• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > FRANCE CULTURE - Les Nouveaux chemins de la connaissance - La (...)

FRANCE CULTURE - Les Nouveaux chemins de la connaissance - La Bhagavad-Gita, le chant du bienheureux

Philosophies indiennes (2/4) : La Bhagavad-Gita, le chant du bienheureux

 

Un exposé classique de la très fameuse Bhagavad-Gita ; un point de vue magistral de la métaphysique hindoue que tout individu cultivé, normalement constitué, doit avoir écouté, pour le moins, une fois dans sa vie !

 

Vous le savez : pour moi, en toute circonstance -et ici pas plus qu'ailleurs- l'ânonnement n'est pas de mise ! Aussi l'exposé qu'en fait FRANCE CULTURE, n'est pas pour moi exempt de reproches, mais je ne voudrais pas perturber, voire troubler, le spectateur -tout au moins dans une première lecture- en exprimant mon propre point de vue, qui souvent est éloigné de ce qui est dit dans cette vidéo !

 

J'insisterais seulement dans cette introduction, en soulignant avec force, ce qui est au centre du débat dès le commencent, à savoir que nous sommes tous différents ; et qu'en conséquence, et en toute logique, on ne doit pas appliquer le Dharma -la Loi générale- sans aucun discernement- mais plutôt le SvaDharma qui concerne un individu donné -ici le vaillant guerrier Arjuna- qui est invité par Krisnha à le respecter, sous-peine de se comporter comme un moins que rien !

 

"Mieux vaut mourir en accomplissant son svadharma — même mal — que vivre en singeant celui des autres" (G., III, 36 ; XVIII, 47-48). Il est des circonstances où tout ce que nous avons appris ne nous sert plus de rien. La tradition, les règles de la morale, tout semble devenir caduc : il faut alors chercher à découvrir la route cachée qui s’impose, les lois non écrites. Les commandements de la religion, et de l’État, définissent un code moral visant à maintenir un certain ordre de la société et promouvoir le bien-être collectif. Il donne, il est vrai, bonne conscience à ceux qui le suivent. ("les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux..." nous chantait Brassens).

 

Tags : Livres - Littérature Société Recherche Histoire Religions Ethique Philosophie Culture Inde Psychologie



Réagissez à l'article

15 réactions à cet article


  • 1 vote
    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 23 juin 15:56

    Préambule, pour compléter mon introduction :
    ("que celui qui sait ne perturbe pas ceux qui ne savent pas"(G.III))

    Dans la plupart des sociétés de l’Antiquité, la clef des plus profonds mys­tères de l’homme était détenue par les Initiés et n’était transmise qu’aux disciples éprouvés -sous le sceau du secret-, voir notamment la réputée école de Pytagorre qui avait étudié en Egypte !

    Dans la BG on peut rappeler la joute -alors entourés des plus grands brahmanes- de l’illustre savant Yâjnavalkya avec Ârthabhâga, un confrère :
    Ârthabhâga :
     " Quand l’homme meurt ici-bas, Yâjnavalkya, qu’y a-t-il qui ne l’abandonne pas ?… Quand de l’homme, à la mort, la voix entre dans le feu, le souffle dans l’air, l’œil dans le soleil, l’esprit (manas, le mental) dans la lune… (et que tous les autres éléments retournent ainsi à l’univers)… où est, alors, l’homme ?"
    Yâjnavalkya :
    " Prends ma main, Ârthabhâga, mon ami ; nous devons seuls connaître de ces choses ; nous ne devons pas nous en entretenir en public."

    Alors, ils se mirent à l’écart et causèrent…

     Dans la Bhagavad Gîtâ, on trouve aussi plus d’une allusion à une doctrine secrète :
    Krisnha :
    « À toi, mon ami, dont le cœur m’est attaché, j’ai révélé aujourd’hui ce même yoga enseigné jadis, et c’est le secret suprême (uttama rahasya) » (IV, 3) [28].

    Vue sous cet angle la Bhagavad Gîtâ nous invite à toujours essayer de dépasser le banal ânonnement que pratiquent la plupart des orientalistes !

    René Guénon, qui se déclare comme étant avant tout, dans l’esprit des textes, grâce à son approche métaphysique, fustige ces orientalistes qui comme Louis Renou lui rendent la pareille, le traitant presque de rigolo... !

    Alors comment s’en sortir -en l’absence de tout guru fiable- ? : il faut s’en tenir aux faits, au vécu, à l’intériorisation, à l’introspection, et aussi comme nous dit autrement la langue espagnole : al ENSIMISMAMIENTO, c’est à dire en entrant en soi-même...

    Merci


    • 1 vote
      vesjem vesjem 23 juin 21:51

      c’est bien dommage que ces bons à rien de france culture préfère encenser ou glorifier des cultures ou des musiques du bout du monde et ne jamais au grand jamais parler des cultures locales de france ; je pense par exemple à la bretagne, aux bretons, à leur culture, leur langue (que notre bonne république a sauvagement éliminée) , leurs musiques et leurs danses exceptionnelles d’originalité et de diversité ;
      pour ces fautes inexpiables, et pour leur propagande abjecte quotidienne, machiavélique et insidieuse, qu’ils aillent se faire foutre 


      • 1 vote
        Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 23 juin 23:30

        @vesjem

        Bonsoir & merci pour votre contribution,

        je comprends votre propos !

        que vous dit la BG ?

        "lève-toi et combats"

        pourriez-vous me dire pourquoi vous ne le faites pas ?(question vicieuse ici, je le reconnais)

        Merci


      • vote
        Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 23 juin 22:44

        Pour être précis, Louis Renou parle des « élucubrations » de René Guénon !

        "Mieux vaut mourir en accomplissant son svadharma — même mal — que vivre en singeant celui des autres"
        Dit autrement, et de manière plus explicite :
         XVIII.47. Mieux vaut [pour chacun] sa propre loi d’action [Svadharma], même imparfaite, que la loi d’autrui, même bien appliquée. On n’encourt pas le péché quand on agit selon la loi de sa propre nature [Svabhaja].

        Ces deux notions de Svadharma & de Svabhaja sont capitales pour comprendre la Bhagavad Gîtâ  ; ne m’ânonnez, je ne fais ici que suggérer :
        vous devez les trouver en vous- mêmes, et donc être capable un jour de vous dire : je connais mon Svadharma , associé à ma circonstance & mon Svabhaja, c’est à dire, ma nature profonde !


        la Bhagavad Gîtâ c’est donc avant tout le Dharma, le Svadharma & le Svabhaja ; mais c’est aussi le Yoga, la pratique* !


        J’ai insisté lourdement sur le Kali-Yuga qui caractérise notre temps présent ; j’ai expliqué pourquoi ni l’un, ni l’autre ne sont « d’actualité » dans l’esprit des hommes d’aujourd’hui ! Je suis allé plus loin et ai proposé la pratique du Bakthi Yoga, bien que né jnana Yoga, ce qu’atteste mon QI :

        « aptitudes intellectuelles remarquables, nettement orientées vers l’abstraction & la logique... « 


        L’ensemble de ce court exposé devrait vous convaincre que le Yoga -qui n’est pas une religion- se pratique, comme une religion, à l’intérieur d’une communauté, et cette communauté, il faut la créer avant la FIN du Kali-Yuga qui ne saurait tarder !


        *voir mes commentaires & articles qui parlent comme la Bhagavad Gîtâ du socle référent, le Yoga & le Samkhya :

        notamment  : René Guénon compare le Yoga au Samkhya : la réalisation métaphysique ! (aux sources de la métaphysique hindoue : les darshanas)

        rappel de mon introduction à cet article :
        Le mot yoga signifie proprement « union » ; il est masculin en sanskrit. Ce que ce terme désigne principalement, c’est l’union effective de l’être humain avec l’Universel ; appliqué à un darshana, dont la formulation en sûtras est attribuée à Patanjali, il indique que ce darshana a pour but la réalisation de cette union et comporte les moyens d’y parvenir. Tandis que le Sânkhya est seulement un point de vue théorique, c’est donc de réalisation, au sens métaphysique que nous avons indiqué, qu’il s’agit ici essentiellement, quoi qu’en pensent ceux qui veulent y voir, soit « une philosophie », comme les orientalistes officiels, soit même, comme de prétendus « ésotéristes » qui s’efforcent de remplacer par des rêveries la doctrine qui leur manque, « 



        • 2 votes
          wendigo wendigo 24 juin 11:01

          @Mao-Tsé-Toung
          Je suis allé plus loin et ai proposé la pratique du Bakthi Yoga, bien que né jnana Yoga, ce qu’atteste mon QI :

          « aptitudes intellectuelles remarquables, nettement orientées vers l’abstraction & la logique... « 

          ***********


           T’a oublié de citer ton sens de l’autodérision et ton coté "sadhu maso", venir débiter un truc pareil, c’est, j’espère, dans le but d’amener le chaland de passage à s’intéresser à ton sujet ... avant de nous faire un caprice comme tu en a coutume, gaffe mon gars, c’est pas bon pour ton karma ce type d’enfantillage.
          Sinon je serais curieux de savoir ici combien ont capté un seul mot de ce que tu débite et le sens de ceux ci ? M’est avis que tu devrais faire un effort et nous mettre tout ça en sanskrit, je pense que ton QI serait alors plus en surbrillance. (une prochaine fois, tente un sujet en Islandais !)
          Une question ; tu pense sincèrement qu’avec un tel charabia tu va motiver les foules ?
          Bon aller je vais mettre un peu de légèreté sur cette page, qu’on ne l’ai pas modéré pour rien :

          https://www.youtube.com/watch?v=Wfzp4cdcuYc


        • vote
          Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 3 juillet 16:19

          @Mao-Tsé-Toung
          Svabhaja —> à remplacer partout par

          Svabhavaja

          ou

          Svabhava



        • 1 vote
          Stupeur Stupeur 24 juin 10:59


          Une de mes lectures pour cet été :
          La Bhagavad Gîtâ (poche) par Swami CHINMAYANANDA
           
          Cet ouvrage contient le texte intégral de la Bhagavad Gîtâ (18 chapitres, 700 versets), éclairé par le commentaire d’un grand maître indien, Swami Chinmayananda, qui se situe dans le droit fil de la tradition non-dualiste du Vedânta et de la pensée du philosophe Shankara (8è siècle).
           


          • vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 juin 12:43

            Stupeur 24 juin 10:59

            Une de mes lectures pour cet été :
            La Bhagavad Gîtâ (poche) par Swami CHINMAYANANDA
             
            Cet ouvrage contient le texte intégral de la Bhagavad Gîtâ (18 chapitres, 700 versets), éclairé par le commentaire d’un grand maître indien, Swami Chinmayananda, qui se situe dans le droit fil de la tradition non-dualiste du Vedânta et de la pensée du philosophe Shankara (8è siècle).

            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

            @Stupeur

            Bonjour et merci beaucoup pour votre contribution,

            a priori votre ouvrage est idéal pour débuter avec la BG ; je ne me préoccupe pas trop de la version ; bien qu’ayant une aversion certaine pour tout ce qui nous vient de l’ISKCON, dont la dégénérescence brutale m’avait affectée, après la mort du patron en 1977, et bien que n’ayant étudiée la secte que de l’extérieur !

            Savez-vous s’ils continuent à célébrer en été, à la Fontaine des Innocents* ?

            Merci

            ps .- si vous avez des questions à me poser ; n’hésitez pas

            wiki :

            *La fontaine des Innocents, d’abord appelée fontaine des nymphes, est une fontaine située au cœur de Paris sur l’actuelle place Joachim-du-Bellay dans le quartier des Halles (1er arrondissement). De style Renaissance, elle a connu diverses modifications et a été déplacée à deux occasions. Elle est classée monument historique depuis 18621.

            Ce site est desservi par les stations de métro Les Halles et Châtelet.


          • vote
            Stupeur Stupeur 24 juin 13:51

            Every body dies,

            Nobody dies

             

            La preuve : il envoie des tweets 24 ans après la mort de son corps... smiley


          • vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 juin 16:41

            Stupeur 24 juin 13:51

            Every body dies,

            Nobody dies

             La preuve : il envoie des tweets 24 ans après la mort de son corps...

            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

            @Stupeur

            LE SUBTERFUGE EST EVIDENT




            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 27 juin 14:16

              Mes datations :

              1/ Datation probable de l’écriture de la Bhagavad-Gita :
              -550 /
               250

              2/ Rappel du probable début de la FIN du Kali-Yuga (l’age de fer de l’age de fer)
              - 600

              3/ Bouddha & les jaïns

              - 600 / -550

              Ces dates pour approximatives qu’elles soient, sont extrêmement importantes, pour faire une lecture "critique" de la Bhagavad-Gita.

              Les rédacteurs sont d’évidence des hommes du Kali-Yuga(la FIN) ; et en tant qu’ hommes du Kali-Yuga non exempts de toutes les limitations de cette époque ; s’en suivent indiscutablement -pour celui qui sait- d’énormes contradictions ; c’est le moins que l’on puisse dire !

              Il en résulte -pour le moins- que l’étude que je propose ici, ne peut se faire en vérité, qu’en la présence d’un maître : on peut le regretter, mais c’est ainsi ; c’est pourquoi je me propose de répondre à toutes les questions !


              Trolls & Escrocs s’abstenir SVP .


              MERCI D’AVANCE


              cqfd

              

              Ajouter une réaction

              Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

              Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


              FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès