• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > France TV fait de la pub pour des fanatiques religieux

France TV fait de la pub pour des fanatiques religieux

On est forcé de reconnaître une chose : Les USA savent toujours débusquer les pires fanatiques quel que soit leur "terrain d'opération" auquel ils s'adaptent, et les médias français savent toujours les soutenir. Dans cette droite lignée, après avoir reçu le soutien du pouvoir de Kiev, de celui des Etats-Unis, puis du patriarcat de Constantinople, c'est finalement de France TV que le "patriarcat de Kiev" (dit orthodoxe) reçoit les louanges sa reconnaissance !

Après une courte introduction très "mainstream" comme nous en avons l'habitude, vous entendrez le glorieux chef du "patriarcat de Kiev" en question, et son message... de paix, bien sûr :

Pour rappel, cette publication fait suite à celle-ci qui annonçait la sinistre nouvelle quelques jours à l'avance : https://www.agoravox.tv/actualites/international/article/risque-de-schisme-orthodoxe-et-78863.

Peut-être qu'en améliorant leurs techniques les USA finiront un jour par faire rentrer "l'évêché de Daech" dans l'Eglise Catholique... Qui sait... Mais recommandons leur vivement d'essayer ça d'abord chez leurs protestants afin d'améliorer le niveau de tolérance de leur peuple !

Tags : Religions Médias Russie Guerre Ukraine




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • vote
    maQiavel maQiavel 20 octobre 12:21

    Les USA savent toujours débusquer les pires fanatiques quel que soit leur "terrain d’opération"

     ------>   Ça , c’est clair , c’est leur spécialité.

    Cependant , deux remarques :

    -De la perspective des souverainistes ukrainiens , une indépendance religieuse vis-à-vis de la Russie est une question de sécurité nationale. Quand on se met dans leurs bottes , il est facile de comprendre que pour eux , la création d’une église "nationale" orthodoxe  est une nécessité politique.

    -L’Ukraine est en guerre , ça ne me choque pas du tout qu’un chef religieux appelle à verser le sang des ennemis. Il existe des différences fondamentales entre l’état de paix civile et la guerre , il s’agit de deux univers sociaux très différents qui ne fonctionnent pas selon les mêmes principes , on peut s’horrifier de certains comportements en temps de paix mais ces derniers deviennent tout à fait normaux en temps de guerre. Et dans une situation de guerre , il est normal que ceux qui possèdent une influence idéologique sur les masses ( ou qui aspirent à cette influence ) appellent à massacrer les ennemis , ça a toujours existé et je ne vois vraiment pas comment cela pourrait changer. C’est la guerre quoi …  smiley


    • 4 votes
      V_Parlier V_Parlier 20 octobre 13:47

      @maQiavel
      Selon votre raisonnement, si la France était un jour en situation conflictuelle (sans que ce soit une guerre réelle entre pays, je le rappelle) avec l’Italie, il faudrait donc créer une église de France indépendante de Rome et dont l’archévêque appellerait à la haine envers les populations des départements en rebellion contre un récent coup d’Etat sanglant (au profit des USA)

      Bref, comme analyse, vous m’avez habitué à mieux...

      Ceux que vous appelez "les ennemis" sont la population du même pays, rien que la population, sans même savoir si elle combat, ce qu’elle pense.

      Aussi, votre analyse de ce que doit penser un chef religieux chrétien, en situation de guerre toute autre que la protection d’un peuple pour sa stricte survie, mériterait une certaine critique, pour parler diplomatiquement. Je vous rappelle que les ecclésiastiques à la tête de l’Eglise du patriarcat de Moscou ne profèrent actuellement jamais de tels discours totalement contraires à la tradition chrétienne(*), même à l’encontre de ceux qui passent leur temps à leur cracher dessus.

      (*) Cet événement s’est bien sûr déjà produit dans l’histoire, à chaque fois qu’il y a eu chute, dégradation, des sociétés et des églises.


    • vote
      maQiavel maQiavel 20 octobre 15:06

      @V_Parlier

      Le cas de la France actuelle qui est déchristianisé est trop différent pour faire une analogie. Aujourd’hui , une église de France indépendante n’aurait pas plus d’impact sur les esprits que Rome actuellement , donc la question ne se poserait même pas. Par contre , elle a pu se poser dans les siècles passés ( Bonaparte a envisagé cette option mais il a considéré que soumettre le pape était plus simple smiley ) et elle s’est concrètement posée en Angleterre  où elle a abouti à l’anglicanisme. C’est de la politique. De manière générale jamais une classe dirigeante qui tient à la souveraineté nationale n’a été totalement à l’aise avec le fait que le centre géographique d’une religion à laquelle croient les nationaux se trouve à l’étranger , c’est une situation politiquement dangereuse pouvant mener à des subversions.  

      Je ne me situe pas là dans une perspective morale mais tout simplement politique , de façon froide et rationnelle. De fait , les séparatistes du Donbass sont les ennemis politiques des nationalistes et souverainistes ukrainiens , ça ne veut pas dire qu’ils sont gentils ou méchants , qu’ils incarnent le bien ou le mal , ça implique tout simplement que de la perspective des nationalistes , ils doivent être vaincus.

      Je ne dis pas non plus ce que doit ou devrait penser un chef religieux chrétien en situation de guerre , mais ça ne me surprend pas qu’un  personnage occupant une fonction d’influence idéologique appelle au meurtre en situation de guerre , ce phénomène existe depuis  la guerre néolithique , c’est la norme depuis des millénaires , je ne vois même pas comment il pourrait en être autrement , c’est à ça que sert la religion dans l’ordre politique : à mobiliser les masses . Et c’est particulièrement le cas en situation de guerre. Que des religieux remplissent cette fonction dans des sociétés dans lesquelles la croyances religieuse est encore vivace n’a rien d’étonnant. Et dans des sociétés qui ne sont plus religieuses , ce sont d’autres idéologies et idéologues qui remplissent la même fonction , ainsi va le monde.

      Quant aux ecclésiastiques à la tête de l’Eglise du patriarcat de Moscou , ils ne sont pas du tout dans la même situation  , il n’y a pas de sécession dans une partie du territoire russe remettant en question la survie de la nation …

       



    • vote
      guepe guepe 20 octobre 15:10

      @maQiavel

      Il y a eu aussi la Papauté d’Avignon en France.


    • vote
      maQiavel maQiavel 20 octobre 15:20

      @guepe
      Exactement. 

      Quant aux religieux qui appellent au meurtre , il y’a qu’à se rappeler des guerres de religions entre catholiques et protestants , les chefs religieux pendant ces conflits ne faisaient pas dans la dentelle … 

      Bref , je ne dis pas que c’est bien mais que c’est normal en situation de guerre … 


    • 1 vote
      V_Parlier V_Parlier 20 octobre 18:35

      @guepe
      (Ce que les Catholiques oublient souvent quand ils parlent des orthodoxes, en effet)


    • 3 votes
      V_Parlier V_Parlier 20 octobre 18:46

      @maQiavel
      Je vous rappelle que l’Ukraine formée artificiellement ET par les soviétiques ET par les néonazis d’aujourd’hui (et qui correspond au même terriroire revendiqué en tant qu’Ukraine) est déjà une construction qui, à la base, impose une nationalité artificielle à plusieurs peuples différents et existant tous "de souche", dont une forte proportion de russes (de bien avant l’URSS).

      Les putschistes et leurs maîtres ont volontairement accentué la déchirure à l’extrême pour imposer leur suprématie par la force. Ils ne sont pas une nation et je ne les reconnais pas comme tels, ce qui n’aurait pas d’importance si ça n’engendrait pas cette persécution. Sur le plan de la stricte politique, expliquez donc aux bobos, aux journalistes et même à certains catholiques que la jolie chanson de liberté qui leur est chantée et qu’ils nous chantent ne correspond en réalité qu’à ce plan de guerre que vous considérez avec tant de recul. Pour eux ça aura au moins cette utilité.


    • 4 votes
      V_Parlier V_Parlier 20 octobre 18:54

      @maQiavel
      "il y’a qu’à se rappeler des guerres de religions entre catholiques et protestants"

      -> Oui, mais je n’ai pas remarqué qu’on en disait du bien. Avez vous remarqué que ceux qui nous parlent avec enthousiaste du patriarcat de Kiev ne nous le présentent pas du tout comme ça ?


    • vote
      maQiavel maQiavel 21 octobre 15:52

      @V_Parlier

      Sans entrer dans les spécificités de l’historicité de l’Ukraine , toutes les nations sont artificielles , ce ne sont pas des entités naturelles mais des constructions politiques , certaines ont plusieurs millénaires , d’autres quelques siècles et beaucoup quelques années. Et de fait , même dans les jeunes Etats , on retrouve des hommes et des femmes prêts à sacrifier leur vie sur l’autel de leur idéal national , c’est le cas actuellement de nombreux ukrainiens. Vous dites que vous ne reconnaissez pas l’Ukraine comme une nation , c’est votre droit mais de nombreux Ukrainiens reconnaissent ce pays comme le leur  et réclament leur droit à l’existence que vous le vouliez ou non.

      Si aucun compromis politique ne peut se dégager de ces différences de vue , il ne reste qu’une manière de résoudre la querelle : faire la guerre et la gagner. Et de fait , la plupart des nations se sont construite par le feu et par le sang , dans leur parcours  elles doivent faire face à des forces qui récusent leur légitimité à exister. Il ne faut pas s’étonner non plus que dans cette optique , ces nations recherchent des alliés partout où elles peuvent en trouver. Le fait que les nationalistes ukrainiens se jettent dans les bras des puissances occidentales ( qui ont en effet des intérêts de tirer profit de ces dissentions dans une perspective plus globale ) est d’une logique implacable. Politiquement , je comprends très bien les nationalistes ukrainiens , si j’étais à leur place je ferais certainement pareil.

      Sinon , en effet , lorsqu’on vit dans des sociétés modernes qui constituent des bulles de consumérisme et de pacifisme comme c’est le cas de nos sociétés occidentales , on ne dit pas du bien des discours guerriers tenus dans des contextes de conflits. La raison en est simple : on ne sait plus ce qu’est la dure réalité de la guerre et on ne connait plus ses implications les plus banales , on juge du haut d’un strapontin moral les actes et les paroles  de ses prédécesseurs qui vivaient dans des contextes très différents ou alors on juge les actes et les paroles tenus à l’étranger par des leaders d’opinion qui s’adressent à  des gens qui sont concrètement en guerre.

      Pour ce qui est du discours des médias occidentaux , je suis bien évidemment d’accord avec vous , de toute façon en matière de politique étrangère (et pas que ), nous savons bien que nos journalistes sous influence se font la spécialité de débiter des torrents de conneries droidelhommistes à géométrie variable. 


    • vote
      pegase pegase 22 octobre 09:53

      @guepe

      Il y a eu aussi la Papauté d’Avignon en France.


      ... et vis à vis de la "pragmatique sanction de Bourges" (1438), où la France était devenue indépendante vis à vis du Vatican.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pragmatique_Sanction_de_Bourges

      https://www.herodote.net/almanach-ID-1302.php


      Le 7 juillet 1438, le roi Charles VII publie à Bourges la « Pragmatique Sanction », qui régit les relations entre l’Église gallicane (c’est-à-dire française) et le pape. Plusieurs fois amendé, abrogé et rétabli, ce texte va souffrir d’une mauvaise application jusqu’au Concordat de Bologne de 1516. Il n’en constitue pas moins un pas important dans l’émancipation de la monarchie à l’égard du Saint-Siège.

      Au Moyen Âge, les papes s’attribuaient le droit de régenter les monarchies chrétiennes mais le Grand Schisme d’Occident (1378-1417) avait beaucoup réduit leurs prétentions. Charles VII en profite pour enlever au pape tout ce qui relève de l’administration des diocèses et des abbayes en lui laissant ce qui relève de la foi. Cette manière de voir est ce que l’on appelle le « gallicanisme ».

      La « Pragmatique Sanction » retire ainsi au pape le droit de nomination des évêques et abbés : les évêques sont désormais élus par les chanoines de leur cathédrale et les abbés par leurs religieux. Elle prévoit aussi de supprimer les annates, autrement dit l’année de recette que tout nouveau titulaire d’un siège ecclésiastique (abbé, évêque) devait verser au Saint-Siège. Dans les faits, détournant ces dispositions, le roi et ses familiers vont s’immiscer dans les élections et imposer leur candidat, sans égard pour leurs aptitudes, en vue de s’approprier les revenus des diocèses et des monastères.


    • vote
      Seraphima Seraphima 23 octobre 07:47

      Au seins du Patriarchat de Constantinople en ce moment il y a deux partriaches : le patriarche Bartholomée et le patriarche Philarete de Kiev ;) Quel absurde ! Il semble que le patriarche Bartholomée n’a pas tout sa tête !


      • vote
        V_Parlier V_Parlier 23 octobre 20:53

        @Seraphima
        Ou peut-être qu’il n’avait pas les oreilles ouvertes quand Denisenko ("Philarete") a déclaré qu’il ne devenait pas métropolite au sein de Constantinople comme Bartholomée le lui a accordé, mais restait patriarche... au sein de Constantinople...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès