• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

phan

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 159 0
1 mois 0 4 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 15 votes
    phan 2 août 16:29

    @pens4sy
    Pour Gerhard Wisnewski, dans son livre One small step, la simulation d’un atterrissage sur la Lune était moins chère et couronnée de succès à coup sûr afin de reconquérir le leadership mondial au plan psychologique et politique affaibli par la guerre du Viet Nam, l’assassinat de Kennedy et d’activistes des droits civils comme Martin Luther King et Malcolm X.

    La NASA n’était pas seulement un camouflage pour les développements militaires. C’était un rêve fabriqué que de laisser les Américains regarder le ciel pendant que leur gouvernement commettait des atrocités au Vietnam. Ainsi, la NASA avait aussi des liens étroits avec l’industrie cinématographique. Son premier patron, T. Keith Glennan (1958-1961) avait une longue expérience dans la gestion de studios de cinéma à Hollywood (Wisnewski 298).
    Le rédacteur fait un lien sur Walt Disney et l’ex-nazi Werner Von Braun facile à contrôler ; puis il rappelle qu’hypnotiquement la NASA nous détournait de la réalité scientifique d’alors, le défoliant et le napalm du Vietnam (deux ? quatre millions de morts ?), sans oublier le contrôle télé, la pilule et les anxiolytiques. Il cite beaucoup l’excellent livre de l’allemand Wisnewski (c’est d’Allemagne que tout est parti, voyez Une femme sur la lune, un des grands opus méconnus de Fritz Lang censuré par les nazis) :
    Pendant la période de transition entre Johnson et Nixon, Apollo 8 aurait transporté trois astronautes dix fois autour de la lune. Puis, après deux autres missions d’essais (Apollo 9 et 10), six membres de l’équipage d’Apollo ont atterri sur la Lune de 1969 à 1972, le tout sous la présidence de Nixon. Wisnewski (130-139) fournit un parallèle spectaculaire montrant comment les nouvelles de dernière heure liées au programme Apollo ont commodément détourné l’attention du public américain des crimes de guerre au Vietnam. Apollo 11 a atterri sur la lune deux mois après que les médias eurent révélé des bombardements illégaux au Cambodge, et le programme Apollo a cessé juste après la fin officielle de l’engagement des États-Unis en Asie du Sud-Est.
    Alors, écrit Wisnewski, « Alors que les États-Unis d’Amérique assassinaient des milliers de Vietnamiens, brûlaient un hectare après l’autre de forêts vierges et empoisonnaient la terre avec des pesticides, ils essayaient en même temps de fasciner – ou plutôt d’hypnotiser – le monde avec une conquête d’un tout autre genre. »
    Dès lors l’alunissage sert comme le 11 septembre à contrôler psychiquement cette planète entière (« nous sommes tous américains »). Tout le monde tombe dans le panneau, les participants (une infime partie des cadres militaires de la NASA devait être dans le coup, et certainement bien contrôlée) et le grand public comme on dit. Il est hélas vrai que tous en redemandent :
    Pour le reste du monde, le frisson culturel et technologique provoqué par l’alunissage a dû être aussi bouleversant et désarmant que le coup négatif du 11 septembre. Jusqu’à ce jour, les États-Unis tirent leur force de l’admiration sans bornes suscitée par ces alunissages. Et je maintiens toujours que cette ‘conquête’ de la lune, ce mythe antique de l’humanité, a élevé l’Amérique au statut de nation quasi-divine. Les alunissages s’inscrivent dans la stratégie psychologique globale d’auto-agrandissement du pays, associée à l’asservissement, à l’affaiblissement et à la démoralisation des autres.
    La religion spatiale est, comme les grandes découvertes, un opium du peuple (voyez les épisodes de Star Trek dans cette perspective, qui parlent tous de contrôle mental) :
    Les voyages spatiaux civils sont devenus une forme d’« opium pour le peuple », une promesse de rédemption apportant un avenir nouveau et meilleur pour l’univers.



  • 11 votes
    phan 2 août 15:40

    @Gollum
    Et comment ça s’appelle un appareil à déconner ?
    Vous pouvez continuer à croire au canular, c’est votre droit mais gobez la commode avec !



  • 8 votes
    phan 2 août 14:50

    @Gollum

    La terre au dessus de l’horizon lunaire, photographiée en juillet 1969 par l’équipage d’Apollo 11, en orbite à 100 km au dessus de la surface de la lune.
    La terre est 6 fois plus grosse que la lune : ils doivent avoir un appareil à dézoomer et mon cul sur la commode ces nazholes !


  • 7 votes
    phan 2 août 00:41
    La terre vue de la lune le 24 décembre 1968
    La terre vue de la lune le 18 décembre 2015
    Plus c’est gros, plus ça passe !


  • vote
    phan 30 mai 11:17
    Une fuite inédite de documents classés « secret défense » révèle l’usage massif d’armes françaises dans la guerre au Yémen. Et un mensonge d’État à leur propos. Retour sur les révélations publiées dans Mediapart, avec Mathias Destal et Geoffrey Livolsi, cofondateurs de Disclose, une « organisation de journalisme d’investigation à but non lucratif ». Grand Live Disclose : (début à 9min40)
Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès