• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Découverte majeure : la preuve d’un lien entre aluminium et autisme
#27 des Tendances

Découverte majeure : la preuve d’un lien entre aluminium et autisme

Il y a des découvertes qui devraient faire la une de tous les journaux. Celle du Pr Christopher Exley, spécialiste mondial de la toxicité de l'aluminium (Université de Keele en Angleterre) est de cet ordre.

Les équipes de l'hôpital Henri-Mondor de Créteil sont déjà parvenues à démontrer que l'aluminium vaccinal, sous forme de particules fines (Hydroxyde d'aluminium), est capté par les cellules immunitaires au site d'injection. Ces cellules vont ensuite migrer dans le corps pour finir, en partie, par entrer dans le cerveau en traversant la Barrière Hémato-Encéphalique (c'est d'autant plus faisable chez le nourrisson dont la BHE est immature les premiers mois). 

L'aluminium n'est pas un élément comme les autres : il est neurotoxique, extrêmement biopersistant, et sans aucune fonction biologique. Une quantité infime suffit à provoquer des inflammations : c'est bien cette propriété qui fait de ce métal un excellent adjuvant dans les vaccins, capable de provoquer une réaction immunitaire. 

Le Pr Exley a enfin pu analyser le cerveau de 5 personnes décédées et diagnostiquées autistes : le résultat est sans appel. Les 5 cerveaux contiennent tous des doses anormalement élevées d'aluminium, plus spécifiquement, de l'aluminium inclus dans des cellules immunitaires, signe d'une origine vaccinale. Seuls les cerveaux de malades d'Alzheimer ont des concentrations encore plus élevées.

L'étude complète (en anglais).

Résumons : nous injectons un neurotoxique à nos nourrissons, sachant que la Barrière Hémato-Encéphalique est immature la première année de vie. Nous savons que ce neurotoxique pénètre le cerveau, d'autant plus facilement chez le bébé qu'il n'est pas en mesure d'éliminer les métaux lourds (fonction rénale immature).

Nous voyons en parallèle depuis plus de 20 ans, c'est-à-dire depuis la multiplication des vaccinations adjuvantées à l'aluminium chez le nourrisson, l'explosion des troubles neurologiques (spectre autistique, troubles du comportement, troubles moteurs, du langage...). Nous avons maintenant une première preuve du lien entre autisme et aluminium.

Et à partir du 1er janvier 2018, ces injections d'aluminium deviennent obligatoires (même si elle l'est déjà depuis 2008, depuis la suppression du DTP sans adjuvant).

Alors on fait quoi ?

Tags : Vaccins Santé menacée Autisme


Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    



    • vote
      sls0 sls0 6 décembre 19:34

      Merci il y a les vi ?éos qui n’ont aucune valeur, c’est de l’ordre de la croyance, mais il y a le lien vers l’étude et là ça commence à devenir sérieux.

      On préconise d’éviter les anti transpirants à base d’aluminium alors qu’il y a quand même la barrière de la peau. Employer de l’aluminium pour qu’il y ait plus d’argent dans les poches d’actionnaires via la baisse des couts ne pose pas de problèmes, il faudrait qu’on m’explique.
      Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, le vaccin contre la variole et la polio ont été bénéfiques. C’est vrai qu’à l’époque on parlait santé et non marchés financiers.

      • 12 votes
        Duke77 Duke77 6 décembre 20:36

        @sls0
        C’est faux (encore). Tu deviens lourd limite chiant à sortir toujours ta science alors que tu ne sais jamais rien des dossiers. Tu nous as fait le coup sur les attentats du 11 septembre prétendant avoir des connaissances en matière de résistance des matériaux alors qu’en fait, tu répètes bêtement quelques infos glanées ça et là. Depuis, tu te dépêches systématiquement de donner ton avis d’un ton péremptoire sur Avox comme si tu connaissais la question sur tout un tas de sujets alors qu’en fait tu n’as même pas les infos de base.

        Laisse les sujets scientifiques à ceux qui ont de réelles connaissances et apprends à te taire quand tu n’y connais rien. Ca nous fera du bien. Sur Avox, on n’a pas besoin de perroquets incultes comme toi. On essaye de creuser les sujets. Et oui, on peut jeter le bébé avec l’eau du bain concernant les vaccins. TOUT reste à prouver. Pasteur était peut-être un escroc, comme Freud d’ailleurs pour qui c’est assez avéré.

        Les vaccins contre la variole et la polio ont été inefficaces et propager ce mythe est débile :

        Vaccin contre la variole : efficacité zero : https://www.info-vaccination.be/?La-variole-a-ete-eradiquee-grace-au-vaccin-antivariolique

        Vaccin contre la polio : efficacité zero : http://www.neosante.eu/newsletter/lettre_hebdo/newsLetterHebdo20130710.html

        Maintenant apprends et tais-toi. Et tu peux m’appeler maître : je vais me faire un plaisir de montrer systématiquement tes âneries car ça commence à bien faire. Avant, on avait Morice, maintenant on t’a toi pour défendre le "système". C’est pas le but d’Avox de propager les idées des media mainstream. Et c’est carrément criminel sur ce sujet horrible des campagnes de vaccinations abusives et de leurs méfaits. Tu devrais avoir honte.


      • vote
        cathy cathy 7 décembre 10:06

        @Duke77

        • 1796 : tout premier vaccin, en l’occurrence contre la variole

         L’adjuvant de l’aluminium dans les vaccins date de 1926

      • 1 vote
        sls0 sls0 7 décembre 14:48

        @Duke77
        Il faudrait donc laisser la place qu’aux discours complotistes et aux croyants ?

        On est en démocratie p’tit bonhomme, les sceptiques ont droit à la parole aussi.

        Comme d’habitude part manque d’arguments qui tiennent la route c’est l’attaque personnelle.


      • 3 votes
        ELAA 8 décembre 10:04

        @sls0
        Bonjour. 

        C’est un fait : la variole n’a pas été éradiquée par la vaccination. Vous pouvez lire le rapport final de la Commission mondiale pour la Certification de l’Eradication de la Variole (1979), qui est en ligne. Vous trouverez p.32 : « Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas (…)"

        Le changement de stratégie a donc consisté à endiguer la maladie par mise en quarantaine :

        p. 47 : "La campagne menée en Inde révéla les limites d’une stratégie axée uniquement sur la vaccination de masse dans un pays aussi vaste et densément peuplée que l’Inde, même lorsque la couverture de vaccination atteignait 90%, objectif pourtant difficile à atteindre. En revanche, lorsque des programmes de surveillance active et d’endiguement efficace entrèrent pleinement en action, l’Inde fut en mesure de réaliser l’éradication dans un délai relativement bref."

        le journal Le Monde du 21/12/1977 publiera un article de F.J. TOMICHE, chef des services de presse et de publications de l’OMS : « Sur le plan stratégique, l’abandon de la vaccination de masse en faveur de l’approche dite « de surveillance-endiguement » revêtit une importance capitale. Avec ce type d’approche on parvenait à faire complètement échec à la transmission, même lorsque l’incidence variolique était élevée et les taux d’immunisation faibles. La méthode consiste en la prompte détection de nouveaux cas, suivie de mesures d’endiguement immédiates, c’est-à-dire la recherche de tous les contacts possibles et leur isolement afin d’arrêter la transmission. »

        Depuis, dans les universités ainsi que dans les media, partout on occulte systématiquement le rôle de l’endiguement au profit de la vaccination dans l’éradication de la variole, qui pourtant a joué, selon le rapport, un rôle limité.


      • 7 votes
        CoolDude 7 décembre 00:51

        En complément :

        L’étude financée par l’ASM sur les effets des adjuvants à l’aluminium dans les vaccins a été interrompue faute de financement.

        https://www.bastamag.net/Onze-vaccins-obligatoires-les-questions-a-se-poser-sur-les-controverses

        Car ça serait dommage de s’apercevoir que l’emploi des adjuvants aluminiques provoquent réellement chez 1 à 3% des vaccinés une susceptibilité de développement des maladies chroniques extrêmement handicapante.

        Enterrons cette affaire avant que cela ne se sache trop.

        Les malades seraient capable de demander que les responsables soient jugés, sans parler des compensations financières à verser pour empoisonnement, voir homicide.

        Encore du complotisme. !?


        • 5 votes
          ELAA 7 décembre 14:00

          En France, les derniers chiffres officiels concernant l’autisme, remontent à 2005 et parlent de 1 enfant sur 150...

          Mais le CDC américain tient au contraire un relevé très précis : Le groupe de chercheurs, qui analyse ces données annuelles depuis 2002, note que le taux de prévalence a augmenté de 78 % entre 2002 et 2008. En mars 2012, le taux de prévalence s’établissait à 1 enfant sur 88 (CDC, 2012). En mai 2013, les mêmes chercheurs rapportent que le taux s’élève maintenant à 1 enfant sur 50. On a même peur de continuer à compter, donc difficile de trouver les chiffres de ces dernières années.

          Et là, ce ne sont que les chiffres (obsolètes) de l’autisme, on ne parle même pas des troubles moteurs, maladies chroniques, multiples allergies, syndromes de fatigue chronique (la Myofasciite à Macrophage est un syndrome de fatigue chronique, tout comme le Syndrome de la Guerre du Golfe = mêmes symptômes. Donc des millions de personnes dans le monde sont concernées.)

          Nos enfants n’ont jamais été en aussi mauvaise santé : c’est très probablement multifactoriel, mais il est tout aussi certain que l’aluminium (vaccinal et alimentaire pour le cas du nourrisson) entre dans l’équation.

          La recherche sur l’autisme a fait d’énormes découvertes ces dernières années, mais personne n’en parle. On sait désormais que ce n’est pas génétique, mais qu’il y a des susceptibilités génétiques (comme la sur-sécrétion de cytokines ccl2/Mcp1 ).

          L’autisme est causé par une élévation anormale de cytokines dans le cerveau, en cours de développement, réaction immunitaire qui va provoquer des inflammations, elles-mêmes à l’origine de multiples dysfonctionnements (activation de la microglie, perturbation des synapses, mort des neurones...). Cette élévation peut être dûe à une infection (notamment en cours de grossesse) ou à la présence d’un neurotoxique dans le cerveau. La nature a pourtant tout fait pour limiter les inflammations cérébrales chez le nourrisson... notamment via le lait maternel.

          Pour en savoir plus, les études en anglais ici.


          • 6 votes
            Hijack ... Hijack ... 7 décembre 14:57

            On dirait bien que cette histoire va ressembler dans quelques temps à l’horreur absolue de l’amiante ... alors que bien des savants en avaient alerté toutes les autorités, médicales, politiques, médiatiques ... sans aucun résultat, même pas de surveillance par sécurité ; de mémoire, les premières alertes dataient de 1920/30.


            • 4 votes
              gaijin gaijin 8 décembre 09:57

              @Hijack ...
              bien pire que l’amiante , les victimes de l’amiante meurent ....les victimes de l’aluminium comme les autistes vivent et entraînent avec elles leur familles dévastées par l’absence d’aide face au problème ( comme pour l’alzheimer ) au final un gouffre social et financier pour toute la société ..........

              la nouvelle vague de vaccination va représenter une catastrophe sanitaire qui va pourrir les 50 ans a venir ...............



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ELAA


Voir ses articles







Palmarès