• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Seconde Vague : les entreprises zombies nous envahissent à cause des Banques (...)

Seconde Vague : les entreprises zombies nous envahissent à cause des Banques centrales !

Reprendre la main sur les banques centrales et purger les entreprises zombies

#Economie #crise

Tags : Economie Entreprises Finances Crise financière Finance Géopolitique Bourses




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • vote
    hocagi@1shivom.com 21 octobre 20:55

    excellent et éclairé


    • 1 vote
      Super Cochon 28 octobre 20:28

      .
      La destruction de l’économie par le Covid pour imposer le Grand Reset du FMI
      .
      .

      Les gouvernements proposeront d’éliminer toutes les dettes personnelles (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.) dont tout le financement sera fourni au par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme mondial de réinitialisation de la dette .

      .

      En échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette , l’individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs.

      .

      L’individu devrait également accepter de participer au calendrier de vaccination COVID-19 et COVID-21, ce qui lui permettrait de voyager et de vivre sans restriction même sous un verrouillage complet .

      .

      .
      LIRE l’ensemble du témoignage de l’argentin le 20 octobre à 01:10

      .
      https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/debat-entre-michel-onfray-et-87301#forum13300459


    • vote
      REMY Ronald REMY Ronald 22 octobre 12:33

      Bonjour.

      L’auteur Franck Dengam propose

      1°) l’intronisation d’un dirigeant illibéral (en citant très précisément sa préférence type Erdogan, Bolsonaro, Poutine, Xi ping, Trump).

      2°) la suppression de l’accès au « crédit trop facile » par les banques centrales accusée de laxisme face à la mendicité des Etats.

      3°) l’abandon des compagnies en difficulté pendant le covid19, afin de ne laisser survivre que les entreprises les plus fortes, car estimées de facto mieux gérées.

      .

      Remarque préliminaire : 

      A l’occasion de la crise épidémique, j’ai eu l’occasion de constater une convergence du point de vue de l’extrême droite et de l’extrême gauche française sur ce sujet précis :  pas de QE (quantitative easing), pas d’argent vers les entreprises,

      => par simple principe anti capitaliste et anti exploiteur pour les uns ;

      => par principe de nécessaire sélection naturelle et de disparition des entreprises zombies pour les autres.

      .

      Est-on autorisé à ne pas être du tout d’accord avec cette approche extrémiste ?

      .

      Des hauts et des bas dans la vie d’une entreprise, cela existe.

      Sous le poids de la hausse des charges, des impôts, des taxes et des surtaxes (la France ayant inventé les taxes sur les taxes !!! : regardez l’exemple de votre facture EDF), la France est devenue au fil de la mauvaise gestion des gouvernements de droite et de gauche le pays au plus fort taux de prélèvement obligatoire de la planète.

      Résultat :

      Il y a vingt cinq ans, le quart des emplois français étaient industriels.

      Aujourd’hui, (et pas uniquement à cause du covid19) nous nous dirigeons sous la barre des 10%.

      .

      Emmanuel Macron s’était fait élire avec sa promesse d’alléger le boulet fiscal français. Avec son Premier Ministre Edouard Philippe, il a fait exactement l’inverse. Une nouvelle taxe écolo-punitive supplémentaire a généré le coûteux mouvement de Gilets jaunes (mouvement hélas vite noyauté, récupéré, discrédité et liquéfié par les extrêmes politiques).

      .

      Manque de bol, alors que la majorité des entreprises française avaient encore la narine à peine au fil de la rentabilité de survie (maintien global de facto du poids fiscal et des charges grâce à d’habiles manœuvres de bonneteau, mais aussi… à cause de la crise des Gilets jaunes puis de la crise des retraites), voilà qu’arrive la conséquence tsunamique catastrophique de la mauvaise gestion sanitaire gouvernementale.

      .

      A l’unanimité, les pays européens décident d’aider financièrement les entreprises à garder leurs salariés et à forger des plans de relance économique. Comme d’autres pays du Nord, l’Allemagne montre l’exemple à fond et obtient de splendides résultats de rétablissement.

      .

      La France s’enlise dans les demi-mesures bureaucratiques, technocratiques entrainant, de facto, un suicidaire eugénisme industriel. (Voir article du 16 octobre dernier).

      .

      Et que propose l’auteur ? : Il souhaite visiblement accroitre cet eugénisme systémique « shadocks » ! En sus de sa référence cultuelle fascisante, il n’hésite même pas à symboliser l’augmentation souhaitée de ce massacre par une affiche particulièrement évocatrice…

      .

      Ne voulant pas prolonger mon commentaire contradictoire avec la longue liste des faillites accumulées ces derniers trimestres (faute d’obtention du fameux et précieux PGE - Prêt Garanti par l’Etat), je vous donne rendez-vous en février 2021, au lendemain des dépôts usuels des bilans de la majorité des entreprises françaises. A défaut de la référence cinéphile zombie, on parlera plutôt de… massacre à la tronçonneuse (un massacre attendu avec le lot de drames sociaux et de montagnes de coûts collectifs en cascade aux frais de la totalité des français, riches ou pauvres, travailleurs et spéculateurs, CONtribuables et banquiers).

      Cordialement.

      Tristement.


      • vote
        Djam Djam 23 octobre 11:01

        Votre long commentaire est intéressant, il indique notoirement que vous avez peur d’un "homme fort". Et pourtant, il n’est pas inutile de rappeler qu’homme fort ne signifie par forcément "facsiste" comme vous semblez l’affirment. Votre imagination est bloquée aux exemples d’antan. Par ailleurs, sachez que dans toute l’Histoire des civilisations, il n’existe aucun exemple démontrant une résilience réussie grâce à des hommes mitigés, ramollos ou féminisés. Même les femmes qui furent des "hommes de Royaume" durent agir avec autorité et dureté (G. Meier, Tatcher ou la caricaturale Hillary, Von Leyen, etc...). Toutes sont autoritaires... Celle qui ne le fut pas : Ghandi fille, fut assassinée.


        • vote
          REMY Ronald REMY Ronald 16 novembre 16:17

          Réponse un peu tardive en raison d’une actualité très dense (y compris au fin fond du Karabakh), veuillez m’en excuser.

          Rechercher un "homme fort" un une chose.

          Encore faut-il que les exemples cités ne fasse pas s’évaporer l’attention de vos lecteurs.

          Car nos peuples ont aussi besoin de compétence et d’intelligence politique, ainsi qu’un contexte institutionnel permettant l’éclosion de grands dirigeants. Nos constitutions judiciarise, meule, lisse et rimellise tellement la vie politique que le seul type de dirigeants capable d’émerger dans nos démocrassouilles imparfaite semble appartenir bien trop souvent à la catégorie des... mollusques.

          Détailler les modifications constitutionnelles nécessaires pour un meilleur fonctionnement de notre Veme République ainsi que les qualités et défauts des personnalités que vous avez citées prendrait trop de temps.

          .

          Quant aux femmes, j’en rajouterais plusieurs dont la brillante Catherine de Russie et j’attendrais un peu pour Ursula Von Der Leyen pour laquelle j’éprouve déjà une très grande admiration.

          .

          Quant au fait d’être assassiné(e), là aussi, je suis en total désaccord avec vous (si vous me le permettez), car ce n’est absolument un critère de sélection pour l’accès au titre de bon ou mauvais dirigeant (La famille Kennedy et bien d’autres seraient peut-être plus d’accord avec moi qu’avec vous...).

          Cordialement.


          • vote
            REMY Ronald REMY Ronald 16 novembre 16:34

            Réponse un peu tardive en raison d’une actualité très dense (y compris Au fin fond du Karabakh), veuillez m’en excuser.

            Rechercher un "homme fort" est une chose.

            Encore faut-il que les exemples cités ne fassent pas s’évaporer l’attention de vos lecteurs.

            Car nos peuples ont aussi besoin de compétences et d’intelligence politique, ainsi qu’un contexte institutionnel permettant l’éclosion de grands dirigeants. Nos constitutions européennes ont tendance à tellement judiciariser, meuler, lisser et rimelliser la vie politique que le seul type de dirigeants capable d’émerger dans nos "démocrassies" imparfaites semble trop souvent appartenir à la catégorie des... mollusques.

            Détailler les modifications constitutionnelles nécessaires (y compris au niveau de la banque et de la haute finance) pour un meilleur fonctionnement de notre Veme République, comme détailler les défauts des personnalités que vous avez citées prendrait trop de temps.

            .

            Quant aux femmes, j’en rajouterais plusieurs, dont la brillante Catherine de Russie et j’attendrais un peu pour Ursula Von Der Leyen pour laquelle j’éprouve déjà une très grande admiration malgré des institutions européennes encore très bloquées par l’unanimisme (ayant donc également besoin de nos propositions de réforme institutionnelle qui commencent à attirer l’attention).

            .

            Quant au fait d’être assassiné(e), là aussi, je suis en total désaccord avec vous (si vous me le permettez), car ce n’est absolument un critère de sélection pour l’accès au titre de bon ou mauvais dirigeant (La famille Kennedy et bien d’autres seraient peut-être plus d’accord avec moi qu’avec vous...).

            Cordialement.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès