• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > A l’ombre de l’épée

A l’ombre de l’épée

A l'ombre de l'épée - Naissance de l'islam et grandeur de l'empire arabe | Tom Holland | PERRIN / Tempus

Comprendre les conditions historiques de la naissance de l'islam est en lien direct avec ce qui l'anime encore aujourd'hui. Aussi complexe que soit l'émergence de l'Empire arabe au VIIe siècle, berceau de la nouvelle religion, sa compréhension autorise un questionnement salutaire sur cette puissante civilisation, faite d'une multitude d'influences diverses. Loin des querelles théologiques qui entourent ces sujets, l'historien Tom Holland nous convie à un récit novateur, étayé par une documentation impressionnante.

https://www.lisez.com/livre-de-poche/a-lombre-de-lepee/9782262086619

 

Tags : Livres - Littérature Histoire




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • vote
    Conférençovore Conférençovore 27 mars 20:39

    J’ai parlé du travail de Tom Holland il y a qq années. Ce commentaire en particulier revient sur la justesse de la critique de Holland même si en 2021, je n’écrirais pas tout à fait le même.

    A la lecture du volumineux "Le Coran des historiens" aux Editions du Cerf, il devient évident que l’histoire de l’islam tel que les chroniqueurs (tous tardifs) et théologiens islamiques la relatent est une énorme blague. Le problème majeur n’est pas qu’ils se trompent (ça c’est évident) mais que le corpus scripturaire islamique au sens religieux du terme (pour les 4 mahadabs sunnites du moins, avec des nuances entre elles ceci dit), qui englobe la sîra et les 6 recueils principaux des propos rapportés et présumés sahih (authentiques) sont intégrés à ce dernier et qu’une majorité de musulmans (au besoin je sors les chiffres) les considèrent comme l’émanation de leur dieu lui-même. Autant on va trouver chez les autres croyants une majorité d’adeptes qui admettent sans aucune peine que leurs Ecritures sont des créations humaines (et pour cause... personne ne prétend qu’il en est autrement que ce soit dans la Bible hébraïque ou sa rupture, chrétienne), autant ce n’est absolument pas le cas chez une majorité (croissante) de musulmans, ce qui pose un véritable pb surtout quand il s’agit d’aborder les sources du droit et leurs applications contemporaines. C’est même la base de tous les maux, en Occident mais aussi partout où cette religion s’impose. 


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 27 mars 20:39

      tel ---> telle, évidemment


      • 2 votes
         Saladin Saladin 28 mars 00:20

        « Il est impossible, pour quelqu’un qui étudie la vie et le caractère du grand Prophète d’Arabie, pour quelqu’un qui sait comment il enseignait et de quelle façon il vivait, d’avoir d’autre sentiment que le respect pour ce prophète prodigieux, l’un des grands messagers de l’Être Suprême. Même si mes discours contiennent bien des choses qui sont familières à beaucoup d’entre vous, chaque fois que moi-même je les relis, je sens monter en moi une nouvelle vague d’admiration, un nouveau sentiment de révérence, pour ce prodigieux grand maître arabe. »
        Annie Besant, The Life And Teachings of Mohammad. Madras, 1932, p.4.

        « Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité de la réussite sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Mohammed ? Les plus fameux n’ont remué que des armes, des lois, des empires ; ils n’ont fondé (s’ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles qui s’écroulèrent souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe habité mais il a remué de plus des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes… Sa patience dans la victoire, son ambition toute d’idée, nullement d’empire, sa prière sans fin, son triomphe après le tombeau attestent plus d’une conviction que d’une imposture. Ce fut cette conviction qui lui donna la puissance de restaurer un dogme. Ce dogme était double, l’unicité de Dieu et l’immatérialité de Dieu ; l’un disant ce que Dieu est, l’autre disant ce qu’il n’est pas, l’un renversant avec le sabre des dieux mensongers, l’autre inaugurant avec la parole une idée ! Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes rationnels, d’un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Mohammed ! À toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut le plus grand ?… »
        Lamartine, Histoire de la Turquie
        Paris, 1854. Tome 1 et Livre 1, p. 280

        « Mohammed était un exemple éclatant pour son peuple. Son caractère était pur ainsi que ses qualités. Sa maison, son habit, sa nourriture étaient caractérisés par une rare simplicité. Il était tellement modeste qu’il n’avait pas accepté que ses compagnons l’appellent par un surnom qui soit une adulation. Comme il n’acceptait pas qu’un autre lui rende un quelconque service que lui-même ne peut accomplir.
        Il était accessible à tout le monde, à tout moment. Il visitait le malade et était plein de sympathie pour tous. Sa générosité et sa bienveillance étaient illimitées tout comme il était dévoué pour le bien-être de la communauté »
        Dr. Gustav Weil – L’histoire des personnalités musulmanes

        « C’est une honte pour chacun d’écouter les accusations disant que l’Islam est un mensonge et que Mohammed est un imposteur et un falsificateur. On l’a distingué pendant toute sa vie avec des principes inébranlables, une sincère détermination, bienveillant, généreux, compatissant, pieux, vertueux, digne d’éloges, libre, humaniste, très sérieux, sincère. Et avec toutes ces qualités, il avait le plus doux caractère, le tempérament le plus aisé, de bonne humeur, de compagnie louable et agréable, mieux il était plaisant et spirituel. Il était juste, sincère, clairvoyant, magnanime, pur et présent d’esprit. Son visage était radieux comme s’il avait en son sein des lumières illuminant toute nuit obscure. Il était un grand homme par sa nature, il n’a pas été éduqué par une école ni par un instituteur et il n’avait point besoin de tout cela. »
        Thomas Carlyle – Les héros


        • vote
          FRANTA 28 mars 13:57

          @Saladin Et les massacres les decapitations les incasions et islamisations a l instar de sa sa pedophile ...tu as une vision bien particilere comme tes exemples Tous ceux qui ignorent leur histoire passee tous xeux qui n ont plus de racines sontcondnes a disparaitre...tu es un petit malin Sal adin...

          http://libertyvox.com/article.php?id=198


        • vote
          FRANTA 28 mars 14:03

          @Saladin http://libertyvox.com/article.php?id=483

          RENAN. Peguy.....de Gaulle j en ai pour tou des millions d exemples


        • 1 vote
           Saladin Saladin 28 mars 20:47

          @FRANTA  « Plus j’étudie plus j’apprends que la force de l’Islam ne se puise pas dans l’épée. »
          Mahatma Gandhi – le père de l’Inde moderne – dans « Young Indiâ


        • vote
          Daniel Paruzzi 29 mars 14:12

          @Saladin
          Toutes vos références ont en commun la haine du catholicisme, d’où leur amour immodéré pour l’islam, dans lequel il voient un bon moyen pour se débarrasser de ce qu’ils appellent "l’Infâme", c’est à dire l’Eglise Catholique, et à travers elle, Jésus-Christ lui-même. Donc, encenser l’Islam c’est nuire à l’Eglise, c’est pourquoi vos auteurs choisis aiment cela.

          Annie Besant fut une sataniste notoire de la pire espèce, de la trempe d’Héléna Petrovna Blavastky ou du sinistre Alastair Crowley. A votre place, je m’inquièterais de constater que ce genre de personnage encense votre prédicateur préféré.

          Lamartine était franc-maçon, sombre confrérie dont le souci principal et hautement proclamé, au XIXe siècle, était la destruction de l’Eglise.

          Le plus comique est votre Gustav Weil, que je ne connais pas, mais qui parle de votre gourou comme s’il avait sauté sur ses genoux, alors que d’une part il n’existe aucun récit contemporain de Mahomet, comme chacun sait et comme le rappelle si bien Tom Holland et que d’autre part, dans vos propres récits de la vie de votre "prophète", vous, musulmans, dépeignez un homme ombrageux, sourcilleux, impitoyable et faisant assassiner ceux qui lui déplaisent, bien loin du personnage de type Walt Disney dépeint par ce Gustav Weil.

          Quant à Carlyle, un maçon Anglais dans toute sa splendeur, de ceux qui produisaient, encourageaient et dirigeaient les Lamartine et autres Annie Besant. Votre "prophète" est en bonne compagnie avec ces gens-là, ils s’entendent comme larrons en foire ! Mais le moins qu’on puisse dire est que les références que vous avez choisies sont tout sauf en odeur de sainteté.

          Bonne journée à vous.


        • vote
           Saladin Saladin 30 mars 02:32

          @Daniel Paruzzi Non ces mensonges là on ne les trouve que sur vos sites pour débiles islamophobe. et pour Goethe ? 

          « De quelque façon que nous voulions nous donner du courage, Nous vivons tous en islam », disait le romancier allemand Goethe. « C’est dans l’islam que je trouve le mieux exprimées mes idées ».

          « Aussi souvent que nous le lisons (le Coran), au départ et à chaque fois, il nous repousse. Mais soudain il séduit, étonne et finit par forcer notre révérence. Son style, en harmonie avec son contenu et son objectif, est sévère, grandiose, terrible, à jamais sublime. Ainsi ce livre continuera d’exercer une forte influence sur les temps à venir, écrivait Goeth.

          Nietzsche : Le christianisme nous a frustrés de la moisson de la culture antique, et, plus tard, il nous a encore frustrés de celle de la culture islamique. La merveilleuse civilisation maure d’Espagne, au fond plus proche de nous, parlant plus à nos sens et à notre goût que Rome et la Grèce, a été foulée aux pieds (et je préfère ne pas penser par quels pieds !) – Pourquoi ? Parce qu’elle devait le jour à des instincts aristocratiques, à des instincts virils, parce qu’elle disait oui à la vie, avec en plus, les exquis raffinements de la vie maure !… Les croisés combattirent plus tard quelque chose devant quoi ils auraient mieux fait de se prosterner dans la poussière

          Sénateur et membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, appartenant à une grande famille de scientifiques connue déjà du temps de Napoléon a écrit « Mohammed et le Coran » en 1865. En voici un extrait :

          Je me suis appliqué, en étudiant Mohammed, à exercer envers lui une stricte justice. J’ai signalé ses graves défauts à côté de toutes ses vertus, et sa faiblesse à côté de son génie ; je n’ai rien dissimulé, ni du mal, ni du bien ; et, après avoir balancé l’un et l’autre, j’ai cru devoir porter un jugement favorable sur le prophète de l’Arabie. Selon moi, l’impartiale histoire ne peut plus avoir une autre opinion, désormais, Mahomet lui apparaîtra comme un des hommes les plus extraordinaires et les plus grands qui se soient montrés sur terre. 

          Plus loin dans le livre, il explicite la mission du Prophète aleyhi salat wa salam :

          À la manière dont il parle des prophètes antérieurs, à l’estime, à la tendresse même qu’il ressent pour eux, on voit bien qu’il ne se croit pas leur égal, encore bien moins leur supérieur ; il ne fait que les continuer ; il met le sceau à leur doctrine, en la redisant après eux. S’il renverse l’idolâtrie, c’est pour faire revivre, sous ses ruines et ses pratiques sacrilèges, la vraie religion que, par la suite des temps, les hommes avaient méconnue. Il la réveille dans leurs cœurs, où elle a laissé encore des étincelles sous des cendres séculaires.



        • vote
          Daniel Paruzzi 30 mars 22:02

          @Saladin
          Mon pauvre Saladin, vous jouez de malchance : Citer Goethe comme justificateur de Mahomet n’est pas très convaincant, et pour tout dire, plutôt maladroit. En effet, si Goethe est couramment encensé comme poète allemand, en revanche sa spiritualité ne lui confère pas la moindre autorité en matière religieuse, car Goethe était un pédéraste notoire qui est l’auteur du bel aveu suivant :

          "C’est vrai que j’ai fait aussi l’amour avec des garçons, mais je leur préférais les filles, car quand elles me lassaient en tant que filles, je pouvais encore m’en servir en tant que garçons." (Goethe, "Poésie et Vérité")

          Qu’un tel homme loue Mahomet, cela n’a rien d’étonnant, car il doit même lui envier la petite Aïcha, j’imagine... En revanche, la littérature chrétienne ne rapporte aucun témoignage de saint qui se soit jamais extasié devant les élucubrations méta-bibliques répandues dans le monde à coups de sabre et de menaces de mort.

          Quant à votre discours, il contient toute la faiblesse du musulman, qui ne peut s’empêcher d’insulter dès qu’il ne parvient pas à convaincre. Traitez-moi de débile si ça vous fait plaisir. Islamophobe, je veux bien, encore que ce vocable n’est qu’un néologisme barbare absent de tout bon dictionnaire de langue française. Je ne vois d’ailleurs pas comment, étant chrétien, je pourrais avoir de l’estime pour le Coran, qui insulte et le Christ et ses fidèles dans la plupart de ses sourates, comme par exemple ici :

          "Les Chrétiens ont dit : "Le Messie est fils de Dieu" ! Telle est la parole qui sort de leur bouche. Ils répètent ce que les incrédules ont dit avant eux. Que Dieu les anéantisse ! Ils sont tellement stupides !" (Coran, sourate 9, verset 30).

          Le Christ, Verbe incarné, peut apaiser votre âme si vous vous confiez à lui plutôt qu’à un faux prophète qui ne charge votre coeur que de haine et de vindicte. Entre le Coran et la Bible, les contradictions sont insolubles : L’un au moins de ces deux livres est donc nécessairement faux. Pour ma part, ayant lu les deux, je sais lequel n’est qu’une grossière parodie de prophétie, et je n’ai aucun doute à ce sujet.


        • 1 vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 30 mars 22:54

          @Daniel Paruzzi

          "car Goethe était un pédéraste notoire qui est l’auteur du bel aveu suivant :

          "C’est vrai que j’ai fait aussi l’amour avec des garçons, mais je leur préférais les filles, car quand elles me lassaient en tant que filles, je pouvais encore m’en servir en tant que garçons." (Goethe, "Poésie et Vérité")"


          "Sauf que l’on pourrait plutôt traduire par : « J’ai bien aimé aussi les garçons, mais je préfère les filles, quand elle m’a rassasié en tant que jeune fille, je l’utilise alors comme un jeune homme », ce qui n’est pas tout à fait pareil, même si cela reste très évocateur. De plus, les épigrammes, des petits vers satiriques, ne sont pas un genre forcément autobiographique.

          En 1997, un journaliste allemand, Karl Hugo Pruys, a publié un livre où il défendait la même idée. S’appuyant sur sa correspondance, il estimait que Goethe avait été « fondamentalement incompris » et que « des milliers de biographies et études sur lui vont devoir être réécrites ». Que nenni à l’époque pour Werner Keller, l’un des principaux spécialistes de l’écrivain : « C’était un siècle d’amitiés enthousiastes entre hommes. Les mots d’amour dans les lettres de Goethe exprimaient un sentiment d’amitié chaleureux, passionné. Pas une attirance homosexuelle. »"

          https://www.liberation.fr/sexe/2014/05/08/alexandre-le-grand-et-flaubert-sortent-du-placard_1012597/



        • 2 votes
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 30 mars 23:27

          @Daniel Paruzzi

          "Annie Besant fut une sataniste notoire de la pire espèce"

          Annie Besant n’a jamais été une "sataniste notoire". Héléna Petrovna Blavastky, quoi que plus mystérieuse, non plus. Ces deux femmes sont des théosophes. On peut les critiquer en tant que telles, pas la peine de convoquer le diable ! 

          Aleistair (et non Alastair) Crowley est un personnage assez sombre d’un tout autre style. Le qualificatif de "sataniste" pourrait peut-être lui convenir. Disons que c’est un occultiste qui ne s’intéressait pas seulement à la connaissance, mais aussi au pouvoir et peut-être avant tout au pouvoir. 

          Attention à ne pas tout mélanger : tout ce qui vous dérange, vous fait peur, ou que vous ne comprenez pas n’est pas forcément "sataniste". 


        • vote
          Daniel Paruzzi 31 mars 07:34

          @Gaspard Delanuit
          Je suis désolé, cher Gaspard, mais je comprends ce dont je parle beaucoup mieux que vous ne l’imaginez.

          Helena Petrovana Blavatsky avait fondé, à New-York, une maison d’édition à laquelle elle donna le nom de Lucifer Publishing Company, que par prudence, elle renomma un peu plus tard Lucis Trust. La paternité revendiquée ici ne fait pas l’ombre d’un doute.

          Quant à la théosophie, c’est une entreprise clairement satanique, dont Helena Petrovna était une des initiatrices, ainsi qu’Annie Besant, et qui a su infiltrer la culture jusqu’aux masses populaires, en inspirant notamment le mouvement Hippie dans les années 60, dont la propagande culmina dans la comédie musicale Hair qui aboutit au mouvement New Age  : Cette activité protéiforme explique le succès magistral de la déchristianisation fulgurante opérée après Vatican II (1965) et Mai 68, et dont vous semblez pleinement satisfait.

          Le principe du New Age était de faire semblant de louer Jésus tout en le ridiculisant, ("Jésus-Christ Superstar", par exemple) ou en prétendant que son temps est fini. "This is the dawning of the age of Aquarius" chantent les hippies de Hair : la fameuse ère du Verseau dont l’avènement fait de Jésus, modèle de l’ère du Poisson, un has-been, un peu à la manière du Coran, qui fait semblant de lui rendre hommage mais ordonne à ses fidèles d’éliminer ceux qui veulent le louer. La théosophie est la racine de tout cela, et je vous assure qu’en matière d’illumination, ces gens disposaient de lumières très particulières provenant d’une source très sûre et savaient où ils allaient.


        • vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 31 mars 13:29

          @Daniel Paruzzi

          "Je suis désolé, cher Gaspard, mais je comprends ce dont je parle beaucoup mieux que vous ne l’imaginez."


          Si c’était le cas, vous seriez au minimum capable de distinguer Lucifer et Satan qui sont deux principes non seulement différents mais carrément opposés. La théosophie est évidemment "luciférienne", mais pas du tout "sataniste" ni "satanique". Le pôle luciférien est idéaliste, faussement angélique, désincarnant et délirant ; le pôle sataniste est matérialiste, scientiste, cynique, sans âme. Ces deux principes produisent des mouvements, des tempéraments et des comportements radicalement distincts. 


        • vote
          Daniel Paruzzi 31 mars 14:00

          @Gaspard Delanuit
          Vous me faites penser au film "L’Exorciste" : Le jeune prêtre qui essaie de désenvouter la malheureuse victime et n’y parvient pas malgré tous ses efforts, passe la main au vieil exorciste et tente de lui donner les clefs de ses déductions psycho-freudiennes : "J’ai observé qu’il y a en elle au moins 3 personnalités différentes" dit-il à l’exorciste, qui lui répond : "Ne vous fatiguez pas : Il n’y en a qu’une.".
          De même, j’admire vos efforts quand vous vous appliquez à distinguer Satan et Lucifer, mais en dépit de toutes vos subtilités, je vous réponds moi aussi qu’il n’y a là qu’une seule et même personne, malgré les différents aspects qu’elle laisse apparaitre au gré des circonstances.


        • vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 31 mars 15:07

          @Daniel Paruzzi

          "j’admire vos efforts quand vous vous appliquez à distinguer Satan et Lucifer, mais en dépit de toutes vos subtilités, je vous réponds moi aussi qu’il n’y a là qu’une seule et même personne, malgré les différents aspects qu’elle laisse apparaitre au gré des circonstances."

          Vous croyez en un diable unique qui serait une "personne". C’est une vue de l’esprit comme une autre, pourquoi pas ? Il n’empêche que cette croyance vous conduit à tout mélanger. Parce que mettre Annie Besant et Aleister Crowley dans le même mixer mental, c’est vraiment tout mélanger. Vous pourriez tout aussi bien dire qu’il n’y a qu’une seule maladie qui est l’opposé de la santé (c’est aussi une vue de l’esprit comme une autre) mais cette abstraction ne vous aiderait pas à soigner concrètement les gens. Vous ne pouvez pas non plus comprendre ni soigner réellement le monde avec une vision dualiste opposant Diable et Bon Dieu. Vous arriverez seulement de cette manière à dresser les personnes les unes contre les autres. C’est d’ailleurs ainsi que le monde va, chacun se sentant dans le camp du Bien. Mais faites comme vous le sentez. 



        • vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 31 mars 15:12

          @Daniel Paruzzi
          "Vous me faites penser au film "L’Exorciste""

          Le cinéma est un divertissement populaire, parfois artistiquement intéressant, mais qui n’est pas plus fiable en démonologie qu’en histoire. 


        • 1 vote
          Rimka 28 mars 19:19

          C’est ainsi que Nous fîmes à chaque prophète un ennemi parmi les criminels. Mais ton Seigneur suffit comme guide et comme soutien (Coran El Forkan 33)

          Ainsi, à chaque prophète avons- Nous assigné un ennemi : des diables d’entre les hommes et les djinns, qui s’inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l’auraient pas fait, laisse-les donc avec ce qu’ils inventent. (Coran Al anâm 112)


          • 1 vote
            Rimka 28 mars 19:59

            Le Coran avait un objectif bien défini, celui de transmettre aux Hommes le message divin qui est d’adorer Dieu Seul et de ne lui associer rien d’autre. Un message libérateur pour l’Humanité de tous les faux dieux qui se sont construit au fil de l’histoire. C’est aussi un message annonciateur et avertisseur. A quoi bon encombrer la Coran d’autres informations secondaires par rapport à la lettre du message.


            • 1 vote
              Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 31 mars 05:39

              @Rimka

              "Le Coran avait un objectif bien défini, celui de transmettre aux Hommes le message divin qui est d’adorer Dieu Seul et de ne lui associer rien d’autre."

              Donc de ne pas lui associer un livre.
              De ne pas lui associer une ville.
              De ne pas lui associer une pierre

            • 1 vote
              Vraidrapo 28 mars 23:28

              Pour ceux qui "rêvent" encore...

              D’ici que l’islam (de couteau) envahisse la planète... il ne restera plus rien à gouverner avec le réchauffement climatique et la montée des eaux... sans compter la disparition de centaines de milllers d’espèces animales



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès