• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > La « Terreur » n’a jamais existé !

La « Terreur » n’a jamais existé !

La « Terreur » en tant que telle n'a jamais existé. Voilà une assertion qui ferait enrager n’importe quel progressiste digne de ce nom porté par l’idée de liberté comme la feuille morte par le vent, et qui fait de la « Terreur » la matrice des totalitarismes communistes et Nazis. Ne parlons même pas de ces sympathisants et militants réactionnaires contre-révolutionnaires qui hyperventilent déjà anxieusement rien qu’à l’évocation de la contestation d’un « génocide » pendant la guerre de Vendée et qui, s’ils ne décèdent pas d’un arrêt cardio-respiratoire, voueront aux gémonies, l’immonde négationniste aux yeux injectés de sang tenant un tel propos. C’est pourtant la thèse défendue par Jean-Clément Martin auteur de plusieurs livres sur la période dont « Les Echos de la Terreur. Vérités d'un mensonge d'Etat ».

Pour ceux qui n’auront pas l’audace de se plonger dans cette vidéo nauséabonde, voici un petit résumé des propos abjects tenus par Jean-Clément Martin :

Commençons par dire qu’il n’est pas question pour ce spécialiste reconnu des guerres de Vendée de nier l’ampleur des violences. Voilà rassuré le premier bienpensant venu. Mais il n’est pas question non plus de s’abandonner au grand récit de la Terreur, cette « machine à fantasmes » lancée après la chute de Robespierre. Puisant dans des traditions historiographiques variées, Jean-Clément Martin montre que les violences de la Révolution dans sa phase la plus intense doivent moins à un quelconque « système de la Terreur » qu’à une conjonction de facteurs hétérogènes. La Révolution française ne peut se comprendre que si l’on admet que ce sont les luttes de clans, de factions et de groupes politiques qui dominent. Ce ne sont pas les idées qui gouvernent à ce moment-là, mais les alliances, les tactiques, les compromissions. Jean-Clément Martin refuse les théorisations hâtives au profit d’une analyse factuelle serrée des discours et des pratiques effectives durant la Révolution française. L’auteur se montre très attentif à l’hétérogénéité des pratiques selon la géographie des actes et des paroles mais aussi à la discordance entre ces derniers.

Il en conclut que la Terreur ne fut jamais « mise à l’ordre du jour » par la Convention et ne s’est jamais incarnée dans un système juridique cohérent. Si elle fut citée, évoquée, critiquée, demandée et toutes sortes d’autres choses, elle ne fut jamais appliquée comme système de gouvernement. Jean-Clément Martin montre bien les très fortes réticences des Conventionnels quant à la Terreur. La faction montagnarde s’avérait souvent temporisatrice par rapport aux exigences populaires beaucoup plus virulentes. Le cœur du dossier est évidemment la loi de Prairial dite « loi de la Grande Terreur », votée en juin 1794. Entre son vote et le 9 Thermidor, elle fut la cause de la moitié des exécutions ayant eu lieu à Paris depuis le début de la Révolution : sans doute 1 500 mises à mort entre le 14 juin et le 17 juillet. Comme les exécutions étaient publiques et eurent lieu à Paris, elle donna une visibilité inconnue jusqu’alors aux pratiques répressives. Toutefois l’auteur fait remarquer que loi était pensée comme régulatrice des excès : toutes les exécutions ayant lieu à Paris, les comportements abusifs en Province, hors de tout cadre légal étaient amenés à disparaître. Ainsi le décret du 13 mars 1793 qui permettait l’exécution immédiate de l’accusé dans le cadre d’une justice militaire était remplacé. Par ailleurs, les Comités de salut public et de sûreté générale devaient contrôler qui était déféré devant le Tribunal pour exclure les accusations extravagantes, les dénonciations intéressées, etc.

La « Terreur » avec un « T » majuscule fut une notion construite de manière intéressée après la liquidation du groupe « robespierriste ». Ce mythe permet à une bonne partie de la classe politique de l’époque de s’exonérer de ses propres responsabilités dans les massacres et crimes qu’elle a réellement commis. En effet, il a été facile et tentant de faire endosser toutes les pratiques terroristes à Robespierre peint comme un monstre assoiffé de sang, en blanchissant ainsi des ralliés à Thermidor beaucoup plus impliqués dans les exécutions. En l’accusant de tous les maux, la « Terreur » permet de dire qu’un petit courant a entraîné la révolution là où elle ne devait pas aller, dans des excès qui sont regrettables, parce qu’ainsi on jette un voile pudique sur les responsabilités de tous. Mais dans les faits, les pratiques « terroristes », que Jean-Clément Martin ne nie pas, continuèrent à être employées par les Thermidoriens eux-mêmes, non seulement contre les Montagnards mis au pas en avril 1795, mais aussi contre les Royalistes pour réprimer l’insurrection du 13 vendémiaire, quelques mois plus tard.

Cette vulgate diabolisatrice va être amplement reprise dans les discours, les pamphlets, la littérature, l’iconographie, et se diffuser rapidement jusqu’à nos jours.

Sources :

 

 Les voix de l'histoire

« Les facteurs de la Terreur », par Antony Burlaud 

« Démythifier la Terreur  » par Baptiste Eychart

« Robespierre, le grand mensonge » par Marie-Line Vitu

 

Tags : Histoire




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Jean Keim Jean Keim 21 décembre 2018 09:40

    Cherchez l’erreur, cherchez la terreur.

    À l’époque où la guillotine tournait à plein régime, des dizaines de charrettes remplies de plus d’une quinzaine de condamnés à mort, attendaient leur tour, la place du supplice avait été aménagée avec une sorte de tout-à-l’égout chargé d’évacuer le sang, tant l’odeur devenait intolérable, et toutes ces horreurs se pratiquaient au nom du droit de l’homme et du citoyen.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 21 décembre 2018 09:57

      @Jean Keim

      Personne ne nie que des gens se soient fait guillotiner. D’où l’importance de prendre connaissance de la thèse de Jean Cément Martin (au mieux c’est de le faire dans la vidéo mais bon elle fait 1 heure et je suis conscient que tout le monde ne pourra pas , au pire il y’a le texte ) avant de la contester.


    • 1 vote
      Et Hop ! 21 décembre 2018 23:46

      @maQiavel

      La loi des suspects qui permet d’arrêter et de condamner à mort toute personne suspectée de ne pas être favorable à la Révolution, c’est pas de la Terreurrrrr ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_des_suspects

      Le Tribunal révolutionnaire de Fouquier-Tinville avec ses actes d’accusation-condamnation préimprimés, avec ses succursales dans chaque département, qui condamnait à mort pour le crime de "modérantisme", c’était pas la Terreur ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tribunal_révolutionnaire

      Le programme de répression-extermination en Vendée, avec les colonnes infernales de Turreau, c’était pas pour provoquer la Terreur, terroriser.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Colonnes_infernales

      Les massacres de Septembre, le siège de Lyon, les représentants en mission, les guillotines qui circulait sur les routes d’une commune à l’autre, avec leur tribunal sommaire, c’était pas pour terroriser le peuple qui était très majoritairement hostile à la prise violente de pouvoir par la Bourgeoisie....

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacres_de_Septembre

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Siège_de_Lyon


    • vote
      maQiavel maQiavel 22 décembre 2018 08:11

      @Et Hop !

      Encore une fois (et apparemment c’est le plus difficile à faire passer), sa thèse ne consiste pas à nier qu’il y’a eu des massacres et de nombreuses mises à mort. Ça il faut réussir à l’entendre. Parce que ce n’est qu’en tenant compte de ce fait que la discussion peut commencer sur des bases sérieuses. Ce qu’il dit, c’est que la terreur n’a jamais été appliqué comme un système juridique cohérent et comme système de gouvernement. Tout est dans cette nuance.

      Pour ne pas alourdir mon commentaire, je ne vais pas répondre à chacun de tes exemples, je vais en choisir deux :

      -Tu demandes si la loi du suspect n’était pas de la terreur. Eh bien non. C’était au contraire une loi qui consistait à réguler les excès qui permettaient à certains d’éliminer des ennemis en prétextant des actes contre révolutionnaires  en s’appuyant sur des accusations extravagantes et des dénonciations intéressées. Cette loi consistait à éradiquer ces pratiques arbitraires pour mettre en place des procédures formelles de mises en accusations.

      -Tu parles du tribunal révolutionnaire. Mais c’était précisément à cause de ses abus qu’a été voté la loi de Prairial : il fallait éradiquer les comportements abusifs en Province, hors de tout cadre légal et la seule manière d’arriver à ce résultat était de centraliser les exécutions à Paris pour pouvoir les contrôler. Il s’agit encore d’une action temporisatrice du pouvoir central.

      Idem pour les deux autres exemples sur lesquels je ne reviens pas en détail (pour la Vendée il y’a un lien dans l’article et tout y est dit) : non , ce n’était pas le fait d’une politique de terreur planifiée et exécutée par le pouvoir central. Ce qui n’enlève rien au fait que des massacres ont bien eu lieu.

      Je précise que je ne suis pas entrain de débattre du bienfondé ou non de la révolution, du bien ou du mal, de la justice ou de l’injustice, on pourrait en discuter pendant des décennies mais ce n’est pas le sujet. Restons factuel : a-t-il existé une politique et un système juridique cohérent de Terreur qui a débuté fin mai 1793 et qui a pris fin à la mort des robespierristes ? Jean Cément Martin répond par la négative. 


    • vote
      Jean Keim Jean Keim 22 décembre 2018 18:45

      @maQiavel

      Alors le titre de l’article n’est pas judicieux.


    • vote
      maQiavel maQiavel 22 décembre 2018 19:40

      @Jean Keim
      Il l’est … pour ceux qui ont su dépasser leur réflexe pavlovien et sont parvenu au choix à la cinquième minute de la vidéo ou au troisième paragraphe de l’article. 


    • 1 vote
      Belenos Belenos 23 décembre 2018 19:54

      @maQiavel

      "Personne ne nie que des gens se soient fait guillotiner."

      En cherchant bien sur Internet, je suis sûr qu’on pourrait en trouver.  smiley


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 24 décembre 2018 09:02

      @Belenos
      N’empêche que c’est vrai , l’existence des platistes ouvre de nombreuses perspectives … 


    • 1 vote
      Belenos Belenos 24 décembre 2018 09:21

      @maQiavel
      En effet, par exemple, comment peut fonctionner une guillotine en l’absence de gravitation newtonienne ? 


    • 1 vote
      Belenos Belenos 24 décembre 2018 09:32

      @maQiavel

      De fait, en retirant juste 2 lettres à votre titre, l’article devient : La « Terre » n’a jamais existé ! Hummm, qu’est-ce que cache cette improbable coïncidence ?


    • 4 votes
      Hieronymus Hieronymus 21 décembre 2018 10:18

      maQ

      vu ton avatar, t’es juge et partie ds cet article

      tu tiens tant que ça à défendre le plus grand coupeur de têtes de l’histoire de France ?

      ces têtes poudrées et perruquées, ornées d’un beau jabot blanc, et qui n’allaient pas tarder à tomber ds une marre de sang, ça m’a tjrs foutu le spleen depuis mon enfance

      j’ai mal à la Révolution, que je n’aime pas, que j’ai tjrs détestée en vérité

      désolé d’être si platement émotif et sentimental smiley


      • 2 votes
        maQiavel maQiavel 21 décembre 2018 10:38

        @Hieronymus

        désolé d’être si platement émotif et sentimental 

        ------> Tout est dit. Mais je respecte cette lucidité sur toi même. Je ne peux juste pas argumenter contre l’émotion et les sentiments.


      • vote
        pegase pegase 21 décembre 2018 11:42

        @Hieronymus

        Mirabeau était financé par Étienne Clavière, un agent à la solde des anglais, voilà la raison subliminale de votre rejet de la révolution ...
        -
        La première révolution colorée de l’histoire ...


      • 2 votes
        Mahler 21 décembre 2018 12:45

        @Hieronymus
        Sauf que Robespierre n’est pas le plus grand coupeur de l’histoire de France. Les plus gros crimes de la Terreur ne sont pas de sont fait. Les noyades de Nantes ce n’est pas de son fait, et il a été scandalisé par cela. C’est triste que sur ce site on est finalement une vision de la période de la terreur digne des cours de 4ème. Je me rappellerais toujours de mes cours de cette époque : la glorieuse révolution de 1789 les beaux principes c’est super cool puis après le prof qui nous présente le monstre robespierre et le gentil Danton.

        Ce qui est dommage c’est que vous jugez cela sentimentalement, quelque chose du 18ème siècle avec une morale du 21ème siècle. Pour le coup c’est comme le gauche qui étudie l"histoire de la colonisation avec sentimentalisme, et une morale de bonne sœur.


      • 3 votes
        Hieronymus Hieronymus 21 décembre 2018 12:51

        @maQiavel
        non tu ne respectes pas car tu es laconique et condescendant
        une condescendance qui t’est propre et t’autorise à éluder toutes les interrogations que je soulève dans ton rapport, dans la fascination en vérité que tu éprouves pour Maximilien
        tu ne retiens que ce qui t’arrange, pratique
        et on va en rester là car je n’ai pas envie de me prendre plus longtemps la tête avec toi


      • 4 votes
        Hieronymus Hieronymus 21 décembre 2018 12:55

        @pegase
        sans doute il y a qq chose de cela, comme une force maligne souterraine allant ds un sens profondément anti-français, oui l’argent Anglais bien sûr, mais sans doute aussi d’autres choses fort sombres
        lors de la Révolution la France s’est trouvée gravement abimée ds son essence, les conséquences de ce cataclysme historique me semblent en gros 80% négatives/ 20% positives, guère plus


      • 3 votes
        Hieronymus Hieronymus 21 décembre 2018 12:57

        @Mahler
        Svp n’allez pas me prendre pour un simple d’esprit, je connais l’historicité des évènements et les détails de la "révolution" certainement aussi bien que vous


      • 2 votes
        guepe guepe 21 décembre 2018 13:02

        @maQiavel

        Attention, ne répondez pas à ces messages sinon il va encore dire que vous l’oppressez et que vous avez une dent contre lui.


      • 1 vote
        maQiavel maQiavel 21 décembre 2018 13:17

        @guepe
        Je sais , je n’allais pas répondre , j’ai même hésité à répondre la première fois , j’aurais du suivre mon intuition … 


      • 2 votes
        herve_hum 21 décembre 2018 13:27

        @Hieronymus

        tu ne retiens que ce qui t’arrange, pratique

        commencez donc par appliquer à vous même ce que vous prêtez aux autres, car pour le coup, maQiavel se réfère aux faits et non à la propagande apprise à l’école, celle justement qui semble vous arranger.

        et on va en rester là car je n’ai pas envie de me prendre plus longtemps la tête avec toi

        votre phrase me fait penser à celui qui dit "retenez moi, ou je fais un malheur, mais surtout, ne me lâchez pas".


      • 1 vote
        Mahler 21 décembre 2018 12:52

        MaQuiavel, Poster ce genre d’articles sur ce site c’est vous assurer les foudres d’une bonne partie des lecteurs de ce site, qui sont abreuvés de soral et toute une idéologie historique d’ultra droite réactionnaire moralisante doublé d’un complotisme aiguë (révolution franc maçonne, illuminatis, complot anglais etc. D’ailleurs ils préféreront prendre au sérieux des vidéos youtube de Sigault, plutôt que lire les livres de Jean Clement Martin.


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 21 décembre 2018 13:15

          @Mahler

           Oui d’ailleurs mouche du coche (ou quel que soit son nouveau pseudo) ne va pas tarder à débarquer pour expliquer une énième fois à quel point je suis aux ordres du gouvernement. smiley

          Bon, il faut dire que généralement, je m’abstiens de poster certains articles par autocensure, je sais pertinemment qu’au regard des colorations idéologiques du site ils seraient mal reçus, mon rythme de publication a d’ailleurs fort baissé et pourtant ce ne sont pas les sujets intéressants à aborder qui manquent.

          Mais là je suis allé au-delà de mon autocensure, après tout , ago n’appartient pas qu’aux intervenants habituels , il y’a gens qui fréquent le site et qui n’interviennent jamais qui pourraient apprécier. smiley


        • 1 vote
          Et Hop ! 21 décembre 2018 23:56

          @Mahler

          Karl Marx a bien montré que la Révolution française était la prise de pouvoir violente par la Bourgeoisie d’affaire et de finance, sur le modèle de ce qui avait été fait en Angleterre sous Cromwell.

          Il a aussi déploré que le régime manufacturier et le capitalislme sauvage se soit installé en France grâce à la Révolution, et qu’il soit beaucoup plus dur pour le peuple qui se retrouvait beaucoup plus pauvre et maltraité que sous la royauté (les petites filles pied nu en haillon qui poussaient les waggonets dans les mines).

          La Révolution a libéré l’usure et aboli tout le droit social, fermé toutes les écoles, tous les collèges, et tous les hospices pour les vendre comme biens nationaux.

          Marx n’est pas un auteur de droite.


        • 1 vote
          herve_hum 21 décembre 2018 13:50

          Il y a une citation de Simone Weil qui s’applique parfaitement à Robespierre. Celle disant "croire en l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole".

          Malheureusement, croire en n’importe quelle autre version officieuse, ne garanti pas quelle ne soit pas le fait d’autres manipulateurs.

          Mais les faits montrent clairement que Robespierre était tout le contraire de ce que l’histoire officielle en à fait. La terreur qu’il exerça, fut surtout contre la bourgeoisie de l’époque, pour avoir voulu défendre un minimum de droits des pauvres, notamment sur les produits de 1ères nécessités, que ceux qui lui coupèrent la tête s’empressèrent de supprimer.

          C’est comme la sécurité sociale et les droits acquis après la 2ème guerre mondiale, faites un sondage auprès de vos proches, vous verrez que la majorité vous diront que c’est grâce à De Gaulle..La méthode est simple, mais très efficace, c’est celle de la récupération !


          • 2 votes
            Qamarad Qamarad 21 décembre 2018 14:42

            Merci pour le partage de la vidéo très intéressante. Ce qu’elle nous rappelle de plus évident, c’est que la séquence 1789-1794 est sans doute l’une des plus denses de l’histoire de France. Il faut avoir beaucoup de modestie devant cette matière.

            Le second enseignement plus politique que j’en tire, c’est que Robespierre a sans doute été trop mièvre dans ce bain de complots permanents, mais que l’excès inverse aurait été délétère. Quand les riches et les opportunistes manoeuvrent constamment, arrivera un moment où épuisé psychologiquement, vous ne serez plus en mesure de réagir et que tout ce aurez fait de bien sera récupéré par vos ennemis. Robespierre a trop lâché de lest avec certaines personnes, mais une répression trop brutale des éléments bourgeois aurait pu écourter de la même manière sa propre vie. Le Vénézuela est quelque peu dans la même situation : quelques saboteurs dans le pays profitant des lacunes du pouvoir et du contexte économique réussiront peut-être à retourner la situation au profit de l’oligarchie. La révolution, c’est malheureusement des lendemains qui déchantent trop souvent smiley


            • vote
              maQiavel maQiavel 22 décembre 2018 08:34

              @Qamarad
              En effet , c’était une situation ingérable. Ils étaient tous pris dans une dynamique qui les dépassait. 

              Amitiés Qamarad Lénine. smiley


            • 2 votes
              Et Hop ! 22 décembre 2018 15:05

              @Qamarad : " Robespierre a trop lâché de lest avec certaines personnes, mais une répression trop brutale des éléments bourgeois aurait pu écourter de la même manière sa propre vie. "

              Il n’y avait que des éléments bourgeois dans les acteurs de la Révolution (et quelques nobles du parti libéral du duc d’Orléans dont le projet était la monarchie bourgeoise anglaise).

              Robespierre avait lui même le profil typique, issu d’une famille de la bourgoisie exerçant des charges royales de justice et de finance, qui constituait 95 % des cadres de la Révolution.

              Aucun député du Tiers État n’était un paysan ou un artisan, ni même issu d’une famille de paysan ou d’artisan.

              La Révolution n’a pas pris une seule mesure favorable au peuple, bien au contraire, elle a commencé en supprimant tout le droit social pour les artisans et les ouvriers, et ensuite vendu à des bourgeois spéculateurs tous les immeubles affectés aux services public (écoles, collèges, hôpitaux, orphelinats,..) ou à son financement (patrimoine immobilier mis en location ou en censives pour financer des oeuvres). Les paysans qui payaient à un seigneur ou à une congrégation un cens annuel très faible parce que jamais réévalué depuis le Moyen-Âge, se sont retrouvés fermiers d’un propriétaire bourgeois libre d’en fixer le prix.

              Si la Révolution avait été populaire, les bien nationaux auraient été donnés en pleine propriété à chacun des fermiers et des locataires, et pas vendus en gros à des bourgeois détenteurs d’assignats.

               


            • vote
              medialter medialter 21 décembre 2018 20:04

              PTDR MaQouille qui fait sauter les post smiley Aie aie aie, quelle déchéance


              • vote
                nephis nephis 21 décembre 2018 20:55

                @medialter

                Un de mes posts (castanedien en plus^^) a sauté effectivement ; cependant je ne pensais pas que cela était l’œuvre de MaQ. Bref, qu’importe, j’ai l’habitude de la censure !
                Putain, si demain, un « drame » se produisait (certains l’ont prévu avec 1 mois d’avance), vous pourrez parachever votre fameuse compilation.
                Les mecs comme maQ, qui sont loins d’être stupide pourtant, ne comprennent pas qu’à notre époque il est vain de vouloir aménager/récurrer les chiottes : la seule chose de censée à faire consiste à tirer la chasse !


              • vote
                medialter medialter 21 décembre 2018 23:19

                @nephis
                Oui j’avais lu ce post, auquel j’avais répondu qu’il ne concernait pas Gilbert smiley Il n’était pas HS, puisqu’il parlait des révolutions comme décadences, ni injurieux envers quiconque. Vraiment très étrange, même si comme toi je m’en cogne. Je suis loin d’être sûr que MaQouille c’est quand même son fil soit étranger à sa suppression, je le trouve bien plus susceptible que d’habitude, sûrement en ébullition à cause du RIC smiley
                *
                "Les mecs comme maQ, qui sont loins d’être stupide pourtant, ne comprennent pas qu’à notre époque il est vain de vouloir aménager/récurrer les chiottes"
                *
                Ha mais non, notre MaQouille est un relativiste. Partant d’un chiotte devant être nettoyé toutes les 300 utilisations, il se contentera d’un chiotte devant être nettoyé toutes les 295 utilisations


              • vote
                maQiavel maQiavel 22 décembre 2018 08:06

                @medialter

                Arrête de délirer merdaterre, je n’ai rien fait sauter du tout, je n’ai même pas vu vos posts. Je ne signale même pas les coms qui m’insultent copieusement alors je ne vois pourquoi je ferais sauter des posts qui, selon tes propres dire, n’étaient injurieux envers personne ? Ce n’est pas mon style …


              • vote
                nephis nephis 22 décembre 2018 09:18

                @medialter

                Ha mais non, notre MaQouille est un relativiste. Partant d’un chiotte devant être nettoyé toutes les 300 utilisations, il se contentera d’un chiotte devant être nettoyé toutes les 295 utilisations

                Le relativisme de maQ se traduirait donc pas une obsolescence anticipée du chiotte en quelque sorte. smiley


              • vote
                nephis nephis 22 décembre 2018 09:23

                @maQiavel

                Bonjour maQ,

                J’aurai tendance à vous croire : cette manière d’agir ne correspond clairement pas à votre style. Viel Glück avec le RIC que je soutiens si cela peut nous permettre de rafler quelques étoiles jaunes. smiley


              • vote
                nephis nephis 21 décembre 2018 21:09

                La « Terreur » n’a jamais existé. À quand un article intitulé : La « $… » n’a jamais existé ? smiley


                • vote
                  PumTchak PumTchak 21 décembre 2018 22:09

                  La question n’est pas de savoir si la terreur a existé, ou pas, mais pourquoi elle s’exerce. La terreur est liée à tout processus idéologique. Passer d’une société de castes à une société d’égaux en condition et dignité, n’est pas simplement un processus de décision, mais surtout de transformation, qui fait toujours mal à certains qui n’y ont pas intérêt.

                  Il y a eu de la terreur dans la Chine de Mao et dans la Russie des bolchéviques. Après, c’est une autre histoire que de savoir si le communisme mène au paradis ou à l’enfer sur le terre.

                  Il suffit de voir les GJ : Jacline Mouraud est menacée de mort : on lui impose la terreur. Elle est comme Cauchy, réformiste, elle espère pouvoir avec le système améliorer le sort des individus. La vague révolutionnaire (on "transformationniste", peu importe) des GJ, sait que la solution ne viendra pas avec le système politique et médiatique actuel : ce sont des changements bien plus profonds qui sont nécessaires pour espérer améliorer le sort des individus. Les transformationnistes imposent donc la terreur à J Mouraud, une façon de la retenir, et en dépit de la sincérité de sa démarche, en attendant que les GJ prennent la main, ou le poids sur le système et le faire plier. Comme disait Ludosky : "il faut monter le volume", en vue d’un changement des rapports de forces.

                  Et Macron, lui-même, ne cèdera pas à la supériorité des arguments des GJ, mais uniquement à la terreur imposée par le mouvement sur sa situation et son ambition personnels.

                  C’est la même chose que la violence : elle est utilisée par la gouvernement pour salir les aspirations des GJ, qui continuent, malgré 9 morts parce qu’ils savent que le violence est inévitable. L’opinion publique l’a bien compris, puisqu’elle continue à soutenir et qu’elle sait qu’une manifestation pacifique et totalement inutile.

                  Enfin, il y a une autre façon d’appréhender la terreur : celle insurrectionnelle comme réponse à celle légale. La noblesse imposait la terreur par le droit et la force. Le clergé l’imposait aussi sur la pensée.

                  La terreur par la pensée est à l’oeuvre ces jours ci contre Chouard et son RIC. Le clergé médiatique cherche à criminaliser Chouard aux yeux de l’opinion publique, en l’associant aux diables de l’extrême droite et du complotisme.


                  • vote
                    maQiavel maQiavel 22 décembre 2018 08:13

                    @PumTchak

                    Il faudrait définir la terreur. S’il s’agit que , pour un pouvoir central , d’instiller à des populations la crainte de la répression si elle se soulève, alors la terreur existe au moins depuis la révolution néolithique et l’émergence des premières civilisations. Dans cette acception , on pourrait même dire que la terreur est même consubstantielle à la civilisation : un pouvoir que les populations n’auraient aucune crainte à désobéir ne serait pas en mesure de maintenir l’ordre public inhérent à la bonne marche d’un Etat, il y’aurait tout le temps des insurrections …

                    Je ne dis pas que c’est bien ou mal mais que c’est la norme.


                  • vote
                    PumTchak PumTchak 22 décembre 2018 11:27

                    @maQiavel

                    mais que c’est la norme. C’est un fait, pas une norme. Punir un enfant parce qu’il a fait une bêtise dont il ne comprend pas la gravité est un recours, faute d’autre moyen. Une nécessité de situation ne fait pas la norme "il faut punir les enfants".
                    De même, un système de terreur n’a pas vocation à maintenir durablement une société, même si cela existe (Corée du Nord, Arabie Saoudite...), mais il advient (peut advenir), durant sa transition, ce qui est arrivé avec Robespierre, comme l’explique Qamarad à 14:02. Après, l’histoire n’est pas faite pour rejuger s’il a eu raison ou tort, mais comprendre comment cela s’est passé.

                    Sinon, le reste de votre commentaire aurait été plus pertinent en entame de votre texte, plutôt que votre titre qui nie l’évidence et votre ouverture qui convoque des contradicteurs imaginaires pour compliquer l’accès au sujet.


                  • vote
                    maQiavel maQiavel 22 décembre 2018 11:52

                    @PumTchak

                    Si la terreur est le fait, pour un pouvoir, d’instiller à des populations la crainte de la répression si elle se soulève, c’est un état habituel, régulier et conforme à la majorité des cas. En d’autres termes, c’est une norme. Je ne comprends pas la logique qui consiste à opposer le fait à la norme puisqu’un fait peut-être une norme.

                    Mais là, nous parlons de la terreur avec un petit « t ». Dans l’article, il est question de la Terreur avec un grand « T » et qui se réfère à une pratique de gouvernement bien caractéristique pendant une période spécifique de la révolution française. Et bien , justement , la thèse de Jean Cément Martin est que cette Terreur n’a jamais existé. Nier l’évidence, ce serait nier les massacres qui ont été commis , ce que personne n’a fait.

                    Bizarrement, les contradicteurs imaginaires convoqués dans le texte se sont rapidement manifestés, allez y comprendre quelque chose. Soit j’ai le pouvoir de matérialiser des illusions , soit ils existaient vraiment … smiley


                  • vote
                    PumTchak PumTchak 23 décembre 2018 00:42

                    @maQiavel

                     

                    c’est un état habituel, régulier et conforme à la majorité des cas.

                    En France, il existe un système répressif (on est en pleine illustration) et de censure sur internet et les réseaux, ainsi que d’intimidation de la pensée, dévolue aux médias. A discuter, mais j’admets qu’on puisse parler de tyrannie ou dictature, au lieu de démocratie pour la France. Cependant, on peut hurler "Macron, démission". Promenez-vous à Pyongyang avec une pancarte "Kim Jong-Un, démission" ou à Riyad avec "MBS démission", vous savez d’avance que vous ne voulez plus vivre. Il y a un peu plus qu’une différence de degrés, mais bien de nature.

                    La terreur (petit ou grand t, comme vous voulez), ce sont les actions commises par le Comité de Salut Public. Ce sont les décrets autorisant les tueries et destructions en Vendée et les lois autorisant y compris des vendéens qui ont fuit leurs maisons et se sont réfugiés dans des villages de Bretagne et Normandie. C’est la création du tribunal d’exception et les décrets autorisant les arrestations arbitraires et exécutions sommaires, couvrant les massacres, comme celui de septembre. On sait bien que la situation interne avec les rébellions et externes avec les guerres était agitée, mais il reste que le régime s’est maintenu par la terreur.

                    Jean Clément Martin, modère la responsabilité de Robespierre. Je ne suis pas historien, je ne trancherai pas sur la responsabilité plus ou moins engagée des uns et des autres, entre Hébert, Saint Just, Barère, Danton, etc…


                  • vote
                    Zatara Zatara 24 décembre 2018 00:08

                    @maQiavel
                    tiens j’avais loupé cela :
                    Dans cette acception , on pourrait même dire que la terreur est même consubstantielle à la civilisation : un pouvoir que les populations n’auraient aucune crainte à désobéir ne serait pas en mesure de maintenir l’ordre public inhérent à la bonne marche d’un Etat, il y’aurait tout le temps des insurrections …
                    absolument...ainsi "la terreur" post révolution ne serait que la formalisation systémique d’un mode spécifique de gouvernance visant à instaurer une forme de dictature psychologique, le temps que la révolution atteigne une certaine inertie, une certaine stabilité, de part la mise en place de son fonctionnement. En ce sens, on pourrait même dire que "la terreur" est une forme de guérilla anti "contre-révolutionaire", que celle ci soit centralisé, ou que celle ci soit disparate, tant sur le plan psy, que sur le plan de l’occupation du terrain...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès