• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Sinople

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Sinople 25 février 2017 23:47

    Excellente analyse, maQiavel, je ne changerais pas un mot.
    Un facteur aggravant est le surarmement de la population, qui peut faire dégénérer très rapidement n’importe quelle étincelle avec en plus de nouveaux feux un peu partout. Plus le temps passe et plus cela peut être violent. Dans une telle situation on imagine très mal Trump trouver le mot juste, bien au contraire. Peut-être que dans cette confusion les services spéciaux américains en profiteront pour "zapper" le président ? On laisse passer un dingue puis on le descend, c’est déjà rôdé...
    Dans cette confusion il pourrait effectivement se produire une sécession de certains états au moins de manière fonctionnelle. La Californie ou New-York sont les locomotives des USA et pourraient fort bien ne plus tenir compte de Washington (qui ne pourrait pas y faire grand chose ?) et avec la bénédiction de leur population.
    Tout cela conduit à un effondrement boursier (qui déjà ne demande que ça) et les autres bourses mondiales suivront comme des châteaux de cartes.
    Ce qui me laisse perplexe c’est : à quel point Goldman-Sachs contrôle la situation, comme elle le fait d’habitude ?



  • vote
    Sinople 24 février 2017 23:24

    @cathy
    Non, il ne faut pas confondre la langue grecque avec le peuple grec ! A l’époque le grec était la langue internationale en Méditerranée et jusqu’en Orient (du fait d’Alexandre Le Grand) et son alphabet servait même à écrire d’autres langues comme le Celte. Au Moyen-Orient l’araméen a longtemps joué ce rôle avant d’être remplacé par le grec, d’où les premiers textes chrétiens dans cette langue et non en hébreux. C’est à peu près comme si on disait qu’aujourd’hui le commerce mondial est fait "par les Anglais" et non "en anglais" !

    Non également pour Jérusalem ! La ville a été détruite en 70 mais reconstruite en 130. Plus tard il y a eu la période byzantine puis perse et enfin arabe, ça fait quelques siècles... (voir Wikipédia "Histoire de Jérusalem".) Les croisés ne sécurisaient que la région qui les intéressaient, certainement pas la Route de la soie jusqu’à la Chine !



  • 2 votes
    Sinople 24 février 2017 23:00

    Pour répondre aux commentaires précédents, comme l’indique Yaduboulo le problème de la Grèce est entièrement de la faute de la banque Goldman-Sachs qui est dans tous les coups fourrés des crises financières depuis des décennies. Ce n’est même pas qu’elle profite de la situation mais bien qu’elle les crée de A à Z. La crise de subprimes aussi a été construite de toute pièce, l’idée étant de pomper l’argent des plus pauvres (très nombreux) et leurs biens, en injectant les dettes pourries dans leurs filiales bancaires, qui les ont alors revendues diluées au monde entier. Le peuple grec n’est absolument pour rien, tout comme les victimes des subprimes.

    Le capitalisme en général (principe économique) n’est pas en cause, il présente bien des avantages, c’est le libéralisme, principe politique. Du libéralisme a émergé le néolibéralisme qui est à l’échelon mondial et s’affranchit de toutes les règles alors que, au contraire, le capitalisme ne peut pas fonctionner sans - sinon il ne reste que de la concurrence sauvage et déloyale, de l’hyper-concentration des ressources, l’hégémonie d’une minorité, c’est contraire aux bases du capitalisme. Avec le néolibéralisme est arrivé à la même époque les algorithmes boursiers, qui sont une catastrophe et vont provoquer dans peu de temps un méga-crack, à coté duquel celui de 2008 sera du pipi de chat. Regardez l’explosion actuelle du Dow Jones, qui bat records sur records alors que cela ne correspond qu’à une augmentation de la dette. Si Trump a été élu ce n’est certes pas parce que tout allait bien, c’est le contraire ! Simplement les chiffres du chômage et du PIB ne sont que des illusions d’optique, la croissance est virtuelle, la bourse ne progresse plus par la confiance des investisseurs mais parce que des programmes d’ordinateurs (qui n’ont jamais peur de rien) achètent et vendent 1000 fois par seconde en fonction de ce qui précède. La source de l’argent vient surtout des injections de milliers de milliards de dollars par la Banque centrale, absolument pas la création de richesses. Il n’y a donc pas non plus redistribution au niveau des citoyens, notamment de salariés, donc de consommation sans endettement. Il y a encore une production nationale mais elle demande dix fois moins d’employés car les robots les remplacent progressivement. Ce dernier problème concerne aussi l’Europe et le Japon mais dans ce pays il n’y a pas besoin de fournir d’emploi à la jeunesse : elle est "absente" - dans une moindre mesure ce chemin est en train d’être pris par l’Allemagne. (Au fait, la dette du Japon est à 200 % !)

    Ce n’est donc qu’une question de temps avant l’effondrement des monnaies internationales. (Ainsi toutes les dettes seront payées en monnaie de singe.)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès