• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Contact
Agoravox TV
Oursquipense

Oursquipense

Le plantigrade myope le plus représentatif de sa génération. Spécialiste de la logique floue et du miel en pot depuis 1967.

tableau de bord
  • Premier article le 21/02/2014
  • Modérateur depuis le 06/03/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Réactions postées Réactions reçues
L'inscription 5 339 155
1 mois 0 4 0
5 jours 0 0 0
moderation Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Derniers commentaires Faire un don
  • 3 votes
    par Oursquipense (xxx.xxx.95.46) 17 avril 11:01
    Oursquipense

    Que dire ?

    Bouleversé par le reportage et la souffrance de ses enfants. Révolté par l’idée même que des parents puissent envisager de se séparer de leurs enfants pendant plus d’un an.
     
    Et les deux mères qui acceptent de parler ne donnent en rien envie de les pardonner. Elles auraient dû savoir ! On ne se sépare pas des ses enfants ainsi. Même en ayant une confiance absolue. Et elles ont beau dire elles vivent très bien leur (absence de) culpabilité. Je ne comprends même pas comment leurs enfants arrivent encore à leur parler. C’est tout juste si je comprends comment elles sont encore en vie, à pouvoir encore balancer des "tu vois !" en parlant tranquillement ou à se plaindre que des personnes puissent faire des remarques sur le fait qu’elles étaient peut-être un genre de mère étrange. 

    Quoi ?!?! On a presque totalement détruit leurs gosses et elles n’y sont pas pour rien mais tout ce qui compte pour elles c’est de ne pas se faire juger. Ecoeurant.

    J’espère que ce verdict mettra un terme à beaucoup de souffrances et que toutes les victimes se remettront du mieux possible. Si certaines lisent ce message rappelez-vous à nouveau que vous n’êtes coupables de rien. Vous n’avez rien fait de mal. Vous méritez de vivre heureux et vos tortionnaires et tous ceux qui ont laissé faire sont au ban de l’humanité. Même s’il y a toujours peu de réactions sur internet dès que le sujet de la pédophilie est évoqué sachez que l’immense majorité des gens est constitué de gens normaux, qui aiment leurs enfants comme de vrais parents. Cette immense majorité a tellement de mal à concevoir l’abomination qu’est la pédophilie qu’elle a tendance à rester muette. Pourtant cette majorité est de votre côté. 


  • 3 votes
    par Oursquipense (xxx.xxx.95.46) 27 mars 16:47
    Oursquipense

    Hein ? Effectivement, je ne comprends pas tout.

    Le principe du dialogue est d’essayer de comprendre ce que dit quelqu’un avant de lui répondre. Etre aimable ça peut aider aussi à ce qu’une discussion commence. Mais bon je ne sais pas trop pourquoi je dis ça. Agora est finalement comme tous les forums : réponses péremptoires, mépris entre interlocuteurs, baston pendant des plombes pour ne rien dire ou répéter sempiternellement la même chose (ce qui revient souvent au même). Internet est un outil magnifique. 


  • 14 votes
    par Oursquipense (xxx.xxx.95.46) 27 mars 15:30
    Oursquipense

    Ce n’est pourtant pas très compliqué. Si le FN est un parti qui a le droit de présenter des candidats c’est qu’a priori il n’y a aucune raison constitutionnelle ou légale de l’interdire. Donc ce parti n’est pas antirépublicain, ni nazi, ni fasciste car dans le cas contraire il serait tout bonnement interdit, ce qui serait une bonne chose. Par exemple il a existé pendant un bref instant un parti royaliste qui a été dissous car il était clairement antirépublicain, sa dénomination même le prouvait. 

    Bref, que l’on combatte les idées de qui on voudra par le débat. Manifester contre la volonté d’électeurs qui votent pour un parti qui a droit de cité c’est un comportement antidémocratique et antirépublicain.

    Quoi ? On va nous faire croire que toutes les institutions qui se sont succédées depuis 40 ans n’ont jamais interdit le FN alors qu’il serait un parti fasciste, pro-nazi, xénophobe et ne respectant pas la consitution française ? Eh bien non, ça ne fonctionne plus, l’illogisme de la chose est apparu au grand jour.


  • 3 votes
    par Oursquipense (xxx.xxx.95.46) 26 mars 17:31
    Oursquipense

    "Et alors ?! Et alors ?! Et alors ?!"

    L’argumentaire en béton armé. Deux mots et le débat est clos. Avec en plus le refus de considérer la personne comme si elle existait en refusant de la regarder quand elle lui parle. Est-ce qu’il y a pire manière de considérer une femme finalement ?


  • vote
    par Oursquipense (xxx.xxx.48.61) 21 mars 07:12
    Oursquipense

    Tiens, citation tronquée pour dévaloriser l’interlocuteur, ça faisait bien 10 minutes que l’on ne me l’avait pas fait. Ma phrase entière ne fait pas sens ? Sa construction est fautive ? Il est interdit d’utiliser "preuves" après le verbe "prouver" lorsqu’on écrit en bon français ?

    Pour le reste relisez votre titre et votre chapeau. Si vous n’y voyez aucuns sous-entendus alors votre réponse à mon égard est parfaitement justifié.

    Maintenant je veux bien développer. Qu’est-ce qui laisse le plus de traces visibles pour l’histoire ? Les constructions, les objets et les batailles. Or il y a une propension très forte à passer surtout par les batailles et les guerres, bref la violence, pour parler d’histoire. Grande ou petite. Combien de films, de livres, de séries sur des meurtres, la seconde guerre mondiale et combien basé uniquement sur le génie des hommes, leur faculté à vivre ensemble ? Quand on me parle de violence entre hommes lors de périodes où la population était très disséminée, les déplacements pénibles et très lents, je dis que l’on met en exergue des faits mineurs pour l’époque.


Les thèmes de l'auteur

Education Enseignement Livres - Littérature Société

Réclame
Vidéos les plus vues
Réclame

Facebook Facebook  Friendfeed Friendfeed  RSS RSS  Twitter Twitter 


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site optimisé pour le navigateur Firefox. Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération