• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > ABCD de l’égalité, la parole de ceux qui mettront le dispositif en (...)

ABCD de l’égalité, la parole de ceux qui mettront le dispositif en place

Dans certains cas les détracteurs sont inutiles. Il sufit d'écouter les tenants d'une théorie pour s'y opposer aussitôt !

 

 

Pourquoi chercher parmi les opposants à l’ABCD de l’égalité des arguments qui sont donnés par les personnes qui concoivent ou accompagnent le projet ?

 

Si vous parvenez à supporter l’heure et quart du document joint, où l’intervenante tourne à environ 10 "hein" à la minute, vous pourrez vous-même vous faire votre idée sur quel camp à des pensées stéréotypées et des argumentations bancales.

 

Points culminants selon moi :

 

- la différence de genre est parfois effective avant la naissance

 

- l’impossibilité d’élever un enfant neutre (en fait c’est surtout l’impossibilité d’avoir un enfant neutre, non ?)

 

- vers 47’30" : "les enfants pensent que les différences entre les filles et les garçons reposent essentiellement sur des facteurs biologiques" - ce en quoi ils sont censés avoir tort, il va sans dire, d’après l’intervenante.

 

- à partir de la 50ème minute commence un réquisitoire anti-garcons (avec quelques moments de répit et de commisération, je le reconnais)

 

- un peu avant 1 heure le bûcheron...euh, excusez moi l’intervenante (c’est que je suis tellement imprégné de stéréotypes que dès que je vois quelqu’un en chemise à carreaux je pense que c’est un bûcheron. Mes excuses) montre à quel point elle est objective. Ecoutez juste comment elle parle des "évaluations positives de son groupe de sexe" et de l’exemple pris pour les garçons. A hurler de rire !

 

A noter que pas une question n’est posée, c’est la messe ! La bonne parole est en route, n’oubliez pas de monter dans le train ! Les enseignants ont déjà leurs billets en première classe.

Tags : Education Enseignement




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • 7 votes
    un primate un primate 21 février 2014 18:44

    Bof ! J’ai écouté (presque tout) et je n’ai rien trouvé de scandaleux dans cet exposé. Je suis déçu, je pensais qu’ y’ aurait des trucs croustillants.

     

    J’aime bien être scandalisé.


    • 6 votes
      ffi 21 février 2014 19:25

      Plutôt que l’enseignant soit tout simplement lui-même et apporte à l’enfant des connaissances qui l’instruisent et l’élèvent vers l’âge de raison ;
       
      Elle prône que l’enseignant se complique pour manipuler l’enfant de manière subliminale en jouant sur son réflexe d’imitation.
       
      C’est typique des stratégies de manipulation, c’est très utilisé en économie.


    • 5 votes
      bourne 21 février 2014 22:56

      @le primate

      la gouine frustrée et qui se planque derrière un langage formaté pour faire passer ses fantasmes. A part ca tout va bien ...

      Derrière tout ca, les autres sont des pauvres cons qui naturalisent le monde.

      Hein bon hein hein. beinnn .... comment .... mé ..... bennn ... heinhein ... des travaux montrent .... alors ....

      Putain et ces à des dégénérés pareils qu’on va confier les gosses Hein bon hein hein. beinnn ....

      BEURK !


    • 4 votes
      pegase peQase 22 février 2014 00:37

      Tout comme Caroline, il faut lui trouver un bon gros bucheron vosgien bien costaud, qui la prendra fougueusement contre un arbre , dans une forêt de sapins enneigés ..


      Après elle ira mieux  smiley

    • 9 votes
      Daniel D. Daniel Q. 21 février 2014 18:57

      Les garçons reportent sur les autres les raisons de leurs échecs et n’assument pas leurs erreurs.

      Les filles n’assument pas leur réussite et s’affligent injustement de leurs échecs.

      Mais surtout ne généralisons pas...

      Et les parents pensent ci, et les profs pensent ça, et tous bien entendu, mais pas d’amalgame et de préjugés stéréotypés surtout ...

      C’est l’hôpital qui se fout de la charité, ces gens ont un discours incohérent, ils se contredisent sans cesse. Comment autant de gens peuvent être aussi niais, difficile a comprendre, mais cette sinistre comédie finiras mal.


      • 14 votes
        ffi 21 février 2014 19:43

        Ce sont des magiciens et des illusionnistes.
        Ils sèment le désordre et la confusion, puis opèrent en coulisse, de manière subliminale, par l’édification d’Archétypes présentés comme modèles à suivre pour le troupeau.
         
        C’est d’ailleurs exactement ce qu’elle prône pour les professeurs.
        Elle ne leur demande pas d’enseigner des connaissances aux enfants pour leur intelligence, elle leur demande de modeler des Archétypes aux enfants pour leur imitation.
         
        Elle ne parle pas à des enseignants, mais à des modelants.
        Elle ne parle pas d’enfants, mais de petits animaux.
        On est en plein dans l’atteinte à la dignité humaine...


      • 10 votes
        ffi 21 février 2014 19:59

        Elle ne demande pas aux professeurs d’enseigner aux enfants des connaissances à apprendre par l’intelligence, elle demande aux professeurs de modeler aux enfants des Archétypes à apprendre par imitation.
         
        Le Modelage plutôt que l’Enseignement.
        L’Archétype plutôt que la Connaissance.
        l’Imitation plutôt que l’Intelligence.
         
        Ils nous prennent vraiment pour des bêtes.
        C’est du behaviourisme pur jus.
        Ils jouent sur l’inconscient et les instincts.
        Autrement dit, c’est de la manipulation.


      • 2 votes
        bourne 21 février 2014 23:02

        "Le Modelage plutôt que l’Enseignement."

        .

        l’Education, plutot que l’Instruction ...

        .

        Quand on ne peut pas dire aux gens que l’on veut que leur fille pisse debout et leur garçon accroupit alors on adopte une stratégie de contournement qui vise à prendre l’égalité pour l’indifférenciation. Dés fois que les gens seraient tellement con qu’ils s’en apercevraient pas .

        .

        Putain de gauchistes, on comprend pourquoi les soviets les ont liquidé en premier !

         


      • vote
        ffi 22 février 2014 01:02

        Modelage, plutôt.

         
        L’Éducation ne repose pas sur une manipulation orchestrée par un chef,
        mais sur l’amour du parent pour l’enfant.


      • 1 vote
        bourne 22 février 2014 16:18

        L’Education Nationale vs Instruction Nationale

         


      • 3 votes
        ffi 22 février 2014 19:54

        Sur ce point, je crois que Farida Belgouhl n’a pas tout-à-fait perçu les méthodes d’enseignement préconisées. Elle a bien perçu l’empiètement sur ses prérogatives maternelles, mais je ne crois pas qu’elle ait encore perçue complètement les moyens mis en oeuvre (très très éloignés des conceptions usuelle des enseignants).
         
        L’éducation, consiste à faire grandir l’enfant, à l’emmener hors de ses réflexes infantiles (latin ducere : guider, mener), ce pour quoi les parents sont très légitimes, étant donné l’amour qu’ils lui portent. Or, ici, il n’est pas question de l’éduquer, on ne le cherche pas à le faire sortir de son état infantile, de l’emmener à la conscience, mais il est question de profiter de ses réflexes infantiles pour l’influencer à son insu, via l’inconscient,... en lui donnant à voir... "hein" (mais pas à entendre...) des modèles archétypiques ..."hein" (mais pas des raisons)...
         
        La stratégie poursuivie n’a rien à voir avec celle d’une éducation,
        elle a tout-à-voir avec une stratégie de séduction (latin "seducere", emmener au loin, emmener à l’écart), puisqu’il s’agit de détourner l’enfant de lui-même à son insu, par la manipulation.
         
        La stratégie prônée ici n’est donc même pas d’éducation, mais de séduction.

        Il faut donc parler non plus d’éducation nationale, mais de séduction nationale.
         
        Le "Ministère de l’Éducation Nationale" est ainsi transformé, pour les besoins de la propagande de certaines coteries dénuées de scrupule, visiblement des pervers manipulateurs, en "Ministère de la Séduction Nationale". La pédagogie n’y est plus conçue comme l’Art d’enseigner des connaissances aux enfants, mais comme l’Art de modeler le subconscient des enfants. L’enfant est conçu comme une pâte à modeler... Si ça ce n’est pas une atteinte à la dignité.
         
        Ce Ministère de la Séduction Nationale reprend toutes les techniques qui furent développées en marketing et publicité pour manipuler les consommateurs à leur insu.
         
        C’est absolument énorme... et franchement terrifiant.
         
        Enfin, Farida parle pour son compte de "Ministère de l’Instruction Publique" (et non pas Nationale), ce en quoi je suis tout-à-fait d’accord, car ces histoires de sexualité, de subconscient infantile,...etc, tout cela fait partie de l’intimité des enfants, et ce sont donc des structures mentales et physiques qui appartiennent à leur domaine privé et non au domaine publique que l’État prend en charge. C’est presqu’une question de laïcité en fait (une laïcité non entendue au sens Peilloniste, naturellement)

         

        Je trouve donc que Farida sur ce point a trouvé le mot juste.

        C’est d’ailleurs ce que j’aime chez elle, elle sait trouver le mot juste.

        Cette femme a du "langage". Elle est vraiment intelligente.

         
        Pour bien préciser les choses, il faut donc :
        1° Reconnaître aux familles un Magistère sur l’Instruction Privée de leurs enfants.
        2° Reconnaître à l’État un Ministère sur l’Instruction Publique des enfants.
        3° Interdire expressément à l’État d’employer des techniques de manipulations subliminales pour mener à bien son ministère.


      • 12 votes
        ffi 21 février 2014 19:16

        Extrait :
        "C’est aussi une socialisation de genre, ça on y pense beaucoup moins, qui va passer par des modèles que l’on porte soi-même "hein" en tant que femme ou homme sur notre propre rapport au genre, c’est-à-dire que, en tant qu’enseignant ... "hein", on donne à voir à l’enfant... "hein" des signaux et des modèles de la masculinité ou de la féminité ... "hein". Donc ça ne passe pas que par ce qu’on propose à l’enfant en terme de jeux, de comportement, c’est soi-même, on va constituer un modèle de rôle de sexe pour l’enfant... "hein". Dans la famille, l’enfant peut très bien observer qu’est-ce qu’un homme fait, qu’est-ce qu’une femme fait, qu’est-ce qu’un père fait, qu’est-ce qu’une mère fait, en regardant tout simplement ses propres parents... "hein". Donc il voit bien que certaines tâches sont plutôt dévolues "hein" aux femmes et d’autres aux hommes... "hein". Ce qui fait que cela, on l’oublie un petit peu et qu’on se centre beaucoup, par exemple dans le monde de la petite enfance, sur la question des jouets "hein", qui revient un peu comme une ritournelle "hein", novembre décembre chaque année "hein" et que, à force de ne se centrer que sur ces questions là, on ne voit pas les autres dimensions de cette socialisation de genre."
         
        Le positionnement des "hein" est en soi intéressant.
        Cela me semble être une sorte d’appel subliminal à l’unité et au conformisme :
        En effet, "Hein" s’entend comme "Un".

        Si tel est le cas,
        1° cela permet de dégager les éléments principaux du discours stéréotypé que l’UN entend que le petit mouton répète mécaniquement.
        2° Chaque fois qu’il faut rappeler l’Unité nécessaire, le "UN" ponctue la chose
         
        Le discours semble extraordinairement soucieux du modèle que les enfants voient.
        Qu’est-ce qu’un modèle ? C’est un Archétype.
        Les enfants procèdent par imitation des Archétypes qu’on leur présente.
        Ils font cela de manière inconsciente (ce sont des enfants)
         
        La conférencière propose donc de se faire "Archétype" ("on va constituer un modèle de rôle de sexe pour l’enfant"), d’une manière particulière et dans un but précis.
         
        Il est donc interdit pour l’enseignant d’être tout simplement lui, d’avoir une relation sincère et naturelle avec l’enfant.
         
        Non, il doit se faire Archétype. C’est-à-dire qu’il doit être insincère et hypocrite avec l’enfant, prendre une manière d’être non pas véritable, mais calculée en vue d’une fin qu’il cache à l’enfant.
         
        Ainsi l’enseignant n’a plus pour but d’élever l’enfant vers la condition humaine, qui consisterait à l’amener au-delà de l’imitation animale et de l’instinct grégaire, en le menant vers l’âge de raison.
         
        Non, l’enseignant a pour but un truc nébuleux et utilise le moyen de l’Archétype pour manipuler l’enfant par son instinct grégaire afin que l’enfant soit amené à se conformer à cet Archétype de manière inconsciente, par le biais de l’imitation.
         
        Le moyen utilisé est déjà en soi manipulateur et détestable. Mais qu’en est-il du but visé, ce formatage subliminal de la personnalité enfantine via le recours à un Archétype ?
         
        Quelle est la logique qui préside à l’ingénierie de cet Archétype ? L’intérêt de l’enfant ?
         
        Non, cet Archétype au sens où l’entend l’État aujourd’hui, n’est pas en raison d’une logique éducative, mais en raison de la négociation d’un soutien électoral entre le d’une part le candidat Hollande qui s’est emparé de la tête de l’État et d’autre part une coterie menée par le richissime Pierre Bergé.


        • 2 votes
          bourne 21 février 2014 23:07

          ’ hein ’

          .

          vise aussi à établir un rapport de vérité évidente entre elle et les crétins de l’enseignement de son public . *

          .

          Allez sur Médiapart pour comprendre où ces connards sont arrivés dans le decervelage !

           

           

           


        • 7 votes
           Qanelle Qanelle 21 février 2014 19:45

          c’est une lesbienne, elle raconte sa vie !! hein !!!!


          • 11 votes
            Romios Romios 21 février 2014 19:54

            Avec un peu plus de passion dans l’intonation elle pourrait se recycler dans le doublage de films pornos (en plus c’est un secteur d’avenir : le marché va bientôt s’élargir au public enfantin).


            hein.. hein... hein... hein... 

          • 15 votes
            Romios Romios 21 février 2014 19:49

            Hallucinant les conneries... hein... qu’on peut débiter... hein... quand on n’a aucun sens critique... hein...


            La nana est tout de mêle capable d’enchainer l’exposé de la théorie selon laquelle on construit son genre oar des relations interpersonnelles "verticales" avec les parents et "horizontale" avec les copains et d’ajouter que ça commence lors de la vie utérine.

            Elle a rencontré beaucoup de gens dans l’utérus de sa mère cette bouffonne ? 

            Misère !



            • 6 votes
              ffi 21 février 2014 20:09

              Grand Merci à toi, Oursquipense,
              d’avoir pris cette initiative d’illustrer "l’ABCD de l’égalité",
              et d’autant plus pour la manière dont tu as choisi de le faire.
               
              Cela permet de mieux comprendre la manière de raisonner de ces gens.


              • 1 vote
                Oursquipense Oursquipense 22 février 2014 09:42

                Merci à toi de tes précisions et informations. On n’est pas obligé d’être d’accord avec tous les développements que tu fais mais ce qui est précieux c’est d’avoir des références, des liens qui enrichissent le débat. Contrairement aux anathèmes maniés la plupart du temps par le camp des genreurs (Il m’est arrivé d’être traité de sexiste parce que j’avais dit que si les parents avaient des attitudes différentes avec les garçons et les filles c’était parce que les filles et les garçons étaient différents.) il est facile de constater que le camp opposé prend le temps de réfléchir et de répondre avec des arguments à un ensemble d’idées qui semble pourtant tellement grotesque qu’on se demande même comment il pourrait avoir un débat. 


              • vote
                ffi 24 février 2014 05:26

                Ce qu’il faut comprendre, comme le montre la conférence, c’est que ces gens-là ne cherchent pas à parler à ton intelligence, en te présentant des raisons que tu pourrais discuter et qui te donneraient matière à réflexion.
                 
                Non, ils visent ton inconscient pour déclencher en toi un réflexe. Te traiter de sexiste, c’est bien pour te faire peur de l’apparence que tu donnes, et donc te faire battre en retraite. Ce sont des manipulateurs. Ce sont des magiciens, des illusionnistes.
                 
                Ils donnent à voir... hein ! une chose pour en passer une autre.


              • 6 votes
                Bond, Nausea Bond Bond, Nausea Bond 21 février 2014 21:05

                @ OurQuiPense :
                Merci !! Hallucinant !
                J’ai lu la description + lu quelques commentaires (dont celui de FFI) et ça a l’air totalement vrai !!!
                .
                Je vous explique :
                J’ai pas le temps d’écouter cette [biiiiiiip] dans la vidéo. Par contre, avant de quitter cette page-article, j’ai déplacé le curseur-lecture au pif et j’ai démarré à la minute 19:17.
                A peine la lecture démarrée, j’entends deux fois "hein" en juste 5 secondes !! Je stoppe à 19:23 et décide d’abandonner. Impressionant ! Juste hallucinant !
                .
                @ FFI :
                Oui, je crois que tu as raison : les "hein..." sont effectivement là pour bien indiquer à l’assistance, de manière subliminale, que personne ne doit la contredire et qu’il faut gober ce qu’elle dit. Ca parait évident, vu le mitraillage de "hein". On dirait que ses "hein" veulent dire : "Vous êtes d’accord ?! Personne ne me contredit, OK ?! Sinon vous êtes des nazis antisémites et pour cela nous serons prêts à vous expédier des commandos antifas. De toute façon, je ne suis pas là pour essayer de vous prouvrez quoique que ce soit. Je dis simplement ce que vous devez croire et vous fermez vos gueules, bandes de sales hétéros réac.’".
                On est dans la propagande idéologique pure ; pas dans l’intelligence analytique.
                .


                • 1 vote
                  ffi 22 février 2014 02:48

                  Dans une autre interview : le "hein" n’y est pas...
                   
                  Pour ma part, au contraire, je trouve que c’est parfaitement Analytique (c’est de la psychologie Analytique de Jung à première vue). Mais disons que c’est de l’Analytique un peu froid, une analyse de l’inconscient pour manipuler autrui à son insu pour une fin peu ragoûtante, un peu comme le Marketing sait être analytique aussi.
                   
                  Ils ont retrouvé la magie antique... Ils l’emploient.

                   
                  Jung donne une grande place à Hermès dans l’inconscient collectif.
                  Or, Hermès, c’est l’Hermétisme.
                  Et l’Hermétisme, c’est l’Égrégore.
                  Or, l’Égrégore, c’est l’Esprit du Troupeau.
                  Et le Mauvais Esprit, c’est l’ennemi du Troupeau,
                  C’est Un Loup déguisé en Agneau, et caché dans le Troupeau.

                  Ce Loup déguisé en agneau, c’est un faux Archétype (un faux modèle à imiter).
                  Ce faux Archétype obéit au Berger Occulte qui joue ainsi de l’instinct grégaire du Troupeau pour le manipuler et le diriger à sa guise...
                   
                  C’est donc de la magie, ni plus ni moins.
                  Et la magie, ça se vainc par la foi.


                • 1 vote
                  ffi 22 février 2014 02:55

                  Autre chose intéressante :
                   
                  C Jung considère le mythe du Dragon comme l’expression du combat entre le Moi et les forces régressives de l’inconscient.
                   
                  Or, face à une attaque subliminale, le Moi est tiraillé par l’inconscient.
                   
                  Nous assistons donc symboliquement à un réveil du Dragon.
                   
                  C’est le grand retour de la magie, et au sein même de l’école !
                  On pensait qu’il était mort, mais non, il s’est réveillé.
                   


                • vote
                  ffi 24 février 2014 05:42

                  Rebis : l’hermaphrodite subjuguant le dragon.
                  Rebis, du latin "Res bina" = chose double.
                  Double langage pour subvertir l’inconscient ?


                • vote
                  ffi 24 février 2014 05:49

                • 4 votes
                  Odile 21 février 2014 23:09

                  Hein ben !!! 


                  • 6 votes
                    bourne 21 février 2014 23:09

                    Je suis pour la réouverture des camps de rééducation pour le personnel de l’enseignement.

                    .

                    Je comprends mieux la politique de mao tse toung et sa révolution culturelle ... hein !


                    • vote
                      drolv 21 février 2014 23:51

                      Pas réussi à écouter en entier. Mais je suis d’accord avec Peillon : il faut faire confiance aux enseignants. Les bons le deviennent grâce à leur expérience et ce genre de prêchi-prêcha gnangnan ne modifie pas grand chose à leur façon de faire. Ce qui est surtout agaçant c’est que le budget formation des enseignants pourrait être mieux utilisé. Une intervention de type "partage d’expérience réussie" serait sans doute beaucoup plus utile... Ca confirme juste une chose : le dégraissage du mammouth ne doit pas forcément se faire au détriment des enseignants mais plutot du back office...


                      • 2 votes
                        Oursquipense Oursquipense 22 février 2014 09:50

                        Qui demande, ou plutôt exige des enseignants qu’ils appliquent l’ABCD de l’égalité ? Peillon, non ? Il les forme à ça, exigera que l’enseignement soit fait mais à part ça les enseignants seront libres de passer outre ! Ben voyons !


                      • vote
                        drolv 23 février 2014 21:46

                        Vous croyez, hein, qu’à chaque fois, hein, qu’un ministre pond une quelconque connerie, hein, les enseignants se mettent au garde-à-vous, hein ? Les enseignants, hein, ont leur libre arbitre, hein, et il n’y a personne dans leur classe, hein, pour vérifier, hein, s’ils appliquent ou non, hein, le catéchisme ministériel. Quel enseignant expérimenté, hein, va suivre ces conneries, hein ? 


                      • vote
                        ffi 24 février 2014 05:37

                        Les expérimentés, d’accord.
                        Mais les inexpérimentés, qu’en est-il ?
                        Sachant de plus que les inexpérimentés se retrouvent tous en ZEP...


                      • 4 votes
                        Kaoteknik 22 février 2014 00:06

                        J’ai supporté 15 minutes de cette vidéo... C’est déjà beaucoup trop !

                        En fin de compte il eut mieux valu que nous soyons tous des anges androgynes, ça nous aurait évité ce verbiage imbuvable.

                        Celui qui peut me donner le nombre de "hein" prononcés au cours de l’heure et quart gagne un chamallow (rose pour les filles, bleu pour les garçons).

                        Insupportable vous dis-je !


                        • 4 votes
                          Oursquipense Oursquipense 22 février 2014 10:01

                          On doit être entre 550 à 650 "hein". Prenez au hasard n’importe quel extrait de 5 minutes et vous trouverez entre 40 et 50 "hein".


                        • vote
                          thomas92 14 avril 2014 12:13

                          J’ai tenu 10 minutes. Pour moi ce genre de personnes ne sont que des magiciens de bas étage. Comment peut-on porter un discours aussi insensé ?


                        • 2 votes
                          ffi 22 février 2014 01:19

                          Archétype :
                          Extrait :
                          source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arch%C3%A9type_%28psychologie_analytique%29#D.C3.A9finition_en_psychologie_analytique

                          Du grec ancien  ????????? arkhêtupon signifiant « modèle primitif », entré dans les langues modernes par l’intermédiaire du latin « archetypum », soit « original » ou « modèle », Carl Gustav Jung considère l’archétype comme étant « une structure de représentation » a priori, ou encore comme une « image primordiale » car, s’il ne peut se représenter, il influence du moins les valeurs et les expériences de la conscience du sujet.
                          [...]
                          L’archétype est ainsi un processus psychique de la « psyché objective » (la partie psychique qui ne dépend pas du sujet), liée à l’inconscient collectif ; c’est pourquoi Jung le classe au sein des processus « trans-personnel ». Il est inhérent et émergeant même de la structure psychique humaine (voire animale pense Jung) : « Les archétypes sont les formes instinctives de représentation mentale ». Il pense ainsi que les archétypes sont issus des instincts les plus anciens de la bio-psychologie humaine
                           
                          -> La dame parle donc bien de manipuler l’inconscient des enfants par des suggestions. Ce n’est pas de l’instruction, c’est de la magie.
                           
                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Arch%C3%A9type_%28psychologie_analytique%29#Mercure.2C_l.27arch.C3.A9type_de_l.27inconscient
                           
                          Depuis l’Antiquité, Jung voit dans le dieu Mercure (Hermès chez les grecs) l’image analogique de l’inconscient personnel. Fondé sur la trinité (Hermès Trismégiste signifie « trois fois grands » en grec ancien) « il représente cette substance psychique mystérieuse que nous désignons aujourd’hui du nom de psyché inconsciente » explique Jung. Chaque état de ce dernier est figuré par Mercure suivant des variantes, emprunté aux allégories de l’alchimie.
                           
                          -> C’est bien la tradition de l’hermétisme, de l’Alchimie, de la magie, du spiritisme.
                          L’éducation Nationale prône donc une technique d’influence occulte, cachée, qui, par l’abus de confiance, cherche à suggérer des idées directement dans l’inconscient des enfants, à leur insu, comme à celui de leur parents, et même des profs dans une large part.


                          • vote
                            ffi 24 février 2014 05:32

                            Autres aspects intéressants :
                            1° Mercure est le Dieu du commerce : on comprend que les commerçants de l’antiquité ont souvent eu recours à l’influence sur l’inconscient pour vendre leurs produits et donc que la pub, c’est pas nouveau.
                            2° Mercure, en Astrologie, est opposé aux planètes masculines et aux planètes féminine, autrement dit, c’est une planète hermaphrodite !


                          • 2 votes
                            ffi 22 février 2014 04:30

                            Théorie du genre : virus cognitif ?

                            Une Analyse de Lucien Cerise sur les techniques de manipulation :
                            http://www.dailymotion.com/video/x1cb8r0_lucien-cerise-big-brother-2-2_news


                            • 1 vote
                              Oursquipense Oursquipense 22 février 2014 07:35

                              Ce qui est assez drôle c’est que plusieurs fois il est donné des arguments qui sont en faveur d’un déterminisme naturel auquel on se demande bien comment on pourrait remédier (si c’était nécessaire) :

                              - dans la cour de récréation = les enfants sont peut-être mis en groupe de pairs de manière "forcée" mais alors pourquoi dans le groupe des garçons voit-on de grands groupes se former alors que dans le groupe des filles se sont essentiellement des duos qui se créent. Qui ou quoi fait pression sur les enfants à ce moment là ? Pourquoi les deux groupes n’évoluent-ils pas de manière plus ou moins similaire ?

                              _ les pères qui se sentent exclus à la crèche = on oublie peut-être un peu vite que le petit enfant et sa mère ont forcément une forme de fusion qui est entretenue après l’accouchement par l’allaitement. Il faut du temps pour que la personne du père commence à exister dans la tête des 3 éléments (mère, père, enfant). Tellement de temps que confier les enfants au père en cas de divorce demeure un cas marginal.

                              Globalement les tenants du genre confondent pour moi différence et inégalité, différence et injustice.

                              Quant au délire du début sur le fait que le genre n’est jamais fixé définitivement (et là c’est moi qui l’ajoute mais je suppose que pour beaucoup il en est de même de l’orientation sexuelle) ça veut dire qu’il est impossible à un individu d’achever sa construction. Sans cesse il peut et doit douter de ce qu’il est, c’est vraiment un avenir brillant qui est promis à ces pauvres gens.


                              • 1 vote
                                Oursquipense Oursquipense 22 février 2014 07:43

                                 citation = (et là c’est moi qui l’ajoute mais je suppose que pour beaucoup il en est de même de l’orientation sexuelle)

                                Je précise ma pensée = "pour beaucoup des tenants du genre"


                              • 4 votes
                                Hijack ... Hijack 22 février 2014 12:15

                                Il suffit de voir -hein !-, le genre de cette -hein !- personne -hum ...hein !- ... pour comprendre comprendre -hein !- que c’est exactement le genre que l’on veut éviter ... Oh ! Hé ! Hein ! Bon !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès