• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Thomas d’Aquin et le marché par Franck Abed

Thomas d’Aquin et le marché par Franck Abed

Thomas d'Aquin et le marché - Vers une économie humaine

#Catholicisme #Théologie #Capitalisme #Economie #Libéralisme

 

➡️ Notre site : http://franckabed.unblog.fr

➡️ Twitter : https://twitter.com/FranckAbed​​

➡️ Tipeee : https://fr.tipeee.com/franckabed​​

➡️ Paypal : https://www.paypal.me/franckauteur​​

Tags : Livres - Littérature Economie




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vote
    Étirév 9 novembre 12:48

    Quelques mots sur Saint Thomas d’Aquin (1225-1274) :
    C’est à saint Thomas d’Aquin, l’auteur du livre fameux intitulé la « Somme Théologique », celui qu’on appelait le Docteur angélique, l’Ange de l’École, c’est à lui et à son enseignement que l’on doit en majeure partie la procédure inquisitoriale et la jurisprudence pratiquée, par les cours et tribunaux, à l’égard des sorcières.
    La magie était détestée et redoutée des populations ; l’Église, exploitant cette haine, fit de la magie une hérésie caractérisée en la mêlant aux vraies hérésies. Elle se donna ainsi un semblant de légitimité.
    « Mag » (Nature) est la racine du mot « Magie », qui est la « Science de la Nature ». Magicienne signifie « scrutateur de la Nature ».
    L’enseignement des magiciennes reposait sur la puissance de leur esprit qui leur faisait connaître les lois de la Nature sans s’égarer dans un sens ou dans l’autre. Cela s’appelait « la Magie blanche ». Le mage ou le prêtre qui veut l’imiter tombe tout de suite dans le miracle (de l’ancien français « MIRAIL » = miroir), en cherchant à sortir de sa nature pour s’élever jusqu’à celle de la Femme ; il dépasse les bornes de la puissance humaine. Cela s’appelle « la Magie noire ». Alors, tout devint absurde et incohérent.
    Les mages, au fond, n’étaient que des empiriques dangereux, ne valant pas mieux que les prêtres, mais ils n’avaient cependant pas mérité le bûcher. Du reste, nous les verrons souvent faire alliance avec le prêtre, quoique leurs ambitions réciproques dussent en faire des ennemis irréconciliables, se disputant le pouvoir ; lutte gigantesque qui dure encore.
    Quant aux vrais sages, ils furent étouffés entre ces deux puissances : le faux savant et le prêtre...
    La Somme de saint Thomas d’Aquin concilie la philosophie d’Aristote avec la dogmatique catholique.
    C’est la France de Louis IX, qui sauva l’Église chancelante au XIIIème siècle.
    Le magnifique élan des Cathares avait ouvert un horizon nouveau à l’humanité, un retour à la raison ; grâce à eux, la société remontait la pente que le Catholicisme lui avait fait descendre, toute la bourgeoisie dans le Midi était entraînée et se détachait de l’Église, la féodalité française était en lutte avec le clergé, la pensée renaissait partout, et tout le monde, à peu près, était révolté contre l’avarice de la cour de Rome. A l’étranger, c’était pire encore : l’Allemagne avait un empereur hostile à l’Église, elle était profondément divisée ; l’Angleterre était dégoûtée des exactions des papes, leur pouvoir chancelait ; ce fut Louis IX qui sauva l’Église en favorisant l’institution de l’Inquisition et le développement de nouveaux Ordres religieux. Il fut aidé dans cette œuvre impie par sa pieuse mère, la reine Blanche.
    A eux deux, ils enrayèrent le progrès social pour plusieurs siècles, et furent cause des torrents de sang versé.


    • 3 votes
      Le Glaude Le Glaude 9 novembre 20:50

      @Étirév
      .
      .
      oui oui oui ........ la magie des sorcières est émancipatrice !
      .
      .
      Pour ceux qui souhaitent s’informer sur les dangers réels de se tourner vers la Sorcellerie et le Satanisme . Extraits et témoignages de personnes possédées .
      .
      .
      Le BIEN et le MAL par le père François Brune
      .
      .
      VIDEO 1h
      .
      .
      http://odysee.com/@fredericdotto:9/le-bien-le-mal-le-p-re-fran-ois-brune-en:7
      .
      .


    • vote
      ezechiel ezechiel 9 novembre 23:09

      @Étirév "L’enseignement des magiciennes reposait sur la puissance de leur esprit qui leur faisait connaître les lois de la Nature sans s’égarer dans un sens ou dans l’autre. "

      Les sciences païennes, si on peut parler de sciences (mésopotamiennes, asiatiques, égyptiennes, grecques, romaines, perses, arabes, mayas, ...) sont basées sur l’observation de la nature et de leurs Dieux magiques (Dieu du Soleil, de la Lune, de la Terre, du Vent, de la Mer, de la Forêt,..). La déification des phénomènes naturels empêche chez les penseurs la construction d’une méthodologie scientifique rigoureuse pour comprendre les lois de la nature, tout simplement parce que des Dieux ne peuvent être soumis à une quelconque loi physique ou mathématique. Les dogmes formulés restent donc empiriques.

      La science se construit alors sur la magie et l’alchimie. Le monde aristotélicien des philosophes grecs repose essentiellement sur les quatre éléments (feu, terre, eau, air) composant le monde, les trajectoires rectilignes du monde corrompu sublunaire, et parfaitement circulaires dans le monde pur de l’au-delà, la théorie des humeurs en médecine (Galien, Hippocrate). Ces dogmes présentent des incohérences totalement irrationnelles du point de vue de la formulation scientifique mathématique.

      Plus foncièrement, le paganisme hérite du monisme, les Dieux et la nature ne forment qu’une seule et même entité, qui ne peut donc être soumise à des lois rationnelles et scientifiques.

      Ce paganisme, qui freine le développement scientifique depuis des siècles, va être combattu de manière radicale par l’Église catholique.

      Au moyen-âge, l’Inquisition combat l’hérésie païenne, la sorcellerie et la magie, dans la droite ligne d’Étienne Tempier, elle va alors représenter une étape fondamentale pour démystifier les sciences occultes. L’Inquisiteur Bernard Gui au XIII-XIVème siècle explique dans son "Manuel de l’Inquisiteur" que :
      "La peste et erreur des sorciers, devins et invocateurs des démons revêt, en diverses provinces et régions, des formes nombreuses et variées en rapport avec les multiples inventions et les fausses et vaines imaginations de ces gens superstitieux qui prennent en considération les esprits d’erreur et les doctrines démoniaques."
      Giordano Bruno est un prêtre dominicain hérétique ayant vécu à la fin du XVIème siècle. Excommunié par l’Église catholique pour avoir blasphémé contre la Sainte Trinité, Jésus Christ et la Vierge Marie, il a cependant continué de propager ses hérésies pendant plus d’une dizaine d’années à travers toute l’Europe malgré les avertissements répétés de l’Église.
      Giordano Bruno n’était pas physicien, il rejetait la trigonométrie naissante, et considérait la rigueur des mathématiques appliquées aux astres et à la nature comme une hérésie et un mensonge.
      Giordano Bruno paraît donc d’accord avec Aristote pour faire des mathématiques une science facilement accessible à l’esprit humain mais abstraite, qui ne permet pas de connaître les choses naturelles, et dont la pratique est vaine pour qui cherche à comprendre la substance des chose. Le "Cantus Circaeus" affirme ainsi l’inutilité de l’abstraction mathématique :
      "Les sujets purement mathématiques ne peuvent être d’aucune utilité, dans la mesure où ils sont abstraits"

      Pour Giordano Bruno, l’Univers est un tout formé d’objets interconnectés par des liens magiques, mêlant alchimie et ésotérisme, héritage de théories hermétiques non rationnelles, qu’il utilise pour discréditer l’Église catholique et tromper les bonnes âmes en Europe.
      Dans des ouvrages tout aussi incantatoires les uns que les autres, comme "De la magie", Giordano Bruno explique comment les démons nous parlent, et enseigne une doctrine moniste où toutes les choses de la nature, des pierres aux plantes ont une âme. Ce qui empêche tout raisonnement rationnel et scientifique  :
      "Venons-en maintenant à des questions plus précises. Les mages ont pour axiome qu’il faut, en toute œuvre, garder à l’esprit que Dieu influe sur les dieux ; les dieux, sur les corps célestes ou astres, qui sont des divinités corporelles ; les astres sur les démons qui sont gardiens et habitants des astres - au nombre desquels est la Terre ; les démons sur les éléments, les éléments sur les corps composés, les corps composés sur les sens, les sens sur l’animus, et l’animus sur l’être vivant tout entier : ainsi descend-on l’échelle."

      Giordano Bruno n’est donc pas un scientifique, il propagera ses théories irrationnelles mélangeant ésotérisme et religion, qu’il s’acharnera à faire passer non pas comme des hypothèses, mais comme une vérité absolue.
      Les thèses de Giordano Bruno peuvent aujourd’hui prêter à sourire, mais à l’époque, elles constituaient un obstacle considérable à l’avancée de la connaissance scientifique.


    • vote
      ezechiel ezechiel 9 novembre 23:13

      @Étirév "C’est la France de Louis IX, qui sauva l’Église chancelante au XIIIème siècle. Le magnifique élan des Cathares avait ouvert un horizon nouveau à l’humanité, un retour à la raison."

      Les cathares, "les honnêtes gens (les parfaits)" dont vous parlez sont des hérétiques ; ils séparaient le monde en deux : le monde matériel créé par le Diable, sale, impur et mauvais devant être rejeté, et l’âme pure spirituelle.
      De fait, ils étaient également nommés "Manicheorum" (Manichéens) dans les textes latins. Ils ne pouvaient établir avec la société aucun serment, ni contrat d’aucun sorte.
      La sexualité pour les parfaits est une impureté, faire des enfants est prohibé, car c’est condamner une âme en l’emprisonnant à l’intérieur d’un corps de chair.
      Ils ne mangeaient ni viande, ni oeufs, ni fromage.
      Autrement dit, votre "magnifique élan" cathare est une secte de végans non viable qui aurait conduit la civilisation à sa perte, en se séparant de la société pour créer un état dans l’état.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès