Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Tribune Libre > Sparte, une cité d’exception : Les institutions

Sparte, une cité d’exception : Les institutions

Sparte, une cite d’exception : Les institutions.

 

 " Chez les Grecs, tout ce que le Peuple avait à faire il le faisait par lui-même ; il était sans cesse assemblé sur la place. Il habitait un climat doux, il n’était point avide, des esclaves faisaient ses travaux, sa grande affaire était sa liberté.

 

Quoi ! La liberté ne se maintient qu’à l’appui de la servitude ? Peut-être. Les deux excès se touchent. Tout ce qui n’est point dans la nature a ses inconvénients, & la société civile plus que tout le reste. Il y a telles positions malheureuses où l’on ne peut conserver sa liberté qu’aux dépens de celle d’autrui, et où le Citoyen ne peut être parfaitement libre que l’esclave ne soit extrêmement esclave. Telle était la position de Sparte.

 

Pour vous, peuples modernes, vous n’avez point d’esclaves, mais vous l’êtes ; 

 

Je n’entends point par tout cela qu’il faille avoir des esclaves ni que le droit d’esclavage soit légitime, puisque j’ai prouvé le contraire. Je dis seulement les raisons pourquoi les peuples modernes qui se croient libres ont des Représentants, et pourquoi les peuples anciens n’en avaient pas".

 

Jean Jacques Rousseau, Du contrat social

 

Ici une scène du film 300 de la première bataille des 300 spartiates aux Thermopyles. Film coécrit et réalisé par Zack Snyder, sorti en 2006 tiré du roman graphique 300 de Frank et Lynn Varley .

 

Source : Mehdi Hamsa

Tags : Institutions

Réagissez à l'article

62 réactions à cet article

  • 1 vote
    gerfaut (---.---.---.174) 14 octobre 2012 06:22

    Il ne reste rien de Sparte, sinon beaucoup de fantasmes, une éducation à la dure. La cryptie athènienne était un rite de passage étonnant et très interessant, une période difficile aussi, un rite d’ inversion qui préparait à la vie de citoyen.

    • 2 votes
      machiavel1983 (---.---.---.227) 14 octobre 2012 14:35
      maQiavel

      Il ne reste rien de Sparte,

      R / Exactement gerfaut Sparte n’ a pas légué de monuments grandiose à la postérité , leurs maisons étaient austère , leurs temples étaient simple .
      Mais c’ est cette simplicité et cette austérité que j’ apprécie chez les spartiates : " C’est le tracas du commerce & des arts, c’est l’avide intérêt du gain, c’est la mollesse & l’amour des commodités, qui changent les services personnels en argent. On cède une partie de son profit pour l’augmenter à son aise. Donnez de l’argent, & bientôt vous aurez des fers. Ce mot de finance est un mot d’esclave " .
      Rousseau "du contrat social".
    • vote
      gerfaut (---.---.---.174) 14 octobre 2012 16:04

      Pas bien gai tout ça.

    • 2 votes
      machiavel1983 (---.---.---.227) 14 octobre 2012 16:09
      maQiavel

      C’ est sur , c’ était le prix de leur liberté ...

    • 1 vote
      Romios (---.---.---.209) 14 octobre 2012 18:40
      Romios

      Starte fut rasée par Rome car elle ne lui avait pas versé les impots imperiaux que rome eigeait de ses provinces.


      Apris la chute de Rome, Byzance reconstruisît la ville sous le nom de Lacédémone dans le style de l’antiquité tardive. Le théâtre et evidemment les temples sont resté en ruine.

      Ceci dit Sparte est l’antiomie d’Athènes.

      C’est la face obscure de l’heritage hellenique. Sa conception de la société en pyramide (en lambda en fait) est tres similaire par de nombreux aspects a celle des francs maçons.

      Une élite qui domine violemment une masse d’ilotes et qui se donne un droit de vie et de mort sur eux. 

      Athénes defaite, l’eteincelle democratique ne s’est pas éteinte.

      Elle est parvenu jusqu’à la renaissance grâce à Thucidide qui n’a pas inventé l’Histoire contrairement a ce qu’on croit mais a inventé le manifeste politique et la subvertion intellectuelle en un passage de son livre le discours de Périclès sur la démocratie : 

      Notre Constitution est appelée démocratie parce que le pouvoir est entre les mains non d’une minorité, mais du peuple tout entier.

       


    • 2 votes
      Garuda (---.---.---.150) 16 octobre 2012 11:11

      > C’est sur, c’était le prix de leur liberté ...


      Quoi ?!!?
      Parler de liberté après un documentaire aussi explicite, c’est à se demander si vous l’avez vu.
      Pour mémoire, Sparte a adopté ce mode de vie aussi singulier afin de maintenir en esclavage un peuple voisin 25 fois supérieur en nombre. Il ne s’agit donc pas du prix de leur liberté mais du prix de leur DOMINATION, et quel a été ce prix :
      - renoncer à la liberté de faire du commerce
      - renoncer à la liberté de s’exprimer artistiquement
      - renoncer à la liberté de posséder une oeuvre d’art
      - renoncer à la liberté de s’exprimer autrement que laconiquement
      - renoncer à la liberté de choisir son épouse
      - renoncer à la liberté de vivre avec son épouse
      - renoncer à la liberté de voyager à l’étranger
      - renoncer à la liberté de réfléchir à la politique
      - renoncer à la liberté de se distinguer des autres, de faire preuve d’originalité
      - renoncer à la liberté de meubler son foyer comme on le veut
      - renoncer à la liberté d’avoir un domaine de sa vie qui ne soit pas dirigé par l’état
      - ...
      - pour résumer renoncer à la liberté d’être autre chose qu’une performante machine à tuer.

      Alors franchement où est la liberté des spartiates ? 
      Au final pour pouvoir réduire à l’esclavage tout un peuple, les spartiates ont du s’imposer un style de vie très proche de l’esclavage.
    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 16 octobre 2012 12:09
      maQiavel

      . Il ne s’agit donc pas du prix de leur liberté mais du prix de leur DOMINATION

      R / C’ est pourquoi j’ ai mit cet extrait de Rousseau que j’ ai mit au début. liberté et servitude , les deux excès se touchent ! 
      Pour être libre , il faut paradoxalement renoncer à certaines liberté , c’ est la complexité de la vie .

      renoncer à la liberté de faire du commerce , de s’exprimer artistiquement , posséder une oeuvre d’art ...

      R / C’est le tracas du commerce & des arts, c’est l’avide intérêt du gain, c’est la mollesse & l’amour des commodités, qui changent les services personnels en argent. On cède une partie de son profit pour l’augmenter à son aise. Donnez de l’argent, & bientôt vous aurez des fers. Ce mot de finance est un mot d’esclave " .

      Rousseau "du contrat social".
      Personnellement je préférerais vivre comme un spartiate que comme une chiffe molle occidentale aliéné par le consumérisme si je pouvais choisir ! Maintenant chacun ses préférences ... 
    • vote
      Garuda (---.---.---.150) 16 octobre 2012 12:42

      > Pour être libre , il faut paradoxalement renoncer à certaines liberté , c’ est la complexité de la vie .


      C’est bien joli cette grand phrase, mais elle n’explique pas où est la liberté du spartiate : lors de ce reportage, le spartiate est clairement décrit comme un esclave au service de l’état, n’ayant que le choix d’être très fort et obéir ou mourir.
      Pour tout dire, l’extrait de Rousseau me semble en total contradiction avec le documentaire. Rousseau avait-il la même vision de Sparte que celle donnée dans ce documentaire ? J’en doute ...

      > Personnellement je préférerais vivre comme un spartiate que comme une chiffe molle occidentale aliéné par le consumérisme si je pouvais choisir !

      Mais pourquoi ne peux-tu pas choisir ?
      Le consumérisme te déplais ? Limite tes achats au strict minimum, adopte un mode de vie spartiate. Personne ne vas débarquer chez toi pour t’imposer ton mobilier ou les chaînes de télé que tu dois regarder.

      Tu veux vivre à la dure ? Tu peux t’engager dans un corps d’élite de l’armée ou devenir sportif de combat de haut niveaux.

      Nous ne sommes pas à Sparte, tu as donc le choix. Alors pourquoi ne l’utilises-tu pas ?
    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 16 octobre 2012 13:16
      maQiavel

      lors de ce reportage, le spartiate est clairement décrit comme un esclave au service de l’état, n’ayant que le choix d’être très fort et obéir ou mourir.

      R / Mais parfois pour rester libre il faut obéir et mourir ... par exemple quand une armée étrangère cherche à vous réduire en esclavage .

      Rousseau avait-il la même vision de Sparte que celle donnée dans ce documentaire ? J’en doute ...

      R / Bien sur Rousseau connaissait très bien sparte . Ça ne veut pas dire qu’ il voulait qu’ on vive comme à Sparte mais il montrait combien les spartiates ont renoncé aux plaisir de la vie pour conserver le plus important , la liberté , quitte à réduire les autres en esclavage .

      C’ est en total contraste avec l’ époque moderne ou on ne s’ occupe que des plaisirs de la vie , quitte à désigner des représentants et construire des armées professionnel pour continuer à vivre dans la luxure pendant que ces représentants et ces armées nous asservissent : 

      " Sitôt que le service public cesse d’être la principale affaire des Citoyens, & qu’ils aiment mieux servir de leur bourse que de leur personne, l’Etat est déjà près de sa ruine. Faut-il marcher au combat ? ils payent des troupes & restent chez eux ; faut-il aller au Conseil ? ils nomment des Députés & restent chez eux. A force de paresse & d’argent ils ont enfin des soldats pour asservir la patrie & des représentants pour la vendre".

      Mais pourquoi ne peux-tu pas choisir ?Le consumérisme te déplais ? Limite tes achats au strict minimum, adopte un mode de vie spartiate. Personne ne vas débarquer chez toi pour t’imposer ton mobilier ou les chaînes de télé que tu dois regarder.

      R / Exactement .C’ est ce que je vais faire . C’ est inclus dans le concept de la BAD , sortir de la société de consommation . Ça prendra du temps mais c’ est le combat que je mène .C’ est ça qui est intéressant avec la base-autonome-durable , chacun fait ce qu’ il veut , ceux qui veulent rester dans le consumérisme le font , les autres ne le font pas. 

       

      Tu veux vivre à la dure ? Tu peux t’engager dans un corps d’élite de l’armée ou devenir sportif de combat de haut niveaux.

      R / J’ ai pratiqué certains sports de combat ( pas à haut niveau, pas eu l’ opportunité à cause des études ou du travail ) mais effectivement j’ y ai retiré certaines valeurs très intéressante .

      Quant à l’ armée , je n’ ai pas envie de mourir pour les classes dirigeantes ... par contre j’ aimerai apprendre le maniement des armes pour protéger les miens au cas ou les choses dégénèrent au point de vue économique et sécuritaire .

      Sérieusement , l’ hypothèse d’ un effondrement économique m’ excite de plus en plus .

    • vote
      Garuda (---.---.---.150) 16 octobre 2012 15:07

      lors de ce reportage, le spartiate est clairement décrit comme un esclave au service de l’état, n’ayant que le choix d’être très fort et obéir ou mourir.
      R / Mais parfois pour rester libre il faut obéir et mourir ... par exemple quand une armée étrangère cherche à vous réduire en esclavage .


      Bien sur, la liberté exige des efforts, c’est très bien décrit dans la fable de Lafontaine : le chien et le loup. 

      Cependant, Sparte n’était pas envahi et sa liberté n’était pas menacée. C’est elle qui a envahi son voisin et qui a renoncé à toutes ses libertés pour assurer durablement sa domination sur les messéniens et transformer la Messénie en un gigantesque goulag pendant 3 siècles.

      Ceux qui se battaient pour leur liberté c’était les messéniens, pas les spartiates qui eux étaient les tyrans, les bourreaux, les assassins des messéniens.

      Les Thermopyles ne doivent pas faire oublier les 3 siècles de goulag messénien.
    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 16 octobre 2012 15:48
      maQiavel

      Cependant, Sparte n’était pas envahi et sa liberté n’était pas menacée.

      R / Il est vrai que c’ est sparte qui a fait la guerre à la méssénie . Mais on peut considérer que pour pouvoir respecter les institutions de Lycurge , ils avaient besoins d’ esclave pendant qu’ ils s’ adonneraient complètement à l’ art de la guerre seule garantie de leur propre liberté . 
      Le prix de leur liberté était une vie très austère et l’ asservissement des autres .

      Ceux qui se battaient pour leur liberté c’était les messéniens, pas les spartiates qui eux étaient les tyrans, les bourreaux, les assassins des messéniens.

      R / Donc on peut dire qu’ il y’ avait une balance , la liberté de l’ un ne pouvant être obtenue que par l’ asservissement de l’ autre.

      Les Thermopyles ne doivent pas faire oublier les 3 siècles de goulag messénien.

      R / C’ est vrai . En fait je suis d’ accord avec toi les spartiates étaient des Tyrans .

    • vote
      Garuda (---.---.---.150) 16 octobre 2012 19:21

      Cependant, Sparte n’était pas envahi et sa liberté n’était pas menacée.
      R / Il est vrai que c’ est sparte qui a fait la guerre à la méssénie . Mais on peut considérer que pour pouvoir respecter les institutions de Lycurge , ils avaient besoins d’ esclave pendant qu’ ils s’ adonneraient complètement à l’ art de la guerre seule garantie de leur propre liberté.


      Partant du principe que c’est la guerre à la Méssénie et la volonté de Sparte de soumettre les mésséniens durablement qui a engendré les institutions de Lycurge, je dirai plutôt que c’est leur besoin d’esclaves qui a engendrée les institutions de Lycurge et la nécessité de s’adonner complètement à l’art de la guerre.
      Etant entendu que personne n’a exigé d’eux qu’ils soumettent la Méssénie, ils ont eux même créé le problème politique qui a exigé qu’ils se transforment en dictature militaire, avec toute la perte de liberté qu’un tel régime exige de ses citoyens.

      ils s’ adonneraient complètement à l’ art de la guerre seule garantie de leur propre liberté. 

      Et encore une fois, leur art de la guerre les a privé de leur liberté et n’a servi qu’à garantir leur domination sur la Méssénie.
      Là je crois qu’on n’arrivera jamais à se mettre d’accord ... 
      Ceci étant, dans d’autres pays et dans d’autres période, la pratique de l’art de la guerre est dans certaines conditions nécessaire à garantir la liberté. Mais là, on risque de partir dans un autre débat.
       
      Le prix de leur liberté était une vie très austère et l’ asservissement des autres .

      Non, c’est justement l’asservissement des Mésséniens qui a privé les citoyens de Sparte de leur liberté de vivre autrement que comme une machine à tuer.
      Toujours le même désaccord : là où tu vois le prix de la liberté, je vois le prix de la domination.
    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 16 octobre 2012 19:44
      maQiavel

      Partant du principe que c’est la guerre à la Méssénie et la volonté de Sparte de soumettre les Mésséniens durablement qui a engendré les institutions de Lycurge,

      R / Mais précisément Lycurgue a institué sparte avant la première guerres de Messénie.
      Etant entendu que personne n’a exigé d’eux qu’ils soumettent la Méssénie, ils ont eux même créé le problème politique 
      R / Mais donc c’ est la soumission de la Méssénie qui leur a donné une main d’ oeuvre leur permettant de se donner uniquement à l’ art de la guerre.

      Et encore une fois, leur art de la guerre les a privé de leur liberté et n’a servi qu’à garantir leur domination sur la Méssénie.

      R / Non s’ adonner à l’ art de la guerre pour un peuple c’ est la garantie d’ être libre .Maintenant le fait de garder un peuple beaucoup plus nombreux qu’ eux dominé , ça motive encore plus.

      là où tu vois le prix de la liberté, je vois le prix de la domination.

      R / C’ est pas contradictoire on a tous les deux raison. " Quoi ! La liberté ne se maintient qu’à l’appui de la servitude ? Peut-être. Les deux excès se touchent" pour reprendre Rousseau .

  • 9 votes
    freddy (---.---.---.37) 14 octobre 2012 07:22

    A l’époque on avait des couilles et des muscles, de nos jours, on a des fiottes obèses comme Hollande.

    • 3 votes
      machiavel1983 (---.---.---.227) 14 octobre 2012 10:39
      maQiavel

      Quelle que part , l’ effondrement économique aura quelque chose de bon , la classe moyenne féminisé aliéné par le consumérisme va disparaître , ce sera le retour à certaines valeurs que nous avons rejeté .

    • 6 votes
      Sentero (---.---.---.174) 14 octobre 2012 11:52
      Sentero

      @Machiavel


      "Quelle que part , l’ effondrement économique aura quelque chose de bon , la classe moyenne féminisé aliéné par le consumérisme va disparaître , ce sera le retour à certaines valeurs que nous avons rejeté ."

      Génial... finalement vous avez le même type de réflexion que certains attribuent à nos zélites... vivement une bonne "crise" (guerre, effondrement économique, épidémie...) cela permettra de réduire la population en éliminant les inutiles... heureusement que vous considérez tout de même avoir des valeurs chrétiennes car si vous n’en aviez pas qu’est-ce que cela donnerait...

      Au plaisir
    • 1 vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 14 octobre 2012 12:07
      maQiavel

      @Sentero

      Vous savez on cherche parfois des points positif même quand on est en enfer ...
      Mais ce qui est vrai , c’ est que pour que certaines choses changent dans le bon sens ( ou dans le mauvais cfr Attali et le gouvernement mondial ) , il faut parfois de grosses catastrophes ... je ne le souhaite pas mais c’ est la triste réalité !
      Je crois que les zélites appellent ça la destruction liberatrice ( qui est en réalité une destruction asservissante quand ils utilisent ce terme mais sinon le concept en lui même est réel ) .

  • 5 votes
    davideduardo (---.---.---.190) 14 octobre 2012 07:44
    QaviQeQuarQo

    Notre liberté a tous pourra donc etre quand elle sera appuyé par une eclavitude.


    Techniquement nous sommes proche de pouvoir avoir des esclaves machines , d éradiquer le travail physique, et meme nombres de services, d avoir des caisses enregistreuses automatiques, des call center avec inteligence artificielle, des transports autoguidés....


    Quand ces progres techniques ne profiteront pas juste au capital, mais aussi au travail et que le temps de travail pourra commencer a vraiment se réduire, nous pourrons alors vivre cette liberté grace a cette servitude mécanique.
    • 1 vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 14 octobre 2012 10:45
      maQiavel

      Totalement d’ accord davidduardo.

      Pour que le progrès technique soit au service de l’ humain et plus de la plus value , il faut sortir du capitalisme ... ça fait très communiste ce que j’ écris là , je n’ en suis pas un mais j’ en arrive à cette conclusion malgré moi .
  • 3 votes
    davideduardo (---.---.---.190) 14 octobre 2012 07:55
    QaviQeQuarQo

    Cela dit, le fait que l occident se serve a toutes les sauces de ce mot : liberté, que celle ci, depuis les lumieres, se dévellope dans l éthique, l économie, le rapport a la comunauté, le rapport au couple, le rapport a la morale établi...., 

    cette liberté est peut etre du justement grace a la servitude mondiale qu il a créé durant l esclavagisme, le colonialisme et le capitalisme mondialisé.

    Jusqu aux 30 glorieuses la middle class occidentale a aussi profité de cette servitude et s est senti libre.
    Ceci , car cette servitude était encore basé sur la domination raciale/culturelle des élites occidentales, restes du 19eme siecle.
    Maintenant la domination ne sera plus que capitaliste, et les dominants et les dominés, les hommes libres et les esclaves pourront etre de n importe ou, chinois, americains indiens ou francais...

    Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON







Palmarès