 au moment du baptême de Clovis ne prétendent pas que rien n’a existé préalablement à cet évènement. Ils disent qu’un évènement fondateur a eu lieu à ce moment, et que l’organisation politique et culturelle de nos contrées a pris une forme particulière à partir de cet évènement.


      • vote
        ezechiel 12 février 23:14

        @medialter "mais je ne vois pas pourquoi il faudrait favoriser la primauté et l’exclusivité du Vatican au détriment d’une orthodoxie qui se rapproche bien plus du christianisme primitif que sa soeur ennemie."

        La civilisation européenne a été bâtie après l’effondrement de l’empire romain sur le christianisme catholique.
        Dans la société qui se construit alors, les valeurs morales, l’enseignement scolaire, la charité, l’aide aux pauvres et aux paysans (vins d’abbayes, bières, liqueurs, jambons, fromages...), les hôpitaux dans les villes, les universités qui se construisent sur toute l’Europe occidentale, sont à la charge de théologiens, prêtres, chanoines, abbés, soeurs, ordres catholiques bénédictins, cisterciens, franciscains, dominicains,... dans la hiérarchie du Pape de Rome.


      • vote
        jeanpiètre jeanpiètre 13 février 21:33

        @Prosper
        si racine chrétienne il y a, ce ne sont que lierre ou ronces qui s’enroulent autour d’un chène bien plus ancré par des racines profondes et rayonnantes


      • vote
        beo111 beo111 13 février 07:44

        Et pour ceux qui s’intéressent au christianisme primitif, je suis en train de finir "Avé, Christ !" de Chico Xavier, roman historique très bien traduit du portugais. Le gros de l’intrigue se passe en Gaulle.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Prosper


Voir ses articles







Palmarès