• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ils roulent à l’huile !

Ils roulent à l’huile !

Leurs pots d'échappement sentent la frite ! Et voilà pourquoi :

Tags : Automobile Environnement Transports Pétrole et essence Témoignage




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • vote
    pele mele pele mele 10 janvier 2020 08:41

    Le moteur diesel a été conçu à son origine pour tourner avec de l’huile + un mélange additivé .

    C’est les pétroliers et les constructeurs automobiles qui ont pourri le principe .


    • vote
      pele mele pele mele 10 janvier 2020 11:28

      @pegase

      Moi j’ai fait l’expérience avec une AX, résultat correcte.
      Un mécanicien auto diéséliste m’a conseillé un additif.
      Résultats : moteur moins poussif, démarrage plus net, moins d’encrassement à terme .....
      Faire le mélange hors réservoir.

         


    • vote
      pele mele pele mele 10 janvier 2020 15:38

      @pegase

      J’ai précisé..... j’ai fait l’expérience avec une AX .

      Je n’ai jamais roulé pendant des KM à l’huile de Colza .
      Par contre avec un mélange 3/4 , 1/4 . Gasoil, Colza+ additif . le moteur a fonctionné correctement . 
      Puis j’ai abandonné, après l’essai, trop pointu à préparer pour moi.

      J’ai constaté, un conducteur "des champs" en AX rouler au rouge domestique. En 3/4 , 1/4 rouge, incolore .


    • vote
      Gasty Gasty 10 janvier 2020 09:03

      Il faut intensifier la production d’huile de palme, ça c’est éconlogique !


      • vote
        perlseb 10 janvier 2020 13:48

        @pegase
        Le rapport ? Si on utilise toutes nos terres pour produire de l’huile, il faudra bien utiliser la terre d’autres pays pour manger.

        Donc ce qui est intéressant de savoir, c’est le rendement par hectare, donc en résumé, le rendement solaire des algues ou des végétaux les plus "performants" pour produire de l’huile.

        Pour l’instant, le rendement des algues ne dépasse pas ceux des meilleurs panneaux solaires (peut-être qu’il faudrait plus d’info sur ce point, à rechercher) et le moteur électrique a un rendement bien meilleur que le moteur à essence ou huile.

        Donc la "solution" serait de mettre des panneaux solaires partout et de rouler directement en voiture électrique et non de cultiver de l’"huile". Bien évidemment, le calcul exact nécessite beaucoup plus de temps qu’un commentaire posté à la va-vite, mais je pense être dans les ordres de grandeur. Et je ne suis absolument pas pour tout raser afin de se déplacer sans compter, sans effort et sans but.


      • vote
        perlseb 10 janvier 2020 19:23

        @pegase

        La vidéo m’apparaissait un peu hors sujet (je pensais que c’était infime, l’huile de friture). Du coup, je suis allé chercher quelques chiffres pour vérifier mon "intuition". Consommation d’huile alimentaire en France par an : 1,7 million de tonnes (soit à la louche, densité 0,9) 1,9 millions de m3 soit 1,9 milliards de litres (toutes ne sont pas pour la friture mais passons). Consommation (2014) de pétrole par an en France : 9,7 milliards de litres.
        Effectivement, l’huile usagée n’est pas si négligeable que je le pensais (manque toutefois la proportion d’huile de friture par rapport à l’huile alimentaire totale).

        Je pense que Gasty parlait de convertir toutes les voitures à l’huile, ce qui rejoint votre remarque disant que la culture d’huile serait plus "rentable" que l’extraction de pétrole (rendement énergétique d’après ce que je comprends de votre post, pas "rendement financier" hors TIPP).

        1200 litres par hectare, soit environ une tep par hectare soit 11,6 MWh par hectare et par an. Avec une centrale solaire comme à Cestas (260 hectare), on produit 350 GWh par an, soit 1,34 GWh par hectare, soit plus de 100 fois plus que l’huile qu’on obtiendrait. Les calculs sont très approximatifs, mais l’ordre de grandeur est explicite : aucun intérêt de cultiver de l’huile pour mettre dans un moteur. Mais bien évidemment, recycler l’huile usagée n’est pas du tout une goutte d’eau (mea-culpa là-dessus). Donc le rendement utile (huile seule) de photosynthèse est catastrophique.


      • vote
        perlseb 11 janvier 2020 12:06

        @pegase
        J’ai bien dit que mon calcul était approximatif. Mais il y a beaucoup de pertes des 2 côtés. Le rendement d’un moteur à huile est très mauvais par rapport à un moteur électrique. Ensuite il faut amortir le(s) tracteur(s). Je n’ai aucune idée de la masse salariale par MWh nécessaire au photovoltaïque ou au tournesol, mais à l’intuition, les capteurs marchent un peu tout seul, alors que le tracteur, il faut le passer un certain nombre de fois (préparation de la terre, semis, récolte, ...).

        Un bon moyen de stockage pour l’hiver de l’énergie solaire est ... les pellets en bois (il faudrait les associer à des moteurs Stirling pour pouvoir rouler avec). On travaille pour essayer d’effectuer un stockage "long" de l’énergie solaire mais ce n’est pas simple d’avoir un bon rendement. Voici un lien d’un pdf qui parle du sujet (chapitre 3 : la photosynthèse naturelle) : on voit les surfaces qui seraient nécessaires pour les Etats-Unis, ce n’est pas envisageable. Maintenant, leur pays est gigantesque, l’énergie n’est finalement pas gratuite, donc on peut faire vivre des personnes à cultiver du biodiésel même si ce n’est vraiment pas une solution énergétique (une activité peut rapporter "financièrement" tout en étant un non sens au niveau rendement).


      • vote
        perlseb 11 janvier 2020 12:21

        @perlseb
        Si vous avez vu la carte sur le pdf, il faut savoir que la surface de l’Islande (recouverte de panneaux photovoltaïques) suffirait à couvrir les besoins mondiaux en électricité (donc oui, il en faudrait plus pour toute l’énergie consommée, en incluant le pétrole, etc...).
        Mais étant donné la surface des déserts dans le monde, ça ne coûterait presque rien (écologiquement parlant) de mettre des panneaux dans les déserts des 2 hémisphères et de relier le tout par des lignes très haute tension.
        Mais ce n’est pas en semant la guerre partout qu’une telle solution est envisageable...


      • vote
        perlseb 11 janvier 2020 17:20

        @pegase
        Oui, d’accord avec vous sur la pluralité des énergies. Merci pour le lien.
        Le bois, bien évidemment, mais il faut des maisons isolées. Là où j’habite (petit village avec des très vieilles maisons en pierre), les gens d’ici ont le bois "gratuit" (si l’on excepte la tronçonneuse, l’essence, l’huile et l’entretien, la remorque pour le bois, le temps pris à le couper et à le débiter, ... : en fait, c’est assez coûteux) : ils brûlent jusqu’à 25 stères par hiver... Déjà dans certaines vallées de montagne (Chamonix), le bois peut polluer alors on ne peut pas imaginer faire ça en ville. Mais avec une maison isolée, le bois est idéal.


      • vote
        Duke77 Duke77 13 janvier 2020 17:45

        @perlseb

        Donc la "solution" serait de mettre des panneaux solaires partout et de rouler directement en voiture électrique et non de cultiver de l’"huile".

        Informez-vous sur la production des batteries (lithium), sur l’impact écologique de son extraction et sur la quantité de matière première disponible sur Terre avant d’écrire des âneries pareilles !

      • vote
        perlseb 13 janvier 2020 18:51

        @Duke77
        C’est encore plus idiot de vouloir "cultiver" de l’huile pour les transports vu les rendements de la photosynthèse.

        Le lithium n’est pas vraiment le problème justement (il y en a pas mal dans les océans), et son coût ne représente qu’une fraction très faible du coût des batteries (on parle de 1%, mais j’avoue ne pas avoir envie de revérifier en faisant le calcul moi-même : prix de la tonne, poids relatif dans une batterie, etc...) : c’est pour cela qu’on pourrait exploiter du lithium plus difficile à extraire. Non le problème, ce sont les autres métaux, mais bon, si l’on regarde les évolutions, on cherche à se passer des métaux à problème (cobalt, etc). En fait, on cherche même à se passer du lithium (le français Tiamat propose de passer au sodium : moins bonne densité mais recharge en 5 minutes).

        Mais je vous rejoins, même si je suis technicien et que je suis d’assez près l’évolution des voitures électriques et des batteries (contrairement à ce que votre post laisse supposer), le vrai problème c’est de toujours vouloir rouler plus, voler plus, ... : c’est à la conclusion de mon premier post (se déplacer sans but, juste par envie ou parce que c’est ça, l’"évolution"). La terre est foutue dans tous les cas. Même si nos réels besoins sont limités, il n’y a aucune limite à l’envie. La technique ne donne pas la solution pour que les humains deviennent responsables, bien au contraire.


      • 2 votes
        pele mele pele mele 10 janvier 2020 10:57

        Aujourd’hui, la politique des choses est de transformer le mensonge en vérité .
        Macron applique avec détermination ce principe, mais ....

        Un fabricant d’additif a mis au point une formule spéciale expérimenté sur un moteur essence à carburation simple.
        Cet additif est ajouté à l’essence, il permet de faire tourner un moteur sans huile lubrifiante.
        100 km ont été parcouru sans incident, à l’issu de l’essai le moteur fût démonté. IL ne présentait aucun serrage, ni aucune rayure, aucun défaut mécanique.

        Serions nous destinés à être que des abrutis ?

         



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JOVTOD

JOVTOD
Voir ses articles


Publicité





Palmarès