• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Thierry Saladin

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 16 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Thierry Saladin 1er juin 2022 14:46

    Bonjour,

    Je ne m’intéresse plus ou football depuis des lustres.

    Au-delà de ce qu’il y a pu avoir samedi soir comme manquements de la part des autorités françaises et autres, je m’aperçois que personne ne s’insurge sur le fait qu’il y a eu une conférence de presse de la ministre des sports avec Darmanin à ses côtés, et que personne ne s’offusque qu’un journaliste anglophone se soit exprimé en anglais (on était à Paris, quand même) et que la ministre lui réponde également en anglais. Et Darmanin ne moufte mot car ça n’a pas l’air de le déranger.

    Voici la vidéo en question. 

    Bien cordialement.

    Thierry Saladin



  • 1 vote
    Thierry Saladin 14 mars 2022 11:08

    @sls0

    Je ne connaissais pas le monsieur.
    Il s’appelle Jacques Cotta. Et même si moi aussi je le connais assez peu, il a un grand mérite à mes yeux : celui d’avoir animé la seule émission débat sur l’Union Européenne qui, à ma connaissance, ait eu lieu en France.

    C’était le 28 juin 2018 (à voir absolument+++)
    https://www.youtube.com/results?search_query=dans+la+gueule+du+loup+l%27Union+europ%C3%A9enne

    Cordialement.

    Thierry Saladin



  • vote
    Thierry Saladin 13 août 2020 21:38

    @Djam (suite)

    4) (...)Ne soyez pas si radical envers ceux qui font, à leur façon, le même travail d’information que vous ! (...)

    Mais il ne s’agit pas du tout du même travail.
    Il y a même un monde entre des gens comme lui, que par convenance je qualifierai de chercheurs (dans leur laboratoire : in vitro), et des responsables d’associations de défense de la langue française, comme nous sur le terrain (donc in vivo).

    En conclusion.

    Je n’ai absolument rien contre ce monsieur, mais visiblement il ne voit pas les choses comme nous. Ce qui est parfaitement son droit. En outre, il surfe sur la vague de l’anglais incontournable, pour ne pas dire salvateur, ce qui est autrement plus facile que ce que font nos modestes associations, dont personne ne se soucie, et qui tiennent un langage bien différent.

     

    Apprenez en effet que le 20 mars 2018, quatre associations tenaient une conférence de presse à Paris. (cela aurait presque pu avoir lieu le même jour que lors de son passage sur France 24)

    Et devant qui, SVP ?  Mais zéro journaliste, voyons !

    https://www.francophonie-avenir.com/fr/Point-d-infos/278-Le-20-mars-nos-associations-tenaient-conference

    Si vous avez la curiosité de lire cette page et d’écouter la vidéo qui y figure — ce qui vous honorera — vous verrez que nous ne faisons pas du tout le même travail que ce monsieur. C’est ainsi.

    Et ne voyez aucune pleurnicherie ici.
    Simplement une expérience pluridécennale qui nous autorise, même dans un silence médiatique absolu, à soutenir une thèse (= la vraie vie, finalement) bien différente de celle qui nous est vendue aujourd’hui, entre autres par M. Anthony Lacoudre. Oui, entre autres, parce qu’il est loin d’être le seul.

    Et grand bien lui fasse.

    Bien à vous.

    Thierry Saladin

    P.S. : pour le cas où vous le souhaiteriez, voici comment contacter notre association :<[email protected]>


  • vote
    Thierry Saladin 13 août 2020 21:34

    Bonsoir Djam,

    Vous me répondez : (…)A l’évidence vous n’avez pas lu l’ouvrage de Lacoudre sinon, en principe, vous n’auriez pas écrit exactement cette petite pique à son encontre.

    Examinons ensemble les faits :
    1) Minutage 0’45’’ : « Personne n’a écrit des deux côtés de La Manche ou des deux côtés de l’Atlantique une étude, un livre, une recherche sur le thème… [ndr : à propos du fait que l’anglais a une forte proportion de son lexique d’origine française].

    Une once de modestie chez lui, pour ne pas dire d’honnêteté intellectuelle, l’eût préservé de mon ironie.

    Car quelques auteurs ont traité de ce sujet bien avant lui : citons au hasard, André Cherpillod, Georges Kersaudy, Claude Piron…

    Ainsi que Claude Hagège et Henriette Walter que vous citez, vous-même.

     

    2) Ensuite, au minutage 2’05’’-2’10’’ : « Guillaume parle français, comme vous et moi. Il serait assis à côté de nous, on pourrait converser avec lui. »

    Ben voyons !

    En pareil cas, l’aide d’un médiéviste interprète ne serait sans doute pas superflue… Ne serait-ce que pour faciliter la compréhension.


    3) Vous précisez :
    (...)Cet auteur n’a pas la prétention d’être l’exclusif défenseur de la langue française, il ne nie pas non plus le linguicide que vous évoquez.(...)


    Vous ne croyez pas si bien dire...

    Minutage 8’10’’ : « On a en français pas plus de 500 mots anglais ».

    Bingo !

    8’37’’ : « Pensez-vous qu’il y a une menace ? » demande la journaliste. Réponse : « Non, pas du tout (…) mais sans influencer particulièrement le français ».

    Carton plein !

    Autrement dit j’assume ce que vous appelez la « petite pique ».

    De plus, j’ai pris la peine d’écouter la vidéo de sa conférence à Paris Dauphine, où, comme vous le savez, il est enseignant : pas un mot sur la situation actuelle du français. Déjà en France.

    Donc s’agissant du linguicide du français, eh bien je vous l’accorde : il ne le nie pas, puisqu’il n’en parle pas du tout.

    En est-il même conscient ? Je vous laisse le soin d’apprécier, et vous fais grâce de mon avis.

    (à suivre)



  • 2 votes
    Thierry Saladin 10 août 2020 19:35

    Bonsoir à tous,

    Je n’ai écouté que l’entretien accordé par Anthony Lacoudre à France 24. 

    À l’entendre, ce monsieur serait le premier à avoir découvert que l’anglais a un vocabulaire aux trois-quarts d’origine française...

    Passons.

     

    Ajoutons que l’intéressé est parfaitement inconnu de nous, les associations de défense de la langue française*.

    En effet, il ne figure pas parmi les signataires de notre communiqué commun du 14 juillet 2020, et pas davantage du Haut comité international de la Langue française et de la Francophonie (HCLFF) qui a été créé le 18 juin 2020. Hélas pour nous.

    * lesquelles se battent, dans l’anonymat absolu, depuis des décennies. Déjà pour faire respecter la loi Toubon (1994). Nous en sommes même réduits à mener des actions en justice, c’est dire !

     

    Quant à la nouvelle lettre que nous avons sous le coude pour l’adresser à Macron dès septembre, ce doit être également terra incognita pour lui.

     

    Il est à craindre que son intérêt pour la langue française soit, somme toute assez relatif, ou bien fort différent du nôtre. Laquelle langue française est en danger de mort, d’abord dans notre pays.

    Il ne sait pas non plus que nous tous parlons désormais de véritable linguicide du français en France.

    C’est probablement pour toutes ces raisons que beaucoup de sottises ou de banalités sont été dites lors de cet échange télévisé de 11’. Par lui d’abord, mais également par la journaliste. Notamment sur les faibles capacités des Français à apprendre les langues — l’extinction phonétique, ça lui parle au monsieur ?


    @Hervé Hum

    Bien d’accord avec vous quand vous écrivez : (...)A ce que je sache, parler au moins deux langues ne pose aucune difficulté pour personne, surtout si elles sont enseignées dès l’enfance. C’est en cela que l’espéranto fut conçu.

     

    Cordialement.

     

    Thierry Saladin

     

    Pour les curieux : https://www.francophonie-avenir.com/fr/accueil/bienvenue

    ou bien : http://www.avenir-langue-francaise.fr/

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité