• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Un électron peut-il (vraiment) être à 2 endroits à la fois ?

Un électron peut-il (vraiment) être à 2 endroits à la fois ?

Une onde deviendrait-elle une particule ? 

On dit parfois que les objets quantiques peuvent être à plusieurs endroits à la fois. Est-ce bien raisonnable ? Pour le savoir, on parle du formalisme du principe de superposition quantique, et de son interprétation par rapport à nos intuitions et nos conceptions classiques.

https://web.archive.org/web/20190330073625/https://www.economie-reelle.org/Et-si-la-creation-d-energie-creait

Tags : High-tech Economie Energie Dieu Nanotechnologies Prospective et futur Philosophie Science et techno




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • 3 votes
    gaijin gaijin 30 mars 13:26

    bon en fait la mécanique quantique c’est comme les gilets jaunes ; : ni droite ni gauche mais un état indéterminé qui devient déterminé en fonction de l’observateur .....

    et la superposition d’état c’est comme la france qui est un pays souverain tout en obéissant a un autre état : l’ europe ( ou les états unis ) : il y a un état qui se superpose a un autre .....

    on vit dans un monde flou non ?


    • vote
      medialter medialter 30 mars 13:35

      @gaijin
      "ni droite ni gauche mais un état indéterminé qui devient déterminé en fonction de l’observateur"
      *
      Je trouve cette comparaison avec la MQ bien trop obligeante pour être catholique. Les GJ, c’est du Nawak qui part dans tous les sens, plutôt à comparer avec des épluchures qui vont se liquéfier dans un bac à fumier et subir la décomposition des agents chimiques, l’odeur du cadavre en plus. Les GJ élevés à un Art, on aura vraiment tout vu smiley


    • 3 votes
      gaijin gaijin 30 mars 15:09

      @medialter
      " Les GJ, c’est du Nawak qui part dans tous les sens "
      en effet et pourtant ......
      " dans le chaos des origines l’ordre a venir est déjà contenu "
      yiking 64 : avant le commencement


    • vote
      medialter medialter 30 mars 13:30

      "On dit parfois que les objets quantiques peuvent être à plusieurs endroits à la fois. Est-ce bien raisonnable ?"

      *

      Raisonnable, certainement le dernier terme à employer en MQ. Mon pauvre Macaque, va te pendre smiley


      • vote
        Gollum Gollum 30 mars 13:37

        Ah tiens vous marchez sur les plate-bandes du QI à 160, il va pas être content.

        Ce qui est amusant c’est qu’il ne daignera pas déposer un commentaire ici, ce serait déchoir... alors que le sujet est censé l’intéresser.

        Mao est-il dans un état superposé quantique ? À la fois QI à 160 et branquignolle notoire... Question à laquelle je n’arrive pas à répondre tant le paradoxe anéantit ma logique de base.


        • vote
          medialter medialter 30 mars 13:49

          @Gollum
          "Mao est-il dans un état superposé quantique ? À la fois QI à 160 et branquignolle notoire"
          *
           smiley


        • vote
          jeanpiètre jeanpiètre 30 mars 19:53

          @medialter
          c’est notre micron à nous


        • 3 votes
          Belenos Belenos 30 mars 22:19

          "Un électron peut-il (vraiment) être à 2 endroits à la fois ?"

          La réponse est à la fois oui et non.


          • 1 vote
            Pyrathome Pyrathome 31 mars 03:32

            C’est un peu comme "police partout, mais police nulle part"....ou encore ça explique la schizophrénie de macrotte premier ?


            • vote
              Jean Keim Jean Keim 31 mars 08:35

              Si je prends un objet dans la main, mettons une bille, je la situe dans l’espace, je peux apprécier son poids, sa température, ses couleurs, sa consistance, etc. ; maintenant si avec des moyens technologiques idoines je fais une suite de mégas zooms sur sa surface, elle finira par disparaître en temps qu’objet pour devenir de plus en plus floue, cependant les instruments d’observation sont également constitués de matière, mon œil idem, mon cerveau itou, à une certaine échelle dans l’infiniment petit, la représentation que me donnerait un microscope électronique sera le résultat d’un tripatouillage mathématique, une convention, de là à penser que le monde n’est également qu’une représentation genre motus vivendi...

              Une question parmi bien d’autres que je me pose, si ayant perdu la tête je me fais greffer un autre cerveau, la représentation du monde me semblera a-t-elle toujours cohérente ? Je me garderais bien de répondre...


              • vote
                danae141 31 mars 09:32

                ben oui, Mélenchon l’à fait lors d’un meeting !


                • vote
                  joelim joelim 31 mars 14:28

                  Il me parait évident que la corrélation quantique révèle l’existence de dimensions supplémentaires (une au moins) de par l’expérience de pensée suivante.

                  Observez un poisson dans un bocal et placez une caméra de l’autre côté du bocal connecté à un écran de visualisation dirigé vers vous. Si le poisson va vers la gauche, sur l’écran il va vers la droite. C’est le même poisson, vu d’angles différents. La particule corrélée correspond alors à l’intersection entre 2 points de l’espace-temps. Imaginez un ruban de papier sur lequel vous avez dessiné 2 croix et faites une boucle afin de les faire coïncider. Pareil pour l’espace (2D -> 3D) qui se replie dans une dimension supplémentaire (de manière dynamique, suivant la trajectoire de la particule vue comme corrélée).

                  La question devient donc : pourquoi la nécessité de dimensions supplémentaires (qui pourraient aider je sais pas moi à sortir du ridicule dogme de la matière/énergie noire fantôme) pour interpréter la corrélation quantique n’est-elle pas comprise ?


                  • vote
                    JC_Lavau JC_Lavau 31 mars 21:44

                    Depuis 1927 l’enseignement hégémonique de la tribu Göttingen-Copenhague est comme un chevalier qui a envoyé son cheval de l’autre côté du gué. Le cheval et le formalisme sont arrivés du bon côté : ondulatoire et déterministe. Le chevalier en armure est demeuré du côté corpusculaire, et coquerique : "Personne ne peut comprendre la Mécanique Quantique !" Lui même a pris les moyens appropriés pour ne rien comprendre. Fini tout cela avec la microphysique transactionnelle : les absorbeurs existent, et leurs propriétés existent, certaines sont quantiques.


                    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
                    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html

                    De résultats expérimentaux en résultats expérimentaux dans toutes les branches de la physique, ce manuel vous fait revoir toute la physique, réunifiée sans hiatus. Innovations radicales : les lois du bruit de fond Dirac-de Broglie d’où émergent les transactions, fuseaux de Fermat entre émetteur et absorbeur, distinguer les micro-temps du macro-temps local, réintégrer la Relativité et la syntaxe géométrique de la physique.


                    • vote
                      zzz999 1er avril 13:45

                      Lorsqu’on filme UN SEUL objet à l’aide de deux caméras différentes lorsqu’on agit sur l’objet on a l’impression qu’il y a action instantanée entre deux objets distincts alors qu’il n’y en a qu’un : l’intrication quantique c’est pareil : il y a un seul objet vu de deux référentiels différents, bien qu’il soit difficile de comprendre en quoi ces deux référentiels sont distincts effectivement.


                      • vote
                        Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er avril 19:51

                        "Une onde deviendrait-elle une particule ?"

                        °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                        @mat-hac

                        Malgré tous mes efforts, et ceux de très rares physiciens présents sur Ago (.tv & .fr) comme Lavau, vous continuez à poser des questions à la con afin que la racaille trollesque -qui soutient sans faille l’arnaque occultiste (notamment de la censée alchimie moderne) et ses nombreux alliés -tous des tarés qui trainent par ici continue à vous traiter de MACAQUE au propre comme au figuré...

                        Répondez d’abord, sans ânonner -si vous le pouvez— à ces 3 questions qui devraient être basiques pour vous

                        ,

                        compte-tenu de l’intitulé de votre article :

                        1/

                        un électron c’est quoi pour vous ?

                        2/

                        une onde c’est quoi pour vous ?

                        3/

                        une particule c’est quoi pour vous ?








                         


                        • vote
                          Zip_N 2 avril 13:49

                          Comment vont les mauvais élèves du site ? Ils attendent toujours la délivrance des illuminés et les réponses aux questions du monde ?

                          L’onde qui devient particule est chose singulière. La musique des disques cd ou vinyl sont ex aussi des ondes qui sont devenue des particules. La musique et le son électrique et technologique est la preuve physique et biologique que l’onde musicale se transforme en particule de papier (billets) à distance aléatoire, les meilleurs arrivent à transformer le mouvement d’onde de leur voix et des mains en poches bien remplie de particule de matière numérotée. 

                          Avec la radio, ou un amplificateur, le son de l’objet (instrument) se positionne a plusieurs endroit à la fois, l’ entendement est universel. l’émission peut apparaître à des endroits aléatoire dans l’espace et il est pas prévisible comme l’ amplificateur acoustique qui se trouve en lien sans interruption entre la source et réception en zone de prévisibilité.


                          • vote
                            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 4 avril 22:03

                            "L’onde qui devient particule est chose singulière.

                            "
                            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                            @Zip_N
                            suite à ma question à mat_hac , et pour ne pas noyer le poisson, en restant dans le cadre de l’article, qu’entendez-vous par 
                            1/
                            une onde : votre propos concernant les ondes "sonores" mériterait, à mon humble avis, d’être généralisé à l’ensemble du phénomène ondulatoire, d’une extrême importance en physique quantique !
                            Comprenez-vous Lavau, par exemple, quand il affirme :
                            le formalisme de la MQ est ondulatoire ; et partant pourriez-vous nous dire sur quoi repose son argumentation ici ?
                            2/
                            une particule c’est quoi pour vous ?
                            le mot déjà : parlez-vous de particule élémentaire ou bien de corpuscule ; ce qui n’est pas du tout la même chose !
                            3/
                            & pendant que vous y êtes, c’est quoi un électron pour vous ?

                            Merci d’avance

                            @mat_hac

                            j’attends toujours vos réponses à mes questions


                          • vote
                            mat-hac mat-hac 4 avril 23:15

                            @Mao-Tsé-Toung
                            Je ne fais que décoder ce qui est dit sur la création de matière par la NASA, les conférences floues de Klein et Aurélien Barreau.
                            Pourquoi voulez-vous parler des ondes sonores ?
                            Pourquoi parler de corpuscule ?
                            Voulez-vous que je vous parle de l’électron selon l’école ou ma déduction actuelle ?


                          • vote
                            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 4 avril 23:35
                            mat-hac 4 avril 23:15

                            @Mao-Tsé-Toung
                            Je ne fais que décoder ce qui est dit sur la création de matière par la NASA, les conférences floues de Klein et Aurélien Barreau.
                            Pourquoi voulez-vous parler des ondes sonores ?
                            Pourquoi parler de corpuscule ?
                            Voulez-vous que je vous parle de l’électron selon l’école ou ma déduction actuelle ?

                            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                            @mat-hac
                            je vous ai posé des questions précises, pour la seule raison que sinon votre propos reste, pour le moins, très ambigu ! Je vous les repose donc : à questions précises, réponses précises !
                            ------------------------
                            Pourquoi voulez-vous parler des ondes sonores ?

                            cela concernait ZIP-N & donc son exposé
                            ------------------------
                            Voulez-vous que je vous parle de l’électron selon l’école ou ma déduction actuelle ?

                            Les 2

                            Merci d’avance


                          • vote
                            mat-hac mat-hac 5 avril 01:35

                            @Mao-Tsé-Toung
                            Votre propos est donc encore plus ambigu que le mien.
                            Je ne peux discuter avec quelqu’un d’encore plus flou que moi, qui veut faire croire que l’école a raison tout comme il est possible d’émettre des hypothèses. Il est clair que la création de matière n’est aucunement enseignée à l’école pour être contredite ensuite.


                          • vote
                            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 5 avril 03:32

                            "Je ne peux discuter avec quelqu’un d’encore plus flou que moi, qui veut faire croire que l’école a raison tout comme il est possible d’émettre des hypothèses."
                            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                            @mat-hac
                            "quelqu’un... qui veut faire croire que l’école a raison"

                            1/
                            qui vous permet de dire ça de moi ?
                            (citez-moi SVP, si vous le pouvez !)
                            2/
                            de quelle école vous parlez ?

                            VOUS BALANCEZ VRAIMENT N’IMPORTE QUOI !
                            (C’est fou !?)


                          • vote
                            JC_Lavau JC_Lavau 5 avril 14:27

                            @Mao-Tsé-Toung. Jusqu’à plus ample informé, l’électron est la plus petite unité de charge électrique. En toutes circonstances, il est régi par l’équation de Dirac (1928), qui prédit que cette onde a quatre composantes, dont deux sont orthochrones, c’est à dire se propageant dans le même sens que notre macro-temps macroscopique, et deux sont rétrochrones. Il en résulte que l’électron a un moment angulaire intrinsèque irréductible ou spin, de valeur h/2, et un moment magnétique permanent.

                            Exercice :
                             les électrons qui tournent dans l’ESRF ont une énergie de 6 GeV chacun. Votre mission est de donner leur longueur d’onde dans notre repère, fixe.
                            ...

                            D’où l’impulsion : p2 = [(6 GeV)2 - (511 keV)2] / c2= (E/c)2. (1- 7,25 . 10-9).

                            D’où p = 6 GeV / c = 961,3 . 10-12 J / c = 3,206 . 10-18 kg.m/s

                            Or on a déjà vu la loi de Broglie : λ = h /p = 206,6 am (attomètres). Ce qui est fort loin de l’échelle humaine, et même de l’échelle atomique. En revanche c’est de taille à provoquer une réaction nucléaire. Aussi durant des semaines après un arrêt de l’anneau, les matériaux de l’appareillage demeurent radioactifs sous les à-côté de ce bombardement.

                            Et que devient leur fréquence d’horloge intrinsèque, vue de notre repère ?

                            6 GeV / c = 3,206 . 10-18 kg.m/s

                            Divisé par la masse au repos de l’électron : 03,52010. 1012 m/s = 11 741,8 c

                            D’où la rapidité φ (nombre sans dimension, rapporté à l’unité c) :

                            φ = Argsinh(11 741,8) = 10,06406

                            D’où le facteur gamma : γ = cosh φ = 11 741,8 (à ces hautes énergies, le cosinus hyperbolique et le sinus hyperbolique de la rapidité sont presque égaux).

                            Rappel de la fréquence broglienne intrinsèque de l’électron (\fracm\cdot c^2h au repos) : 1,235 59 . 1020 Hz

                            Ralentissement apparent de l’horloge interne de Broglie : \frac1\cosh(\varphi) = \frac1\gamma

                            D’où la fréquence apparente vue depuis le laboratoire : 1,235 59 . 1020 Hz / γ = 10,523 001 . 1015 Hzlaboratoire

                            La seconde fréquence intrinsèque, celle de Dirac-Schrödinger, qui intervient dans les phénomènes électromagnétiques telles que la dispersion Compton, est le double de la précédente : 21,046 003 . 1015 Hzlaboratoire

                            La période broglienne dans le repère du laboratoire, inverse de la fréquence : 95,02992 . 10-18 secondes par cycle.

                            Hé non, vous ne pouvez pas multiplier cette période apparente par la vitesse apparente pour obtenir la longueur d’onde. Ce serait faux !


                          • vote
                            JC_Lavau JC_Lavau 5 avril 16:38

                            @JC_Lavau. Je n’ai pas assez tenu compte des pertes des exposants dans cet éditeur. Exposant : ^
                            Indice : _

                            D’où l’impulsion : p² = [(6 GeV)² - (511 keV)²] / c² = (E/c)². (1- 7,25 . 10^-9).

                            D’où p = 6 GeV / c = 961,3 . 10^-12 J / c = 3,206 . 10^-18 kg.m/s

                            Or on a déjà vu la loi de Broglie : λ = h /p = 206,6 am (attomètres). Ce qui est fort loin de l’échelle humaine, et même de l’échelle atomique. En revanche c’est de taille à provoquer une réaction nucléaire. Aussi durant des semaines après un arrêt de l’anneau, les matériaux de l’appareillage demeurent radioactifs sous les à-côté de ce bombardement.

                            Et que devient leur fréquence d’horloge intrinsèque, vue de notre repère ?

                            6 GeV / c = 3,206 . 10^-18 kg.m/s

                            Divisé par la masse au repos de l’électron : 03,52010. 10^12 m/s = 11 741,8 c

                            D’où la rapidité φ (nombre sans dimension, rapporté à l’unité c) :

                            φ = Argsinh(11 741,8) = 10,06406

                            D’où le facteur gamma : γ = cosh φ = 11 741,8 (à ces hautes énergies, le cosinus hyperbolique et le sinus hyperbolique de la rapidité sont presque égaux).

                            Rappel de la fréquence broglienne intrinsèque de l’électron (\fracm\cdot c^h au repos) : 1,235 59 . 10^20 Hz

                            Ralentissement apparent de l’horloge interne de Broglie : \frac1\cosh(\varphi) = \frac1\gamma

                            D’où la fréquence apparente vue depuis le laboratoire : 1,235 59 . 10^20 Hz / γ = 10,523 001 . 10^15 Hz_laboratoire

                            La seconde fréquence intrinsèque, celle de Dirac-Schrödinger, qui intervient dans les phénomènes électromagnétiques telles que la dispersion Compton, est le double de la précédente : 21,046 003 . 10^15 Hz_laboratoire

                            La période broglienne dans le repère du laboratoire, inverse de la fréquence : 95,02992 . 10^-18 secondes par cycle.
                             
                            C’est mieux lisible ?

                          • vote
                            Zip_N 6 avril 16:07

                            @Mao-Tsé-Toung

                            "2/ une particule c’est quoi pour vous ?"

                            Une particule c’est l’organe de l’atome, une fonction.

                            Selon mon raisonnement conceptuel, une particule est représentée par une note musicale géométriquement libre, l’atome est une portée de notes (gamme d’atome, le corpuscule sont les assemblages organiques des portées de note créant une chaine et continuité du son. Un atome est comme une cellule : on ne peut pas lui enlever ses fonctions particuli-ères et primordiales pour fonctionner librement. Enlever à une cellule la respiration, la nutrition.. et elle se paralyse et se meurt, pareil pour l’atome. Le son est rayonnement électromagnétique. L’électron possède les propriétés pour un plus grand rayon d’émission de son que l’acoustique. L’aléatoire est une propriété au rayonnement électromagnétique. J’espère avoir répondu pour moitié à cette question. Bonne recherche.


                          • vote
                            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 6 avril 16:32

                            @Zip_N
                            Si je vous interprète bien : vous êtes un poète de la physique quantique et/ou de la physique

                            tout court !?

                            Ce n’est évidemment nullement un reproche...
                            Merci pour votre contribution

                            Puisque, pour moi, du moins, c’est le jour des poètes, écoutons, pour faire le lien avec mon topic du jour, et si vous le voulez bien Léo Ferré

                             :

                            https://www.youtube.com/watch?v=g8atO7eJ9Cw

                            https://www.youtube.com/watch?v=CDlB3VJz35E&list=RDg8atO7eJ9Cw

                            https://www.youtube.com/watch?v=Wl8juGwlzik&list=PLa2zcBuA7WkmP1iED_EvHyG81B0fVfkgu

                            Merci


                          • vote
                            Zip_N 6 avril 20:48

                            @Mao-Tsé-Toung

                            Poétiquement c’est vrai que le musicien travaille la physique et la physique travaille pour le musicien. Vous mettez le doigt dessus, la musique est la poésie de la physique. Elle parle du fonctionnement du vivant. La physique c’est la biologie de l’univers. L’univers est un être vivant est n’est pas une chose sans vie. C’est pour ça que Dieu à légitimement tout son sens.

                            Le mécanisme physique du son est un modèle d’ensemble aux propriétés
                            facilement exploitable modélisable pour une synthèse alors que les laboratoires
                            d’expérience utilisent des instruments d’assimilation qui semblent trop technique pour une compréhension et vulgarisation pour le profane comme moi.

                            Parler c’est écrire, chanter c’est dessiner, jouer c’est colorier. (j’en ai inventé d’autre de ce calibre)

                            Un physicien c’est comme un musicien, ils sont pareils, il y en a des meilleurs que d’autres. Merci la musique,


                          • vote
                            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 7 avril 00:30

                            "Merci la musique"
                            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                            @Zip_N
                            Il n’y a pas de quoi ; tout le plaisir est pour moi !

                            Merci le poète

                            C’est particulièrement vrai, que dans ce monde de brutes, la poésie -sous toutes ses formes adoucit les mœurs.

                            CQFD


                          • 3 votes
                            Norman Bates Norman Bates 7 avril 01:32

                            @Moa-Sait-Tout

                            "C’est particulièrement vrai, que dans ce monde de brutes, la poésie -sous toutes ses formes adoucit les mœurs."

                            L’humour aussi, et plus précisément l’auto-dérision, cette prise de distance par rapport à soi-même qui autorise d’être sérieux sans se prendre au sérieux...
                            L’humour a aussi ses vertus antalgiques, il apporte un baume apaisant sur les peines quotidiennes, celles du monde, et peut dans certains cas soigner par ses effluves d’insouciance des douleurs irréparables et potentiellement fatales...
                            L’humour c’est aussi la connexion à l’Autre, c’est apprivoiser l’ire et partager les délires, c’est le lien complice et ses délices lorsque par exemple un simple regard suffit pour échanger une pensée amusée sur une scène piquée au vif...
                            La communication devient plus complexe en absence de cette vertueuse vision de l’existence, à fortiori lorsqu’on est juché sur un piédestal en papier mâché dans la posture de l’inaccessible professeur aux sentences cinglantes adressées aux autres, aux mauvais élèves, car dans ce monde sans légèreté il y a le professeur et les élèves, point barre, le professeur perclus de névroses, le nez figé sur un certificat Carambar jauni, et les élèves parfois irrévérencieux, gavés par des cours davantage pittoresques que magistraux dispensés par un professeur qui ne jouit que dans le sermon et la vocifération, aux antipodes d’un idéal de transmission et d’élévation...
                            C’est bien beau de déplorer ce "monde de brutes", encore faut-il éviter d’y apporter sa contribution par une supériorité auto-proclamée qui fait de l’Autre un être inférieur confiné au rôle utilitaire de brosse à reluire pour ego psychotique...il y aurait tant de richesses à prendre cet "Autre" tel qu’il est au lieu de vivre en circuit fermé dont ne s’échappent que les odeurs moisies des certitudes inébranlables et des fantasmes de grandeur...
                            Je sais, je pisse dans un violon... smiley


                          • vote
                            Zip_N 8 avril 11:46

                            @Mao-Tsé-Toung

                            Pour le plaisir,

                            Les bons instruments de musique se bonifient d’année en année comme un vin meilleur et les mauvais tournent au vinaigre sans ivresse.

                            La musique, le soleil, le vin apporte l’ivresse de la vie. Un volume trop fort est dangereux pour la santé.


                          • vote
                            JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 14:25

                            L’entourloupe consiste à conserver le paradigme standard que l’électron serait un corpuscule tout en ayant de toutes autres propriétés que celles d’un corpuscule, plus des propriétés imaginaires, qu’il n’a pas mais que la secte hégémonique vous raconte.

                            FAUX : que l’électron soit plus petit que l’atome entier. Il y est une onde stationnaire.

                            Un électron de conduction dans un cristal métallique s’étire sur des dizaines de distances interatomiques d’une réaction d’émission ou de rebond à une autre réaction d’absorption ou de rebond. Rebond sur des dislocations, sur des phonons très souvent, sur des impuretés, sur la surface, etc.

                            Libre entre un canon à électrons et une cible, l’électron n’a jamais cessé d’être une onde, à quatre composantes, régie par l’équation de Dirac (1928).


                            • vote
                              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 9 avril 14:08

                              "Libre entre un canon à électrons et une cible, l’électron n’a jamais cessé d’être une onde, à quatre composantes, régie par l’équation de Dirac (1928)."
                              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                              @JC_Lavau
                              Bonjour,
                              ... le très génial Dirac sera à l’origine du développement de l’imagerie médicale par la tomographie, donnant naissance au SCANNER & à l’IRM : excusez du peu !
                              Pourriez-vous nous dire un mot, concernant l’obtention des coupes transversales & de leur décryptage, en partant justement de l’équation de Dirac, dont vous soulignez ici, à juste titre, l’importance.

                              Merci d’avance


                            • vote
                              JC_Lavau JC_Lavau 9 avril 15:45

                              @Mao-Tsé-Toung. Non, trop de mélanges de faits et technologies différents.
                              Juste un mot du TEP : Tomographie à émission de positrons. On injecte une solution de glucose (ou presque) dont un atome est radioactif béta +. Avec une demi-vie d’environ deux heures, c’est le fluor 18 qui est utilisé, ou l’oxygène 15 (deux minutes).
                               Le marqueur est le plus souvent le fluor 18 (18F) incorporé dans une molécule de glucose formant le 18F-fluorodésoxyglucose (en abrégé 18F-FDG). Ce traceur est semblable au glucose : il se fixe au niveau des tissus qui consomment de grandes quantités de ce sucre, comme les tissus cancéreux, le muscle cardiaque ou encore le cerveau. Le fluor 18, dont la demi-vie est inférieure à deux heures, émet ensuite de façon temporaire des rayonnements que l’on peut suivre dans l’organisme du patient grâce à une caméra spéciale, une caméra TEP. Le fluor 18 ainsi que les autres isotopes pouvant être utilisés (oxygène 15 (15O), azote 13 (13N), carbone 11 (11C)) ont une courte demi-vie, jusqu’à 110 minutes pour le fluor. Ces isotopes de courte durée nécessitent pour leur production un cyclotron.

                              Suite :


                            • vote
                              JC_Lavau JC_Lavau 9 avril 15:46

                              @JC_Lavau. Suite perdue.

                              Tant pis. Je ne recommence pas.

                              https://fr.wikipedia.org/wiki/Tomographie_par_émission_de_positons


                            • vote
                              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 9 avril 22:13

                              @JC_Lavau
                              Merci beaucoup pour cette "introduction" :
                              Juste un mot du TEP : Tomographie à émission de positrons
                              ... c’est bien sur ce que je vous demandais... mais avec ces positrons

                              traités par l’équation de Dirac pour décrypter les clichés des coupes (c’était ça la question posée) ; je suis conscient & m’interroge sur le fait que je vous en demande peut-être un peu trop ! Évidemment que si c’est traité sur WIKI ou ailleurs c’est aussi bien pour moi, que cela soit en français, anglais ou espagnol.


                            • vote
                              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 9 avril 03:42

                              @tous & particulièrement à l’auteur qui a copié-collé la question sans la comprendre (ce n’est pas un reproche) :

                              Un électron peut-il (vraiment) être à 2 endroits à la fois ?

                              Pour faire un lien avec la Métaphysique, rappelons que René Guenon parlait des états multiples de l’Être !

                              Donc l’ontologie de l’électron pose toujours problème, aussi bien aux physiciens, qu’aux métaphysiciens !

                              Or tant que l’on ignore l’ontologie de l’électron, impossible de répondre à la question ; certains pensons que nous le savons, comme JC Lavau l’exprime ici-même !

                              Comprenne qui pourra

                              CQFD



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès