• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réunions « non-mixtes » : Audrey Pulvar demande aux Blancs de « se taire (...)

Réunions « non-mixtes » : Audrey Pulvar demande aux Blancs de « se taire »

« Si vient à cet atelier une femme blanche, un homme blanc, etc., j’aurais tendance à dire qu’il n’est pas question de le jeter dehors. En revanche, on peut lui demander de se taire, lui demander d’être spectateur silencieux. » Cette phrase d’Audrey Pulvar a mis le feu aux réseaux sociaux samedi soir tandis que, plus tôt dans la journée, la candidate aux régionales en Ile-de-France donnait son point de vue sur une polémique qui agite la classe politique française : les réunions en non-mixité racisées organisées par l’Unef.

L'entretien dans son intégralité avec Apolline de Malherbe (BFM TV, 27 mars 2021) :

Tags : Racisme Discriminations PS Polémique




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • 13 votes
    Conférençovore Conférençovore 29 mars 09:28

    Je crois que cette idiote ne se rend pas compte de la conséquence de ces jérémiades fatigantes, postures et propos qui donnent par ailleurs une image assez détestable des minorités qu’ils prétendent représenter : à force de chier sur les habitants autochtones et c’est très exactement de cela qu’il s’agit, avec, entre autres, ces réunions "réservées à..." où le Blanc, quand il est toléré, doit accepter d’avoir moins de droits que les autres (donc se soumettre) car il est présumé privilégié (de quoi, on cherche toujours) et présumé coupable de racisme, à force de jouer à ce petit jeu minable, ce dernier qui est pourtant sur sa terre natale, lui, pourrait décréter, qu’au nom de l’égalité, il s’arroge le droit également d’exclure qui il veut sur exactement les mêmes bases raciales. On voit là toutes les limites de cette folie antiraciste : un combat qui ressemble de plus en plus à ce qu’il est en réalité, à savoir pas un combat pour l’équité mais une haine décomplexée des Européens de souche. C’est d’ailleurs ce qui se passe en ce moment aux EUA où certains essaient de monter la communauté asiatique contre les Blancs alors même que les agresseurs des premiers sont très majoritairement des "racisés" comme ils disent.

    C’est d’ailleurs ce qui va de plus en plus se pratiquer et cette idiote de Pulvar reviendra encore et encore pour chialer des conséquences de ce qu’elle (et tous les autres) ont généré : nous allons finir par passer d’une discrimination basée sur le comportemental (car le racisme français, soyons clair, n’est que cela : on ne veut pas embaucher un wesh-wesh non parce qu’il Noir ou Arabe mais parce que rien que son attitude indique qu’il va poser problème tôt ou tard) à un racisme réel, à savoir réellement basé sur l’origine raciale. Ce dernier existe déjà me rétorqueraient certains mais je pense qu’il va, non pas s’assumer de plus en pus parce que la loi l’interdit  du moins il interdit surtout une forme de racisme, celui de l’autochtone envers les autres mais est beaucoup moins regardant sur celui des autres entre eux et encore moins sur celui des autres envers les autochtones*  mais se faire tout court. 



    • 10 votes
      sirocco sirocco 29 mars 16:47

      @Super Cochon

      Il s’en est fallu de peu qu’elle demande aux Blancs de s’exiler...


    • vote
      Et Hop ! 2 avril 23:35

      @Super Cochon

      De quel droit une noiresse dit aux Blancs ce qu’ils doivent faire et pas faire ?


    • 3 votes
      sls0 sls0 29 mars 12:07

      Propos intelligents de la part d’une femme intelligente.

      On oublie pas que c’est une période électorale et que tout les coups sont permis.


      • 17 votes
        julien julien 29 mars 15:05

        @sls0
        Oui classer les gens en fonction de leur couleur de peau pour leur assigner ou le statut de bourreau ou celui de victime c’est "intelligent", trier les gens selon leur couleur de peau à l’entrée de réunions où l’on prétend lutter contre le racisme, c’est "intelligent", pas de doute vous êtes quelqu’un d’"intelligent".


      • vote
        sls0 sls0 29 mars 15:23

        @julien
        A une réunion de gros, on y voit que des gros. S’il y a un maigre ce sera peut être un nutitionniste invité.
        Pas équipé physiquement pour être une lesbienne, j’ai participé à quelques réunion suite à invitation.
        Je parlais que si l’on voulait un avis ou un conseil. Ce n’est pas mon monde, je n’ai pas l’expérience de ce monde, un regard neutre et extérieure sans plus.
        Quand une amie me demande mon avis lors d’un achat de souvêtements, elle me demande un avis, un regard extérieur, pas de les porter.


      • 14 votes
        julien julien 29 mars 15:52

        @sls0
        "A une réunion de gros, on y voit que des gros. S’il y a un maigre ce sera peut être un nutitionniste invité."
        Rien à voir avec des "réunions de gros", le problème est à la fois de sous-entendre que les blancs ne peuvent pas être victimes de racisme, ce qui est une énormité, et aussi de laisser penser que la simple présence d’un blanc puisse être considéré comme une menace ou une présence malaisante du seul fait de sa couleur de peau. Bref encore une fois ces réunions établissent le blanc comme le raciste et le non-blanc comme sa victime incapable de racisme, c’est du racisme à l’état pur.


      • vote
        sls0 sls0 29 mars 16:27

        @julien
        J’entends mais je ne sous-entends pas.
        Déjà il faut écouter, entendre sérieusement. N’écouter que ce qui nous conforte dans nos biais, permet de sous-entendre car on a rien compris au problème.

        Il n’y a pas de spécificité, blanc ou non gros c’est la même chose.

        J’en ai côtoyé du colored dans ma vie, je n’ai jamais eu de problème de racisme anti blanc.
        Vous même vous n’avez jamais eu de problème de racisme anti blanc, c’est du fantasmé ou idéologique mais non factuel.
        Bien entendu vous allez me sortir de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.


      • 10 votes
        julien julien 29 mars 16:44

        @sls0
        "J’en ai côtoyé du colored dans ma vie, je n’ai jamais eu de problème de racisme anti blanc."
        On vous l’a déjà dit mais il faut apparemment vous le répéter : le monde ne se limite pas à votre nombril.

        "Vous même vous n’avez jamais eu de problème de racisme anti blanc, c’est du fantasmé ou idéologique mais non factuel."
        Déclaration nulle et non avenue, vous n’en savez rien.
        Le racisme anti-blanc existe déjà à travers ces réunions et les autres manifestations de lutte contre le supposé "privilège blanc" et ensuite dans nos rues, spécialement celles des banlieues, de plus en plus.
        https://www.amazon.fr/racisme-anti-blanc-parler-d%C3%A9ni-r%C3%A9alit%C3%A9/dp/2919139045 
        Ecrit non par un méchant facho blanc mais par Tarik Yildiz, enseignant à sciences-Po, excusez du peu ! 

        Il y a dedans de nombreux cas documentés pour que vous arrêtiez avec votre déni raciste, il n’est pas trop tard pour que vous deveniez un véritable anti-raciste.


      • vote
        sls0 sls0 29 mars 17:31

        @julien
        Si j’écris que l’eau mouille, vous allez aussi sortir votre couplet : le monde ne se limite pas à votre nombril ?
        Je parle de ce que je connais, l’expérience de ma vie je connais.

        A voir votre réponse fuyante, le Julien n’a jamais eu de problème de racisme anti-blanc. Pour l’instant sur un échantillon de deux, il y en a deux qui n’ont pas eu de problème de racisme anti-blanc, vous et moi.

        Dans une étude on expose les résultats factuels.
        Dans un livre on expose des idées.
        Vous auriez mis une étude deTarik Yildiz, il en a fait.
        Ce livre plait à l’extrême droite, c’est le même discours non étayé par des études.
        Il y a de nombreux cas dans ce livre, c’est bien mais ça ne vaut pas une étude avec sa rigueur. Ici c’est de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.


      • 5 votes
        julien julien 29 mars 17:53

        @sls0

        "Si j’écris que l’eau mouille, vous allez aussi sortir votre couplet : le monde ne se limite pas à votre nombril ?
        Je parle de ce que je connais, l’expérience de ma vie je connais.

        A voir votre réponse fuyante, le Julien n’a jamais eu de problème de racisme anti-blanc. Pour l’instant sur un échantillon de deux, il y en a deux qui n’ont pas eu de problème de racisme anti-blanc, vous et moi."

        Encore une fois six lignes pour ne rien dire, que vous ou moi n’ayons pas été victime de racisme anti-blanc ne prouve rien. Si vous et moi n’avons jamais été violé on peut en conclure que le viol n’existe pas ? Parler de phénomène comme celui-ci, juger de leur existence ou pas en fonction de son expérience personnelle est sans intérêt, c’est ce que j’essaye de vous faire comprendre.

        "Ce livre plait à l’extrême droite, c’est le même discours non étayé par des études.
        Il y a de nombreux cas dans ce livre, c’est bien mais ça ne vaut pas une étude avec sa rigueur. Ici c’est de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.
        "
        C’est marrant comme vous êtes prêt à vous faire un avis arrêté uniquement à travers votre vécu, mais quand c’est le vécu rendu "à travers neuf entretiens représentatifs des nombreux témoignages reçus", là ça n’a plus de valeur, c’est "l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours".
        Bref...


      • 7 votes
        ezechiel ezechiel 29 mars 23:06

        @sls0 "A une réunion de gros, on y voit que des gros. S’il y a un maigre ce sera peut être un nutitionniste invité."

        Mais quel rapport avec la discrimination organisée, thème de discussion de ces meetings "racisés" ?
        Ces gens ne se réunissent pas pour parler de leur problème de santé, mais pour vilipender les gens de race blanche, vous comprenez ça au moins ?

        Si vous êtes victime d’un vol de scooter ou d’une agression par un Arabe, vous allez organiser une réunion avec un syndicat étudiant interdite aux Arabes sous prétexte que tous les Arabes sont des voleurs, et vous allez discuter entre vous, de la meilleure façon de vous en débarrasser ?

        Si un syndicat étudiant avait organisé des réunions interdites aux Noirs, ou interdite aux Juifs parce que grâce à leur "privilège juif", ils trustent et dominent tous les média et les journaux, il aurait été dissous en moins d’une heure et tous ses militants incarcérés.
        Pourquoi ce n’est pas le cas lorsqu’on s’attaque aux Blancs ?


      • 1 vote
        microf 1er avril 14:51

        @ezechiel

        Le racisme anti blanc combien de morts ?

        Voila les morts du racisme Blanc en Afrique.

        Tous ces chefs d’Etat ont été assassinés au pouvoir par la France.

        https://youtu.be/_5iDD_XgjqI

        La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts”, c’est la formule devenue le refrain du Général De Gaulle qui n’aura pas lésiné sur tous les moyens pour éliminer physiquement les dirigeants africains qui ont tenté de se libérer du joug de la métropole. Depuis 1963, 22 présidents africains ont été assassinés avec la complicité des services secrets français : le SDECE, la DGSE et la DST. Ce sont ces trois bras armés qui ont fomenté des coups d’États en Afrique en se servant des valets et traîtres nègres. Les crimes commis par les dirigeants français sont bien connus et consignés dans des livres écrits par des historiens, chercheurs, et les documentaires réalisés par des journalistes courageux .

        NUMERO 1 : Sylvanus Olympio, né le 6 septembre 1902 à Kpando et assassiné le 13 janvier 1963 à Lomé, est un homme politique togolais, premier président de la République togolaise d’avril 1958 au 13 janvier 1963, date de son assassinat devant l’ambassade américaine de Lomé lors du coup d’État de 1963 fomenté par Gnassingbé Eyadema.

        numéro 2 : Major General Johnson Thomas Aguiyi-Ironsi, né le 3 mars 1924,est mort le 29 juillet 1966 à Lalupon, dans l’État d’Oyo, est un homme d’État nigérian.

        numero 3. Abdirashid Ali Shermarke , né le 16 octobre 1919 et mort le 15 octobre 1969, est un homme politique somalien. Il a été Premier ministre du 12 juillet 1960 au 14 juin 1964, et président la République à partir du 10 juin 1967 jusqu’à son assassinat.

        numero4 Richard Ratsimandrava, né le 21 mars 1931 à Tananarive et mort le 11 février 1975 dans la même ville, est un militaire et homme d’État malgache. Il est chef d’État de la république de Madagascar pendant six jours du 5 au 11 février 1975, date de son assassinat
        numero 5 François Tombalbaye, dit Ngarta Tombalbaye, né le 15 juin 1918 à Bessada (près de Koumra) et assassiné lors d’un coup d’État le 13 avril 1975 à N’Djaména, est un homme d’État tchadien.

        numero 6 Le général Murtala Ramat Muhammed, né le 8 novembre 1938 à Kano et mort le 13 février 1976, est un homme d’État nigérian. Il a été chef du gouvernement militaire fédéral du Nigeria du 29 juillet 1975 à son assassinat.

        numero 7 Marien Ngouabi est un officier et homme d’État congolais né le 31 décembre 1938 à Ombele et mort le 18 mars 1977 à Brazzaville.

        numero8 Tafari Benti, également retranscrit Teferi Bante (né en octobre 1921 et mort le 3 février 1977) est un homme d’État éthiopien. Du 28 novembre 1974 au 3 février 1977. Le 3 février 1977, Tafari Benti est assassiné ; Mengistu lui succède comme chef de l’État éthiopien.

        numero9 Ali Soilih M’tsashiwa est un homme politique et ancien président de l’État comorien. Né à Majunga à Madagascar, il a ete assassiné le 13 mai 1978 .

        numero10 né le 25 décembre 1918 et assassiné le 6 octobre 1981, est un homme d’État égyptien.

        numero11 William Richard Tolbert, Jr. (13 mai 1913 – 12 avril 1980) était un homme politique libérien, président de la République du Libéria de 1971 à sa mort en 1980. Pasteur baptiste, il a été président de l’Alliance baptiste mondiale de 1965 à 1970.

        numero12 Thomas Sankara, né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso,

        numero13 Ahmed Abdallah Abdéremane né le 12 juin 1919, mort le 26 novembre 1989, est un homme d’affaires et homme politique comorien, longtemps membre du Parlement français (Sénat) ensuite chef de l’État comorien à plusieurs reprises.

        numero14 Samuel Kanyon Doe, né le 6 mai 1951 à Tuzon et mort assassiné le 9 septembre 1990 à Monrovia, est un militaire et un homme d’État libérien .

        numero15 Mohamed Boudiaf , né le 23 juin 1919 à M’Sila et mort assassiné le 29 juin 1992 à Annaba, est un homme d’État algérien. Il est président du Haut Comité d’État du 16 janvier 1992 au 29 juin 1992.

        numero16 Melchior Ndadaye, né le 28 mars 1953 à Murama, dans la commune de Nyabihanga, de la province de Muramvya au Burundi, et mort assassiné au cours d’un coup d’État le 21 octobre 1993 à Bujumbura,

        numero17 Cyprien Ntaryamira, né le 6 mars 1955 sur la colline Gitwe, dans la zone Mageyo, commune de Mubimbi, province de Bujumbura, au Burundi, et mort assassiné le 6 avril 1994 à Kigali, au Rwanda,

        numero18 Juvénal Habyarimana, né le 8 mars 1937 au Ruanda-Urundi et mort assassiné le 6 avril 1994 à Kigali, est un homme d’État rwandais, président de la République rwandaise de 1973 jusqu’à son décès dans un attentat en 1994,

        numero19 Le général Ibrahim Baré Maïnassara (qui signifie « le victorieux », en langue haoussa), né le 9 mai 1949 à Maradi (Afrique-Occidentale française) et mort le 9 avril 1999 à Niamey, est un militaire de carrière nigérien, président de la République de 1996 à 1999.

        numero20 Laurent-Désiré Kabila (né le 27 novembre 1939 à Jadotville — aujourd’hui Likasi — et mort le 16 janvier 2001 à Kinshasa) est un homme d’État congolais. Il est Président de la République démocratique du Congo de mai 1997 jusqu’à son assassinat en janvier 2001.


      • 5 votes
        makhno makhno 29 mars 13:30

        Salut.. !

        Bon , déjà (à 28:50) , une femme qui dit dans la même phrase : " moi , je suis hétérosexuelle..........mais je ferme ma bouche...." c’est qu’elle sous-entend que le partage des langues et la fellation seront exclus...avec elle... !!!

        Ah , merde... ! Là , je me dis que je risque l’ennui du Missionnaire.... !!

        A son âge , avec son expérience , inutile de tenter de la faire changer d’avis , c’est mort... ! (les Socialistes avaient peut-être un sale goût...va savoir... !??? )

        Pourtant , vu sa "carrière" télévisuelle , j’aurais cru qu’ouvrir sa bouche était devenu une simple formalité pré-contractuelle... !!

        Pour le reste , les 2% de l’UNEF et leurs réunions communautaristes , ça reste 2% de pas grans-chose.... !!


        • 7 votes
          makhno makhno 29 mars 13:36

          @makhno

          Et je n’habite pas PARIS.....alors...rien à foutre de cette dinde allumeuse.. !


        • 2 votes
          makhno makhno 30 mars 11:58

          @Super Cochon

          Comparaison n’est pas raison....et ton exemple illustre à merveille cet adage... !

            les "Patrons" possèdent (à mon regret... ! ) les "outils de productions" , alors que les Zétudiants ne possèdent RIEN et ne font que passer.

            et sinon il s’agit de 2% de 1% (d’étudiants "syndiqués")....99% ne le sont pas.... !! (je n’ai pas fait le calcul...mais le chiffre est ridiculement petit... ! )

            ce sont surtout les Médias et les Partis Politiques qui donnent à ces "associations étudiantes" (un terme plus juste que celui de "syndicat" ) une existence en grossissant 1000 fois leur influence pour des raisons obscures (ou pas : les Présidentielles approchent et il faut que ....... ! ). La manipulation vient d’en haut , pas de ces cancres-là... !!


        • 6 votes
          Yakaa Yakaa 29 mars 14:09

          L’autre conne Covidiste (pléonasme) masqué jusqu’aux yeux... Déjà je zappe.
          (genre je protège les autres, je suis responsable, blabla...)
          .

          Quand on s’adresse à des téléspectateurs, déjà on enlève la muselière pour être un minimum audible.
          Même en Chine les présentateurs télé n’ont pas de masques...



            • 4 votes
              Orwell Orwell 29 mars 15:54

              Est-ce que vous avez pigé au moins le principe des groupes de parole ? Avez-vous déjà vu des groupes de femmes violées où l’on convie les hommes ? Mais fermez donc vos gueules les fachos qui manipulez tout. Ce ne sont pas des réunions entre personnes de même "race" mais entre personnes subissant les mêmes discriminations. Le principe de moments d’auto-organisation en non-mixité choisi de personnes concernées par des oppressions spécifiques constitue un acquis des luttes sociales. Heureusement que les femmes se sont réunies en non-mixité lors du MLF pour revendiquer leurs droits. La non-mixité est nécessaire pour les personnes discriminées. 


              • 13 votes
                Yakaa Yakaa 29 mars 17:24

                @Orwell

                "Mais fermez donc vos gueules les fachos qui manipulez tout"

                Ce genre d’ordres autoritaires et "bienveillants" ne serait-elle pas justement le signe de distinction de tout fa...... ??

                Après, étant donné le nombres de personnes, philosophes, intellectuels, journalistes qui n’apprécient pas ce genre de ghetto raciaux, ça nous fait quand même un très gros paquet de "fachos"... Et à force de voir des fachos partout, les vrais fachos deviennent invisibles, sans compter qu’il ne suffit pas d’insulter de Facho à tout va pour s’exonérer à trop bon compte d’en être un.

                Pour finir ces petites polémiques sociétales ne m’intéressent vraiment plus, nous sommes depuis un an sous la coupe d’une dictature techno-sanitaire et cela me paraît infiniment plus grave que ces petites polémiques merdiques.


              • vote
                Orwell Orwell 29 mars 18:07

                @Yakaa

                C celui qui dit qui est ? MDR.

                G rien de bienveillant & le fascisme c pas l’autoritarisme et la malveillance. J’m’en ballec du bien ou du mal, me confond pas avec la gogoche morale & sa morale chrétienne sur laquelle je pisse à la raie. Les luttes sociales c pas les bienveillants vs les malveillants ou les gentils vs les méchants, c se battre pour abolir ou conserver des rapports d’exploitation et des situations d’oppression/domination. Donc, tu la boucle ... d’autant kt’es pas intéressé 


              • 9 votes
                Conférençovore Conférençovore 29 mars 18:24

                "J’m’en ballec"

                Il manquait juste le "wesh" devant, celui derrière étant acquis, mais l’idée est là.
                La terminologie racailleuse adoptée par un marxiste low-coast et antifa fragile est le signe, non pas d’un naufrage civilisationnel parce que l’on finira bien par sortir de cette incurie mais assurément le symptôme d’une forme avancée de crétinisation de notre monde. Pardon... j’ai oublié le "wesh" final mais pas le poing. 


              • 3 votes
                Orwell Orwell 29 mars 15:56

                C à cause de discriminations et d’oppressions réelles que les gens s’organisent parfois en non-mixité. Il ne faut pas inverser les causalités.

                Témoignage de Marie-Noëlle Thibault, ancienne militante à la CFDT, qui évoque ses souvenirs de réunions « non mixtes », qui suscitaient déjà, dans les années 1970, les critiques des syndicalistes, ces derniers accusant les femmes de briser l’unité de la classe ouvrière  :

                "Dans les années 1970-1980, le Mouvement de libération des femmes (MLF), organisation non mixte, est apparu dans la foulée de Mai 68, et a secoué fortement toutes les structures de partis politiques, extrême gauche comprise, très machiste, dans la tradition française – la politique est une affaire d’hommes. J’étais alors à la CFDT, et la Centrale a été fortement secouée par la lutte des femmes. Notre combat principal a été de créer dans l’organisation des lieux où la parole des femmes travailleuses pourrait s’exprimer librement. Nous avons mis en place une commission « travailleuses » au niveau confédéral, et des sessions de formation et d’échange non mixtes. Cela n’a pas été facile. Nous étions accusées de briser l’unité de la classe ouvrière, sans doute censée être incarnée dans l’organisation syndicale. C’était la version 1970 de l’actuelle accusation de séparatisme.

                Notre première session de formation non mixte me laisse un souvenir tragique et indélébile. Nous étions une trentaine de femmes. Trois d’entre elles avaient été envoyées par leurs structures hostiles à la « non-mixité » pour nous «  ramener à la raison ». Les travailleuses ont commencé à raconter leurs conditions de travail comme elles ne l’avaient encore jamais fait. Je raconte une seule expérience, celle des ouvrières d’une usine textile dans le Nord, à proximité d’un bassin minier.

                Quand une nouvelle ouvrière arrivait de la région minière, les contremaîtres jouaient à celui qui arriverait le premier à lever sa jupe pour vérifier si elle portait une culotte. En avaient-elles déjà parlé au syndicat ? Non, jamais. Pourquoi ? Parce qu’au syndicat ce sont des hommes, on n’oserait pas, ils ne comprendraient pas. Et puis, les contremaîtres sont syndiqués.

                Des anecdotes comme celle-là, il y en a eu des dizaines en quelques jours. La parole libérée, pour la première fois, entre femmes. Et puis le quatrième jour, une des trois « envoyées spéciales contre la non-mixité » a pris la parole, elle a fondu en larmes, et a raconté les gestes et les paroles sexistes des responsables syndicaux eux-mêmes, très majoritairement hommes dans cette branche où domine la main-d’œuvre féminine. Les mœurs dominantes dans la profession se retrouvaient à l’identique dans la structure syndicale. Nous étions toutes bouleversées de vivre ce moment, et j’y repense souvent.

                Ces groupes de parole avaient-ils vocation à dorloter des victimes, à les conforter dans leur « victimisation » ? Absolument pas. Leur seul rôle était de permettre un passage à l’action ajusté à la réalité des rapports sociaux vécus. Alors, ne pas diviser la classe ouvrière ? Oui, mais comment ? En faisant taire ces femmes ? L’universalisme oui, mais lequel ? Celui qui consiste à faire taire les plus exploités, les plus écrasés, ou celui que l’on construit lentement, difficilement, à travers la confrontation des expériences pour trouver des avancées communes ?"


                • 2 votes
                  Hijack ... Hijack ... 29 mars 18:22

                  Juste lu la polémique ... Bof, la Pulvar, je ne pense pas qu’elle soit raciste (juste un tantinet conne) ; le fait de dire que le blanc serai mal venu, venant de sa part, c’est une grosse maladresse ... maladresse multipliée, si elle a des objectifs politiques.


                  • 1 vote
                    BA 29 mars 19:21

                    Audrey Pulvar : « Je suis une femme de race Noire »


                    Hervé Mbouguen : Compte tenu des polémiques nées sur certains sites, dont le notre, concernant votre « négritude », comment vous définissez-vous ?

                    Audrey Pulvar : Comme je l’ai répondu à tous les journalistes qui me demandent s’il est important pour moi d’être la première femme Noire à présenter un grand journal, je sais qui je suis, je sais d’où je viens. Je suis une femme Noire, Créole Caribéenne, Martiniquaise.
                    Je tombe des nues quand je découvre qu’on conteste le fait que je sois Noire : c’est pour moi une évidence, je suis une femme Noire, une femme de race Noire, même si je ne suis pas très foncée de peau. Mon père, qui est un chaben, donc clair de peau, est un homme Noir, et je mets au défi quiconque de lui démontrer le contraire…Allez donc dire à Marc Pulvar qu’il n’est pas un homme Noir et vous entendrez parler du pays ! Oui, je suis une femme Noire et n’en déplaise à ceux qui ne me trouvent pas assez noire, on peut être Noire sans être Africaine. Du sang africain coule dans mes veines, je ne l’oublie jamais. Je suis une créole caribéenne Noire.


                    https://pourelle.grioo.com/print37.html



                    • 3 votes
                      louis 29 mars 20:31

                      Audrey Pulvar , pense t’elle que c’est un raciste le blanc qu’elle se tape  smiley


                      • vote
                        Shogun Shogun 29 mars 21:35

                        L’argument que j’ai envie d’opposer au fait de dire que les blancs ne peuvent pas assister ou prendre la parole dans ces groupes de débat, c’est que c’est l’affaire de tous, blancs y compris, s’il y a véritablement un racisme systémique dans ce pays. Ce n’est pas en les excluant qu’on va résoudre les soucis, on risque au contraire de les aggraver en augmentant la fracture. Preuve en est les réactions que ça suscite.

                        Les blancs doivent-ils également se taire lorsqu’ils sont témoins d’un acte raciste caractérisé, puisque ce n’est pas leur problème ? Que je sache, qui se sent offensé de ne pas être invité à un groupe d’alcooliques anonymes ou au club des unijambistes de France ?

                        Bref, c’est totalement contre-productif.


                        • 3 votes
                          hase hase 29 mars 23:09

                          Heureusement qu’elle a ça ! est-ce une revanche sur les noirs esclaves ?
                          Vous y croyez vous ?

                          Enfin, chacune fait avec son patrimoine, l’autre, c’est sa particule !!

                          Si vous me permettez la vulgarité, ça fait une belle brochette de pétasses libérées !


                          • 4 votes
                            wendigo wendigo 30 mars 06:29

                            @hase

                             Et qui sait, en cherchant bien, les ancêtres de l’une ont peut être vendu les aïeuls de l’autre ....


                          • 5 votes
                            ETTORE 29 mars 23:41

                            Avec des andouillettes de ce acabit, on comprend mieux qu’ils aient du mal à sortir de l’ombre, malgré la puissance des spot light.

                            Une question d’absorption d’un certain spectre lumineux sur une certaine base de couleur .

                            On voit aussi, quand on arrive à pareille créétinitude d’agissements, que l’ombre portée, se dédouble.



                              • 2 votes
                                Pierre Régnier 30 mars 12:03

                                En 1967, je faisais partie de la petite équipe de l’ORTF envoyée en Guadeloupe pour faire fonctionner la télévision naissante.

                                Je suis intervenu publiquement, à Pointe-à-Pitre, pour dénoncer le racisme de certains membres de cette équipe envers les noirs antillais.

                                Je n’imaginais pas que, 54 ans plus tard, j’aurais à lutter à Paris contre le racisme anti-blancs, se présentant comme opposé à celui que j’avais combattu là-bas !


                                • vote
                                  LUCA LUCA 30 mars 14:24

                                  j’crois que j’vais ouvrir une boite de cirage noir, pour cirer les pompes ...funèbres. Non mais elle a raison la Poolvare des caraïbes, pourquoi les blancs seraient-ils invités et autorisés à participer à une réunion uniquement composée de gens colorés, le blanc n’y a forcément pas sa place, le blanc n’est pas considéré comme une couleur, en général il est plutôt utilisé comme support de barbouillage appelé "après" (alors qu’on le pose avant !). En peinture on l’associe à la lumière absolue, dans le portrait artistique, par un point bien posé sur la pupille de l’oeil, il semble donner instantanément vie au sujet. Le blanc pur, en peinture figurative, s’utilise avec parcimonie, il est globalement le détail qui relève la force de la lumière, mais dans ce cadre sociétal d’interdictions nous somme pas loin des abstractions de Soulages.

                                  Coluche disait à propos de la société : "La société ne veut pas de nous ? ...qu’elle se rassure, on ne veut pas d’elle !"


                                  • vote
                                    Dixit 31 mars 01:11

                                    La myope aux chères lunettes ferait bien de réfléchir à ne pas trop titiller le Monstre ; il pourrait bien se réveiller pour de bon et la gober toute crue avec les autres !


                                    • vote
                                      méditocrate méditocrate 31 mars 14:39

                                      Amusant de voir avec quel acharnement les gens veulent aller dans des groupes dans lesquels ils ne seraient jamais allés dès qu’on leur interdit...

                                      J’me demande bien si c’est pas un prétexte pour d’autres objectifs... ?????????? smiley smiley


                                      • vote
                                        albert123 31 mars 20:23

                                        @méditocrate

                                        y aller ? c’est donc la seule boutade que vous avez en guise d’argument pour défendre l’indéfendable

                                        Ils veulent juste interdire des zones temporaires d’apartheid qui finiront par devenir la norme, 

                                        et cela m’apparait bien moins nocif que de défendre le fait d’organiser des réunions sectaires pour détraqués atteints d’un trouble paranoïaque couplé a un délire de persécution raciale fantasmé a force de trop regarder des séries tv américaines.

                                        quand on est sain d’esprit et que l’on a pour objectif une société saine, prospère et durable, on ne défend pas cette dérive, pas plus qu’on ne se moque de ceux qui se dressent contre.


                                      • vote
                                        Orwell Orwell 31 mars 21:19

                                        @méditocrate

                                        Ils veulent interdire aux autres des réunions auxquelles ils n’ont eux-mêmes aucune intention de se rendre. Quand des femmes parlaient de ce qu’elles subissaient au quotidien pendant me too , au bout de deux semaines des mecs faisaient du ouin ouin car ils en avaient marre et ne voulaient plus en entendre parler. Mais dès qu’on parle de non-mixité tout de suite ça les intéresse. Qu’ils aillent aux événements mixtes déjà, bizarrement, ils sont moins nombreux à se présenter quand c’est ouvert. 


                                      • vote
                                        Orwell Orwell 31 mars 21:21

                                        @albert123

                                        Depuis quand les réunions entre personnes sujettes à des discriminations ont eu pour objectifs et pour effets d’aboutir à une politique nationale de ségrégation sociale et raciale pour qu’on en vienne à faire des parallèles entre la non-mixité de ces réunions et l’Apartheid ? Ce sont des groupes qui permettent de libérer la parole. À la suite de ces groupes de parole, un compte-rendu est fait en cadre mixte. L’enjeu, ce n’est pas de faire société en non-mixité, crétin. 


                                      • 1 vote
                                        méditocrate méditocrate 31 mars 21:26

                                        @albert123
                                        Si vous laissez un commentaire répondez au moins à la remarque plutôt que de vous enfermer dans votre logique bancale pensant être le chevalier (blanc) d’une cause légitime.
                                        Pourquoi tout ces gens veulent d’un coup participer à un groupe de parole qui ne les concerne pas quand on leur demande pour des raisons raisonnables de ne pas le faire ?
                                        Quand c’est soirée culs nus à la piscine je viens pas avec mon maillot une pièce année 1910 (parce que j’suis pudique) en criant "je vous emmerde on est en république !"
                                        Et encore là c’est un choix, je peux l’enlever.
                                        Quand c’est l’assoce des amputés de la route (ça on décide pas) qui se réunit pour parler des difficultés de circuler en fauteuil, je m’incruste pas après mon footing du soir pour venir leur exposer mon avis. C’est juste de la DECENCE.
                                        Alors cherchez pas à me la faire à l’envers, aucun d’entre vous n’y serait allé à ces réunions et ceux qui s’y serait pointé par bravade s’y seraient sentis mal à l’aise et voyeurs si ils ont UN PEU DE DECENCE.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès