• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Norman Finkelstein sur Corbyn, le ‘Nouvel Antisémitisme’ et la police de la (...)

Norman Finkelstein sur Corbyn, le ‘Nouvel Antisémitisme’ et la police de la pensée

Norman Finkelstein sur l’émission Renegade Inc., épisode intitulé Accusations d’antisémitisme contre le Parti Travailliste, Russia Today UK, le 20 mai 2019.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=OPYfLY2cAi4

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

Journaliste : Lorsque vous observez la scène politique britannique aujourd’hui, que voyez-vous ?

Norman Finkelstein : Je me concentre sur une chose, et c’est bien sûr Jeremy Corbyn.

Journaliste : Pourquoi ?

Norman Finkelstein : Parce que je pense qu’il représente vraiment une opportunité historique. Je ne connais pas (personnellement) Corbyn. Je connais des gens qui le connaissent. Mon éditeur faisait partie de ses soutiens, et un vieil ami à moi est l’un de ses principaux conseillers. Ils n’ont que du bien à dire de lui.

Corbyn est une personnalité authentique. Il dit vraiment ce qu’il pense.

Journaliste : Est-ce quelque chose de choquant pour les médias et la classe politique ?

Norman Finkelstein : Oui, car ils tirent profit du statu quo. Je parle des médias, des élites britanniques et de la communauté juive au Royaume-Uni. Ils ont avantage à maintenir le statu quo. Et la ligne directrice de Corbyn est quelque chose comme « Dans un pays comme le nôtre, il ne devrait y avoir aucun sans-abri. » Les élites se moquent royalement des sans-abri dont (Corbyn) parle. Oui, ils peuvent éventuellement donner un ou deux centimes, mais ils s’en moquent, ils veulent parler d’autre chose. Corbyn représente l’espoir d’un changement véritable dans la société britannique. Et pour ceux qui se complaisent au statu quo, Corbyn représente une véritable menace.

Journaliste : Est-ce pour cela qu’il a été tant calomnié par des campagnes odieuses lancées contre lui ? Quel est, à votre avis…

Norman Finkelstein : C’est un processus normal qui est à l’œuvre, mais il y a un élément inédit. Si on observe l’histoire de ce qu’on appelle le Nouvel Antisémitisme, depuis les années 70, chaque fois qu’Israël fait face à un désastre sur le plan de l’opinion internationale, ils lancent leur campagne (contre le) Nouvel Antisémitisme (allégué). Il était donc totalement prévisible, puisque Corbyn est réputé comme un défenseur des droits des Palestiniens, qu’ils allaient lancer une nouvelle campagne dénonçant le ‘Nouvel Antisémitisme’. C’était évident qu’ils allaient le faire.

Mais il y a une variante. Et ce qui s’est passé est très intéressant. D’habitude, ces campagnes, puisqu’elles se rapportent seulement à Israël, sont menées par les organisations juives. Mais cette fois-ci (avec Corbyn), quelque chose de différent s’est produit. Corbyn ne représente pas seulement un danger pour Israël et les partisans d’Israël, il représentait une menace pour l’ensemble des élites britanniques, toutes catégories confondues, du Guardian (média social-libéral) au Daily Mail (média conservateur) : ils se sont tous joints à la campagne contre le Nouvel Antisémitisme.

C’est sans précédent : toutes les élites britanniques (se sont unies), durant toute cette attaque complètement bidon, fabriquée, absurde et obscène contre ce prétendu antisémitisme du Parti Travailliste, pour lequel il n’y a absolument aucune preuve, exactement zéro. Oui, on peut sûrement trouver quelques membres marginaux du Parti Travailliste qui auront tenu des propos antisémites…

Journaliste : Il faut dire au public qui vous êtes et quel est votre passé (Juif fils de survivants de l’Holocauste)…

Norman Finkelstein : Mais il ne s’agit pas de moi.

Journaliste : Mais vous êtes impliqué parce que vous êtes…

Norman Finkelstein : Non, c’est complètement ridicule (de suggérer que je suis juge et partie). Je ne fais que lire les sondages. Je regarde les chiffres (officiels). Il y a entre 6 et 8% d’antisémites dans la société britannique. Ce n’est rien ! Oui, il y a quelques illuminés, mais il n’y a pas d’antisémitisme institutionnel au sein du Parti Travailliste. Il n’y a pas de menace antisémite dans la société britannique. J’ai étudié de près toutes les données : ce danger n’existe tout simplement pas. Ce n’est qu’une manipulation, une fabrication. Vous savez que je ne crois pas aux théories du complot, mais c’est clairement un complot.

Journaliste : Mais vous devez reconnaître qu’il y a des Juifs au Royaume-Uni qui sont terriblement inquiets à ce sujet, car en fin de compte, si cet antisémitisme (imaginaire) qui, selon vous, est instrumentalisé à des fins politiques, ne marche pas, lorsqu’un véritable antisémitisme apparaîtra, ce sera comme le berger qui criait au loup, et il n’y aura pas de protection pour ces minorités.

Norman Finkelstein : Mais il y a un problème plus important que ça. Il y a certes le risque du berger qui criait au loup, mais je pense qu’il y a un problème plus grave encore. Si Corbyn perd (les élections), beaucoup de (partisans) du Parti Travailliste considèreront que c’est la faute des Juifs qui ont fabriqué toute cette chasse aux sorcières hystérique contre l’antisémitisme. Ce sera un problème. Et vous savez quel sera le problème encore plus important ! C’est qu’ils auront raison ! Le fer de lance de cette campagne visant à arrêter Corbyn était constitué de Juifs. Il y aura donc énormément de colère au sein du Parti Travailliste (et de ses partisans). Ce n’est pas de l’antisémitisme. Ce sont des faits.

Journaliste : Mais il ne s’agissait pas seulement de ces Juifs dont vous parlez.

Norman Finkelstein : Oui, mais ce sont eux qui ont joué le rôle le plus visible, et le rôle le plus agressif. Les élites britanniques n’auraient jamais pu traiter Corbyn d’antisémite impunément sans le soutien visible de toutes les principales organisations juives. Rappelez-vous que l’été dernier, les trois principaux journaux britanniques, pour la première fois dans l’histoire juive britannique, ont publié un éditorial commun qui dénonçait Corbyn comme un antisémite, et affirmait qu’on était au seuil d’un Nouvel Holocauste. (Ces Juifs) sont les moteurs de ce complot concerté au niveau de l’ensemble de l’élite de la société britannique visant à détruire Jeremy Corbyn.

Journaliste : (Ce qui arrive à) Jeremy Corbyn est-il un précurseur de (la campagne électorale de) Bernie Sanders en 2020 ?

Norman Finkelstein : Oui. Dans les grandes lignes, tout ce qui se passe aujourd’hui au Royaume-Uni est une répétition pour les attaques (à venir) contre Bernie Sanders. C’est exactement la même chose qu’au Royaume-Uni, où les élites du Parti Travailliste ont essayé de stopper Corbyn : (aux Etats-Unis), depuis 2016, les élites ont tout fait pour stopper Bernie (Sanders). Evidemment, il sera difficile de l’attaquer sur un antisémitisme allégué, car (Sanders) est très Juif, un Juif de toujours qui a toute la gestuelle et toutes les intonations de la judéité. Et sa position sur Israël a toujours été assez bonne.

Mais ça ne les arrêtera pas, car ils vont faire exactement la même chose que pour Corbyn. Ils vont cibler tous ceux qui l’entourent. Et il se trouvera beaucoup de gens dans son entourage qui (seront ‘antisémites’) selon ces définitions techniques de l’antisémitisme comme celle de l’IHRA (Alliance pour le Souvenir de l’Holocauste), qui affirme en substance que quiconque critique Israël est antisémite. Ils vont tous les frapper (de cet anathème), puis ils vont faire la même chose que pour Corbyn.

Journaliste : Comment tout cela finira-t-il ?

Norman Finkelstein : Cela dépendra de la capacité de Sanders à tenir sa ligne, ce qu’aurait dû faire Corbyn selon moi…

Journaliste : Il a manqué d’auto-discipline ?

Norman Finkelstein : Non, il a (tout simplement) été naïf. C’est un homme intègre, qui croit en la bonne foi (des gens). Ce qu’il aurait dû faire selon moi est prononcer un discours politique affirmant sa position sur l’antisémitisme, sur les mécanismes pour y faire face dans son Parti, et point final, dossier classé.

L’autre erreur majeure qu’il a commise à mes yeux, et qui est valable pour l’ensemble du Parti Travailliste, est d’abandonner complètement les principes de la liberté d’expression. Les gens ont le droit de dire et de penser tout ce qu’ils veulent. Si je suis un membre du Parti Travailliste, ça veut dire que j’adhère à la plateforme politique du parti, et c’est ce qui fait de moi un membre. Mais cela ne signifie pas que vous avez le droit de troller mes posts Facebook, ou de contrôler tout ce que je dis ou poste sur Instagram. (Une telle police), c’est la Roumanie sous Ceausescu ! C’est la Corée du Nord sous Kim-Il Sung. Et ça va maintenant être le mandat du Parti Travailliste ? D’éplucher toutes vos pensées et idées ? De s’assurer que vous n’êtes pas antisémite ?

Tout le monde, même vous, même vos cameramen, a au fond de lui des stéréotypes antisémites. Tout le monde en a. Vous me regardez, et vous pensez « Juif mesquin ». Et alors ? On s’en moque ! C’est très difficile d’extirper, de déraciner (les stéréotypes). Il est très dur de…

Journaliste : Pourquoi ?

Norman Finkelstein : Parce qu’ils sont enracinés dans des milliers d’années.

Journaliste : Pourquoi ? Parce que j’ai vu Le Marchand de Venise et Shylock (riche usurier juif dans la pièce de Shakespeare) ? Ce n’est pas…

Norman Finkelstein : Non, ils sont partout. Ils font partie de l’atmosphère, de l’environnement, des traditions, de l’histoire. Est-ce que (pour ma part), je n’ai aucun stéréotype anti-noir au fond de moi ? Aucun préjugé raciste ? N’ai-je aucun préjugé sexiste ? Absolument aucun stéréotype ? Bien sûr que si.

Allons-nous avoir un Parti Travailliste qui va sonder les profondeurs des consciences, des inconscients et des subconscients, du moi (freudien), à la recherche de preuves d’antisémitisme, auquel cas vous comparaîtrez devant un Comité qui vous déclarera coupable de la pensée antisémite x, y ou z, qui serait contenue dans le moi selon certains éléments avancés (par l’accusation). C’est de la démence pure ! Et c’est une répudiation et un abandon complet des principes les plus fondamentaux de ce qu’on appelle les Lumières, qui commencent, comme l’ont dit les Allemands dans cette belle chanson populaire, ‘Die Gedanken sind frei’, qui signifie que les pensées sont libres.

Les gens ont le droit de penser ce qu’ils croient, et puisque la pensée est inséparable de la parole, nous avons tous le droit de penser et dire ce qu’on veut, à notre guise. Et si on n’aime pas ce que dit quelqu’un, on a le droit de ne pas l’écouter, ou d’essayer de le convaincre qu’il a tort ou qu’il se trompe dans ses croyances. Mais ce qu’on n’a pas le droit de faire, c’est de sanctionner, punir ou exclure les gens pour leurs pensées. Non, personne n’a le droit de faire ça, et c’est un désastre politique absolu, car tout ce que ça entraine, c’est que les gens sont forcés de réprimer leurs pensées, jusqu’à ce qu’un démagogue arrive et commence à dire ce que vous pensez, mais que vous êtes contraints de réprimer, et au lieu que vos pensées erronées aient reçu une réponse pertinente, le fait que vous ayez été contraint à les réprimer les valide à vos yeux, car on se dit que si on m’interdit de dire ça, c’est parce que c’est la vérité. Ces pensées sont validées, puis survient un démagogue qui cherche à exploiter dans son intérêt toutes ces pensées réprimées.

En conclusion, il est moralement inacceptable d’essayer de mettre en œuvre une police de la pensée, et politiquement, c’est un désastre complet.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter. Vous pourrez choisir de recevoir chaque nouvel article dès sa parution, ou opter pour un bulletin hebdomadaire.

Tags : Polémique Antisémitisme




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • vote
    Sylvain Sylvain 11 juin 12:46

    Il n’y a effectivement pas de menace antisémite dans la société britannique , et les élites juives en font comme souvent beaucoup trop avec le retour " des heures sombres". 

    Cela dit il est aussi évident que Corbyn et son parti ( à l’image d’un Melenchon et de la FI ici) sont infiltrés de plus en plus par des militants indigénistes et par des courants islamo-gauchistes très virulents à l’égard des juifs.


    • 2 votes
      Garibaldi2 12 juin 03:36

      @Sylvain

      Vous avez des exemples précis ?


    • vote
      Tartoquetsches 14 juin 22:21

      @Garibaldi2

      Non , mais le grand philosophe Onfray l’a dit, alors forcément on s’incline devant cet aigle majeur de la Pensée Mondiale, ce phare dans la nuit obscure de la bêtise, de l’ignorance, de la veulerie et des culs de poney dans lesquels meuglent les cloportes infâmes.


    • vote
      paul Muad Dib 11 juin 16:45

      Comment ne rien dire..............



      • vote
        Vraidrapo 11 juin 17:03

        ces définitions techniques de l’antisémitisme comme celle de l’IHRA (Alliance pour le Souvenir de l’Holocauste), qui affirme en substance que quiconque critique Israël est antisémite.

        C’est mot pour mot ce qui est développé dans l’Article sur "Antisémitisme et Corbyn" dans le DIPLO du mois de juin !


        • 2 votes
          zzz999 12 juin 08:30

          Juif, fils de déporté, et antisioniste, ce garçon cumule toutes les tares pour ne jamais être interviewvé, du moins en France !


          • vote
            Vraidrapo 13 juin 10:33

            @zzz999
            A propos d’interview :
            IL serait salutaire (démocratiquement parlant) de faire le point sur l’EI à partir du 11 septembre en invitant des experts techniques US et des essayistes comme Webster Tarpley.
            Au lieu de cela, l’Oligarchie a enterré le débat en considérant la VO comme définitive et basant toute sa politique sur un Enaurme mensonge historique !
            Aujourd’hui, un énième débat s’est installé sur le retour de la progéniture d’esprits égarés par la propagande et sa contre-propagande biaisée...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès