• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Alban Dousset

Alban Dousset

Un disciple de Spinoza.
Une sentinelle du peuple.
Un virus de la démocratie.
Un avocat du diable.
Un chercheur en Vérité.
Un agent subversif.
Un amoureux de la contradiction.

Tableau de bord

  • Premier article le 15/09/2014
  • Modérateur depuis le 26/02/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 24 44 244
1 mois 1 1 2
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    Alban Dousset Alban Dousset 9 juillet 21:51

    @Et Hop !
    Effectivement, j’ai cru que Ashford était aux États-Unis, c’est une erreur de ma part.

    Du reste, je pense que l’on peut, comme le fait wikipédia, la qualifier de "Chrétienne selon l’Évangile".

    Je n’ai pas vu qu’elle avait été militante au parti communiste. Pouvez-vous me préciser vos sources car cela n’apparaît pas clairement dans wikipédia ?



  • vote
    Alban Dousset Alban Dousset 20 avril 17:37

    @maQiavel
    Au gré du vent, des circonstances et des perceptions subjectives de la vérité.
    Mais nous sommes globalement d’accord. smiley



  • vote
    Alban Dousset Alban Dousset 20 avril 09:32

    @maQiavel

    Salut MaQ,

    "Seulement, l’humain a tendance à s’accrocher à ses croyances, à ses préjugés, à ses idées préconçues, à son paradigme, tout simplement parce que ces éléments sont constitutifs de son identité. Ainsi, après un certain temps de rodage, les gens ne vont plus sur internet pour découvrir des idées nouvelles, mais pour confirmer celles qu’ils possèdent déjà."

    Cela est vrai, mais seulement dans une certaine mesure. Tous les humains ne sont pas guidés par une forme de conformité obsessionnelle. Certains oui, mais pas tous. Certains autres sont bien plus guidés par le goût de la vérité que par celui de la conformité. En l’espace de 2 ou 3 ans, j’ai énormément changé et cela je le dois à la manne d’informations disponibles sur internet. J’ai vu des gens changer, plus lentement, sans rupture radicale avec leurs opinions politiques, mais dans une forme de "glissement" idéologique.

    Fondamentalement, les réseaux sociaux virtuels sont, dans la pratique, le reflet du réseau social réel. Et ce reflet virtuel du réseau social réel comporte, lui aussi, une forme de diversité (très relative) sur le plan social ou politique.

    La chose la plus intéressante que je constate parmi les jeunes générations, c’est le rejet du clivage politique et l’instrumentalisation des partis diabolisés. (Par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=PJIOo9D0cS4)

    Cependant, je reconnais qu’il persiste des formes de clivages latents, persistants. (Les analyses de "gull horizon" qui se focalisent sur la droite identitaire/réactionnaire ; les invités de thinkerview qui demeure "politiquement correct" sur les questions des clivages ethniques et les problématiques identitaires.)

    Je ne veux pas préjuger des dynamiques d’enfermement idéologique et du rapport de force entre goût de la vérité et goût de la conformité. En situation de stabilité socio/économique, je dirais que la conformité l’emporte sur la vérité. Mais en situation de crise et d’instabilité, je pense que ce rapport s’inverserait

    "l’émergence du média internet ne conduira pas seulement à une horizontalisation des rapports sociaux, mais aussi à leur polarisation sectaire"

    C’est vrai, mais seulement dans une certaine mesure. En pratique, les réseaux sociaux virtuels sont le reflet du réel (et non l’inverse, du moins pas encore). Donc, même si une "polarisation sectaire" ou une "radicalisation idéologique" se produit dans l’espace virtuel, elle retourne nécessairement au réel. D’une certaine manière, la "passion militante" ou la "vigueur idéologique" engrangée dans le virtuel se répand nécessairement dans le réel, parfois de manière extrêmement violente (cf. les divers attentats islamiques ou racistes), parfois de manière inattendue et pacifique (cf. ma conférence au sein de l’ENFIP), mais le plus souvent à travers des discussions plus ou moins animées entre amis, familles ou collègues.



  • 3 votes
    Alban Dousset Alban Dousset 18 juin 2018 11:52

    @Le monde

    Hobbes ne dit pas que l’homme est mauvais par nature mais qu’il agit dans son propre intérêt. Oui, cela est critiquable - et Michéa le critique - et je pourrais le critiquer également.
    Néanmoins, Hobbes n’est pas le seul penseur libéral à envisager "l’homme tel qu’il est" et certains ne sont pas d’accord avec lui ou sont plus nuancés.
    L’homme est un animal social qui intègre à minimum le bien-être de ses semblables à ses propres désirs. >> Inutile de s’étendre sur la question, Michéa ne le fait pas, je n’ai pas de point de divergence avec lui sur cette question donc pas de raison de développer cet aspect.



  • vote
    Alban Dousset Alban Dousset 7 mars 2018 19:38

    @jimontheair
    Je ne me souvenais pas que Chouard ait fait cette confusion.
    Merci pour votre commentaire. smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès