• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La loi de la jungle, c’est aussi la loi de l’entraide

La loi de la jungle, c’est aussi la loi de l’entraide

"Tout le monde lutte pour sa propre survie, et c'est toujours le plus fort et le plus égoïste qui s'en sort le mieux". Cette idée reçue, inculquée dès l'école, cette loi de la jungle n'explique pas tout. Longtemps, on a présenté la compétition comme un phénomène inhérent au vivant.

Désormais, explique le biologiste Pablo Servigne, la science montre au contraire l'importance de l'entraide chez les plantes, les animaux… et les hommes. Dans le livre qu'il a coécrit avec Gauthier Chapelle, "l'Entraide. L'autre loi de la jungle" (paru aux éditions Les Liens qui Libèrent), Pablo Servigne montre comment la biologie du XXe siècle a délibérément surévalué les comportements de compétition dans la nature, en minimisant l'importance de la coopération.

Tous égoïstes ? Non. Les découvertes de cette nouvelle sociobiologie ont des implications majeures...

Tags : Société




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 19 mars 17:02

    Sujet très intéressant.

    Effectivement, il est d’usage de confondre pessimisme avec le réalisme. Le réalisme ne relève ni du ni pessimisme, ni de l’optimisme qui sont tous deux un état d’esprit.

    Celui que j’ai vu le mieux articuler compétition et coopération chez l’humain, c’est Howard Bloom dans le principe de Lucifer.


    • 2 votes
      La mouche du coche La mouche du coche 19 mars 19:00

      Ce monsieur ne fait que répéter ce que Kropotkine avait déjà étudié il y a longtemps pour expliquer que Darwin se trompait. il est bien que la science avance dans le bon sens, même si elle met le temps.  smiley


    • vote
      TZ TZ 21 mars 18:21

      @La mouche du coche
      Sauf que Darwin ne se trompait pas, il a lui aussi parler de l’importance de la coopération inter-espèces. À ne pas confondre avec les tenants du darwinisme social...


    • vote
      La mouche du coche La mouche du coche 23 mars 13:41

      @TZ
      Mais bien sûr. Vous, on peut dire que vous savez de quoi vous parlez.


    • 1 vote
      Gollum Gollum 19 mars 17:18

      Bonne vidéo..


      Ceci dit il y a aussi des pillages lors de catastrophes, il ne faudrait pas tomber non plus dans un angélisme qui serait l’exacte inverse du paradigme précédent..

      Ceci dit c’est un peu à ça que je pensais pour le prochain collapse, il y aura probablement des deux, je pense même que l’égoïsme prévaudra d’abord, puis sera remplacé par l’entraide plus ou moins généralisée car ce sera la seule façon de s’en sortir...

      • vote
        medialter medialter 19 mars 21:44

        ""Tout le monde lutte pour sa propre survie, et c’est toujours le plus fort et le plus égoïste qui s’en sort le mieux". Cette idée reçue, inculquée dès l’école, cette loi de la jungle n’explique pas tout. Longtemps, on a présenté la compétition comme un phénomène inhérent au vivant"
        *
        Oui enfin faut pas se la jouer non plus. L’entraide, ça n’a jamais rien été d’autre que l’association d’intérêts égoïstes. Dans ce processus, les boulets disparaissent rapidement de la circulation. Et les individus constitutifs de l’entraide restent malgré tout dans une forme de compétition de manière à toujours être en mesure d’offrir le meilleur potentiel, afin d’éviter la catégorie boulet. Qu’on le veuille ou non, dans l’entraide se poursuivent les rapports de force


        • 2 votes
          Heptistika Heptistika 20 mars 18:30

          @medialter

          L’ode à l’égoïsme que tu présentes ici est une sorte d’équilibre de Nash à l’échelle macro, où le résultat s’avère le plus souvent (voir systématiquement) moins favorable pour toutes les parties en présence.

          Il y a une différence entre surmonter une part de challenge façon loi de l’hormèse tendant vers l’évolution (lente) pour le mieux, et le darwinisme social radical qu’implique un mode de société basé sur la compétitivité (et donc la guerre).


        • 4 votes
          medialter medialter 20 mars 20:24

          @Heptistika
          J’ai pas mal bourlingué dans le monde des affaires, et une constante universelle que j’en ai tiré, c’est que la meilleure affaire est celle où les 2 parties sont au bord de la rupture. Quand une affaire se fait trop facilement, c’est qu’une des 2 parties s’en est sorti défavorablement. Le monde des affaires est un bon modèle du système d’entraide, c’est une association profitable où chaque partie repart avec ce qui l’interesse. Je sais que ça semble hors sujet, car l’idée de cet article est, j’imagine, plutôt dans un esprit de troc ou de services mutuels (sinon le mot adéquat aurait été aide et non entraide). Mais même ce petit monde peut être qualifié de nano-affaires. Qu’on le veuille ou non, sous cet aspect bien présentable et propre sur soi de ce que l’auteur n’ose pas qualifier d’humanisme, on retrouve toujours les vieilles motivations égoïstes


        • 1 vote
          Heptistika Heptistika 20 mars 22:43

          @medialter

          Précisément, l’équilibre de Nash montre bien que dans la grande majorité des cas, des parties faisant leur maximum afin de s’entuber profond l’un l’autre (le monde des affaires quoi) résulte en une position moins favorable pour les deux.

          Le principe même du commerce, des "affaires" est justement de niquer l’autre (maximisation du profit), de faire les meilleurs marges, prendre les meilleures parts de marché, les meilleurs investissements, etc... Par effet de vase communicants, cela se fait forcément au détriment d’autrui ou des ressources naturelles, souvent les deux.

          "une association profitable où chaque partie repart avec ce qui l’interesse" n’existe pas dans ce paradigme, on arrive éventuellement à un point où la différence entre celui qui perd et celui qui gagne est difficilement quantifiable voir négligeable au meilleur des cas, mais cet "équilibre universel" que tu sembles suggérer n’existe tout bonnement pas.

          "Le monde des affaires est un bon modèle du système d’entraide"

          - Désolé mais non, précisément pas, c’est même le pire exemple possible pour expliciter le propos que tu soutiens. Un monde de requins aux dents longues qui ne pensent qu’à leur gueule( quand ce ne sont pas purement et simplement des escrocs) ne peut décemment pas servir d’exemple et refléter un quelconque climat "d’entraide".

          Entraide égale synergie, "affaires" égale prédation, ces deux concepts s’avèrent donc de facto mécaniquement inconciliables. Le symbiote n’égale pas le parasite, Teal’c en sait quelque chose n’est-ce pas ? smiley


        • 2 votes
          medialter medialter 21 mars 12:57

          @Heptistika
          "Précisément, l’équilibre de Nash montre bien que dans la grande majorité des cas, des parties faisant leur maximum afin de s’entuber profond l’un l’autre (le monde des affaires quoi) résulte en une position moins favorable pour les deux"

          *

          Possible, même si j’ai des doutes quant à la mesurabilité du phénomène. Quand bien même, dans ces transactions, on privilégie l’immédiateté, les affaires se traitent par le sang et non par l’éthique ni par la distance

          *

          "Un monde de requins aux dents longues qui ne pensent qu’à leur gueule( quand ce ne sont pas purement et simplement des escrocs) ne peut décemment pas servir d’exemple et refléter un quelconque climat "d’entraide"."

          *

          Je pense exactement le contraire, par expérience je connais très bien le milieu gauchiste, parée d’une auréole d’humanisme, mais capable d’enculer le voisin pour une gamelle. Cette propension est génétique dans la grande majorité (je ne conteste pas qu’il y ait des exceptions), elle est indépendante de la classe sociale, on gratte un appartement chez les nantis ou un ouvre-boîte chez les clochards 


        • 1 vote
          Heptistika Heptistika 21 mars 20:08

          @medialter

          "elle est indépendante de la classe sociale, on gratte un appartement chez les nantis ou un ouvre-boîte chez les clochards"

          - Peut-être devrait-t’il y avoir moins de nantis qui jonglent avec des appartements (vides) et moins de clochards ayant à se battre pour leur survie et les choses iraient sans doute un peu mieux non ?

          Comme dit dans la vidéo, l’idée de promouvoir en tant de mode de société la coopération en lieu et place de l’égoïsme comme c’est le cas actuellement, permettrait de remodeler, repenser le système. C’est ce dernier qui par sa nature même, pousse sans cesse le quidam dans ses derniers retranchements, il fait ressortir et promeut ce qu’il y a de pire chez les gens et récompense ceux qui s’y adonnent.

          Tout est question du loup que tu nourris, certes il est de la nature des Hommes d’êtres envieux, détestables et violents, mais il leur est tout autant naturel de ressentir de l’empathie, de l’altruisme et d’œuvrer à la paix, et tant il est vrai que le capitalisme s’emploie à exacerber le pire de nous, des alternatives verront éventuellement le jour à ce système mortifère (suite à des millénaires de chaos et de guerre, sans doute, en admettant que l’humanité y survive). Sans vouloir psychologiser, tu sembles te focalises sur un côté de la pièce car ton élitisme biaise tes perceptions et t’auto-persuade qu’une place d’élite t’es somehow due.

          L’on peut égarer un porte-monnaie au Japon et se le faire restituer sans qu’il n’y manque un sou, cette société presque sans criminalité prouve que ta théorie du "gène malfaisant" humain n’est pas vraie, c’est le cadre qui veut ça dans 99% des cas. Les sciences humaines ne sont pas juste des "trucs de gauchistes" à rejeter d’un revers de main et les exemples contredisant tes dires dans le règne animal, Homo sapiens sapiens inclus sont nombreux.

          N.D.R. smiley La pression économico-sociale reste au Japon, comme partout ailleurs maximale, mais les effets délétères se traduisent par un taux de suicide élevé et une natalité au ras des pâquerettes, comme quoi rien n’est parfait, mais au moins ils ne passent pas leur temps obnubilés par l’appartement ou l’ouvre-boîte du voisin.


        • vote
          medialter medialter 21 mars 20:48

          @Heptistika
          Moi je nourris les 2 loups. En raison des 2 catégories de destinataires. Les licornes avec de l’ambroisie et les cochons avec mon vomi. Enfin, je dis les cochons, les pauvres bêtes valent infiniment mieux que la catégorie dont je parle. C’est marrant que tu me parles du modèle japonais, c’est précisément là où ont eu lieu parmi les pires horreurs de tous les temps, celles de l’unité 731. Merci pour cette conversation


        • vote
          medialter medialter 21 mars 20:56

          T’as aussi ça, à ajouter au dossier du modèle


        • vote
          Heptistika Heptistika 21 mars 21:37

          @medialter

          On ne peut pas réduire chaque culture à ce qu’elle a pu ponctuellement engendrer de pire, commis par une minorité de cinglés. Penses-tu vraiment que la majorité des gens cherchent activement la guerre au lieu de la paix, quand les circonstances se prêtent à la seconde ?

          Fin bref, à plus smiley


        • vote
          medialter medialter 21 mars 22:37

          @Heptistika
          "Penses-tu vraiment que la majorité des gens cherchent activement la guerre au lieu de la paix, quand les circonstances se prêtent à la seconde ?"

          *

          La guerre, non, enculer le voisin, ou péter plus haut que lui, oui


        • vote
          Soi même 21 mars 01:39
          La loi de la jungle, c’est aussi la loi de l’entraide, ce qui est géniale avec les intellects autoproclamés, c’est la facilité de retourné les préjugés en bouillie intellectuel. 

          • 2 votes
            LUCA LUCA 21 mars 06:44

            Je constate que le sentiment de compétitivité est si fortement inscrit dans notre conscience qu’il en est devenu presque génétique. A l’image du névrosé faisant sa "p’tite marche dominicale" et ne scrutant que son chronomètre, la société humaine a glissé dans un espace dimensionnel régi par l’Heure/mn/sec, donnant ainsi une précision à un temps paraissant augmenté, ce dernier n’est plus cyclique mais mesuré précisément et doit s’exploiter à la virgule près. Je ne vise là que le temps, on pourrait également associer cette observation à toutes les mesures, l’écriture ou les mathématiques par exemple.

            Je ne dis pas que l’entraide soit une mauvaise chose, mais toutes proportions gardées on peut aussi entrevoir l’absurde en envisageant le pire, c’est-à-dire entrer dans l’excès. Comme quelqu’un l’a fait remarquer plus haut, dans une société menée par la compétition, les boulets sont exclus c’est un fait, hors que ferait-on dans une société d’entraide universelle de gens réticents à ce système ? ...la chaise électrique ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Heron

Heron
Voir ses articles







Palmarès