• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

sls0

sls0

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2909 0
1 mois 0 79 0
5 jours 0 13 0


Derniers commentaires




  • vote
    sls0 sls0 17 août 21:52

    @Hijack ...
    Les missiles intermédiaires c’est moins un problème russo américain qu’américo chinois.
    Les chinois non liés par cet accord développaient de l’intermédiaire. C’est plus un problème asiatique. Les américains veulent avoir les mains libres pour implanter des missiles chez leurs alliés comme ils l’avaient fait en Europe à une certaine époque. Ça fait tourner le conplexe militaro industriel. S’ils veulent rester dans les 600-700 milliards de dollars il faut toujours en inventer. En 2000 avec le manque d’imagination ils étaient descendu à 420 milliards.



  • vote
    sls0 sls0 17 août 16:17

    Ne jamais mettre une cheminée dans le champ de la caméra.

    La cheminée est souvent au milieu de la pièce.

    Minuscule la pièce, l’auditoire si c’est trois personnes c’est énorme. Il y avait mamy, sa copine et taty ?



  • vote
    sls0 sls0 17 août 15:58

    Je partage son avis sur Nasrallah, intelligent et intelligible le bonhomme.

    Même pour celui qui ne partage pas ses idées, il faut reconnaitre que c’est une pointure le mec, un sacré stratège.



  • vote
    sls0 sls0 17 août 03:28

    @mat-hac
    La Chine est a Gibraltar ? J’aime les restos chinois ça me va.
    La Chine à Gibraltar et ma tante qui ne m’a même pas prévenu.



  • 1 vote
    sls0 sls0 17 août 03:22

    Un missile balistique, comment fait on pour le choper ?

    Je vais prendre l’exemple d’un intercontinental qui vole en dessous de 11,2km/s, au dessus il se mettrait en orbite voir échapperait à l’attraction terrestre.

    Au départ, la luminosité mesurée par un satellite donne le type de la fusée et donne une aproximation de sa trajectoire. D’autres satellites suivent sa trace infrarouge qui ne dure pas longtemps, c’est un vol ballistique et non avec poussée continuelle des moteurs.

    Des radars prennent la relève et affinent les relevés.

    On envoit une fusée équipée d’un VK (vehicle killer) qui est équipé de fusées de correction de trajectoire et d’un système infrarouge pour le guidage.

    Se taper l’un dans l’autre à 7000km/h chacun ce qui fait 14000km/h chapeau quand même. Je ne connais pas le taux de réussite.

    On a compris, la dissuasion ce n’est pas le nombre de fusées qui partent mais celles qui arrivent.

    Tout ces calculs de trajectoires prennent du temps mais avec du balistique ça passe.

    Si le dernier étage peut changer de direction, le système antimissile l’a dans l’os.

    Le dernier étage d’Ariane peut aussi faire des corrections mais pas jouer au yoyo.

    C’est là qu’intervient l’équation de Tsiolkovski, pour résumer c’est l’impulsion spécifique, pendant combien de secondes un kg de propergol pousse un kg de masse.

    Le chimique c’est 150 à 250s, le nucléaire c’est 800-900s.

    Là le yoyo devient possible et il faut peu d’énergie dans le vide pour prolonger le voyage.

    La charge nucléaire tactique doit faire 11/2 tonne au max, en nuc de propulsion une tonne c’est presque excessif.

    C’est le dernier étage qui est concerné, au départ on ne sait pas détruire une fusée par manque de temps et l’atmosphère il y a mieux pour faire des mesures, le départ se fait en chimique.

    Ce qui a explosé c’est peut être du combustible non activé, pas de problèmes radioactifs. S’il est activé et qu’il explose, du coup il perd sa masse critique car il est éparpillé. Localement ça fait gros déguelasse mais à distance ça reste dans les normes.

    Tchernobyl c’est 100 tonnes de combustible qui ont continué à cramer pendant des mois car il y avait la masse critique.

    je ne connais pas l’endroit, vu de google map c’est de l’alluvion, ça doit tourner à 0,1-0,2 microsievert en ambiance, si c’est multiplié par 5-10 ils arrivent au niveau de la Bretagne ou la Corse qui sont granitiques.

    On parle de dose normale, entre la dose normale où il y a des alluvions et la dose normale de certaines plages brésiliennes il y a une sacrée différence. 131 microsieverts/h à Guarapari.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès