• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Robin Rivaton, émergence d’un bébé oligarque prétendument libéral

Robin Rivaton, émergence d’un bébé oligarque prétendument libéral

Après Gaspard Koenig, étudions le cas d’un autre bébé oligarque : Robin Rivaton. Plus le pays s’enfonce dans l’abîme, plus l’oligarchie veut apparaître triomphante, en envoyant au front des jeunes dont les dents rayent le parquet. Ainsi Robin Rivaton, fraîchement diplômé de Science-Po, l’usine à produire des oligarques, est-il invité sur tous les plateaux télé et radio pour dire aux Français que tout va très bien, Madame la marquise.

 

Gaspard Koenig et Robin Rivaton ont de nombreux points communs : la trentaine, se réclamant du libéralisme mais ne désignant jamais le marxisme comme l’ennemi, émargeant à l’Opinion de Nicolas Beytout (1), et passant dans tous les médias marxistes pour donner l’illusion que le libéralisme y serait encore défendu. Or nous avons affaire à deux adeptes du capitalisme d’Etat. Gaspard Koenig a travaillé des années à la BERD, une banque publique dont Jacques Attali fut l’un des présidents, autant dire un "machin" qui sert uniquement à augmenter la spoliation légale de l’Etat. Robin Rivaton quant à lui est chargé de mission auprès du président des Aéroports de Paris, un monopole public, et Membre du Comité consultatif d’Investissement de XAnge Private Equity, un fonds de la Banque Postale, autre établissement public.

 

Ah qu’il est doux de vivre en France, en se disant libéral tout en vivant des subsides de l’Etat !

 

Depuis 2 ans, les invitations de Robin Rivaton dans les médias sont impressionnantes, et ne laissent aucun doute sur le fait qu’il soit mis en orbite par l’oligarchie : Social Club de Frédéric Taddeï (Europe1, March 2, 2015) ; Les Grandes Questions de Franz-Olivier Giesbert (France5, February 28, 2015) ; Face-à-face de Ruth Elkrief (BFM TV, February 25, 2015) ; L’invité des Echos (Les Echos, February 25, 2015) ; L’invité d’Eric Brunet (RMC, February 20, 2015) ; Invité de l’économie (Radio Classique ; February 19, 2015) ; La France redécouvre-t-elle ses usines ? (BFM Business ; February 18, 2015) ; Attractivité française (JT 20 heures - TF1 ; February 18, 2015) ; Débat face à Jacques Sapir (BFMTV ; February 13, 2014) ; L’UMP doit s’adresser aux abstentionnistes (Le Figaro ; February 7, 2014) ; L’invité du soir de Patrick Poivre d’Arvor (Radio Classique ; January 26, 2015) ; Pourquoi il faut voter la loi Macron (Journal du Dimanche ; January 25, 2015) ; Tous les hommes politiques ont un problème de méthode (Paris Match ; January 22, 2015) ; La révolution culturelle française (Libération ; January 16, 2015) ; Rivaton, l’homme qui veut réveiller le "cadavre" de la France (Le Point ; January 8, 2015) ; L’invité de Ruth Elkrief (BFMTV ; January 6, 2015) ; L’économiste qui inspire Juppé (Le Point ; December 30, 2014) ; Les nouveaux visages de la droite (L’Opinion ; December 23, 2014) ; Robin Rivaton l’anti-Zemmour d’Alain Juppé (L’Opinion ; December 2, 2014) ; Les Experts - Nicolas Doze (BFM Business ; November 4, 2014) ; Mensonge ou incompétence, le coût des politiques (L’Opinion ; October 30, 2014) ; Et si les Français étaient prêts à tout changer ? (Le Figaro ; October 29, 2014) ; Duel de l’opinion (LCI, October 27, 2014) ; Pourquoi la robotisation peut faire disparaître la moitié des emplois d’ici 2035 (LeFigaro.fr ; October 28, 2014) ; Une politique de gauche pour des privilégiés (L’Opinion, October 21, 2014) ; Notre pays est-il fichu ? (Le Parisien ; October 19, 2014) ; Les Informés (France Info,October 17, 2014) ; Le grand retour des optimistes (Le Point ; September 25, 2014) ; Non, le progrès technique n’est pas fini (Les Echos ; September 25, 2014) ; Droite : sortir de l’impasse idéologique (Le Figaro, September 19, 2014) ; L’impôt pour tous (Le Figaro, June 13, 2014) ; Top 25 des jeunes à suivre (L’Optimum ; January 31, 2014) ; Les analyses de classes à la française n’ont jamais été aussi obsolètes (Le Figaro ; September 30, 2013) ; Pour en finir avec le déclinisme (Les Echos ; August 14, 2013).

 

Impressionnant n’est-il pas ? On comprend mieux comment les médias procèdent : pour censurer les uns, qui critiquent d’une manière ou d’une autre l’oligarchie, il faut surmédiatiser les autres, dont le discours est conforme aux intérêts de l’oligarchie.

 

Un discours lénifiant

 

Comment peut-on, à 27 ans, être autant invité partout, alors qu’on sait si peu de choses sur la vie ? En étant le protégé d’Augustin de Romanet (qui lui a ouvert son carnet d’adresses), d’Alain Juppé et de l’UMP, tout simplement. Robin Rivaton a fait un petit détour par la fondation Fondapol, dont il fut membre du Conseil Scientifique, cette fondation étant tenue par des UMPistes (notamment Dominique Reynié). Augustin de Romanet, actuel patron d’Aéroport de Paris, Science-Po, ENA, a pantouflé quant à lui dans tous les cabinets ministériels de la prétendue droite française, avec le reste de l’énarchie.

 

On apprend ainsi dans L’Opinion (où il émarge depuis 1 an) que le livre de Robin Rivaton est "le livre de chevet d’Alain Juppé". Avec un parrain pareil, pas besoin d’ennemis. Et quand je dis parrain, c’est à tous les sens du terme. Juppé est sans doute la personnalité politique française qui mériterait le plus d’aller en prison (il est vrai que la concurrence est rude dans ce domaine, n’est-ce pas Roland Dumas) si la justice existait encore dans notre pays. Condamné pour fraude électorale à 18 mois avec sursis, cela ne l’a pas empêché de revenir d’une tournée au Québec pour se faire oublier. Et de se faire réélire maire de Bordeaux aussi sec, pour continuer à couler notre pays. Grand ami des Frères musulmans (donc des islamistes) qui tiennent la mosquée de Bordeaux, bafouant la loi de 1905 en finançant cette mosquée, il a totalement renié ses convictions des années 90, pourtant démocratiques.

 

Il n’y a plus de droite française dans le pays, et Robin Rivaton n’est pas plus de droite que son mentor aux casseroles Alain Juppé. Le pays va à l’abîme, la guerre civile est déclarée, le marxisme étouffe l’économie, mais pour Robin Rivaton tout va très bien madame la marquise, "la France est prête" !

 

 

(Admirez le "vous qui fréquentez assez régulièrement la classe politique française" du journaliste de Radio Classique... Belle périphrase que je résume en "bébé oligarque" pour ma part...)

 

Ce discours optimiste de Robin Rivaton est surréaliste, au moment où des milliers de chefs d’entreprises vont manifester le 9 mars prochain contre le RSI, la surtaxation, au moment où les chefs d’entreprise et les jeunes dépriment, se suicident ou quittent le pays faute d’espoir dans une quelconque amélioration à court, moyen ou long terme.

 

La solution ? Détruire le marxisme en France, et l’oligarchie par la même occasion, c’est pourtant simple, mais Robin Rivaton fait du verbiage sur des mesurettes à la Macron, normal de la part d’un fonctionnaire apparenté. La méthode Coué, c’est bien quand on a un rhume, c’est contre-productif quand on a le cancer. Robin Rivaton a décidé de collaborer avec l’oligarchie pourtant responsable de notre naufrage, et il est très bien remercié pour ses bons et loyaux services, mais il ne fait pas illusion. Nous lui recommandons de créer une entreprise, pour savoir réellement de quoi il parle, et apprendre ce que veulent dire RSI, URSSAF, charges sociales, inspecteur du travail, etc., dont il ignore apparemment tout.

 

Évidemment, quand on lui dit ça, il vous vire de ses contacts Facebook, la censure allant de pair avec son rôle de bébé-oligarque. Nous lui prédisons donc un brillant avenir... jusqu’à ce que la roue tourne. Les collabos de l’oligarchie auront alors un peu plus de mal à s’imposer au peuple de France qui a tant souffert de leur faute.

 

-----

 

(1) Nicolas Beytout qui a notamment déclaré à Mots Croisés le 3 juin 2013, sur France 2 : “Je ne crois pas qu’il y ait une main invisible du marché qui a toujours raison”, ce qui en fait un libéral anti-libéral, cherchez l’erreur.

Tags : Economie Politique Oligarchie



Réagissez à l'article

6 réactions à cet article


  • vote
    Heptistika Heptistika 5 mars 2015 20:15
    Et oui, ce libéralisme économique (oui, toujours économique figurez-vous !) dont on nous abasourdit les esgourdes partout dans les médias, plébiscité par le MEDEF et la Troïka en passant par la commission européenne et patati et patata n’est qu’une arme de poing de l’oligarchie ploutocratique en place.

    Pour une fois que je suis partiellement d’accord avec JR, fallait que ce soit sur un secret de polichinelle répété mille et une fois sur Avox depuis des années, dommage.

    • vote
      Enquête&Débat Enquête&Débat 5 mars 2015 22:15

      Mais non vous n’êtes pas d’accord avec moi, puisque vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit. Ce type n’est pas libéral, il ne remet pas en cause le système marxiste dominant.


      • 4 votes
        Yann Yann 6 mars 2015 09:10

        @Enquête&Débat
         (soupir)


      • vote
        MamieZinZin 6 mars 2015 10:44

        @Enquête&Débat

        Est ce que pour vous le marxisme est l’antithèse du capitalisme/libéralisme financier ?


      • 2 votes
        d’judge 6 novembre 2015 11:56

        @Enquête&Débat

        "vous n’êtes pas d’accord avec moi, puisque vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit" Premièrement, vous êtes qui ? J’aime bien savoir qui est derrière un article.

        Personnellement, j’ai bien compris le sens très libéral de votre pensée.

        Vous nous parlez d’un jeune aux dents longues qui a ses entrées partout. Mais vous nous parlez surtout des "mesurettes" du gouvernement et d’un marxisme qui étouffe le pays. Sincèrement, vous êtes sérieux ?!!

        Les plans de restructuration qui se succèdent, le droit du travail haché menu, nos anciens et familles monoparentales à la soupe populaire malgré un emploi, l’uberisation de la société et la précarisation des emplois, Valls scandalisé par les syndicalistes, c’est ça le marxisme pour vous ?!

        A vous lire, on pourrait presque penser que Frédérique Lordon et Thomas Piketty envahissent les médias et que Clémentine Autain, Pierre Laurent, Jean Luc Mélanchon et José Bové sont au gouvernement !

        Au fond, c’est sûrement cela votre peur. Que ceux qui souffrent de ces politiques économiques qui vont droit dans le mur reprennent courage et force, avec l’aide de ceux qui réfléchissent et agissent pour un autre modèle de société.

        Juliette Coanet.


      • 1 vote
        JL 8 mars 2015 14:50

        Capitalisme d’État est un oxymore.

        De fait, on pourrait dire que la droite libérale est pour un État capitaliste qu’elle peut traire ad libitum ; les libéraux de droite sont pour un État exsangue, qui leur coûte le moins cher possible.

        L’autre différence entre droite libérale, et libéralisme de droite ? Le libéralisme économique est toujours de droite mais la droite libérale est nationale : ce sont les copains des élus lesquels arborent par nécessite démagogique, un maillot bleu blanc rouge. Les autres ne briguent pas de mandats électoraux.

        Le peuple est ainsi trimballé de Charybde en Scylla : d’un coté, ceinture pour lui ; de l’autre, gabegie pour les oligarques. Mais au bout du compte, c’est du pareil au même : tout fout le camp.

        C’est comme ça, par exemple, que Sarkozy a creusé la dette.

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON







Palmarès