• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > P. Jovanovic / P-Y Rougeyron : La revue de presse

P. Jovanovic / P-Y Rougeyron : La revue de presse

Pour ce nouveau format de la Revue de Presse, Pierre Jovanovic et Pierre-Yves Rougeyron nous exposent les actualités marquantes de ces dernières semaines : situation économique dans la zone euro, nouvelles taxes sur l'épargne en France, lois-muselières en Union Européenne, état de la presse en France, etc.

 

 

Dans cette 2ème partie, Pierre Jovanovic et Pierre-Yves Rougeyron analysent quelques points importants de l’actualité : nouvelles planches à billet au Japon, explosion du taux de chômage des jeunes en Europe, l’Agefi suisse déclare la France en cessation de paiement, les arnaques à l’assurance-vie, etc.

 

Tags : France Europe Economie Emploi Société Chômage Finances Médias Banques Finance Pierre Jovanovic




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • 10 votes
    Piloun Piloun 4 janvier 2014 12:28

    Toujours bon d’écouter Pierre Yves, un homme qui, en plus d’avoir une bonne culture historique, a beaucoup d’esprit. Un peu moins fan en revanche de Pierre Jovanovic. Avec ses histoires d’anges gardiens, mais il est toujours intéressant à écouter et à lire et j’ai du respect pour ses croyances et son analyse eschatologique de la crise financière.
    Merci du partage, que je n’ai pas encore eu le temps de regarder smiley


    • 9 votes
      wendigo wendigo 4 janvier 2014 13:17

      J’adore dans la deuxième partie Comme PY Rougeyron est excédé de se faire systématiquement couper la parole par l’autre nase, qui l’interrompt juste pour débiter des conneries qui ne font rire que lui. On le sent à deux doigts d’exploser. Bravo Monsieur Rougeyron, à votre pace je n’aurais pas tenu aussi longtemps et aussi bien, joli self-control, je vous l’aurais envoyé chier avant même la fin de l première partie !

      (je ne vous cache pas qu’en visionnant cela, quelques "mais faire ta G..." ont fusé depuis mon fauteuil.)


      • vote
        gregoslurbain gregoslurbain 4 janvier 2014 15:22

        D’autant plus que Jovanovic au début de la seconde partie fait une sortie violente contre la planche à billet à propos du Japon. Elle ne créérait que de la misère et du chomage...Tout l’inverse du propos de Rougeyron dans son livre qui monte combien elle est nécessaire à la prospérité d’un pays, mais entre des mains d’un pays souverain.
         Une citation prophétique sur le temps long : « Tout d’abord, une crise financière majeure est plus que probable, et le keynésianisme doit être réinventé dans un nouveau contexte global. Le « libre-échange » comme pièce maîtresse du présent ordre économique mondial va sans doute retarder la solution aux problèmes à venir de la même manière qu’une croyance obtuse dans l’étalon-or a retardé le keynésianisme dans les années 1930. » (erik Reinert 2006)


      • vote
        QaviQeQuarQo davideduardo 5 janvier 2014 06:41

        oui et cela prouve que jovanovic ne connait pas grand chose a l économie, car il critique la loi de 73 qui nous permettrait justement de renouer avec les politique keynésienne, la planche a billet comme il l appelle.


        Mais je mettrais un petit bémol pour la planche a billet japonaise, qui comme celle de la FED ou de la bank of england, renvoie peu de monnaie vers l économie réelle et beaucoup dans les bulles, et fonctionne sur une économie en déficit commerciale.
        La monaie créé sert donc surtout a relancer les marchés spéculatifs et les pays qui exportent vers le japon, plutot que l économie nipone.



      • 2 votes
        ffi 6 janvier 2014 01:10

        Je ne crois pas que Keynes prônait l’émission monétaire directe.
        Il prônait plutôt l’emprunt sur les marchés il me semble...
         
        Au sujet de l’émission monétaire par l’État :
        C’est une question qui ne peut avoir de réponse générale, tout dépend du contexte économique.
        Émettre de la monnaie peut être pertinent ou pas, c’est selon.
        L’économie est un système tellement imbriqué que l’effet est certainement difficile à prévoir à long terme.
         
        Il n’empêche qu’il est préférable pour l’État de se garder cette possibilité d’émettre de la monnaie, au cas où. Recouvrer cette possibilité n’implique pas nécessairement de l’utiliser immédiatement, mais c’est une précaution prise pour l’avenir, au cas où l’usage de cette possibilité puisse être bénéfique.
         
        En effet, et c’est logique, il ne faut user de la création monétaire que quand c’est bénéfique de le faire...
         
        Mais la création monétaire n’est pas l’unique moyen de sortit du marasme, loin de là.
        La première chose est l’iniquité des taux changes tels que fixés par les marchés.
        L’impossibilité de fixer un taux de change "vrai" pour toutes les monnaies, mais encore pour toutes les filières économiques d’un pays, montre, à première vue, la nécessité d’un étalon monétaire.
         
        En effet, pour commercer, il faut utiliser les mêmes unités de mesures. Par exemple, il faut que le "mètre" mesure la même longueur de tissus partout. Il faut que le kg mesure la même quantité de matière partout.
         
        Ainsi en est-il de la monnaie : il faudrait que la monnaie mesure la même quantité de travail et de pouvoir d’achat partout. Or tel n’est pas le cas. Il suffit de regarder les parités de pouvoir d’achat des divers pays. Dans certains pays, avec 400 euros, l’on vit très bien. Le loyer n’y dépasse guère 15 euros par mois et la nourriture n’est pas chère. Du coup, les salaires peuvent y être très bas.
         
        Il suffit de voir l’exode des retraités français au Maroc : avec une retraite moyenne qui les feraient tirer la langue ici, ils vivent là-bas comme des pachas.
         
        Donc on pourrait se dire qu’il faudrait un genre d’étalon monétaire.
        Cependant, le système économique est tellement complexe, et il y a tant d’acteurs qui y ont leur mot à dire, qu’il me semble impossible d’y parvenir. Et puis il y a encore d’autres critères, plus politiques ceux-là, qui consiste à faire en sorte que les États doivent faire en sorte qu’il y ait du travail pour tous.
         
        L’alternative à l’étalon monétaire est donc le protectionnisme pour réguler les flux de marchandises et de capitaux aux frontières des états. Là-dessus, c’est Sapir qui a complètement raison. C’est le protectionnisme qui est la priorité et qu’il est absolument nécessaire d’instaurer.
         
        Comment voulez-vous, au niveau de notre monnaie actuelle, dans un contexte de libre-change avec le monde entier, où les taux de changes sont totalement faux, vivre de la production de bien de consommation de faible valeur ajoutée en France, comme par exemple de la production de meubles, de vêtement, de poterie,...etc  ? C’est évidemment mission impossible : l’Africain ou le Chinois qui peuvent vivre à l’aise avec 400 euros par mois chez eux ont la capacité de casser les prix et c’est bien cela qui a résulté en l’éradication de l’industrie de faible valeur ajoutée en France... Notre taux de change est uniquement adapté à des productions de très haute valeur ajoutée comme les Airbus, les centrales nucléaire ou les TGV. Notez que ces productions sont le fait d’entreprises dirigées en général par des énarques. Est-ce une coïncidence ? Je crains que non. Le monde politique a naturellement favorisé les grands groupes. Il a fait le taux de change pour eux, même s’il fallait pour cela détruire toute la petite industrie, qui n’est certes pas prestigieuse, mais pourtant très pourvoyeuse d’emploi pour les ouvriers non qualifiés.
         
        Ce jeu fut bien-sûr ultra bénéfique pour les multinationales, qui furent en capacité de faire produire dans les pays où les taux de change étaient les plus sous-évalués, les plus faux. Les multinationales délocalisent en suivant les taux de change les plus favorables...
         
        Bref, les taux de changes sont toujours faux, et il n’y a aucun moyen qu’ils ne le soient pas, étalon monétaire ou pas. Par conséquent, c’est le protectionnisme qui est la solution.


      • 5 votes
        Powers D Powers D 4 janvier 2014 14:09

        Il y a aussi la taxe sur la pluie dans certaines villes...


        • vote
          ricquet ricquet 6 janvier 2014 11:07

          Une taxe sur les chasses d’eau serait plus à propos...

          à quand une taxe sur la bêtise ?

        • 11 votes
          Nora Inu Nora Inu 4 janvier 2014 19:09

          Nouveau format réussi .

          Le duo fonctionne assez bien ; même si les remarques et fou-rires de Laurent Fendt me manquent .

          • 3 votes
            QaviQeQuarQo davideduardo 5 janvier 2014 06:42

            on y perd en fun, mais on y gagne en sérieux avec rougeyron qui est quand même d un autre niveau en économie.


          • 5 votes
            Nora Inu Nora Inu 5 janvier 2014 09:15

            Davideduardo ,


            Laurent Fendt n’est pas économiste , mais justement .
            Il donnait des exemples "de la vie normale" , là où Pierre restait dans la macro-économie .
            Et Laurent avait des associations d’idées qui éclairaient les "news" d’une façon qui rendait leur duo très efficace , pou moi , bien sûr ...

          • 8 votes
            yo 4 janvier 2014 22:23

            C’est toujours intéressant à écouter.
            .
             Et c’est la bonne attitude .. Garder son calme et regarder le bateau couler en évitant les boués de sauvetages lancées et qui sont la pour vous couler.


            • 4 votes
              henocconeh henocconeh 5 janvier 2014 02:04

              Que dire, n’avez-vous pas trouvé surprenant les commentaires sur les "guerres alimentées" autour des réseaux pipe line et dans les pays ayant des ressources, là jojo reconnait et en rit ... déjà c’est moyen, mais dans sa dernière vidéo avec L Louis il refuse d’admettre que des populations sont venus suite à la ruine de leur pays par des grands groupes dont la France, là c’est pas vrai, d’ailleurs j’ai trouvé que c’était un cas d’école d’obscurantisme du niveau de nos oligarques ! J’ai cru qu’ils allaient en venir aux mains et c’est Lisandre qui a dû les faire changer de sujet.
              Bon je coche la case oui on exploite les ressources de L’Afrique sur le dos des peuples ou je coche non, faudrait savoir M Jovanovic ?


              • 5 votes
                L'Andalou L’Andalou 5 janvier 2014 10:13

                En fait, il est quand même assez troublant de ne pas voir l’incompatibilité entre ces deux là. Il suffit de regarder la vidéo 2 minutes pour voir des regards qui ne trompent pas.
                Vous avez d’un côté un journaliste qui ne cesse de fustiger les poltique de relance monétaire entreprise aux USA et au Japon, en néo-classique qu’il est. Il est de ce point de vue très proche d’Olivier Delamarche.
                De l’autre côté, vous avez un néo-gaulliste qui se rappelle qu’au bon vieux temps du franc, lorsqu’il fallait redonner de la compétitivité à l’économie française, il fallait tout simplement dévaluer la monnaie. Il s’inscrit donc dans la lignée des souverainistes keynesiens. Il s’entendrait mieux avec Sapir, Todd, Lordon.
                Il faut être aveugle pour ne pas voir l’incompatiblité entre ces deux modèles économiques.
                Ça me rappelle une conférence dans laquelle intervenaient Myret Zaki et Etienne Chouard. A un moment, ils se sont pris la tête sur ça justement. Ce n’était pas du tout prévu au menu.
                Et c’est justement ce que j’ai remarqué avec ER.
                Vous avez des intervenants dont les conférences sont mises sur le site ER avec le logo et tout comme Lugan, Mathias Cardet... Essayez de réunir ces deux là dans une pièce et vous allez voir des étincelles et peut-être même du feu.


                • 1 vote
                  toug toug 5 janvier 2014 23:28

                  Bof, Lugan et Mathias Cardet peuvent très bien s’entendre. Les deux essayent d’apporter leur pierre au "combat national".


                • 3 votes
                  BA 5 janvier 2014 10:29
                  Dimanche 5 janvier 2014 :

                  Les prêts des banques européennes au secteur privé sont en bleu :


                  Ce graphique montre que le LTRO est un échec total : les banques européennes prêtent de moins en moins au secteur privé.

                  En Europe, les prêts au secteur privé s’effondrent.

                  L’économie réelle n’a pas du tout profité des 1019 milliards d’euros du LTRO.

                  En réalité, que font les banques des 1019 milliards d’euros que leur a prêtés la BCE en décembre 2011 et en février 2012 ?

                  Réponse : chaque banque préfère prêter à son Etat. 

                  Italie :

                  En 2007, les banques privées italiennes détenaient 12 % du PIB en obligations de l’Etat italien.

                  Fin 2013, les banques italiennes détiennent 28 % du PIB en obligations de l’Etat italien !

                  Espagne :

                  En 2007, les banques privées espagnoles détenaient 7 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol.

                  Fin 2013, les banques espagnoles détiennent 30 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol !

                  Sans le vouloir, la BCE a créé de colossales bulles obligataires en Europe.

                  Et ces bulles obligataires deviennent de plus en plus gigantesques.

                  Regardez les graphiques 3a et 3b :



                  • 8 votes
                    Arsene Icke Arsene Icke 5 janvier 2014 11:02

                    Les ricanements incessants de ce Jovanovic sont irritants tout comme sa petite voix pointue. Ce mec me file des boutons.
                    Sur le fonds, il croit vraiment à une taxe sur les "femmes fontaine" ? Il a pété un câble ce mec. Il faut revenir sur terre mon gars.


                    • 2 votes
                      samagora95 samagora95 5 janvier 2014 14:40

                      Jovanovic a été mis à la porte de la radio ?


                      • 2 votes
                        Croa Croa 5 janvier 2014 23:46

                        Très intéressant, Merci à eux !

                        Toutefois il faut avoir vraiment envie de s’informer pour suivre ça de bout en bout ! ça traîne énormément en longueur et je pense que tout ça pouvait être dit en moitié moins de temps !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Octavio

Octavio
Voir ses articles







Palmarès