• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Norman Bates

sur La connerie - Ses mécanismes psychologiques | Dans la tête d'un con


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Norman Bates Norman Bates 2 janvier 16:57

C’est calme au motel et dans ma tête alors je poursuis mon raisonnement....

Il ne serait pas con d’inventer un instrument qui puisse mesurer le taux de connerie...à l’image du QI...oh je sais, à l’instar de l’intelligence il existe des formes multiples de connerie, c’est un champ infini qui dépasse l’horizon...

Cet outil de mesure apporterait une évaluation sur l’échelle de Rantanplan...

De 0 à 3/10 l’individu jaugé n’est pas un con...avec toutefois une marge d’erreur, celle du spécimen doté d’une intelligence inversée qui lui permet de paraître moins con qu’il n’est réellement...

De 4 à 6 le taux de connerie est dans la moyenne du con normal, ou normatif si vous préférez...

A partir de 7 les choses se gâtent, nous sommes en présence d’une connerie qui atteint un stade toxique...pour le sujet, bien entendu, mais aussi son entourage...et toute la société...à ce niveau si l’individu demande une carte d’électeur il peut se gratter, il faut lui interdire...pareil pour le permis de procréer (pour lequel je milite depuis des années) puisqu’un con aussi gratiné ne peut engendrer que des cons encore plus gratinés au-dessus du seuil de connerie estampillé EN...et même si le monde est con il n’a pas besoin de s’enfoncer encore davantage dans la connerie...

9 et 10/10 nous sommes là sur les échelons ultimes où la connerie fait mal physiquement, le larsen en permanence dans les oreilles, l’alternance entre courants d’air et effets de blast dans la boîte crânienne...elle devient hanounesque et dépasse le stade de l’infirmité...là il faut carrément réfléchir à la création d’un permis de consommer de l’oxygène...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès