• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La forêt Française en danger

La forêt Française en danger

Nous sommes dans un monde où l’inversion permanente est constante et présente partout, dénoncé par Orwell dans 1984 par ses fameux slogans « La guerre c’est la paix », « La liberté c’est l’esclavage », « L’ignorance c’est la force » elle se porte à merveille dans la politique mondialiste.

L’abattage de la forêt française est encouragée par l’Europe au nom des économies d’énergie, ils transforment des espaces de vie animales et des puits à oxygène en chantiers pour faire des pellets pour le chauffage ou pour faire de l’électricité revendue.

https://www.forets-chatsauvage.org/

Vidéo du groupement forestier du chat sauvage :

Impact des "coupes à blanc" : explications

Émission passé sur France 5 le 21 Mars 2021 avec Hugo Clement.

SUR LE FRONT des FORÊTS françaises | Émission Intégrale

 

Jean Luc Melenchon avait alerté sur la situation en octobre 2020 :

 

VLOG - Ils détruisent la forêt

L'UPR alerte egalement contre cette siruation Ubueque :

https://www.upr.fr/actualite/emmanuel-macron-sauveur-de-lamazonie-en-france-et-en-europe-aussi-la-foret-brule/

 

Pour obtenir des prix du bois toujours plus bas, le métier de bûcheron disparaît silencieusement.

Premièrement, de grosses machines les remplacent. Ce sont des engins qui coûtent un demi-million d’euros pièce, qui sont arrivés en France après la grande tempête de 1999, et il y en aurait désormais des centaines sur le territoire français. Montées sur roues ou sur chenilles, ces machines abatteuses disposent d’un puissant bras articulé capable de saisir le tronc d’un arbre de 40 cm de diamètre, de le couper à sa base, de lui retirer ses branches et de le couper à longueur, le tout en quelques secondes. L’ouvrage des bûcherons humains est alors réduit à la portion congrue : couper les arbres trop irréguliers et couper là où les machines ne peuvent aller.

Deuxièmement, les bûcherons français subissent la concurrence déloyale de travailleurs détachés bulgares, polonais ou roumains. Comme dans de nombreux autres secteurs, la politique de libre circulation des travailleurs verrouillée par l’Union européenne fait des ravages.

Dans ces conditions, comment s’étonner que, chaque année en France, 100 entrepreneurs de travaux forestiers disparaissent ? Qu’une scierie ferme tous les trois jours ? Ainsi, on achève en silence la civilisation bûcheronne.

 

La destruction de la forêt avec encouragement de l’Europe est un scandale et une aberration digne de « 1984 ». Le brésil s’étend plus vite qu’une campagne de vaccination covidienne. La forêt dévastée mettra des années à se reconstruire et les maladies s’y installeront beaucoup plus facilement.

 

https://www.natura-sciences.com/energie/biomasse-surexploitation526.html

En France, le bois de chauffage provient essentiellement des travaux d’entretien forestiers : bois d’éclaircies (d’entretien) et résidus des coupes finales. Une partie des plus petits branchages est restitué au sol, les plus grosses branches étant utilisées pour le bois de chauffage. Il faut en effet éviter les effets négatifs sur la biodiversité d’un prélèvement trop intensif et mal contrôlé.

« L’intensification forestière peut créer des situations défavorables à la biodiversité, car il y a moins de bois mort, moins de vieux peuplements et de gros bois, des habitats plus fragmentés, un tassement des sols, davantage de dérangements de la faune, une augmentation des surfaces totales des coupes et une diminution des zones humides et des tourbières. » insiste Marc Guérin. On note également des impacts potentiels sur la fertilité des sols et le cycle des éléments minéraux sur le long terme. Les risques liés à la surexploitation de la forêt sont donc réels et doivent être anticipés.

 

Tags : Environnement Biodiversité Animaux Nature Energies renouvelables Emmanuel Macron Industrie




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • 1 vote
    sls0 sls0 23 mars 15:03

    Quand on passe en avion au dessus de la frontière entre Haïti en la République dominicaine on passe d’un paysage lunaire à la luxuriance. 

    Haïti est un pays mort car déboisé pour faire du charbon de bois.

    Une pluie cyclonique coté RD 12h après on voit la rivière monter, elle mettra encore 12h pour être à son débit max pendant 24h. Elle mettra une semaine 15 jours pour ce calmer.

    Un pluie cyclonique coté Haïti, pas de forêt pour atténuer l’effet de la pluie. Ce qui se fait en jours de l’autre coté de la frontière se fait en heures.

    La terre arable est enlevée c’est les innondations et toute cette terre finie en mer où elle tue les récifs coraliens.

    Par rapport aux vidéos : une coupe à raz se fait avec autorisation administrative, en général c’est 4ha max avec obligation de reboisement sous 5 ans. Si ça coupe c’est qu’on a l’autorisation. Qu’on ne dédouane pas trop vite l’administration.

    Dans la vidéo sur le front des forêts :

    A 11 minutes il est comique le directeur de l’usine à granulés. Il y a 6 rangées de bois l’une à coté de l’autre et c’est pour faire un mur anti bruit. Avec un mur de planches qui consomme 100 à 200 fois moins de bois ça marche aussi.

    Il ne sais pas qu’un chêne de 80cm a plus de 2 ans. Comme quoi embaucher un directeur de scierie qui a fait les beaux arts ou du marketing c’est pas le top.

    A 23 minutes si on arrose le bois c’est pour évité qui soit attaqué par les insectes qui vont le transformer en sciure.

    A 26 minutes, si on interdit le chauffage avec des bûches en ville c’est à cause des particules fines, oui le bois pollue.

    69% de forêts où je réside, on entend le bruit des tronçonneuses. Souvent ce sont des particuliers qui font leur part de bois donnée par la mairie, c’est majoritairement de la forêt communale. L’ONF passe avant pour marquer les arbres. Une part c’est 15-30 stères, ça chauffe une maison.

    C’est du feuillu, je dois faire 30km pour voir du résineux mais il est minoritaire.

    Il y a une grosse scierie qui fait du chêne, traverses de chemin de fer et parquet.

    Si on veut voir la nature c’est dans les feuillus, les résineux c’est pas trop ça.

    Quand tu vois un beau chêne ou un beau hêtre t’as l’impression de rencontrer le brave mec sympa de la forêt. Ils déclenchent un gros capital sympathie. Premier boulot des forces chrétiennes quand ils arrivaient chez les païens, couper les mecs sympas.


    • vote
      Scalpa Scalpa 24 mars 13:50

      Quand tu arrache l’arbre qui cache la foret tu ne vois pus la forêt.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès