Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mysticisme et occultisme dans la culture des comic books (Francis (...)

Mysticisme et occultisme dans la culture des comic books (Francis Ouellette, 2013)

Dans le cadre d'une série de conférences sur la bande dessinée organisées par la revue Main Blanche en février 2013, Francis Ouellette a présenté : « Mysticisme, occultisme et comic books ».

 

 

Tags : Bande dessinée Nouvel Ordre Mondial



Réagissez à l'article

21 réactions à cet article


  • 11 votes
    Fidol Castré Fidol Castré 25 novembre 2015 18:33

    Les super-héros, c’est du messianisme sous perfusion dans le crâne des masses : l’attente du Sauveur sous les traits d’un homme tout puissant qui résoudra tous les problèmes de l’Humanité. Shalom et ne me remerciez pas smiley, notre ami québecois passe à côté d’un élément légèrement déterminant smiley, jugez plutôt :
    Siegel et Schuster, inventeurs de Superman, Bob Kane et Bill Finger, inventeurs de Batman, Jack Kirby (Jacob Kirtzfeld) et Stan Lee, les parrains du genre, tous issus du peuple élu... qui travaillèrent dans les studios de Monsieur Will Eisner...et oui. Eussent-ils été d’une autre minorité, ou musulmans, on l’aurait mentionné, mais il se trouvent que tous ces géniaux inventeurs sont juifs. Et le cousin québecois nous parle uniquement d’Aleister Crowley... pauvre naïf (au mieux), ou désinformateur (au pire).
    Bref, l’attente messianique travaille énormément ces gens qui se plaisent à dépeindre un monde glauque, pourri jusqu’à la moëlle contre lequel les simples hommes ne peuvent rien. Le champs des possible se trouve donc fortement rétréci pour le commun des mortels, pauvre de nous... et d’attendre un messie qui sauvera tout, et de préférence qui aura à voir avec la lignée de David et du PS (Peuple Supérieur) smiley. Bref, inutile d’aller plus en avant, que ceux qui veulent comprendre, comprennent. Pour les autres, on pourra dire que les gens sont paranos et antisémites et s’amusent à compter les juifs -et leur influence- de manière obsessionnelle.


    • 4 votes
      mehdite mehdite 25 novembre 2015 20:03

      @Fidol Castré
      comment as-tu pu oublier Gotlib et SuperDupont dans ta liste Bercav ?


    • 6 votes
      Nigari Nigari 25 novembre 2015 21:10

      À noter également que la culture des comics contient beaucoup de super-héros à la personnalité multiple (ayant un trouble dissociatif de l’identité), à commencer par le célèbre géant vert HULK. Le site de la maison d’édition de Marvel Comics contient une biographie détaillée du personnage Hulk qui décrit clairement le passé traumatique de Bruce Banner qui a fractionné sa personnalité. Marvel.com écrit qu’il aurait "développé un dédoublement de la personnalité pour l’aider à traiter sa douleur et sa rage". Bruce Banner souffre d’amnésies lorsqu’il passe d’une personnalité à l’autre, il ne se rappelle jamais des carnages de l’incroyable Hulk. Tout comme le super-héros James Howlett qui possède un alter bien connu nommé Wolverine, qui est lui aussi coutumier des amnésies lors du switch d’une personnalité à l’autre.

      Nous pouvons citer aussi Double Face (un des super-vilains de l’univers Batman) ayant une personnalité bienveillante et une personnalité malveillante, ou encore le personnage Legion, habité par de multiples personnalités ayant chacune des pouvoirs psychiques. Citons également le super-héros Moon Knight (Chevalier de la Lune) qui lui aussi a un trouble dissociatif de l’identité avec trois personnalités alter. De plus il est en relation avec un dieu égyptien lui permettant de devenir encore plus fort, notamment les nuits de pleine Lune (au top smiley )... Tous ces personnages illustrent bien la présence marquée du trouble dissociatif de l’identité dans la culture des Comics et des super-héros.

      À voir aussi cet extrait de la série X-Men qui se rapporte clairement au programme MK-Ultra. Mais bien entendu tout ceci n’est que de la science-fiction pour adolescents attardés… smiley


    • 3 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 25 novembre 2015 21:44

      @Nigari

      Par définition, le super-héros est déjà quasiment toujours dans une situation de dédoublement de la personnalité qui flirte avec la schizophrénie, puisque son côté "super" doit être est "occulté" même aux yeux de ses collègues de travail et parfois de sa famille. Le point culminant de cette tension est généralement le moment ou la partie "ordinaire" du héros est jalouse de la partie "super", dont la petite amie tombe amoureuse. Peter Parker, l’homme araignée, est particulièrement tourmenté par le décalage entre la nullité du raté humain qu’il est dans la vie de tous les jours et la puissance du mutant qui a réveillé la bête en lui (l’araignée est aussi un symbole de l’extrême profondeur psychique, qui vient de très loin). Même sans super-pouvoir, on trouve déjà cette dualité dans Zorro, le cavalier masqué de la nuit. 


    • 4 votes
      Nigari Nigari 25 novembre 2015 22:02

      @Qaspard Delanuit
      Merci pour ces précisions philosophiques Gaspard. Lisez bien le lien qui ramène vers la biographie du personnage Bruce Banner (alter Hulk) sur le site marvel.com, vous constaterez qu’il est clairement décrit le phénomène de trouble dissociatif de l’identité, avec toutes ses caractéristiques : racines traumatiques du fractionnement de personnalité dans l’enfance, amnésies dissociatives lors du passage d’un alter à l’autre, puis finalement travail (thérapeutique) pour faire fusionner les différentes personnalités alter.

      Ici, on est loin de Zorro, vous en conviendrez. Bien que je ne doute pas que Zorro le cavalier masqué de la nuit soit un de vos super-héros. smiley


    • 4 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 25 novembre 2015 22:12

      @Nigari
      Il faut dire que le personnage de Zorro a inspiré les auteurs de comics pour plusieurs personnages. Bob Kane a déclaré s’en être servi pour créer son Batman, autre personnage paradoxal inversant la symbolique du jour et de la nuit, puisqu’il est un justicier de l’obscurité.


    • 2 votes
      Fidol Castré Fidol Castré 26 novembre 2015 09:44

      @mehdite
      Merde, c’est vrai, je l’avais loupé lui, NOTRE super héros smiley


    • vote
      lebretteurfredonnant 27 novembre 2015 03:51

      @Fidol Castré
      Vous faite une fixette inutile sur les juifs. Le messianisme dont vous parle est une mystique qui n’a rien avoir avec le judaïsme et le juif.Beaucoup de juifs ne le sont pas tandis que beaucoup de non juif le sont. c’est une question de croyance ou de vision du monde.La franc maçonnerie est messianique dans son essence original et pour tant celle ci est a 90 % compose de non juifs et elle a même été interdite a ces derniers jusqu au milieux du 19 eme siècle. La révolution française elle même avec son arrière fond universelle et messianique était une affaire proprement goy...Il est fort possible que l’origine religieuse de ces créateurs de super héros aient joués un rôle dans leur vision du monde mais les hommes n’ont pas d’attendu le juif jack kirby et compagnie pour se rendre compte D’"un monde glauque, pourri jusqu’à la moelle" et se créer des héros protecteurs et rédempteurs.Il y a beaucoup adire sur le sionisme et le peuple juif qui ne sont qu une étape au seins d’une mystique bien plus large qui se fout de ce derniers comme de sa première chemise.Contrairement a ce que vous pensez la majorité des sionistes les plus fanatiques on souvent été des goyim.


    • 2 votes
      Captain Captain 25 novembre 2015 20:52

      J’ai cru voir Morgan Priest dans son diaporama ! smiley


      • 8 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 25 novembre 2015 21:32

        Les histoires de sorcières, magiciens, dieux et diables et autres forces surnaturelles composent l’essentiel de tous les récits populaires ou savants de toutes les cultures à toutes les époques... Il serait donc bien étonnant qu’on ne les retrouve pas aussi dans la BD, le cinéma ou les jeux vidéos. Il s’agit tout simplement d’une thématique universel, comme l’amour, l’amitié, la guerre, etc. Ces sujets sont des valeurs sûres et facilement exploitables pour l’industrie du divertissement, qu’elle soit de bonne ou de mauvaise qualité. 


        • 6 votes
          Nigari Nigari 25 novembre 2015 21:45

          @Qaspard Delanuit

          Oui bien sûr... l’oeuf ou la poule ? Telle est la question que soulève votre commentaire. Et je ne m’étonne pas de vous voir surgir comme un diable de sa boîte sous cet article smiley


        • 4 votes
          sls0 sls0 25 novembre 2015 22:00

          Grave le mec, à 12 minutes j’arrête.
          Ma façon de voir est peut être due au fait que jusqu’à l’adolescence j’en ai lu des Marvels, je dois être envouté.

          J’ai aussi lu Tintin et Gaston Lagaffe, c’est grave docteur.
          J’ai aussi dévoré tout les Bob Morane et les Jules Vernes

          Lecteur de pilote avant harakiri, il ne me reste plus que l’enfermement en hôpital psychiatrique à envisager.

          Je ferai une place pour le mec et Nigari, ils en ont peut être besoin aussi.


          • 3 votes
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 25 novembre 2015 22:19

            @sls0
            "J’ai aussi lu Tintin et Gaston Lagaffe, c’est grave docteur."

             

            Je vous prescris une cure de Martine

            (Attention il y a un piège)


          • 2 votes
            Germicane Germicane 25 novembre 2015 23:15

            J’ai survolé la vidéo, je suis pas du tout adepte des comics Américains (même si j’ai rien contre un petit Crumb ou Joe Matt, ou Tomine)... mais c’est un sujet très intéressant si on l’élargit à la bande dessinée en général !


            Pratiquement toute l’oeuvre de Jodorowsky -et en tant que scénariste de BD aussi- tourne autour du "grand oeuvre", de la libération de l’ego, du retour à l’Unité... vraiment très bien, "barré", et il y a de l’humour, du ton grivois à attendrissant, c’est varié ! Le fameux Incal notamment avec Moebius : le plus complexe... mais aussi les Technopères, Alef Thau, et Face de Lune, plus accessibles... et pleins d’autres.
            Moebius d’ailleurs, dont le mysticisme est moins évident, mais tout à fait assumé, lui même disait se sentir relié à quelque chose et connaissait parfois des états de transe quand il dessinait... "Le Monde d’Edena", ou l’Union du principe féminin et masculin dans un univers ridiculement pervertis (je pense aux "nez" pour ceux qui ont lus) par la technologie et l’ego en général... des idées comme la redécouverte de la nature, du corps, l’amour, et des peurs qu’elles peuvent amener tant elles remettent des conditionnements en question... et les pervers qui essayent de s’appuyer sur ces vieux démons pour conserver leur pouvoir sur les héros, et de fait la masse...

            N’importe quelle bande dessiné qui scénarise la "quête" de libération du joug exercé par le mental sur la conscience de soi, et donc la "société" en générale, vers un retour à la paix intérieure et collective peut être considérée comme mystique... c’est pas parce que c’est compliqué, qu’il y a pleins de références mythiques antiques ou paranormale que que ça l’est... et puis c’est qu’un concept pour faire parler et écrire.

            C’est en se sauvant soi même qu’on fait sa part pour sauver le monde. Donc...
             
            ... juste pour faire un gros contrepoids à Marvel et compagnie, je vais citer -"Approximativement" de Lewis Trondheim (auteur que j’aime beaucoup, il sait capter les petites névroses) qui parle de sa lutte intérieure, toujours à juger tout et n’importe quoi, à s’alourdir l’esprit et en souffrir. Avec humour, bien sûr. Il suffit de lire ses carnets pour comprendre qu’il n’a pas tout réglé, mais il continue de saisir des choses intéressantes sur notre société et du lien vers un invisible qui nous échappe dont elle se coupe. J’ai pas l’impression que ça soit tout le temps intentionnelle... mais il évoque un "lien" qu’il ressent parfois avec l’univers dans Approximativement...
            - Alain Ayrolles qui scénarise De Capes et de Crocs, et Garulfo. Entente entre les hommes (et animaux !), les religions, unies vers but transcendant... le rôle de l’art, de la parole (la création), dans tout ça ... et de l’amour. Des références littéraires et mythologiques détournées... beaucoup moins naïf que ça peut en avoir l’air (surtout pour Garulfo).
            - Thorgal... rien que pour cette série (et les dessins !) les américains peuvent aller se rhabiller. Beaucoup de références mythiques tout en gardant une grande marge imaginative... "mystique", je ne sais pas, mais on sent quand même un fond du genre... la destinée, la famille, l’amour, une nature présente, pas là pour faire joli... la quête infinie vers la tranquillité... qui n’en finit jamais...
            - Un vrai chef d’oeuvre ! : L’encyclopédie des Débuts de la Terre. Le résumé suffit... si il est dans votre médiathèque, prenez le, c’est un régal ! Ou offrez le à Noel à votre enfant.
            - Tintin et l’oreille cassé. C’est l’oreille droite qui est cassée, symbolisant l’égarement du côté masculin de tintin et la quête ce celui ci. Je plaisante.

            Je sais pas si le conférencier cite Alan Moore, mais -aïe- il est anglais... j’aime beaucoup ses scénarios, mais rarement les dessins de ses collègues malheureusement... là pour le coup c’est plein de références mystiques et religieuses...

            La Bande Dessinée est un art très noble ! Mais comme tous les arts il est pervertis (cf tête de gondole Fnac, Carrefour, etc).

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès