• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Jean Keim

sur Saint Suaire de Turin - Un bilan récent des recherches et des connaissances acquises sur cette relique de Jésus


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Keim Jean Keim 23 septembre 18:56

@Étirév

Bon ! on lit toujours la même rengaine, malgré les apports de l’histoire ; le linge de Turin n’est pas un suaire mais un linceul, et précision supplémentaire, il était assez grand pour couvrir le corps comme tout linceul donc notamment la tête.

Si le Sauveur avait réellement imprimé sa face et son corps sur le linge qui l’enveloppait, comment les évangélistes auraient-ils omis de mentionner un tel événement ? La réponse est simplissime, les évangélistes, en faite vous voulez dire les témoins, soyez précis, les évangélistes ne sont que des rapporteurs, ne possédaient pas de négatif photo du linceul.

Une analyse fine du linge a révélé qu’il n’était pas peint mais portait les traces d’une imprégnation ayant un gradient différent dans la faible épaisseur du tissu, un peu à l’instar d’une photographie, comme si le phénomène venait de l’intérieur, donc du corps du supplicié pour se diriger vers l’extérieur en passant à travers la pièce de lin.

Il existe bien également un suaire à Oviedo en Espagne, et une tunique en laine à Argenteuil, les 3 reliques sont censées avoir été au contact du crucifié, elles sont imprégnées de sang du groupe AB+ extrêmement rare, surtout chez les juifs.

Etc...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès