• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Clash Emmanuel Todd vs Romain Goupil : deux "renards" soixante-huitards (...)

Clash Emmanuel Todd vs Romain Goupil : deux "renards" soixante-huitards s’étripent à propos de l’Education Nationale

Deux "renards" soixante-huitards ; l'un trotskiste revendiqué depuis longtemps, l'autre adhérent au PC en mai 1968, s'étripent à propos, notamment, de l'Education Nationale. Le trotskiste, nullement repenti, car tout à fait inconscient de l'héritage laissé par son clan en la matière ; désigne nommément les responsables, cad, en substance, tous ces profs d'où nous vient tout le mal, en refusant de coopérer avec les macronistes qui veulent imposer le controle continu pour, notamment, passer le BAC : ce qui pourrait s'avérer la dernière phase de désintégration du système d'enseignement français ! Alors moi je dis chiche -on n'est plus à ça près- dans la décomposition généralisée de la Société qui semble toucher à sa fin !

Gaffe, je ne dis pas que le controle continu soit mauvais en soit ! Mais faut-il encore l'appliquer intelligemment ; ce qui n'est pas du tout évident, compte-tenu de la "tradition" française en la matière !

Qu'en pensez-vous ?

Le second reconnait, plus ou moins, une erreur de jeunesse !

Première vidéo : le "renard" R. Goupil déchainé contre les profs ! 

#ONPC
R. Goupil à S. Venetitay : "Votre argumentation contre le controle continu me heurte sérieusement !"
•26 janv. 2020

Seconde vidéo : arrive le second "renard", en défenseur inconditionnel des profs :

Clash Emmanuel Todd vs Romain Goupil

Conclusion : du Cinéma tout ça de deux profiteurs petits-bourgeois de la république ?

(Assez malins tous deux pour s'en tirer avantageusement, avec les censées gauche et/ou droite qui se succèdent au pouvoir depuis très longtemps et qui ne sont TOUTES DEUX, rien d'autre, que le suppot du CAPITAL MONDIALISTE le plus réactionnaire)

Je vous en laisse juges !

Merci pour votre contribution

 

Tags : Education Histoire Elections Culture Marine Le Pen Emmanuel Todd Daniel Cohn-Bendit Emmanuel Macron Marxisme Gilets jaunes




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • 4 votes
    Doume65 28 janvier 12:45

    « Conclusion : du Cinéma tout ça de deux profiteurs petits-bourgeois de la république ? »

    Bizarre cette conclusion dans la mesure où on n’a entendu que Goupil. Il sera donc difficile de conclure de ces vidéos qu’Emmanuel Todd n’est qu’ « un petit bourgeois profiteur de la république ».

    Et que signifie d’ailleurs « profiteur de la république » ?


    • 1 vote
      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 28 janvier 12:55
      Doume65 28 janvier 12:45

      « Conclusion : du Cinéma tout ça de deux profiteurs petits-bourgeois de la république ? »

      Bizarre cette conclusion dans la mesure où on n’a entendu que Goupil. Il sera donc difficile de conclure de ces vidéos qu’Emmanuel Todd n’est qu’ « un petit bourgeois profiteur de la république ».

      Et que signifie d’ailleurs « profiteur de la république » ?

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      @Doume65
      J’ai voulu faire court et mes vidéos exposent insuffisamment le clash !
      C’est surtout la seconde : il faut regarder la séquence qui correspond à l’arrivée de Todd sur le plateau, qui vient après l’attaque de Goupil contre les profs qui elle, bien que courte, me semble suffisante, encore que non exhaustive !


    • vote
      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 28 janvier 12:59

      @Mao-Tsé-Toung

      https://www.programme-television.org/news-tv/ONPC-France-2-Romain-Goupil-clashe-un-invite-et-insupporte-les-internautes-VIDEO-4654396

      ONPC (France 2) : Romain Goupil clashe un invité et insupporte les internautes (VIDEO)
      26/01/2020 - 12h03

      L’historien Emmanuel Todd a été pris à partie par Romain Goupil dans "On n’est pas couché" sur France 2, une séquence beaucoup commentée sur les réseaux sociaux.


    • 4 votes
      Super Cochon 29 janvier 00:13

      Romain Goupil , tu devrais être contant , ton rêve c’est réalisé ! ...... des Gauchistes soixante-huitard ont imposés leurs méthodes et leurs programme à la société entière ! .......... insécurité , appauvrissement , ouverture des frontières , immigration massive , islamisation , destruction de la famille , etc etc ....


    • vote
      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 29 janvier 12:09
      Doume65 28 janvier 12:45

      « Conclusion : du Cinéma tout ça de deux profiteurs petits-bourgeois de la république ? »

      Et que signifie d’ailleurs « profiteur de la république » ?

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      @Doume65
      Djam vous répond sur ce point !
      Djam

       : pertinent ou pas ?


    • 7 votes
      Osub 28 janvier 14:37

      Goupil est une espèce d’étron qui à craché sur un système qui le nourrit quotidiennement aujourd’hui ,comme l’autre vermine d’agitateur de braguette.
      Et y’en a un paquet qui nous véroles la vie depuis 52 ans.
      ces descendants canin on détruit un système qui instruisait au profit d’une gabegie sans nom.
      L’instruction c’est l’arme contre l’oppresseur, l’affameur, avant les fourches.
      Quand je regarde le niveau scolaire de mes gosses, qui en plus sont dans le haut du panier, c’est effroyable.
      sous prétexte de liberté il on détruit l’émancipation par l’instruction, ils nous on réduit à l’esclavage.

      La guerre c’est la paix
      La Liberté c’’est l’esclavage
      l’ignorance c’est la force.

      Je trouve que cela résonne particulièrement.


      • 8 votes
        Osub 28 janvier 14:51

        Aujourd’hui c’est un secret de Polichinelle, Mai 68 à été orchestré par une agence bien connue pour faire vaciller le dirigeant de l’époque, qui défendait l’indépendance de la France face à l’empire (+ reconnaissance de la RPC en autres).
        De Gaulle est allé rencontrer les soviétiques en Allemagne pour faire cesser ce qu’il appelait la chienlit et c’est le parti Communiste Français qui à reçu les ordres directement de Moscou pour lâcher les étudiants.
        Ces pseudo Troskistes ou Maoîstes sont en fait des arrivistes égocentriques néfastes.
        Demandez vous pourquoi Krivine n’a pas eu le même "tapis rouge"
        Bientôt la peur changera de camp.


        • 2 votes
          yoananda2 28 janvier 14:55

          @Osub
          ha merde, moi je pensais que c’était une révolution colorée fomentée par l’Oncle Sam qui voyait d’un mauvais oeil le rapatriement de l’or français (qui à mené à la fin de Bretton Woods soit dit en passant), mais ta version se tient aussi.
          Sifo les 2 sont vrais. 

          Mais je n’ai pas bien compris ton propos. Tu dis bien que ce sont les soviet qui ont ordonné de lâcher les étudiants dans les rues. Quand tu dis "le Charles défendait l’indépendance de la France face à l’empire" tu parles de quel empire ? l’empire US non ? dans ce cas c’était plutôt tout bénef pour les coco, non ?


        • 4 votes
          Osub 28 janvier 15:03

          @yoananda2
          Un super livre explique pourquoi Baden Baden.
          "L’accord secret de Baden Baden. de Christian Giraud.
          Je pense aussi que les deux ne sont pas incompatibles. les Soviétiques on demandé à De Gaulle de ne pas s’attardé sur la région de Prague en échange. 
          Les soviétiques savait pertinemment que de Gaulle détestait les américains et qu’il était un atout en Europe pour eux.
          Pour l’agence c’est évidemment La C.I.A.


        • vote
          yoananda2 28 janvier 15:13

          @Osub
          ha mais alors pourquoi les coco ont ordonné le lâché d’étudiants ? c’est pour faire pression sur De Gaule ? Mais du coup, ils ont perdu un "atout" comme tu dis ...


        • 2 votes
          Osub 28 janvier 15:31

          @yoananda2
          Les soviétiques ne voulaient pas du renversement de DG pour ce retrouver avec un atlantiste.
          Pour rappel :
          Le 29 mai de Gaulle disparait et revient tout revigoré et annonce la dissolution de l’assemblée.
          Le 30 Mai le PCF la mort dans l’âme ce rallie aux élections anticipées.
          Fin de la situation insurrectionnelle.
          Pensez vous vraiment que si de Gaulle avait reçu l’appui de l’armée, il aurait engagé une dissolution ?
          Le PCF voulait la tête de DG mais pas Moscou.
          Quand au étudiants c’était un peu l’ennemi commun.


        • 1 vote
          Osub 28 janvier 15:37

          @yoananda2
          Je pense que de Gaulle, avec la seconde guerre mondiale, savait ou ce trouvait ces pires ennemis, et le tribu que les communistes avait payé pour la destruction du III Reich, en France et en Europe.
          Militaire avant tout.
          Je vais pas récrire l’Histoire mais c’est bien les communistes qui on libéré Paris (Rol Tanguy), de Gaulle à dépéché Leclerc contre l’avis des américains, qui eux voulait prendre Berlin avant l’armée rouge.


        • vote
          yoananda2 28 janvier 15:49

          @Osub

          Quand au étudiants c’était un peu l’ennemi commun.

          je n’ai pas compris. L’ennemi de qui ?

          Pourquo Moscou à ordonné qu’ils soient lâchés dans les rues ? je n’ai pas réussi à faire le lien avec tes 2 réponses à cette question.


        • vote
          Buk100 28 janvier 16:08

          @Osub

          Quand vous dites "lâcher", vous voulez dire "laisser tomber" ou "lâcher dans les rues" ? 

          Parce que, bon, le PC n a jamais soutenu le mouvement étudiant, bien au contraire. Le PCF, parti d’ordre et visant la conquête du pouvoir par les urnes, considérait aussi les mouvements étudiants gauchistes comme la "chienlit".

          Par contre, il est clair qu une fois les accords de Grenelle signés, le PCF et la CGT ont appelé tout le monde à rentrer à la maison et à reprendre le boulot et la fac




        • 1 vote
          Osub 28 janvier 16:31

          @Buk100
          Nous sommes bien d’accord.


        • 1 vote
          pegase pegase 28 janvier 19:30

          @yoananda2
          -
          C’est De Gaulle qui en appelant Moscou depuis Baden Baden, avec une ligne directe qu’il savait sûr, a fait cesser Mai 68 ...

          Les russes étaient acquis à sa cause .. 

          L’impressionnante statue de De Gaulle à Moscou
          https://c8.alamy.com/compfr/b9853a/moscou-un-monument-a-charles-de-gaulle-chef-politique-legendaire-a-ete-recemment-erige-dans-un-square-qui-porte-son-nom-en-face-b9853a.jpg


        • 3 votes
          Super Cochon 29 janvier 00:21

          @Osub
          .
          FAUX ! ......... C’est la CIA qui à utilisé les Trotskistes pour déstabiliser De Gaulle , car celui ci avait pactisé avec les Communistes chinois en 1964 !
          .
          Petit rappel ......... Les pires ennemis des Communistes sont les Trotskistes ( Staline à envoyé un tueur pour liquider le créateur de l’Armée Rouge et des Goulags)
          .
          Reconnaissance de la Chine en 1964 : "le poids de l’évidence et de la raison" (De Gaulle)
          .
          https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/histoires-d-info/reconnaissance-de-la-chine-en-1964-le-poids-de-l-evidence-et-de-la-raison-de-gaulle_1770817.html


        • vote
          Osub 29 janvier 11:39

          @Super Cochon
          Et en quoi je dis autre chose ?
          apprends à lire.


        • vote
          Buk100 29 janvier 14:59

          @Super Cochon

          Les pires ennemis des Communistes sont les Trotskistes ( Staline à envoyé un tueur pour liquider le créateur de l’Armée Rouge et des Goulags)

          Assimiler les trotskistes de mai 68 à Trotsky lui-même, c’est léger. (faut pas hésiter à le lire, c’est bien torché, intelligent, et c’est dans la droite ligne de Lénine, très loin des lubies libertaro-anarchistes d’un Cohn-Bendit ou d’un Krivine)

          Considérer que Trotsky a crée l’Armée rouge et les goulags tout seul, avec ses petites mains, c’est inexact. Jusqu’en 1924-25, l’autorité soviétique était plutôt collégiale

          Sinon, le pire ennemi du Communisme en tant qu’idée et projet, c’est de loin Staline..

          PS : votre théorie est bien tentante mais qui du fait que la moitié des organisations étudiantes actives en mai 68 étaient maoïstes et non trotskistes ?


        • vote
          Osub 29 janvier 17:37

          @Buk100
          Decidement, tout est dit merci.


        • 2 votes
          Super Cochon 30 janvier 05:13

          @Buk100
          .
          informe toi sur l’Armée Rouge , et la guerre fratricide entre Communistes du PC et Trotskistes !
          .
          Copier coller wikipédia
          .
          Cette nouvelle force armée n’est pour l’instant qu’une levée de volontaires, menée au combat par des officiers élus, certes motivée politiquement, mais dépourvue d’expérience militaire. L’homme qui va donner l’impulsion pour l’organiser et la rendre efficace au combat sera Léon Trotski, commissaire à la guerre de 1918 à 1924. Le service militaire est rendu obligatoire de 18 à 40 ans, par le décret du 29 mai 1918
          .

          Léon Trotski est exclu du Comité Central du Parti Communiste d’URSS et mis en résidence surveillée à Alma Ata en 1927 pour son opposition à la ligne de Staline. L’homme a déjà un long passé de « révolutionnaire professionnel » lorsqu’ il rallie, in extremis, les bolcheviks après la Révolution d’Octobre 1917. Il participe activement à la mise en place de l’Armée Rouge lors de la guerre civile, ainsi qu’à la formation de l’appareil bureaucratique et de la police politique après la victoire des « Rouges ». Son efficacité dans la répression, s’est à plusieurs reprises, signalée. En Ukraine, avec l’écrasement des communes paysannes libertaires des Makhnovistes. En mars 1921, il va mener impitoyablement le siège contre la révolte des marins de Kronstadt. Revendiquant que le pouvoir revienne au Peuple et aux conseils ouvriers, les mutins (qui furent le fer de lance de la Révolution) sont liquidés de manière froide et implacable. Avant de finir victime du régime qu’il avait mis en place, Trotski s’évertuera à liquider toutes les oppositions (qu’elles soient libertaires ou socialistes révolutionnaires de gauche, ou issus du Parti Bolchevik). Mis en minorité par Staline (1), il est contraint à l’exil en 1929. Dirigé sous bonne garde vers la Turquie, il touche une rente de l’ambassade soviétique et vit sur une île du Bosphore, sous la surveillance vigilante des services secrets russes. Mais l’homme ne veut pas renoncer, il fausse compagnie à ses gardiens et commence à mettre en place un appareil politique pour lutter contre le stalinisme. La Quatrième Internationale va ainsi naître dans les péripéties de l’exil de son fondateur. Dès son origine, le courant trotskiste va devoir faire face à la prépondérance, dans le monde ouvrier, des Partis Communistes alignés sur Moscou. Extrêmement minoritaires, les fidèles de Trotski doivent se montrer discrets. Infiltrés par les agents soviétiques et pourchassés par les militants staliniens dans les années 30, ils sont quasiment isolés en France. Leur espace d’expression est réduit et ils peinent à entrer en contact direct avec le monde ouvrier encadré effi cacement par la CGT, structure syndicale contrôlée par le PCF. Pour pouvoir exister, les trotskistes français vont devoir se lier à des militants syndicaux en marge de la centrale communiste. Suivant la même logique, Trotski appellera ses fidèles français à mener un politique d’entrisme au sein des mouvements de gauche comme la SFIO (l’ancêtre du PS actuel). Profitant de la montée du Fascisme, il appelle à la constitution d’un front uni, le but avoué étant de constituer l’aile gauche de la social-démocratie. L’infiltration portera ses fruits dans le service d’ordre et les jeunesses socialistes. Mais l’opération échouera sous la pression des communistes qui, après le 6 février 1934, vont se rallier à l’antifascisme radical.

          .

          Quand, en août 1940, Mercedes Ramos, sympathique agent stalinien au demeurant,dessoude à coups de piolet Léon Trotski (alors accueilli en exil au Mexique par son très maçonnique gouvernement), ses partisans ont déjà adopté un comportement militant spécifique, fait d’un culte du secret (symbolisé par l’emploi des pseudonymes au sein même des organisations), de sectarisme qui les conduisent à s’entre-déchireret d’un goût prononcé pour l’entrisme. La guerre qui éclate ne fera que renforcer cette attitude. On retrouve dans la résistance une génération de cadres qui vont faire leurs premières armes dans la clandestinité : De Daniel Korner, alias Barta, fondateur de LO à Robert Barcia, alias Hardy, qui serait le véritable dirigeant de cette organisation pour certains journalistes. Il n’est pas étonnant de retrouver Pierre Boussel, alias Pierre Lambert, dans les combats contre l’Occupation. Issu d’une famille d’immigrés juifs russes, il naît en 1920 en France. Militant des Jeunesses Communistes, il est exclu pour ses positions anti-soviétiques. Il se rapproche alors des socialistes et rencontre des militants trotskistes infiltrés dans leurs rangs. Séduit par leur discours internationaliste et leur opposition à l’URSS, il devient vite un militant reconnu durant la guerre, membre des hautes instances du comité international pour la constitution de la IV° Internationale. On le retrouvera plus tard à la tête du courant qui portera son nom : les lambertistes.

          .

          A l’assaut des appareils

          .


          Poursuivis par les nazis, les trotskistes doivent aussi faire face aux communistes qui n’enterrent nullement la hache de guerre avec eux. Eliminés physiquement dans les prisons et les maquis, ils sont confrontés à l’appareil clandestin stalinien. La Libération laisse quelques espoirs de développement aux trotskistes. Mais les années 50, les plongent dans une situation critique. Les querelles entre micro-groupuscules rendent insignifiante leur influence dans une France qui passe lentement de la reconstruction aux Trente Glorieuses. Avec l’éclatement du Parti Communiste International (la principale organisation de cette tendance de l’après guerre), les différentes tendances traversent un désert de plusieurs années. La scission de 1952 a pour origine la question de l’entrisme au sein du PCF. La majorité des membres refuse cette stratégie et est exclue de la Quatrième Internationale. Ils forment un nouveau PCI sous la conduite de Pierre Lambert. Les minoritaires sous la direction de Michel Rapatis (Pablo) puis de Pierre Franck vont tenter d’infiltrer le PCF. Avec des succès importants au sein des JC et de l’Union des Etudiants Communistes, où ils vont animer une fronde permanente contre la direction du Parti. Profitant de la position « timorée » du PCF sur la question algérienne, les « pablistes » vont accentuer le travail de tendance. Devenant le principal réseau de soutien au FLN dans le monde universitaire, ils fourniront de nombreux « porteurs de valises » aux rebelles algériens. Ravivant le vieil antifascisme militant, ils seront aussi à la pointe du combat contre l’OAS et ses soutiens étudiants (avec par exemple le fichage para policier des pro-Algérie Française). Après l’indépendance, on retrouvera certains d’entre eux parmi les « Pieds Rouges », c’està- dire les coopérants progressistes français au nouveau régime. Parmi eux, les frères Krivine se distinguent déjà.


        • 2 votes
          Osub 28 janvier 16:02

          Excuses moi, mais quand je dis Lâché c’est pas comme les salopes de Bigard.
          Le véritable Mai 68 c’est au moment de la grêve générale décidé par le PCF qui on rejoint les étudiants. et la fin c’est l’acceptation du référendum par le PCF, et la scission avec les étudiants.
          L’ennemi commun pour DG et Moscou. Parce que poussé en sous main par la C.I.A.
          C’est mieux ?


          • vote
            yoananda2 28 janvier 17:07

            @Osub
            oui merci


          • 2 votes
            maQiavel maQiavel 28 janvier 16:03

            Vu le passage de Todd dans ONPC. J’ai bien aimé la façon dont il a mouché Goupil en le désignant comme un bourgeois trotskyste tout en souriant. A part ça, j’ai beaucoup de déssaccords avec lui, notamment sur la place qu’il donne à l’appareil d’Etat et à ce qu’il nomme l’aristocratie stato-financière.


            Mais il y’a un point, hormis la problématique de l’euro, sur lequel je le rejoins totalement, c’est sur son modèle des mépris descendant en cascade. Lorsqu’il dit que la lutte des classes est descendante, et que chaque classe développe une attitude agressive vis-à-vis de toutes les classes qui lui sont inférieures et particulièrement vis-à-vis de la classe qui lui est immédiatement inférieure, y compris la classe ouvrière, ce qu’il dit est tout à fait juste.

            Ce phénomène, c’est ce que des chercheurs anglosaxons ont appelé « la peur de la dernière place ». C’est-à-dire que dans les systèmes de stratification hiérarchiques, les gens sont motivés moins par un désir d’ascension sociale que par une crainte de se retrouver au bas de l’échelle. Finalement, les acteurs dans un tel systèmeont plus tendance à regarder vers le bas que vers le haut et à stigmatiser le groupe qui lui est directement subordonné. On le voir bien par exemple avec la tendance des classes moyennes supérieures à moquer les classes moyennes inférieures et populaires avec tout un lexique les renvoyant à des beaufs de bistrot peu instruits aux prénoms américains et à des cassos qui n’ont pour expression que des borborygmes. Les mêmes classes populaires vont développer tout un lexique xénophobe, voir racistes vis-à-vis des descendants d’immigrés africains qui se multiplient comme des ras et ne seraient en France que pour gratter la CAF. Et on voit poindre ce phénomène de mépris chez ces descendants d’immigrés lorsqu’ils font face aux nouveaux immigrés et surtout aux roms.

            Le populisme ( au sens historique et non médiatique), comme le dit très justement Todd, c’est inverser cette logique. Le populiste a beaucoup plus tendance à regarder vers le haut que vers le bas, son mépris s’il en a, il le réserve aux catégories supérieures qui occupent le haut du panier, ses aspirations, ses revendications, son idéal politique est structuré par le désir de faire cesser les dominations sociales, qu’elles soient économiques, politiques ou culturelles. En ce sens, le mouvement des GJ était un mouvement authentiquement populiste.


            • 1 vote
              Daruma 28 janvier 19:21

              @maQiavel
              Merci pour ces éclaircissements. Je comprends mieux maintenant. C’est que l’agacement qu’ont suscité en moi les deux critiques m’a déconcentré.


            • 1 vote
              pegase pegase 28 janvier 19:48

              @maQiavel
              En ce sens, le mouvement des GJ était un mouvement authentiquement populiste.
              -
              Il y a aussi pas mal de patron de PME, artisans et auto-entrepreneurs qui n’en peuvent plus de payer de lourdes charges ...


            • vote
              pegase pegase 28 janvier 23:16
              "En bas l’intelligence progresse, tout comme le taux de crétins diplômés en haut"

              Emmanuel Todd


            • vote
              Laconicus Laconicus 29 janvier 00:56

              @pegase
              "Il y a aussi pas mal de patron de PME, artisans et auto-entrepreneurs qui n’en peuvent plus de payer de lourdes charges ..."

              Donc populiste. 


            • 1 vote
              Laconicus Laconicus 29 janvier 01:06

              La première vidéo n’a aucun intérêt : Goupil fait une critique vague et générale de branleur télévisuel, qui n’a ni queue ni tête ; et la prof syndicaliste fait une réponse de branleuse syndicale, vague et générale qui n’a ni queue ni tête. Le public applaudit bêtement pour confirmer qu’on est chez les tarés. 


              • 1 vote
                Laconicus Laconicus 29 janvier 01:15

                La deuxième vidéo n’est pas plus intéressante, c’est juste quelques secondes de bave du Goupil, il n’y a aucun dialogue avec Todd (? ?)

                En lot de consolation, je propose une autre vidéo où la sottise de Goupil resplendit de mille feux :
                https://www.youtube.com/watch?v=15x5R3VWYJ8


              • 1 vote
                Djam Djam 29 janvier 10:21

                Mai 68 c’était comme la révolution française de 89 : deux saloperies réalisées en manipulant le peuple qui, comme toujours, va au casse-pipe pour l’unique intérêt d’une poignée de pervers.

                Todd ou/et Goupil, deux produits complémentaire de notre civilisation de mafieux. Leurs livres et interventions diverses n’intéressent que les masses. Les vrais détenteurs de pouvoir arbitraire se contre foutent de nos petits débats creux sur les milliers de forums-en-ligne inventés pour occuper nos neurones quotidiennement.

                Elle fonctionne à merveille cette "matrice" dans laquelle nous jouissons de notre colossale impuissance et de notre inaltérable goût pour la moutonnerie médiatique.


                • vote
                   Saladin Saladin 29 janvier 12:16

                  Goupile la cinquième colonne ? 



                  • vote
                    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 29 janvier 13:00

                    CORRECTION

                    le contrôle continu soit mauvais en soi



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès