• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le peuple palestinien existe car il a une histoire - Premier Etat (...)

Le peuple palestinien existe car il a une histoire - Premier Etat (1744-1775)

 

Certains pensent que le peuple palestinien est apparu après la création d'Israël, qu'il n'y a jamais eu de revendication d'auto détermination avant l'arrivé de l'occident.

 

Carte du premier Etat autonome Palestinien de ZAhir El Umar :
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ab/Zahir_al-Umar_maximum_extent_map.svg
Zahir el Umar :
https://en.wikipedia.org/wiki/Zahir_al-Umar

 

Révolution des paysans palestiniens :

- http://theimperialera.forumactif.org/t315-revolte-paysanne-en-palestine-1834

- https://en.wikipedia.org/wiki/Peasants&#39 ;_revolt_in_Palestine

 

Révolte palestinienne en 1703
https://en.wikipedia.org/wiki/Naqib_al-Ashraf_revolt

 

Famille el Husseini
https://en.wikipedia.org/wiki/Al-Husayni_clan
https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_al-Husseini

 

Famille Nusaybah
https://en.wikipedia.org/wiki/Nusaybah_clan

 

Quelques articles :
http://www.humanite.fr/node/390108
https://www.amazon.fr/Ahmad-Hasan-Joudah/e/B001KCI518

 

Quelques livres :
https://www.amazon.fr/Ahmad-Hasan-Joudah/e/B001KCI518
http://books.openedition.org/ifpo/465

 

Tags : Histoire Israël Palestine




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 2 votes
    phan 19 janvier 2017 19:36

    Bonjour,

    Un documentaire pour prolonger la période du premier État palestinien (1744-1775)

    Palestine, histoire d’une terre (1880 à 1991)

    L’un des documentaires les plus complets pour comprendre le conflit israélo-palestinien.

    De la fin du XIXe siècle jusqu’à 1991, l’histoire d’une terre, la Palestine, une terre où s’est établie, en 1948, l’État d’Israël, une terre revendiquée par Israéliens et Palestiniens, une terre devenue un enjeu pour la paix du monde. Un récit historique unique, à partir d’archives rares.

    Réalisation : Simone Bitton
    Année : 1992


    • vote
      alanhorus alanhorus 19 janvier 2017 20:22

      1776 : création des illuminés de Bavière.
      https://www.youtube.com/watch?v=Qo3AgpTDfhU
      The Illuminati JESUITS 1776 Adam Weishaupt ’Pawns in the game’
      https://www.youtube.com/watch?v=03_Tby_ICCw
      illuminati is real


      • vote
        alanhorus alanhorus 19 janvier 2017 20:32

        https://www.youtube.com/watch?v=MzopaqehxSE
        Hitler a co-fondé Israël en 1933 avec les Juifs sionistes (Le Contrat de Transfert)
        https://www.youtube.com/watch?v=bMyiFH8Ccms
        Meet the Real Hitler - Tool of the Jesuits
         


        • 2 votes
          phan 19 janvier 2017 20:56

          @alanhorus

          Le 7 août 1933, l’accord Haavara (« passage » ou « transfert » en hébreu) a été conclu entre les plus hautes autorités nazies et les plus hauts décideurs sionistes, notamment ceux de la communauté juive de Palestine. Selon cet accord, les juifs d’Allemagne qui émigraient en Palestine avaient la possibilité exclusive – l’accord stipulait que seule cette destination pouvait en bénéficier – d’y transmettre une partie substantielle de leurs capitaux.

          Les opérations de compensation commerciale de l’accord Haavara permettaient exclusivement le départ des juifs fortunés. Ces derniers étaient autorisés à conclure un contrat avec un exportateur allemand pour l’expédition de marchandises dans ce pays. Les manœuvres n’ont cessé que bien après les premières persécutions officielles. Elles restèrent fréquentes jusqu’à la déclaration de guerre de septembre 1939, selon Raul Hilberg, et jusqu’au milieu de la guerre 1939-1945 selon Tom Segev [1].


        • vote
          sls0 sls0 20 janvier 2017 01:00

          Israël le retour, il est basé sur la bible, aux époques où l’on a envisagé et acté ce retour l’archéologie c’était valider le coté historique de la bible, coté religion ça les intéressait et coté politique il y avait aussi un intérêt à cette validation. Donc historiquement à l’époque la bible était considéré comme historique.

          Deux siècles de recherches bibliques ont prouvé que le matériau biblique doit être évalué chapitre par chapitre, parfois même verset par verset.
          La Bible a incorporé des matériaux historiques, non historiques, et quasi historiques, qui sont parfois très proches dans le texte.

          La recherche biblique consiste essentiellement à distinguer les passages historiques de ceux qui ne le sont pas, en faisant appel à des considérations linguistiques, littéraires et extra-bibliques.

          Comme le suggèrent de récentes découvertes archéologiques, elle a été conçue pour la première fois, en l’espace de deux ou trois générations, il y a environ 2 600 ans.
          Elle prit naissance au sein du royaume de Juda. C’était, à l’époque, une contrée à la population clairsemée, composée pour l’essentiel de pâtres et de fermiers, gouvernée à partir d’une cité royale excentrée, nichée au coeur d’une région de collines, et perchée, de façon précaire, sur une étroite crête rocheuse cernée de profonds ravins.

          Le noyau historique de la Bible fut conçu dans la cohue des ruelles encombrées de Jérusalem, dans les cours intérieures du palais royal de la dynastie davidique et dans le Temple du Dieu d’Israël. Contrairement aux innombrables sanctuaires du Proche-Orient ancien, avec leur tendance oecuménique à entretenir les meilleures relations internationales possibles en honorant les symboles religieux et les déités de leurs alliés, le Temple de Jérusalem cultivait un splendide isolement. En réaction contre l’urgence et l’ampleur des changements imposés sur le royaume de Juda par la pression du monde extérieur, au VII s. av. J. C, pendant le règne du roi Josias - un descendant de la lignée de David* de la seizième génération -, les dirigeants de Jérusalem ont jeté I’anathème sur la moindre trace de vénération des déités étrangères, qu’ils dénonçaient comme étant à l’origine des infortunes qui frappaient à l’époque le royaume de Juda. Ils se lancèrent dans une vigoureuse campagne de purification religieuse à travers le pays et ordonnèrent la destruction de tous les sanctuaires locaux, qu’ils accusaient d’être la source de leurs maux. Dorénavant, le Temple qui surplombait Jérusalem, avec son sanctuaire intérieur, son autel et ses enceintes sacrées, devait être reconnu comme l’« unique » lieu de culte légitime pour l’ensemble du peuple d’Israël. Le monothéisme moderne est né de cette innovation.
          *David, qui jouera un rôle déterminant dans la protohistoire d’Israël. Innombrables sont les contes et les récits qui chantent le fabuleux David. Ils célèbrent sa victoire sur le terrifiant Goliath - le géant philistin qu’il abattit d’un simple galet lancé avec sa fronde -. son adoption à la cour royale due à son talent de harpiste, ses aventures picaresques de rebelle et de chef de bande. (chef de bande à l’époque se disait chef apirou).


          • vote
            sls0 sls0 20 janvier 2017 01:01

            La suite :

            Le roi Josias n’était pas simplement considéré comme le digne successeur de Moïse, de Josué et de David : en réalité, les traits de ces grands personnages tels que nous les dessine le récit biblique semblent avoir été dépeints en fonction de Josias, sorte d’idéal vers lequel tend, dirait-on. toute l’histoire d’Israël. « Il n’y eut avant lui aucun roi qui se fût. comme lui. tourné vers Yahvé de tout son coeur, de toute son âme et de toute sa force, en toute fidélité à la Loi de Moïse, et après lui il ne s’en leva pas qui lui fût comparable ». rapporte le second livre des Rois (2 R 23.25). Un hommage aussi éclatant n’est accordé à aucun autre roi biblique.
            Josias régnera sur Jérusalem pendant trente et un ans : il sera loué comme le roi le plus pieux de l’histoire de Juda. rivalisant en réputation avec David en personne. Durant son règne, les tenants du camp du « mouvement-YHWH-unique » reprendront le pouvoir.
            Une fois encore, leurs convictions religieuses exaltées, et leur opinion tenace selon laquelle YHWH seul pouvait protéger Juda et la dynastie davidique des attaques de leurs adversaires devront s’incliner devant les dures réalités de l’histoire. Mais, cette fois-ci. ils laisseront à la postérité un brillant témoignage, qui maintiendra leurs idées en vie. Leur monument sera la collection impérissable de textes hébraïques qui expriment leur vision de l’histoire et leurs espérances pour l’avenir. Cette saga collective servira de fondation inébranlable à la Bible hébraïque telle que nous la connaissons aujourd’hui.
            Mouvement-YHWH-unique : Comme d’habitude, aristocratie et clergé, ce n’est pas le peuple.

            L’archéologie est passé par là, la population de Jérusalem au temps de David 8000 habitants, Salomon ses temples et monuments, c’est sous les omrides que ça été construit.
            A l’époque de David et Salomon quand il y avait un problème dans le coin, et qu’un vassal demandait de l’aide, le pharaon envoyait 50 hommes, la plus forte escouade ça été pour Mégiddo, 100 hommes. Soit les hommes du pharaon c’était des robocop, soit les guerres épiques ressemblaient à des escarmouches.
            Les égyptiens avait tendance à tout consigner les événements même le traitement des demandes des rois vassaux.

            Un petit pays qui n’a eu sa survie qu’à sa petitesse et sa pauvreté, un roi qui descend de David qui aurait éventuellement été un chef apirou, une partie de la population en exil qui risque de perdre son identité, on comprend que dans leur livre fondateur ils aient eu tendance à enjoliver les choses.

            La bible, un livre pour faire le ciment dans un petit peuple entouré de grands peuples.
            Comme petit peuple le pays de Juda n’a pas attiré l’attention ou les convoitises de ses voisins un moment après que les autres se soient fait tanner par les égyptiens, les perses ou les assyriens, le royaume a eu droit d’exister.
            Comme tout les autres une fois qu’il est devenu attirant il s’est fait bouffer.

            La bible c’est tu ne crois pas en le dieu unique, dieu se venge via égyptiens, les perses ou les assyriens. Quand on regarde d’un oeil archéologique avec ce qu’ont fait les rois ’’ mal vu’’ dans la bible, le pays s’en sortait plutôt bien ce qui attirait les convoitises.

            La bible n’a pas résisté au carbone 14 et au fait que l’argile une fois qu’elle est cuite garde en mémoire la date de sa cuisson.
            Après les guerres les opposant à leurs voisins, il y eu un fort engouement de la part des israéliens pour leur histoire et prouver leur droit sur leur territoire. Ils en ont récupérer des tessons de jarres, vases, ils ont été répertoriés, localisés. Par la suite la technologie de l’archéologie est venu bousculer les dates, du coup ce qui paraissait valider l’historicité de la bible c’est retourné contre cette historicité.

            Comme la bible c’est le livre de la promotion et le ciment du royaume de Juda, ses frontières ressemble à cela.
            Si on rajoute les mauvais de la bible le royaume d’Israël, ça ressemble à cela.
            Juda et Israël se tapaient souvent sur la gueule, la grandeur donné au royaume de Salomon c’est coté Israël qu’on le trouve et pas à la bonne date.

            La vision occidentale de Jérusalem date des croisades, la Jérusalem de David faisait 6 hectares, c’est au moment où l’état d’Israël à disparu que c’est passé de 6 à 75 hectares avant d’être rasée. Elle a été souvent détruite et rasée, à l’époque des croisades 1600 ans étaient passés, ce n’était plus la Jérusalem de David, ce n’était plus le gros village légèrement fortifié, ça pouvait impressionner.
            Le grandiose de la bible n’était pas contredit.

            Deux visions :
            La première, dieux se venge des rois et peuples impies et les royaumes se font raser par les égyptiens, les perses ou les assyriens.
            La deuxième, des rois gèrent bien leur pays qui prospère et qui attire la convoitise les égyptiens, les perses ou les assyriens.
             
            24€ le bouquin de Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, on en apprend des choses.


          • 1 vote
            phan 20 janvier 2017 07:01

            Dans le deuxième livre de Samuel, sous le nom de « Jébus », ils sont les fondateurs et les premiers habitants de Jérusalem avant sa prise par le Roi David vers -1004

            Il y a un proverbe des Hittites  : Lorsque j’ai bu, j’ai plus soif !


            • vote
              sls0 sls0 20 janvier 2017 15:47

              @phan
              Plus on étudie la bible en se référant aux dernières découvertes archéologiques, moins on peut lui donner une valeur historique. S’en servir pour un différent de territoire c’est pas trop le top.
              En ce moment je lis la queste del saint Graal en vieux français, malgré que ce soit un texte avec une certaine historicité, coté valeur historique ce n’est pas le top non plus.

              La bible c’est un livre de référence pour le religieux, ce n’est pas un livre d’histoire ni une référence cadastrale.

              Il y a des traces historiques de la lignée de David, sur une stèle datant de 835 Av JC Hazaël écrit : J’ai tue |Jeho| ram. le fils de |Ahab| roi d’Israël, et j’ai tué |Ahaz| iahu. le fils de |Jehoram roi| de la Maison de David. Et j’ai changé leurs villes en ruines et leur terre en un désert*.
              *Difficile dans ses conditions de parler de primo habitants, c’est plusieurs fois dans son histoire que Jérusalem à été rayer des cartes.

              c’est seulement à la fin du VIIIème siècle av. J. C. que le royaume de Juda et tout particulièrement Jérusalem présentera les caractéristiques d’un État pleinement constitué : une alphabétisation répandue et d’autres indices comme les poids et mesures. 

              De tout les rois de la dynastie de David, il n’y qu’Achab du royaume d’Israël qui aura une stature régionale, il pouvait aligner 2000 chars de guerre, David n’était qu’un chef de bande** et Jérusalem ne comptait que 8000 habitants. A son époque quand il y avait des troubles dans le coin, les égyptiens envoyaient une cinquantaine d’hommes pour rétablir l’ordre. Les égyptiens avaient l’habitude de tout écrire dont le traitement des demandes des territoires vassaux, dispute entre roitelets, 50 hommes, pour Megiddo c’est monté à 100 hommes. C’est plus comme un envoi d’une compagnie de CRS dans une petite ville de 8000 habitants qu’une épopée.

              **David a conquis Jérusalem dans un audacieux raid rappelant le style des Apirou décrit par les livres de Samuel. Vu que le terme apirou n’était pas flatteur à l’époque, on comprend qu’on ait un peu enjolivé la protohistoire du peuple juif dans la bible.


            • 1 vote
              Vlad Dimir 23 janvier 2017 06:53

              Qu’est ce qu’on en a à foutre de la Palestine nous les Français ? Tu penses qu’on vit dans ta tête ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Super

C'est super


Voir ses articles







Palmarès