• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Idiots nous sommes ou Le média que nous avons raté

Idiots nous sommes ou Le média que nous avons raté

Son histoire est passé mardi 12 sur LCP et vous l'avez sûrement raté. Je ne sais pas pour vous mais moi c'est durant les années 90 que je l'avais raté alors qu'il était sous mon nez : Il existait donc un journal politiquement incorrect chez ma marchande préférée et je l'ignorais ! J'avais à cette époque encore quelques illusions et j'étais même inscrit chez les Verts, alors encore fréquentables. Je lisais plutôt Charlie Hebdo, un Charlie iconoclaste, celui de Cavana, qui n'avait rien à voir avec celui qui existe de nos jours, faussement rebelle. « Le Diplo » me paraissait bien austère, je l'ai découvert plus tard. J'aimais bien aussi « Le Meilleur » d'Alain Ayache, c'était mon coté beauf.

« L'Idiot International » se voulait idiot justement, assez pour qu'il ne me vienne jamais à l'idée de le feuilleter. Si vous êtes comme moi vous devez absolument voir cette vidéo, afin de ne pas mourir... Idiot !

Voilà, c'était LE journal qu'il fallait descendre ! Seul contre tous ou presque il a fini par être mis à mort à partir d'une machiavélique diabolisation. S'il avait pu poursuivre Pierre Zarka l'intègre aurait prit la place qu'à occupé Robert Hue l'Euro-collabo au Parti Communiste Français.... Une prospective de rêve s'amorce : Vingt ans plus tard, c'est à dire aujourd'hui, nous aurions un Jean-Luc Mélenchon moins sectaire, d'ailleurs celui-ci serait notre Président de la République !
Pour se consoler il est possible de lire par exemple « Fakir » car des journaux indépendants il y en aura toujours, fussent-ils extrêmement rares parmis l'offre pléthorique présentée chez nos marchands de journaux.

 

Tags : Mitterrand Médias Alain Soral Complot




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • vote
    Croa Croa 17 septembre 14:26

    Il y a des navigateurs qui ne relient pas la vidéo dans Agoravox-TV. En ce cas retrouvez la vidéo à sa source ici.


    • 2 votes
      Qiroreur Qiroreur 19 septembre 12:34
      Beau reportage plein d’enseignement sur une époque révolue.

      "Robert Hue l’Euro-collabo"

      Si l’on doit retenir quelque chose de cet individu c’est qu’il fut et est, plus que jamais, un franco-traitre. A l’époque, enfin celle qui a précédé cet insignifiant cloporte qui s’est vendu à Macron récemment, le PCF avait encore une certaine tenue. Le monde prolétaire était pris entre le marteau du communisme et l’enclume du patriotisme, bien conscient qu’il était le premier perdant (comme toujours) de l’arrivée massive de main d’œuvre à bas coût. Marchais l’avait compris même si le reste du PCF ne suivait pas toujours, voyant en ce positionnement une forme d’horizontalisation de la lutte vieille comme la révolution industrielle.
      L’Idiot c’était la presse comme elle pouvait encore exister au tout début des années 90. Des gens venant d’un peu tous les horizons, de véritables insoumis (pas les guignols actuels) qui convergeaient malgré leurs différences parfois radicales pour s’opposer à ce que l’on pouvait déjà appeler le parti unique. Comment appeler autrement cette arnaque qu’a été cette prétendue opposition PS-RPR qui a duré un demi-siècle ? 

      Eh oui, "Vers un Front National", quel titre brillant que celui de ce texte frappé au coin du bon sens. La convergence des gaullistes et des cocos avait un sens, une référence remontant aux années 40-50 et une résistance commune à l’impérialisme (allemand hier, anglo-américain aujourd’hui) que l’on subit de plein fouet. A cette époque les rouge-brun comme on a pu les appeler assez malhonnêtement d’ailleurs (ostracisme qui rappelle celle de Dieudonné), défendaient surtout une idée paradoxale pour des internationalistes : le souverainisme. Aujourd’hui, c’est bien une alliance similaire qui faudrait entre gaullistes authentiques, eurosceptiques, anti-mondialistes et même ces gens de "gauche" qui se perdent dans l’illusion mélenchonnienne endormis par leurs utopies vivre-ensemblistes et réveillés par les envolées lyriques d’un vieux socialo-trotskard de première bourre. C’est bien d’une union souverainiste, fière de défendre la France et l’intérêt des Français, ceux qui se sentent avant tout comme tels indépendamment de leurs origines.

      • vote
        Croa Croa 19 septembre 23:45

        À Qiroreur,

        Et j’ajoute que ton « union souverainiste » pourrait tout à fait se révéler nécessaire (au moins le souverainisme) au cours des débats constitutifs voulus par la Ø et proposé à l’ensemble des français. C’est notamment en cela, mais pas seulement, qu’un avenir en commun reste une utopie (et encore seulement en raison de la puissance de l’oligarchie) mais en rien une illusion.


      • 1 vote
        Qiroreur Qiroreur 20 septembre 14:35

        @Croa
        C’est pour cela que l’on diverge (et c’est énorme) : pour moi, ce n’est pas "potentiellement nécessaire", c’est sans aucun doute indispensable. Dans la Ve constitution c’est explicite : 

        Art 3 : La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

        Art 4 : Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

        Art 5 : Il (le Président de la Répu) est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités.

        Quiconque ne met pas en avant cette souveraineté, met en place des lois qui vont à son encontre (au passage en bafouant le référendum déjà effectué) ou avance des propositions qui vont à l’encontre de celle-ci trahissent l’esprit de ce texte et le pays tout court. Voilà pourquoi on peut raisonnablement juger de la trahison de ces élites qui gouvernent la France depuis 68. Je pense que cela doit être le socle de toute union. Cela devrait être une évidence mais ça ne l’est pas pour tous et au point où nous en sommes, on en est réduit à la rappeler : La souveraineté n’est pas une option, c’est le pré-requis de la liberté, autrement cela s’appelle la mise sous tutelle (des transnat, de l’UE, de puissances étrangères...). La FI joue un jeu trouble à ce niveau. Il y a encore dans le logiciel de cette organisation cette vieille idée latente chez certains de l’internationalisme basée sur le mensonge d’un monde ouvert à tous les vents, monde qui n’existe pas, n’a jamais existé de toute l’histoire. Voilà pourquoi je parle d’"illusion" : Mélenchon s’est raccroché aux branches en donnant une tonalité souverainiste à son discours ces dernières années mais il faut être clair : il n’y a pas de "souverainisme light" et le souverainisme n’empêche en rien la coopération ou même l’harmonisation avec d’autres pays. Le seul réel clivage qui existe aujourd’hui est entre les européistes/mondialistes et les souverainistes. Toutes les bonnes idées que la FI peut avoir (sur l’énergie, le dév de l’espace maritime, ect.) reposent sur la souveraineté du pays. Rien de ce que vous proposez n’est possible sans elle, ni sans une majorité qui la partage. 


      • vote
        Croa Croa 20 septembre 21:54

        À Qiroreur,

        La constitution actuelle est corrompue, en conséquence de quoi certains articles ne s’appliquent plus en pratique. Nos élites en signant certains traités ont abandonné toute souveraineté véritable. Il faudrait dénoncer ces traité et pour commencer quitter l’Union Européenne et je crains que ça ne suffise même pas. Ceci dit effectivement la Ø avec ses plans A et B tergiverse avec le souverainisme et je comprend que ça te chagrine. Le problème c’est qu’il est difficile de ramer à contre courant et ceux qui profitent du système actuel sont très influents. Laisser les gens prendre conscience par eux-même est certainement la seule porte de sortie. S’obliger à tout refaire, repartir de zéro, est la bonne solution. C’est pourquoi je crois à une VIe république (à condition qu’elle parte du bon pied, c’est à dire en évitant comme la peste toute intrusion dans cette reconstruction de la part des élites actuelles.)


      • vote
        Le retraité 16 octobre 13:13

        @Croa

        « C’est notamment en cela, mais pas seulement, qu’un avenir en commun reste une utopie (et encore seulement en raison de la puissance de l’oligarchie) mais en rien une illusion. »

        Je pense que dans cette phrase vous exprimez un contre sens :

        Si « un avenir en commun »reste une utopie (donc une construction imaginaire) mais en rien une illusion (donc une réalité) cela implique qu’ « un avenir en commun » est à la fois imaginaire et réel . Quelle dualité pour ce beau projet de société !


      • vote
        Le retraité 16 octobre 14:20

        @Qiroreur


        C’est bien d’une union souverainiste, fière de défendre la France et l’intérêt des Français, ceux qui se sentent avant tout comme tels indépendamment de leurs origines.


        «  Union souverainiste  »  (souverain du latin supérieur ) donc une union supérieure fière de défendre la France et l’intérêt des Français. « Ceux qui se sentent avant tout comme tel, français » Une des définitions du Code Civil qui définit la nationalité française est liée aux origines de l’individu alors si vous définissez le fait que d’être Français est indépendant des origines, vous affirmez que cette union supérieure est un société d’individus de différentes nationalités qui ont ou pas la nationalité française. Mais on ne se sent pas Français on est Français ou pas de part les différentes possibilités qu’offrent le Code Civil. Ne vaudrait-il pas mieux dire, l’ensemble des individus résidant en France de nationalité française ou pas et ayant un intérêt à s’unir dans une assemblée constituante afin d’ imaginer un avenir commun et souverain.


      • vote
        Le retraité 16 octobre 15:59

        @Qiroreur

        La souveraineté nationale, telle qu’elle nous est présentée dans la constitution de la Ve république, est une imposture manifeste voulu par le Générale De Gaule.


        Premier petit rappel, « la souveraineté nationale est le principe selon lequel la souveraineté appartient à la nation qui est une entité collective abstraite, unique et indivisible. La nation ne se limite pas aux seuls citoyens vivants, mais inclut les citoyens passés et futurs. De ce fait, elle est supérieure à la somme des individus qui la composent ». La souveraineté nationale ne pouvant gouverner directement, elle implique un régime représentatif. Les représentants de la nation sont titulaires d’un mandat représentatif et œuvrent dans l’intérêt de la nation toute entière. Chacun représente la nation entière et non ses seuls électeurs. »

        J’ai comme l’impression aujourd’hui que nos représentants œuvrent plus dans l’intérêt de leurs électeurs que dans celui de la nation tout entière. Ce qui m’amène à penser que nous ne sommes plus dans une démocratie représentative mais plutôt dans une partitocratie. Le parti au pouvoir ayant obtenu sa légitimité par la mobilisation de son électorat ne représente que ces électeurs et de ce fait ne peut représenter la nation.


        Deuxième petit rappel, « la souveraineté quel qu’elle soit, populaire ou nationale, n’est aucunement une liberté elle est un principe d’autorité suprême. En matière de politique, la souveraineté est le droit absolu d’exercer une autorité (législative, judiciaire et/ou exécutive) sur une région, un pays ou sur un peuple. »

        Alors laquelle choisir ? Je pencherai plutôt vers la souveraineté populaire qui s’oppose à la souveraineté politique par le fait que comme l’énonçait JJ ROUSSEAU « la souveraineté appartient au peuple et chaque citoyen en détient une part ( le souverain n’est formé que des particuliers qui le composent), elle est la "totalité concrète des individus ».


      • vote
        Croa Croa 20 octobre 14:03

        À Le retraité,

        Tu m’as bien comprit. Une construction imaginaire c’est un projet, la différence entre projet et utopie c’est que rendre réelle une utopie est plus difficile. Dire que ça ne saurait être une illusion relève de la même approche : On peut le faire !


      • vote
        Croa Croa 19 septembre 23:32

        En élisant Hue secrétaire général les cocos révélaient ce qu’ils étaient devenus : Un partit de professionnels de la politique et des arrangements avec le PS. Pas question donc de prendre des risques en affrontant les réalités du pouvoir. Le choix de l’Euro-collabo Hue s’imposait ! Cependant il y a toujours eu dans les rangs de ce parti des gens qui y croyaient et qui y croient encore, surtout à la base. D’autant qu’il a toujours conservé une base relativement conséquente comparé à beaucoup d’autres. C’est d’ailleurs cette base qui se tourne aujourd’hui vers l’insoumission et constitue une bonne partie des ressources de la France Insoumise (Ø). Tu te trompes de voir une « illusion mélenchonnienne » là dedans car JLM a réellement failli être élu et cette histoire là n’est pas terminée, sauf dérapage mortel à la Corbière, toujours possible évidemment.
        (Merci pour ta longue intervention.)


        • vote
          Croa Croa 19 septembre 23:50

          Mauvais adressage : Ce message est en 1ère réponse à Qiroreur, Veuillez m’excuser  smiley


        • 2 votes
          Qiroreur Qiroreur 19 septembre 23:53

          @Croa
          Oui, il y a une base de gens sincères au PC, c’est la même chose à la CGT et dans d’autres partis. La base est souvent composée de braves gens qui militent sans aucun calcul ni ambition à part celle de voir les idées en action. Au point où nous en sommes il est évident que je soutiendrais Mélenchon face à n’importe quel connard du système (PS, LR, En Marche) bien qu’il ne soit pas ma tasse de thé pour une raison fondamentale : il n’est pas souverainiste. C’est ma conclusion de la lecture du prog de la FI. 

          D’ailleurs il n’y a que chez nous qu’on peut avoir une situation pareille : des gens qui se présentent à des élections qui crachent ouvertement sur l’Histoire du pays (ou leur population) quand ce n’est pas directement dessus, cf. Obono, fraichement naturalisée et qui soutient un type qui"nike la France’... impensable n’importe où ailleurs...


        • vote
          Le retraité 16 octobre 14:53

           

          L’diot n’est pas toujours celui qu’on croit.

          Chez Dostoïevski l’idée mère de l’Idiot est celle-ci : "un cerveau, atteint dans quelques-uns des ressorts que nous considérons comme essentiels, et qui ne nous servent que pour le mal, peut rester supérieur aux autres intellectuellement et moralement, – moralement" surtout chez Jean-Edern Hallier."

          D’autre part d’un point de vue politique : "la nostalgie des affrontements idéologiques du XX siècle démontre que la concentration de certaines sociétés sur leur passé peut devenir particulièrement manifeste quand les évocations d’un âge d’or passé se font de plus en plus fréquentes".

          Raoul Girardet a analysé le caractère amplement mythique de ce dernier thème, que l’on nomme souvent « la nostalgie des origines ».

           




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès