• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présidentielle américaine 2020 : L’analyse d’Hubert Védrine sur le bilan (...)
#83 des Tendances

Présidentielle américaine 2020 : L’analyse d’Hubert Védrine sur le bilan Trump

07/11/20 Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères était l'invité du "8.30 franceinfo", samedi 7 novembre 2020. Élection américaine, bilan de Donald Trump, relations entre la Turquie et l'Union européenne...Il répond aux questions de Saveria Rojek et Matteu Maestracci.

Joe Biden aux portes de la Maison Blanche

"Les gens ont voté pour ou contre Trump", a affirmé Hubert Védrine. "Joe Biden n'a pas une personnalité clivante, ça l'a aidé à être en tête", poursuit l'ancien ministre des Affaires étrangères.

"Joe Biden va tenter de réconcilier les Américains et les démocrates", a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine. Si Joe Biden arrive à la Maison Blanche le 20 janvier après des péripéties, "la démocratie américaine à travers des soubresauts et des moments déconcertants aura fonctionné", assure-t-il. L'article entier vidéo ci-dessous

 

6 /11/20 Interview d'André Kaspi sur France info : Election américaine : "Le vote par anticipation a tout brouillé" et est "antidémocratique", estime un historien spécialiste des Etats-Unis Pour André Kaspi, voter par anticipation ne laisse pas toute sa place à la campagne électorale et donc à la démocratie. Il rappelle d'ailleurs que Joe Biden comme Donald Trump ont eux-mêmes voté par anticipation. La suite

Tags : Etats-Unis Elections Donald Trump Joe Biden




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Simple citoyenne Simple citoyenne 7 novembre 15:49

    A écouter ! 


    • 6 votes
      Djam Djam 7 novembre 20:05

      Védrine a la bouche trop pleine pour exprimer la vérité... dès qu’on parle de démocratie pour les EU c’est signe qu’on a déjà (comme Biden) les neurones ramollis...



        • 4 votes
          Simple citoyenne Simple citoyenne 8 novembre 08:00

          Védrine défend le bilan de Trump ! Enfin la voix de la sagesse. Bilan considérable.


          • 2 votes
            Joe Chip Joe Chip 8 novembre 13:13

            @Simple citoyenne

            Vous n’avez rien compris. Il dit à ces journalistes qui ont une compréhension binaire du bilan de Trump que son passage laissera des traces voire un héritage dans la politique et les institutions américaines. Et il fait la distinction entre Trump en tant que phénomène politique (qu’il comprend, explique, etc.) et Trump en tant que personnage qu’il juge détestable.


          • 2 votes
            Simple citoyenne Simple citoyenne 8 novembre 14:37

            @Joe Chip, Oui, il a également dit ce que vous écrivez aussi, oui ; mais permettez tout de même que fasse une petite synthèse, et que je prenne le mot qui pour moi a été le plus important, c’est que, le bilan de Trump est considérable. Védrine est un des seuls à le dire, les autres ont baissé leurs culottes.


          • 2 votes
            zak5 8 novembre 09:19

            Il a raison, qu’a fait Obama en deux mandants ? Absolument rien. Obama n’était qu’un président largement fantasmé. Il tente un troisième mandant en plaçant le fantôme Biden, grâce a plus de 70 millions de vote par correspondance faut-il le rappeler, mais il ne fera pas mieux, mais pire


            • 5 votes
              ZardoZ ZardoZ 8 novembre 10:10

              Je vais vous faire une prédiction assez facile sur la victoire de Biden et les suites à donner :

              Le nouveau président (78 ans au 20 novembre) est sénile, il tient à peine debout, il termine même pas sa première année.

              La vice présidente Kamala Harris (première vice-présidente de l’histoire des USA) devient la première présidente des états-unis.

              Au delà du symbole féministe, cette dernière est totalement inféodée à l’état profond, suffit de voir sa bio. 

              Conclusion, le plan se déroule parfaitement avec une élection à la "cloche de bois" nous privant d’un tout petit bol d’oxygène... Mais de toute façon le terme était écrit par avance.


              • 2 votes
                Joe Callagan Joe Callagan 8 novembre 13:12

                @ZardoZ

                D’accord avec toi (sauf la conclusion) mais si et seulement si Biden a réellement gagné. Or, ce n’est pas le cas et nous devrions avoir la confirmation dans quelques temps.

                Un peu de patience...


              • 7 votes
                Joe Chip Joe Chip 8 novembre 13:20

                @ZardoZ

                Je pense également qu’elle est programmée pour prendre la suite et va dès ce mandat exercer une influence considérable sur Biden, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour nous puisque sans bien la connaître encore elle semble représenter un point de rencontre entre ce que vous appelez "l’Etat profond" et le nouveau progressisme américain articulé autour des radicalités militantes et de la promotion des "identity politics". Le soft power américain va donc évoluer mais n’en sera pas moins actif et intrusif sur le plan culturel, et sans doute beaucoup que sous le mandat de Trump, qui ne ménageait pas la dignité de nos dirigeants mais nous laissait au moins tranquille sur le plan intérieur.


              • 3 votes
                pegase pegase 8 novembre 14:18

                @ZardoZ
                -
                A tout les coups nous allons assister à une guerre sans merci en Biélorussie, ils nous la présenteront comme une révolution, mais ce sera une guerre ...

                Ensuite ou parallèlement ils vont attaquer frontalement l’Iran, et la mondialisation reprendra de plus belle !


              • 3 votes
                LUCA LUCA 9 novembre 04:18

                @ZardoZ
                Peu importe la date limite de péremption du balai à chiottes, c’est le vice de la vice-présidente et du groupe "démocratie totalitaire" qui dominent, enfin, qui semblent dominer car leur pouvoir est basé sur une superficialité politique totale, ils attaquent au bluffe en trichant et à coups de grandes gueules, au contraire de Trump, carré et concret, il n’est pas un mec à se laisser rouler dans la farine et la justice enquête sur les nombreuses "anomalies" lors de ces élections. Mais il a perdu, la bouffée d’oxygène dont vous faites référence était peut-être nécessaire pour nourrir l’explosion qui aurait pu suivre, mais je crains fortement que le plan confinement se mette en place pour longtemps, étouffant ainsi l’incendie la dictature devrait être entière au premier trimestre 2021. Camps d’internements, sélection des individus, confiscation des actifs ... bref, du 1984². Résistants, préparez-vous.


              • 4 votes
                LUCA LUCA 9 novembre 04:45

                @LUCA
                Dsl pour les fautes, c’est l’émotion.


              • 3 votes
                Serge ULESKI Serge ULESKI 8 novembre 18:23

                La force des médias repose sur l’ignorance et l’amnésie de leur audience.



                Avec Biden, voilà qu’ils tentent de nous rejouer l’élection d’Obama « l’élection miracle ! » (en ce qui concerne le bilan social de ce dernier qui laissera derrière lui plus de pauvres qu’il en a trouvés en arrivant, pour ne rien dire de la destruction de la Syrie et de la Libye… merci de vous adresser à Sanders) avec un candidat âgé de 78 ans !



                Un Biden qui est le candidat qui a recueilli le plus de fonds qu’il devra rembourser, d’une manière ou d’une autre, à ceux qui ont investi sur ce candidat… et pour lesquels « investir à perte » n’est pas une option.



                Quant à Trump, les médias se gardent bien de nous rappeler la contestation de l’élection de Bush-junior par le perdant Gore.



                Bourrage de crâne… commentaires et analyses complaisantes, perfides et mensongères… c’est encore une fois le "journalisme" qui s’effondre ; aussi, force est d’en conclure qu’il n’y a vraiment plus rien à sauver des médias passés maîtres en boniments tels des camelots, toujours là à tenter de nous revendre l’ignorance des uns, l’amnésie des autres.

                 


                • 1 vote
                  Serge ULESKI Serge ULESKI 8 novembre 18:25

                  Trump... c’était encore ( ça l’a toujours été) la même Amérique - refus de partager le monde ; refus d’une concurrence quelle qu’elle soit dans quelque domaine que ce soit -... même si... dans un style différent car nécessité fait loi...

                   

                  En effet, la tentation de l’Américain blanc des classes populaires et des petites classes moyennes de cracher sur les 50 étoiles et les 13 bandes du drapeau US planté dans son jardin (menace de séparatisme que l’oligarchie mondiale américaine qui n’a cure de l’histoire de l’identité de l’Américain blanc a su détecter et s’en alarmer depuis la présidente Obama en particulier mais bien avant aussi) devenait de plus en plus pressante... 

                   

                  Il était donc temps de s’en rapprocher à nouveau de cet Américain blanc, tout blanc et en colère ; il fallait agir car les Etats-unis, pour fonctionner (son hégémonie et sa violence "at home and abroad") a besoin d’un soutien massif de sa population, même et surtout celle qui est maltraitée ; l’obligation d’un patriotisme moutonnier (l’anti-patriotisme étant unanimement condamné n’est pas une option pour quiconque à terme) y pourvoie depuis des lustres...

                   

                  Pour autant...  

                   

                  Les électeurs de Trump qui ont souhaité "se venger" de la présidence guindée et sournoise d’Obama, ne se mobiliseront pas.... maintenant conscients de l’inutilité des candidats de type "milliardaires rebelles sans cause"... 

                   

                  Car, si cela peut soulager, si l’on parvient alors à attirer l’attention sur soi, si cela défoule, on ne change pas pour autant les conditions de son existence avec un tel candidat et sans doute, avec aucun autre non plus ; conditions qui sont à l’origine de ce vote "dissident" en faveur d’un candidat "hors norme" qui, de plus, a son propre "agenda existentiel" ; comprenez : sa propre raison d’être en politique et de faire de la politique qui n’a pas grand-chose à voir avec le fait que les classes populaires blanches étaient et sont encore sur le point de réaliser que cela fait des années qu’on "les balade"… et que ceux qui s’avèrent appartenir à l’oligarchie mondiale anglophones abusent sans retenue et sans s’en cacher, de leur crédulité... d’essence principalement patriotique.

                   


                  • 1 vote
                    Serge ULESKI Serge ULESKI 8 novembre 18:26

                    Trump... c’était encore ( ça l’a toujours été) la même Amérique - refus de partager le monde ; refus d’une concurrence quelle qu’elle soit dans quelque domaine que ce soit -... même si... dans un style différent car nécessité fait loi...

                     

                    En effet, la tentation de l’Américain blanc des classes populaires et des petites classes moyennes de cracher sur les 50 étoiles et les 13 bandes du drapeau US planté dans son jardin (menace de séparatisme que l’oligarchie mondiale américaine qui n’a cure de l’histoire de l’identité de l’Américain blanc a su détecter et s’en alarmer depuis la présidente Obama en particulier mais bien avant aussi) devenait de plus en plus pressante... 

                     

                    Il était donc temps de s’en rapprocher à nouveau de cet Américain blanc, tout blanc et en colère ; il fallait agir car les Etats-unis, pour fonctionner (son hégémonie et sa violence "at home and abroad") a besoin d’un soutien massif de sa population, même et surtout celle qui est maltraitée ; l’obligation d’un patriotisme moutonnier (l’anti-patriotisme étant unanimement condamné n’est pas une option pour quiconque à terme) y pourvoie depuis des lustres...

                     

                    Pour autant... 

                     

                    Les électeurs de Trump qui ont souhaité "se venger" de la présidence guindée et sournoise d’Obama, ne se mobiliseront pas.... maintenant conscients de l’inutilité des candidats de type "milliardaires rebelles sans cause"... 

                     

                    Car, si cela peut soulager, si l’on parvient alors à attirer l’attention sur soi, si cela défoule, on ne change pas pour autant les conditions de son existence avec un tel candidat et sans doute, avec aucun autre non plus ; conditions qui sont à l’origine de ce vote "dissident" en faveur d’un candidat "hors norme" qui, de plus, a son propre "agenda existentiel" ; comprenez : sa propre raison d’être en politique et de faire de la politique qui n’a pas grand-chose à voir avec le fait que les classes populaires blanches étaient et sont encore sur le point de réaliser que cela fait des années qu’on "les balade"… et que ceux qui s’avèrent appartenir à l’oligarchie mondiale anglophones abusent sans retenue et sans s’en cacher, de leur crédulité... d’essence principalement patriotique.

                     


                    • 4 votes
                      LUCA LUCA 9 novembre 04:42

                      En magouillant les élections ils reviennent au pouvoir et vont nous la mettre bien profond profond. Justine Trudeau et les autres n’attendaient que ça, le VRP du Canada, le champion des onanistes conpulsifs prévoit pour son pays un printemps Nacht und Nebel qui évidemment se répercutera sur tout le continent démocrate, nous Français y compris, faut arrêter de penser de manière hexagonale, algébriquement et géométriquement car eux par-contre, ils sont déjà dans le futur 10G d’une dictature libérale ! comme disait machin, "be euwaire !" ce qui veut dire : quand on ouvre son esprit à l’objectivité le sphincter se contracte fermement. .


                      • 2 votes
                        Simple citoyenne Simple citoyenne 9 novembre 08:10

                        Joe Biden à peine élu l’immigration états-unienne déjà déçue ! Source " les enjeux internationaux" on demande à une militante d’origine somalienne de se faire discrète. La pauvre... l’immigration c’était bon que pour les élections, ils se sont encore fait avoir. Les sacrés Gauchistes, immigrationnistes et mondialistes, leur ont encore joué un tour et ce n’est pas terminé ! Biden et K, Ha n’ont plus besoin de vous !


                        • 2 votes
                          Simple citoyenne Simple citoyenne 9 novembre 08:11

                          Ça leur apprendra à voter pour eux !


                        • 3 votes
                          Simple citoyenne Simple citoyenne 9 novembre 15:55
                          Le Kremlin indique que Vladimir Poutine attend l’annonce du résultat officiel de la présidentielle aux Etats-Unis pour en féliciter le vainqueur !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès