• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Santé : LSD et champignons hallucinogènes, le retour des psychédéliques

Santé : LSD et champignons hallucinogènes, le retour des psychédéliques

« Après des années de diabolisation, les psychédéliques font leur retour dans le champ de la médecine. Des chercheurs espèrent pouvoir utiliser LSD et champignons hallucinogènes pour soigner dépressions et autres troubles psychiatriques.  » - 36.9°

 

(36.9°, 11 avr. 2019, 25min40 : Le retour des psychédéliques

« LSD et champignons hallucinogènes gardent une réputation de drogues illégales utilisées surtout par les hippies dans les années 1970. Depuis leur interdiction, des années de diabolisation ont fait oublier le potentiel médical de ces substances. Des chercheurs les utilisent aujourd’hui pour soigner la dépression notamment. Ils espèrent voir revenir les psychédéliques dans le champ de la médecine. »

 

Quelques livres pour approfondir le sujet :

-"LSD : mon enfant terrible" (Albert Hofmann)

-"Le Serpent Cosmique" (Jeremy Narby)

-"La médecine psychédélique" (Olivier Chambon)

-"Les drogues d’origine naturelle" (Kurt Hostettmann)

-"Drugs without the hot air" (David Nutt, anglais)

-"How to Change your Mind : The New Science of Psychedelics" (Michael Pollan, anglais)

-"The Psychedelic Renaissance" (Ben Sessa, anglais)

 

Retrouvez 36.9° :

Youtube : https://youtube.com/RTSsanté

Site : http://rts.ch/sante

Facebook : https://facebook.com/RTS369

 

Pour en savoir plus : l'interview complète de David Nutt :

(36.9°, 11 avr. 2019, 18min22 : Soigner l'alcoolisme et la dépression avec des psychédéliques ? Entretien avec David Nutt)

« N’avons-nous pas des a priori sur les drogues et leur dangerosité ? Après des années de diabolisation, les psychédéliques font leur retour dans le champ de la médecine. Des chercheurs espèrent pouvoir utiliser LSD et champignons hallucinogènes pour soigner dépressions et autres troubles psychiatriques. Entretien avec David Nutt, neuropsychopharmacologue à l’Imperial College de Londres. »

Interview réalisée par Andrea Gringeri, journaliste rédaction 36.9°.

 

« 36.9° correspond à la température moyenne du corps quand il se trouve au calme et en bonne santé, elle définit la santé comme une recherche permanente d'équilibre. C'est aussi la volonté du magazine, trouver un équilibre entre des sujets pointus et des reportages grand public sur ce vaste thème qu'est la santé. »

Production :

Isabelle Moncada

Fabienne Clément

Christophe Ungar

 

Tags : Santé Recherche Etonnant Drogues Psychologie




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • 8 votes
    Norman Bates Norman Bates 27 avril 19:54

    Je ne sais pas si le LSD et les champignons hallucinogènes sont une cause du macronisme ou si le LSD et les champignons hallucinogènes représentent un espoir de guérison du macronisme...

    Faudrait poser la question à Totof Castaner, entre deux lampées de vodka il a sans doute déjà goûté... smiley


    • 4 votes
      Yoann Yoann 2 mai 08:28

      @Norman Bates

      Le LSD pris à dose raisonnable ( 50µg à 150µg ) et en espaçant suffisamment les prises (2-3 mois mini) afin de "digérer" le trip (voyage) peut être un formidable outil d’introspection personnel.
      J’ai vu un doc il y a quelques années où un psychiatre ayant tenté l’expérience disait que cette molécule était incompatible avec la société moderne. En effet, elle recentre la personne sur l’humain (empathie, bienveillance, etc ...), les animaux, la nature, le consumérisme passant au dernier plan de nos envies ... Pas étonnant que cette molécule soit interdite et mise au même plan que l’héroine qui est une saloperie sans nom ...
      De plus, le LSD n’est pas du tout addictif et sa toxicité pour le corps humain est du niveau du concombre, rien à voir avec l’alcool ou le tabac qui ont une toxicité élevée par exemple ...
      Il suffit de regarder le cube de toxicité/dépendance/effet des differéntes drogues, je vous laisse y trouver le LSD et le tabac : https://www.youtube.com/watch?v=MpVK1GBWg0g
      Le seul danger du LSD est la puissance de son effet, il faut absolument le prendre par palier afin de trouver "son dosage". Perso, à 100µg, le trip est déjà costaud mais sans être violent. C’est une sensation incroyable que de comprendre que tout le vivant est lié, qu’un arbre est autant notre frère qu’un autre humain. Je sais, cela peut paraitre dingue, mais tout ceux que je connais qui prennent le LSD raisonnablement ont le même ressenti de connexion avec la nature, l’univers ... Le JE n’existe plus, il n’y a plus que le NOUS, c’est ce qu’on appelle la mort de l’égo .

      Donc pour te répondre Norman Bates, non ils n’y ont jamais gouté, c’est certain et cela pourrait en effet représenter un espoir de guérison du macronisme smiley


    • vote
      Norman Bates Norman Bates 2 mai 21:56

      @Yoann

      Je te remercie pour cet éclairage ma foi bien aérien... smiley
      Tout espoir n’est donc pas perdu, même s’il n’y a pas que le macronisme qu’il faudra éradiquer, loin de là...


    • 1 vote
      Buk100 27 avril 21:38

      Ca sous-entend une légalisation sous contrôle sanitaire de l’Etat (faute de mieux) et une prise sous contrôle quasi-médical. Parce que, bon, un carton de LSD acheté n importe où, ça peut causer des surprises point de vue dosage et composition. Le bouquin d’Hofmann (et quelques expériences personnelles) est révélateur de la difficulté de maîtrise du produit


      • 9 votes
        medialter medialter 28 avril 09:30

        @Buk100 Cette molécule ne sera jamais légalisée, surtout pas pour des raisons médicales. La raison en est simple, elle ouvre des portes complètement surdimensionnées au genre humain. Son interdiction est plutôt une bonne chose, cette drogue a le pouvoir de griller la cervelle de n’importe quel esprit non foncièrement préparé à une rencontre avec l’Infini, au mieux elle pourrait rendre son utilisateur méconnaissable. C’est à juste titre qu’Hoffman parlait de sacrement. Médicalement, ses effets secondaires en terme de MPA sont tels que le lobby pharmaco-chimique s’effondrerait. Raison pour laquelle elle est si prohibée dans de nombreux pays


      • 4 votes
        frugeky 28 avril 18:31

        @medialter

        Non, pas surdimensionnées au genre humain, au contraire, elles donnent leur vraie dimension au genre humain.
        D’accord avec l’idée de sacrement, quoique je préfère le terme d’illumination.


      • 6 votes
        medialter medialter 29 avril 12:38

        @frugeky
        "au contraire, elles donnent leur vraie dimension au genre humain"
        *
        Tout dépend de ce qu’on appelle un humain. Dans l’acceptation usuelle du terme, je maintiens que les portes ouvertes laissent passer une telle puissance que la plupart des cerveaux sont sous-dimensionnés pour absorber cette ouverture de vannes. Un peu comme si on essayait de rentrer 100 litres dans une bouteille d’un litre. Pour preuve le nombre de personnes qui restent perchés des semaines, réveillent des terreurs nocturnes, ou reviennent complètement déjantés. Avec d’exceptionnelles contreparties chez ceux qui reviennent guéris d’une lourde pathologie en une seule prise. Les effets sont tellement dépendants de la singularité de la personne qu’il est impossible de modéliser un processus, au point que la consommation doit être absolument proscrite
        *
        Pour la science, l’affaire reste localisée au cerveau. Dans ce sens, on peut parler d’un phénomène inhérent à l’humain, le processus restant local. Le cerveau s’illumine, des zones qui n’avaient pas l’habitude de communiquer se mettent à communiquer. Les organes des sens deviennent multifonctionnels et étendent leurs attributs habituels. Des guides peuvent expliquer la finalité de ce monde, on peut percevoir la parole d’un interlocuteur comme un image, on peut entendre de la musique en touchant un épi de blé, ou avoir un orgasme olfactif en sentant un fruit, de très nombreux témoignages existent. Moi j’ai une conception différente de la simple vision scientifique de localisation au cerveau, je pense qu’il s’agit d’une ouverture sur le Nagual, dans des lieux où la présence humaine reste limite voire indésirable. Réservé en tous cas à une élite chamanique complètement préparée à ce rapport, à des gens qui n’ont plus grand chose d’humain. De nombreux nouillageux voient ça comme un jeu ou une détente, moi je verrais plutôt dans cette approche une insulte au sacré


      • vote
        jeanpiètre jeanpiètre 29 avril 18:10

        @medialter
        interdit ou pas, le lsd est un produit assez commun de nos jours, une bonne partie des coutumiers des sorties nocturnes y ont gouté, en goûtent et en goûteront . Certains depuis plus de trente ans , sans avoir générer des cataclysmes sociaux, des faits divers sordides ou des mafias gangrenants des régions entières comme d’autres psychotropes.
        Quand à votre explication pseudo scientifique sur ses effets , on se croirait dans les études sur le cannabis ou l’on administrait à des singes l’équivalent de la dose mensuelle en une journée.
        le microdosing est actuellement très apprécié dans les entreprises pour des gains de productivité, et la plupart des consommateurs en milieu festif n’ont aucune intention d’ouvrir la boite à pandore.


      • 4 votes
        medialter medialter 29 avril 20:58

        "interdit ou pas, le lsd est un produit assez commun de nos jours, une bonne partie des coutumiers des sorties nocturnes y ont gouté, en goûtent et en goûteront"

        *

        Mais grand bien leur fasse smiley Quant au Microdosing, utiliser ce qui est censé libérer comme un moyen d’alienation pour devenir un super-esclave, c’est certainement un des pires non-sens que j’ai jamais entendu. Un signe des temps smiley


      • vote
        frugeky 1er mai 23:07

        @medialter

        Nous allons partir du postulat que nous avons tous des cerveaux constitués, grosso-merdo, de la même façon (mêmes types de connections synaptiques) et que le conditionnement que nous avons vécu nous a fermé certaines connections qui ne communiquent plus entre elles. Donc des zones qui s’illuminaient quand nous sommes arrivés dans ce monde mais où notre expérience de la réalité a oblitéré ces fonctions.
        Je pense que la consommation, passé un certain âge, devrait pratiquement être obligatoire, pour rentrer dans l’âge adulte. Je ne sais pas si la présence humaine peut être indésirable dans certains lieux mais je sais que mon âme se régale de (re)découvertes terrestres, accessibles au quotidien, et d’une liaison au cosmos de manière consciente, en dehors du rêve.
        Le jeu, oui, mais alors en solitaire ou, bien accompagné.C’est, pour moi, le sens du sacré mais certainement pas une détente.


      • vote
        gaijin gaijin 2 mai 09:39

        @jeanpiètre
        " sans avoir générer des cataclysmes sociaux,"
        et qu’est ce qu’il vous faut de plus comme cataclysme ? toute une population qui travaille a aggraver toujours plus son syndrome dissociatif ......
        mais bien sur vous ne pouvez pas voir que ce que vous appelez normalité est une pathologie ........


      • 1 vote
        Deepnofin Deepnofin 28 avril 10:55

        Sinon il y a la DMT, qui à priori offre une expérience autrement plus transcendantale... Et c’est naturel, alors que le LSD, même s’il vient de l’ergot de seigle, est synthétisé chimiquement (si j’ai bien compris).
        La chimie spa cool bruh.


        • vote
          Yoann Yoann 2 mai 08:40

          @Deepnofin

          La DMT est un dissociatif extrêmement puissant qui pris à haute dose peut simuler une expérience de mort ...
          L’ayahuasca fait la même chose ou presque, c’est la plante sacrée des Shamans.
          Attention d’être bien accompagné avec ce genre de trucs, il faut obligatoirement qqun de clean qui surveille le trip car à ma connaissance, il n’y a pas plus puissant en prod dissociatif ...


        • vote
          gaijin gaijin 2 mai 09:33

          @Yoann
          prendre des produits ( a la mode occidentale ) c ’est vouloir prendre un raccourci comme se faire larguer au sommet de l’everest par hélico pour savoir ce que ressent un alpiniste ....sauf que 1 ça marche pas car être alpiniste ce n’est pas être au sommet c’est y être arrivé .....2 c’est casse gueule car l’organisme ne s’est pas acclimaté ( et idem pour le psychique ) 3 et ensuite on redescend comment ? 
          bcp de gens qui vont prendre de l’ ayahusca ( c’est la mode ) reviennent ensuite en europe et fonts un badtrip un mois après ....car personne ne leur a dit que les effets de la plante vont durer et que la descente c’est un mois après .......


        • vote
          Yoann Yoann 2 mai 19:52

          @gaijin

          Salut Gaijin ;)
          En effet, c’est violent comme truc, c’est l’expérience ultime d’après ce que j’en ai lu ça et là ... Et oui, c’est à la mode, les têtes brulées reviennent souvent avec la tête en vrac et mettent plusieurs mois à s’en remettre. C’est assez humain finalement, j’ai déjà vu des gens gravir le mont blanc en sandalette, et rebrousser chemin l’air penaud smiley Ce que je veux dire, c’est qu’il y aura toujours, des inconscients, têtes brulées, idiots, vantards, etc ... pour faire n’importe quoi ...
          Mais pour qui y est préparé et bien encadré, cela peut aussi être une formidable expérience, toujours d’après ce que j’en ai lu, je n’ai jamais testé et je ne pense pas le faire, trop puissant smiley


        • 5 votes
          Clocel Clocel 28 avril 12:33

          Hofmann est mort centenaire malgré une consommation régulière de sa camelote...

          Pour ceux qui habitent au rez de chaussée, ça ne doit poser trop de problèmes, les autres n’ont qu’à s’attacher au plumard ! smiley




              • 1 vote
                sls0 sls0 28 avril 18:30

                Chez moi les taïnos étaient de gros consommateurs de cahoba ou yopo.

                https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Anadenanthera_peregrina

                Très courant comme arbre chez moi mais ce n’est plus utilisé sauf par une guérisseuse un peu vaudou sur les bords.

                En amérique latine le yopo est encore à la mode.

                Par curiosité je m’y suis intéressé, il y a même un de ses composants qui serait anti tumoral.

                Ca fait 4000 ans que c’est employé, pas de mauvais retours à priori.

                Ca viendrait à la mode il serait difficile de l’interdire, il y en a partout.

                En France des spilocybes ça ce trouve facilement.

                Légiférer sur une plante commune ça peut se faire mais est difficile à appliquer à moins d’interdire la promenade.

                Ce sont des plantes pour certaines qui ont des vertus médicinales avérées. C’est plus un combat d’intégristes que de gens raisonnables.

                En abuser, c’est en diminuer les effets, le mode junkie est difficile. Pas de dépendance, sans être spécialiste au pif c’est 1000 fois moins dangereux que l’alcool.

                Personnellement je n’ai pas essayé, pourtant j’en voyais des spilocybes, ce matin les chiens ont pissé sur 4 cahobas.

                Je suis assez du style à laisser les gens faire ce qu’ils veulent sur ce sujet tant qu’il ne sont pas un risque pour autrui style alcool.


                • vote
                  frugeky 28 avril 18:36

                  @sls0

                  Psylocibes, ou mousseron des près (mais là je suis moins sûr).
                  Pour l’abus faut être costaud parce que ça fatigue la raison, dont nous avons besoin pour fonctionner au quotidien.
                  Quant à sa dangerosité comparée à l’alcool, il n’y a pas l’ébriété de l’alcool et, pour parvenir au même état d’illumination qu’avec les champignons, il faut boire des quantités d’alcool tout à fait déraisonnables.


                • vote
                  pegase pegase 29 avril 11:42

                  @frugeky

                  En effet, on voit parfois des curieux chercheurs de champignons sur les crêtes vosgiennes smiley

                  Tout d’un coup on les voit courir tout nu en hurlant, ou a défoncer leur propre voiture en dansant dessus à poil  smiley
                  ..... quand ce n’est pas la voiture d’un autre ...


                • 1 vote
                  zygzornifle zygzornifle 29 avril 07:59

                  Les drogues sont bonnes ou mauvaises ça dépend de leur utilisation.

                  Demandez aux familles des victimes des labos comme serbier ce qu’elles en pensent , je suis sur qu’il y a plus de décés par médicaments que par overdose


                  • 1 vote
                    Scalpa Scalpa 30 avril 01:21

                    Et la souris déglinguée elle se shoote avec les trous du gruyère. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès