• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Vulpes vulpes

sur Sud Radio, 26 mars 2021 - Laurent Toubiana : "Il y a une surmortalité relativement faible en 2020, de 3,66 %"


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Vulpes vulpes Vulpes vulpes 27 mars 19:02

@sls0
 

sls0 27 mars 2021 

Dans son rapport il est écrit 9,88% de surmortalité.

En tout cas son étude sensée évacuer le soi-disant biais des certificats médicaux c’est un beau concentré de biais et d’interprétations douteuses.

 

 

 L’épidémie de Covid-19 a eu un impact relativement faible sur la mortalité en France. pp. 7-8


Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, 654 016 individus sont morts toutes causes confondues. Pendant la même période, 64 632 individus ont été comptabilisés comme morts attribués à la maladie Covid-19 (dont 44 852 hospitalisés). Un calcul sommaire estimerait que 9,88 % des morts seraient attribués à l’épidémie de Covid-19 parmi l’ensemble des décès recensés en France. Mais une telle estimation est entachée de biais de qualification. Comme nous l’avons expliqué plus haut, ce nombre est maximisé par la non prise en compte des comorbidités. En effet, les décès par Covid-19 ont frappé principalement des personnes fragiles souffrant d’autres maladies. La plupart d’entre elles seraient inéluctablement décédées en 2020, même en l’absence d’épidémie de Covid-19. On aurait alors attribué leur décès à une autre cause (diabète, maladie cardiovasculaire, insuffisance respiratoire, etc.).

 

La « valeur attendue » en France en 2020 par rapport aux 3 dernières années (2017-19) est de 629 490 [628 010 ; 630 970] décès, soit un nombre de 23 045 décès en excès par rapport à l’intervalle de confiance. Ainsi, le passage de l’épidémie de Covid-19 aura causé en 2020 une augmentation d’environ 3,66 % par rapport à l’attendu. Mais tout change selon l’âge. […] ce sont les classes d’âge supérieur à 75 ans qui ont connu la plus forte surmortalité. Mais le point de bascule est antérieur. Il se situe entre 65 et 70 ans. Nous pouvons donc partager la population entre deux ensembles de plus ou moins de 65 ans, selon que les individus ont connu ou non une surmortalité en 2020. La valeur attendue en 2020 de décès d’individus âgés de plus de 65 ans était de 536 279 [528 939 ; 543 618]. La valeur observée pour cette classe d’âge a été de 561 538 décès soit un excédent de 17 919 décès. En revanche, la valeur attendue en 2020 de décès d’individus âgés de 64 ans et moins était de 93 211 [91 612 ; 94 809]. La valeur observée était de 92 478 décès. Les moins de 65 ans n’ont donc connu aucune surmortalité en 2020. Ainsi, le passage de l’épidémie de Covid-19 aura causé en 2020 une augmentation de 3,34 % par rapport à l’attendu pour la classe d’âge supérieure à 65 ans mais absolument aucune augmentation pour la classe d’âge des moins de 65 ans qui représente plus de 80 % de la population. […] Dès lors, l’excès total passe à 7 214 décès en excès seulement soit 1,12 %. Les moins de 65 ans n’ont toujours aucune surmortalité et la classe d’âge supérieure à 65 ans, on observe seulement 6 912 décès en excès par rapport à l’attendu soit un excès de 1,26 % par rapport à l’attendu en 2020.

 

 

@sls0 Pourriez-vous donner des exemples précis de biais et d’interprétations douteuses, en indiquant la page également ?


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès