• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Initiative pour accélérer le rassemblement des souverainistes (...)

Initiative pour accélérer le rassemblement des souverainistes !

Florian Philippot souhaite un rassemblement des souverainistes. Il propose des initiatives mais reste ouvert à d'autres propositions de la part des autres chefs de parti. 

Il est en effet important que toutes les chapelles souverainistes se parlent davantage, créent des alliances pour espérer gagner en 2022.

Tags : Politique Souverainisme Florian Philippot




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 30 juillet 19:01

    C’est qui Philippot ?


    • vote
      beo111 beo111 30 juillet 19:09

      Un ancien du Front. Donc même s’il a la fibre sociale il aura du mal à rassembler au delà des souverainistes de droite.


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 juillet 19:33

      @beo111
      Et en même temps, je ne vois pas comment un rassemblement souverainiste pourrait émerger en excluant par pruderie les personnes qui ont eu des liens avec ce qui a été longtemps le seul parti politique de France qui assumait son souverainisme, quand bien même l’aurait-il fait parfois très maladroitement (ou malalextrèmedroitement). Il y a un moment où il faut être cohérent. Et être cohérent n’est pas compatible avec la diabolisation. 


    • 1 vote
      beo111 beo111 30 juillet 19:43

      @Qaspard Delanuit

      c’est pas moi qu’il faut convaincre, mais des souverainistes de gauche.


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 juillet 19:46

      @beo111

      Exact. Ce message leur est donc adressé. 


    • 2 votes
      Joe Chip Joe Chip 30 juillet 21:14

      Le fait de se rassembler (réellement ou pour la devanture) est sans importance, c’est le nombre de personnes que tu rassembles et leur qualité qui importe. Si tu parviens à rassembler 100 débiles derrière une bannière, tu as mis 100 débiles derrière un drapeau, bravo.
      Eriger le rassemblement comme une vertu en soi est déjà une forme de constat d’échec ou d’aveu d’impuissance.

      Tous les "souverainistes" qui ne pouvaient pas se piffrer avant d’admettre chacun à leur façon leur insignifiance politique et électorale appellent maintenant au rassemblement, mais au-delà du coup de com’ ils le font tous depuis leur propre chapelle en conseillant aux autres d’abandonner leur tournure d’esprit partisane et leurs oppositions mesquines pour rejoindre la "maison commune".

      Des chaînes youtube, un parti "souverainiste" en pleine implosion auquel Marianne a consacré un bon article :

      https://www.marianne.net/politique/la-base-de-rageux-d-internet-va-se-mobiliser-pour-asselineau-l-upr-la-guerre-des-petits

      et des militants du net épars aux options idéologiques "à boire et à manger" (souverainistes de gauche, de droite, nationalisme, antisionisme, royalisme, fétichistes de la sortie de l’euro et du frexit, complotistes faisant la chasse aux franmacs...), tout ça ne peut pas constituer un "rassemblement". 

       "Asselineau a voulu faire un parti de masse, en prenant un peu n’importe qui. Il a laissé des farfelus dans sa liste, adeptes des chemtrails ou des complots francs-maçons, et très actifs sur les réseaux sociaux. Ce type de comportement complotiste fait fuir les médias et les électeurs. J’espère que la participation ne sera pas trop haute, sinon ce serait le signe que la base de rageux d’Internet, de cyber-militants qu’on ne voit jamais sur le terrain, s’est mobilisée pour Asselineau."

       

      Ce qu’il faudrait faire au contraire, c’est premièrement créer une vraie structure politique et dirigeante associant des personnalités compétentes dans leur domaine au lieu de courir après une masse sociologique qui n’est pas réellement là ou de chercher à créer l’illusion d’une adhésion de masse aux idées souverainistes (comme l’UPR et sa mythologie auto-entretenue du nombre d’adhérents). Puis dans un second temps s’adresser à la classe moyenne française, c’est à dire la masse de la société, des gens qui ont des salaires moyens, des vies partagées entre petites ou grandes galères et la perspective de deux semaines à la plage en famille, des retraités qui s’inquiètent du maintien de leur pension, ou même des banlieusards qui désirent quelque chose de mieux pour leurs enfants, bref des gens "normaux" qui ne pensent pas à renverser le système, faire la chasse aux pédosatanistes et dont l’unique obsession n’est pas de pousser Macron à la démission.
      Le Français de base pense avant tout à son épargne, son emploi, ses vacances, sa retraite, les conditions d’éducation de ses enfants, à la rigueur le sort du voisin pour les moins égoïstes. Ca peut paraître tristement trivial et matérialiste mais c’est la donnée de base d’une démocratie moderne, c’est à dire d’un régime politique reposant sur une relative égalisation des conditions de vie et non sur un fumeux concept grec par ailleurs discutable quand on essaie de le réintroduire artificiellement dans la donne politique. Le fait est que la plupart des gens en France ont encore trop à perdre pour adhérer à des formules politiques trop radicales ou à l’issue trop incertaines. En revanche ils ont déjà assez perdu pour redouter les conséquences que pourraient avoir des ruptures économiques ou institutionnelles majeures. Et la vision de la précarité dans laquelle commence à être plongé pas mal de monde a plus l’effet d’un repoussoir que d’une motivation à renverser la table. Les gens préfèrent se raccrocher, à tort ou à raison, à l’idée qu’eux ou leurs enfants pourront faire partie des "gagnants" de la méritocratie pour peu qu’ils fassent les efforts qu’on attend d’eux ou qu’on leur demande. La vieille idée d’origine religieuse selon laquelle les chômeurs ont quelque part "mérité" leur sort ou ne font pas assez d’effort pour s’en sortir est une des idées les mieux partagées des Français, indépendamment de leur classe sociale et quand bien même ils savent que ces millions de chômeurs sont aussi le produit de décisions politiques désastreuses ou du contexte économique. Ca montre bien que les gens dans leur majorité ne se déterminent pas politiquement en fonction d’une idéologie mais en fonction d’idées pré-politiques ou de critères de compréhensions largement soumis aux préjugés ou à l’air du temps. Prétendre les "ré-éduquer" ou leur expliquer le fonctionnement des choses est une autre illusion, et le comble de l’arrogance.

      Moi, je fais de la politique avec hauteur de vue : les allées du pouvoir, les rencontres avec les grands dirigeants, j’ai donné. C’est excitant, on rencontre des gens intelligents. J’aurais pu, compte tenu de mes diplômes, être riche, mais ce n’est pas la route que j’ai choisie. A un moment, il faut se concentrer sur l’important. L’important, c’est la France. (Asselineau)

      Beaucoup citent le Brexit en contre-exemple, mais le Brexit est parti de la frange conservatrice des élites financières de Londres, puis est devenu une idéologie de retraités et de petits propriétaires nostalgiques de l’Empire britannique. Les travailleurs ne se sont ajoutés qu’à la fin, après un travail de sape idéologique de 10 ou 20 ans et sur la base de promesses mirobolantes qui ne seront jamais tenues. Ca n’a n’a jamais été un mouvement contestataire ni réellement populaire. 

      Car le tour de passe-passe des souverainistes français, c’est de prétendre qu’il existerait comme en Angleterre une majorité sociologique "silencieuse" en faveur du souverainisme ou des idées souverainistes, ce qui est complètement faux. Même Philipot qui disait à une époque que 40% des Français étaient favorables à la sortie de l’UE (en interprétant des sondages d’opinion de manière biaisée) a fini par admettre que le "combat souverainiste" était perdant à court et moyen terme sur le plan électoral.

      Macron a même réussi à embrouiller un peu plus les esprits et les lignes en martelant son "souverainisme européen" qui est une pure construction théorique.

      Quand on est petit et faible, ce qui est le cas objectif des "souverainistes" (10-15% de l’électorat au max), il faut être élitiste, pas démocrate. Il faut être qualitatif, pas quantitatif. Prétendre fédérer une armée de mécontents en guenilles aux idées hétéroclites et les envoyer à la conquête de la citadelle du système, c’est se vouer à l’échec.


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 juillet 21:48

      @Joe Chip

      Globalement d’accord avec ce que vous exprimez dans ce long post.

      Il est essentiel de distinguer deux choses : d’une part, les clubs de réflexion politique (ou "réservoirs d’idées") fonctionnant sur un mode intellectuel, qui s’adressent aux individus un par un  ; et, d’autre part, les partis politiques qui doivent toucher de larges masses pour se constituer en machine à gagner des élections. Or, les deux logiques sont contradictoires. Les limites électorales et les malentendus politiques de l’UPR viennent en grande partie du fait que cette organisation est en réalité une association de philosophie politique.  


    • 4 votes
      Joe Chip Joe Chip 31 juillet 00:13

      @Qaspard Delanuit

      J’ai fait un effort concernant la longueur des posts (et j’ai moins de temps pour écrire) mais je ne demande à personne d’aller au bout d’un pavé. Mais bon parfois, une opinion amène une idée qui amène un développement...

      L’UPR aurait du rester une sorte de think tank souverainiste ouvert. Asselineau a choisi d’en faire un parti pour assouvir de vieilles ambitions personnelles ("pour la France" bien entendu) et a perdu son pari électoral. Le parti étant entièrement ancré autour de la personnalité du fondateur, les problèmes ne pouvaient qu’arriver. 

      Ceci étant dit le souverainisme a de forts vents contraires. Beaucoup de gens, même quand ils pensent que l’Europe entraîne plus d’effets négatifs que positifs pour la France, sont aussi bien souvent persuadés que la France serait balayée comme un fétu de paille en dehors de l’Europe, dans cette mondialisation de colosses. Il y a des éléments tangibles dans cette vision des choses, et des complexes inculqués par 30 ou 40 ans de propagande européenne négative. Négative dans le sens où ne parvenant pas à faire naturellement ou spontanément aimer l’Europe, certains, pour la faire aimer, ont voulu expliquer que la France était trop fragile, trop faible, trop archaïque, trop française, etc. 

      Le problème c’est que les souverainistes identifient rarement cette complexité ou préfèrent l’ignorer en restant dans une logique manichéenne. Ils balaient tout ça en disant "La France peut tout, en étant souveraine", message circulaire qui passe de plus en plus mal auprès d’une large partie de la population qui entend le contraire à longueur de journée, et le constate parfois, en découvrant par exemple que l’Etat a été incapable de gérer une crise sanitaire rapide. Le Brexit est en train de montrer ou va démontrer que l’article 50 n’a aucune vertu magique. Plusieurs industriels pro-Brexit ont déjà annoncé qu’ils renonçaient à produire en Angleterre pour des raisons de coût. Ils préfèrent clairement payer des droits de douane plus élevés pour importer leurs produits en GB que de relocaliser des usines et des chaînes de production intégrée en Angleterre.

      Par ailleurs c’est bien gentil de poser le débat sur la souveraineté autour des enjeux de macro-politiques ou de géopolitique internationale, mais la souveraineté au sens propre commence par le pré-carré. Quand les Français placent la sécurité en haut de leur préoccupation, ils demandent de la souveraineté. La première prérogative du souverain, surtout en France, état centralisateur où la justice a été construite par le Roi, est de faire respecter la loi chez lui, c’est à dire être proprement souverain. 

      Or, voilà un sujet qui est complètement sous-traité par les souverainistes quand il n’est pas écarté dédaigneusement comme une lubie de droitistes ou de frontistes. Certains ont l’impression que pour ne pas être taxé de proximité avec le RN ou la frange dure de LR, il faut bazarder tous ces sujets. Asselineau a d’ailleurs fait beaucoup de tort en expliquant que ces sujets étaient "diviseurs" et "clivants" par rapport aux "vrais enjeux".

      Et on pourrait en soulever de nombreux comme ça qui ne sont jamais évoqués par les souverainistes, qui réduisent en gros la souveraineté au fait de battre monnaie. C’était vrai au Moyen-Age. Est-ce que ça l’est aujourd’hui, de la même manière, à l’heure de la planche à billets généralisée ? J’ai pas forcément la réponse, c’est un sujet complexe qui mériteraient des réflexions plus importantes qu’un rejet dogmatique et presque superstitieux de l’euro.  

      Sur tous ces sujets les souverainistes devraient réfléchir et se demander en quoi consiste(rait) une vision souverainiste actualisée susceptible d’intéresser des gens qui ne sont pas des "mâles blancs de plus de 50 ans".


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 juillet 03:20

      @Joe Chip

      "J’ai fait un effort concernant la longueur des posts (et j’ai moins de temps pour écrire) mais je ne demande à personne d’aller au bout d’un pavé. Mais bon parfois, une opinion amène une idée qui amène un développement..."


      Je n’ai jamais considéré la longueur d’un message sur un forum comme un inconvénient. 

    • 1 vote
      beo111 beo111 31 juillet 09:36

      @Joe Chip

      "Certains ont l’impression que pour ne pas être taxé de proximité avec le RN ou la frange dure de LR, il faut bazarder tous ces sujets."

      Tout-à-fait ! Alors que pour gagner, on a plutôt intérêt à récupérer leur électorat ! Et c’est possible, le RN est visé par le théorème de la chèvre morte, c’est-à-dire qu’au second tour MLP peut faire gagner n’importe quel adversaire. Ça ne donne pas envie de voter pour elle au premier. Et grosse crise de leadership chez LR.


    • 1 vote
      Joe Chip Joe Chip 31 juillet 10:29

      @beo111

      C’est incroyable de toujours tout ramener à des considérations électoralistes et des stratégies d’épicier qui n’ont aucun intérêt quand on veut reconstruire quelque chose. L’expérience de l’UPR devrait pourtant avoir convaincu tout le monde que le fait de se placer en adversité avec le RN tout en cherchant à "récupérer leur électorat" ne change rien à la perception médiatique de certains messages. 

      Le problème des souverainistes c’est qu’ils sont de plus en plus enfermés dans un ghetto idéologique à force de s’appuyer sur des franges de plus en plus réduites de l’électorat. Cela leur donne l’impression d’être forts parce qu’ils sont surreprésentés dans une marge de l’électorat où il y a en plus beaucoup d’abstentionnistes et de militants virtuels (qui ne font jamais de la politique dans la réalité). Mais en réalité ils sont faibles et devenus presque inaudibles auprès du grand-public et des classes moyennes.

      Il faut arrêter aussi de considérer les électeurs comme une masse aveugle, suiviste et débile appartenant à un parti et que l’on peut "récupérer". Asselineau méprise les Français, ne cesse de les essentialiser et de les prendre pour des crétins qui n’aspirent qu’à trouver un chef providentiel pour les conduire et les guider. Il faut en finir avec cette culture de technocrate bouffi de certitudes qui ose estimer qu’il serait devenu "riche" en raison de ses "diplômes" s’il ne s’était pas consacré si généreusement à la politique ; rien que pour cette déclaration, Asselineau se disqualifie complètement. Ca résume tout le personnage sans même entrer dans les détails scabreux des affaires de harcèlement dont il est l’objet. Qu’il retourne pantoufler dans un conseil d’administration ou un ministère s’il estime avoir raté l’opportunité de s’enrichir facilement de cette façon. On est vraiment dans le réflexe castiste de la pseudo élite méritocratique française : j’ai passé un concours, j’ai le droit d’être riche et puissant. 

      C’est d’ailleurs une des raisons de la scission au sein de l’URP, les "rebelles" ayant fini par reconnaître l’absence totale de démocratie au sein de ce parti qu’Asselineau justifie par la nécessité de maintenir une machine de guerre électorale. Une machine de guerre pour faire 0,5%.

      Je ne sais pas si le "théorème de la chèvre morte" est politiquement significatif, je pourrais lui opposer le "théorème du jackpot" qui fait croire à certains qu’ils sont en mesure de "récupérer" à la fois l’électorat du RN et des LR.


    • vote
      beo111 beo111 31 juillet 10:46

      @Joe Chip

      "C’est incroyable de toujours tout ramener à des considérations électoralistes et des stratégies d’épicier qui n’ont aucun intérêt quand on veut reconstruire quelque chose."



       smiley

      "Il faut arrêter aussi de considérer les électeurs comme une masse aveugle, suiviste et débile appartenant à un parti et que l’on peut "récupérer"."



       smiley

      En l’absence de Médialter c’est moi qui enfile les perles smiley


    • 1 vote
      Nainconnu 30 juillet 20:55

      Le FN souverainiste ??? Nan mais encore un qui croit au Père Noël !


      • 6 votes
        Super Cochon 1er août 09:20

        @Nainconnu
        .
        .
        Continue à voter Macron , met ton masque , et ferme ta gueule !
        .
        .
        .


      • 1 vote
        Français du futur Français du futur 30 juillet 23:38

        Première étape : Diviser la dissidence en créant un nouveau parti confidentiel avec l’assentiment des médias.

        Deuxième étape : Pomper des idées à droite et à gauche, l’air de rien.

        Troisième étape : Faire du foin pour tenter un hypothétique rapprochement avec les partis victimes de cette stratégie ô combien naze.

        Quatrième étape : Continuer à amalgamer patriotisme et défense des intérêts vitaux pour une idéologie d’extrême droite.

        Cinquième étape : Contrôler la dissidence par des gens du sérail pour l’emmener dans une voie sans issue au grand bénéfice des globalistes.


        • 1 vote
          Français du futur Français du futur 30 juillet 23:48

          @Français du futur
          Les Français n’en peuvent plus des Le Pen, Philippot, Mélanchon et autres clones qui nous servent cette soupe tiédasse depuis des années sinon des décennies.


        • 4 votes
          Super Cochon 1er août 09:27

          @Français SANS futur qui vote pour les mêmes !
          .
          .
          Les Français n’en peuvent plus des Le Pen ? ....... arrête les Fake-News !
          .
          .
          il y a plusieurs millions de français qui votent FN , il sont juste le deuxième voir le premier parti de France !
          .
          .
          .

          Présidentielle 2022 : un sondage donne Macron et Le Pen au coude-à-coude
          .
          https://www.ladepeche.fr/2020/06/22/presidentielle-2022-un-sondage-donne-macron-et-le-pen-au-coude-a-coude,8944431.php


        • 1 vote
          bubu12 1er août 20:05

          @Super Cochon

          c’est mignon, le Super Cochon qui défend sa petite Marine smiley


        • 2 votes
          Nainconnu 1er août 10:10

          "Il y a plusieurs millions de français qui votent FN , il sont juste le deuxième voir le premier parti de France !

          "

          C’est tout le génie de la démocratie , faire croire à des dégénérés consanguins que le Père Noël existe .

          Quant à la famille LePen , une bande de tapin qui prend son fric , tout en faisant semblant d’être une alternative ...

          Grouiiiik Grouiiik


          • vote
            Hannibal Smith Hannibal Smith 2 août 16:38

            Pour rassembler il va falloir attendre l’implosion du RN et que madame lepen prenne sa retraite politique. Si la nièce reprend le flambeau, l’histoire sera la même, défaite sur défaite et la France continuera à sombrer.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jojotv

jojotv
Voir ses articles


Publicité





Palmarès