• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

quijote

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 34 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 2 votes
    quijote 19 février 13:49

    Je me trompe ou on les voit moins à la télé que d’autres, ceux-là ?

    Affaire de photogénie, sans doute...



  • 3 votes
    quijote 18 février 13:33

    @quijote

    Prosternons-nous devant la nouvelle noblesse, la nouvelle aristocratie, aurais-dû écrire.



  • 7 votes
    quijote 18 février 13:25

    Fabuleux... Le dernier élément de langage concernant "l’affaire" : il ne doit pas y a voir de "...mais" devant la résurgence de l’antisémitisme.

    BFM, les ministres, tout le monde : pas de "...mais" !

    Exemple : "Finkielkraut a été insulté mais il a gardé ses yeux, il a gardé ses mains."

    Cette phrase, qui désigne à la fois une vérité et une réalité, est dorénavant scandaleuse et ne peut émaner que d’un ennemi du Bien ! D’un salaud ! L’affaire Finkielkraut est plus grave que celle des autres Français ayant perdu un oeil, une main ou ayant été temporairement défigurés parce qu’ils étaient manifestants !

    C’est acté : nous sommes des palestiniens dans notre propre pays. Il y a en France des citoyens au dessus de TOUS LES AUTRES ! Des intouchables ! Et puis nous, à l’égard desquels la violence physique n’appelle pas d’indignation de la part des élites ou de nouvelle loi.

    Tenons-nous-le pour dit. Et prosternons-nous devant les membres du Parti.



  • 2 votes
    quijote 18 février 11:51

    @Norman Bates

    Le Bien est que nous acceptions de devenir des palestiniens dans notre propre pays ? Soit ! Soumettons-nous aux représentants du Bien sur terre.



  • 3 votes
    quijote 12 février 10:10

    Quoi ? Mais vous êtes fous ! En tant que dépositaires du Bon, du Bien et du Vrai, ils avaient bien le droit, tout de même, de harceler qui ne pensait pas comme eux ! Enfin, quand même !

    C’était le Bien à l’oeuvre ! Comme le mur des cons ! Comme dans 1984 ! Ils allaient quand même pas laisser tranquilles ou essayer de convaincre par le dialogue tous ces gens qui ne pensaient pas comme eux. Et qui, par conséquent, pensaient MAL !

    L’époque est apocalyptique : la saloperie est révélée aux yeux de tous. Les socialos, les antifas, la presse mainstream, ce groupe de merde. Le masque du "Bien" et des gens censés être ses représentants ( autoproclamés ! ) tombe, révélant le visage immonde, mais authentique, de ces âmes totalitaires. Qui mentent, qui harcèlent, qui manipulent. Au nom du Bien !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès