• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire Benalla : Jupiter voulait créer une garde prétorienne

Affaire Benalla : Jupiter voulait créer une garde prétorienne

Les choses semblent désormais relativement claires dans l'affaire Benalla : le président Macron, avatar autoproclamé de la divinité romaine Jupiter, souhaitait sans doute s'inspirer des empereurs romains divinisés l'ayant précédé en fondant sa propre garde prétorienne

C'est ce que laisse entendre sans ambiguïté Yves Lefebvre, le secrétaire général de l'unité police du syndicat FO, lors de son audition devant la commission d'enquête du sénat :

Voilà donc le fond de l'affaire : Macron voulait constituer un service de protection présidentielle, placé sous son autorité directe, dirigé par le nervis Benalla et composé uniquement d'agents civils qui n'auraient donc répondu de leurs agissements ni devant l'autorité policière, ni devant l'autorité militaire.

Nous pouvons d'ores et déjà voir certains aspects des actions menées par cette police parallèle que l'on pourrait qualifier de « garde jupitérienne », le terme de garde prétorienne étant sans doute trop démodé pour un président qui se veut résolument moderne :

— Collecte d'informations auprès des services de police :

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/audition-du-prefet-delpuech-en-fin-de-journee-du-1er-mai-en-salle-d-information-et-de-commandement-j-ai-decouvert-avec-surprise-la-presence-de-m-benalla-1091283.html

— Agitation dans les manifestations hostiles au pouvoir jupitérien :

— Surveillance des parlementaires :

— Organisation d'événements médiatiques intéressant le président, ici son rôle dans la célébration express des joueurs de baballe sur les Champs-Élysées.

Et la liste des barbouzeries et autres abus de pouvoir risque fort de s'allonger. En effet, il est clair que les hautes autorités policières et militaires sont vent debout contre la constitution de cette « garde jupitérienne », et nous voyons que ce sont elles qui ont fait fuiter les informations sur la constitution de ce SAC d'un nouveau genre. Nul doute que ces fuites vont se poursuivre tant que Macron ne disposera pas du capital politique nécessaire pour procéder à la purge qui s'annonce au sein de la police, de la gendarmerie et de l'armée.

De Gaulle était suffisament intelligent pour éviter de s'afficher en tant que chef de sa police secrète, et prenait bien garde de maintenir à distance respectable les mafieux corses et autres mercenaires qui la constituaient. Macron, probablement frappé d'hubris et ivre de sa toute-puissance, ne voit quant à lui aucun inconvénient à s'afficher avec ses hommes de main, et, s'adressant du haut de son Olympe aux divinités mineures composant son panthéon de La République en Marche !, réitère son soutien à Benalla et met au défi les simples mortels de « venir le chercher » :

https://www.cnews.fr/videos/france/2018-07-25/affaire-benalla-le-discours-integral-demmanuel-macron-789626

Nul doute que cette affaire, qui s'apparente de plus en plus à une tentative de coup d'état sournois de la part de Macron, va continuer à nous dévoiler les pratiques douteuses du pouvoir macronien. Jupiter connaîtra-t-il le sort de Saturne, expulsé de l'Olympe et condamné aux tourments éternels du Tartare ? Sans doute pas pour l'instant, son immunité présidentielle le préservant de toute attaque, mais la suite de sa présidence risque cependant de s'apparenter à un long chemin de croix, avant un éventuel sacrifice expiatoire. Macron, de Jupiter à Jésus ?

Tags : Emmanuel Macron Alexandre Benalla




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • 1 vote
    TotoRhino TotoRhino 25 juillet 20:09

    De grâce arrêtez de comparer cette police parallèle à la garde jupitérienne / prétorienne qui étaient constituées de troupes d’élite !

    Or, dans l’idée de notre cher Président, le chef de sa garde ne devait être que ce Benalla qui n’est rien d’autre qu’un magouilleur sans aucune compétence qui n’arrive même pas à la cheville d’un gendarme ou d’un policier.

    Cette garde personnelle ressemble plus à une certaine police allemande des années 30 qu’il ne faut pas nommer de peur de faire traiter de tous les noms, et pourtant...


    • 1 vote
      attis attis 25 juillet 20:31

      @TotoRhino
      La garde prétorienne était la garde personnelle de l’empereur, qui pouvait servir à l’occasion de police politique. Le parallèle avec la structure montée autour de Benalla me semble judicieux.

      Pour ce qui est de la qualité des membres de la police jupitérienne, elle me semble plus proche de celle des membres du SAC, comme évoqué dans l’article, dont on a vu jusqu’où pouvait aller leur stupidité, leur incompétence et leur cruauté avec la tuerie d’Auriol. On ne connaîtra "malheureusement" jamais le véritable potentiel de Benalla, qui avait tout l’air d’être un sacré branquignole lui aussi.


    • 3 votes
      attis attis 25 juillet 20:38

      @TotoRhino
      Et si vous tenez réellement à établir une comparaison avec les zeureslesplussombres, tout ceci ressemble plutôt à ce qui passait rue Lauriston durant l’occupation, où l’on donnait des cartes de police aux pires racailles imaginables.


    • vote
      TotoRhino TotoRhino 26 juillet 12:38

      @attis
      Ce n’est pas ce qui s’est passé avec Ben... à ordures ?


    • 1 vote
      Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 25 juillet 20:56
      Sans défendre jupiter micron manuel, c’est compréhensible, on sait au moins depuis Hollande que ces usurpateurs patentés se méfient comme de la peste des corps constitués comme la gendarmerie ou l’armée au sein desquelles beaucoup votent FN, par exemple, donc pour éviter que des fuites puissent servir à ses adversaires politiques, Micron en plus de faire enlever les culasses aux fusils des soldats pour la parade de peur de se faire tirer comme un pigeon ou disons, victime d’une balle perdue d’un coup de feu inopiné, se passe de leur proximité potentiellement dangereuse pour lui (parano quand tu nous tiens... mais compréhensible)
      .
      Il passe donc par des services privés en qui il peut avoir une relative confiance donc un apaisement bien venu pour le stress que doit engendrer un poste aussi exposé surtout quand on a la popularité qu’ils ont... Hollande comme Micron, c’est un peu la course à celui qui sera le meilleur looser dans l’opinion, hein...



      • 1 vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 25 juillet 21:04

        Ce qui expliquerait pourquoi micron soignait aux petits oignons son Brutus, gorille qui ne pouvait pas mordre la main qui le nourrissait ou le nourrit encore, tellement la gamelle est plus meilleure que n’importe où ailleurs, bref, Micron a voulu pouvoir dormir un peu sur ses deux grandes oreilles en s’évitant la parano, le souci supplémentaire d’avoir un encarté FN à proximité de son intimité, de ses confidences, de ses comportements privés (se faire enculer par un sauvage fils d’esclave et LGBT qui fait du rap avec une plume dans le cul pendant que Brizitte s’excite la moule sèche avec un poireau en regardant son toy boy se faire prendre par tous les trous, si des yeux qui votent FN traînent par là, ça peut être inconfortable et gênant surtout si ça fuite dans Rivarol, Fdesouche ou Valeurs actuelles ou pire fini en séquence classée X sur youporn ou youtube en faisant un buzz planétaire......

        .

        Voilà, donc Micron est obsédé par son image de narcissique mal giflé quand il était petit, il veut contrôler au maximum son image et par conséquent, s’entoure de gens qui peuvent le trahir le moins possible.... Rien de neuf sous le soleil... Par contre il a du gêner pas mal de gros bonnets au sein du pouvoir pour que cette cabale soit de cette ampleur, des services de police aux hauts fonctionnaires de l’ombre, aux patrons (aux possédants des officines) de presse mainstream, micron a dû faire des cacas nerveux qui ne plaisent pas aux 1%... Lesquels ? On ne saura peut être jamais...,


      • 1 vote
        Joe Chip Joe Chip 25 juillet 22:34

        @Gaston Lagaffe

        Bien résumé...ajoute au dossier l’humiliation publique infligée l’année dernière au Général de Villiers devant le reste des Armées.


        On ne peut que spéculer sur les raisons qui ont pu pousser Macron à vouloir s’entourer d’individus qui lui seraient personnellement redevables, donc moins enclins à le trahir ou à laisser filtrer des secrets d’alcôves dans la presse, mais il est effectivement tentant d’imaginer les scénarios les plus graveleux...
         
        En revanche il a singulièrement manqué de flair et de prudence avec ce Benalla rongé par l’ambition qui à mon avis le manipulait en loucedé pour parvenir à ses fins. 

      • vote
        attis attis 25 juillet 22:56

        @Gaston Lagaffe
        Par contre il a du gêner pas mal de gros bonnets au sein du pouvoir pour que cette cabale soit de cette ampleur, des services de police aux hauts fonctionnaires de l’ombre, aux patrons (aux possédants des officines) de presse mainstream, micron a dû faire des cacas nerveux qui ne plaisent pas aux 1%... Lesquels ? On ne saura peut être jamais...

        L’attitude de la presse est assez surprenante en effet. Les hauts fonctionnaires et la hiérarchie policière et militaire ont encore du poids en France, mais j’imagine mal qu’ils puissent convaincre l’ensemble des médias de se lâcher de cette façon. Peut-être a-t-il déplu à une fraction des "1%", en effet.

        Ou peut-être a-t-il déplu à Trump lors du récent sommet de l’Otan, qui a semble-t-il été relativement tendu. La France est toujours largement sous contrôle US, après tout, et l’ambassade américaine se vantait récemment d’avoir les médias français dans sa poche.

        Ou peut-être ceci : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/07/25/01016-20180725ARTFIG00155-franc-macon-alexandre-benalla-est-suspendu-de-sa-loge.php

        La mise en place de cette garde prétorienne peut réellement être considérée comme une forme de coup d’état. La FM, église officieuse de la République, n’a visiblement pas apprécié non plus. Et comme en plus le haut commandement de la police est intégralement franc-mac... Disons qu’on lui aurait lancé un avertissement sans frais, du genre : "contente-toi de gérer la boutique, coco, et t’avise pas d’essayer de revendre le fonds de commerce".

        Ou peut être un peu de tout ça...


      • vote
        Zatara Zatara 25 juillet 23:11

        @Gaston Lagaffe

        on sait au moins depuis Hollande que ces usurpateurs patentés se méfient comme de la peste des corps constitués comme la gendarmerie ou l’armée au sein desquelles beaucoup votent FN

        Pour la bidasse qui se coltine le terrain, surement... maintenant ce n’est absolument pas ce genre qui débarque (sur dossier, police ou militaire, tu peux être sûr que c’est le service et le pays avant tout) à l’Élysée...

        Donc, produire une vision de gentil calimero entouré de crocodile psychopathe prêt à dégainer, le tout pour divergence politique, faut quand même pas déconner...


      • 1 vote
        Joe Chip Joe Chip 26 juillet 00:48

        @attis

        L’attitude de la presse est assez surprenante en effet. Les hauts fonctionnaires et la hiérarchie policière et militaire ont encore du poids en France, mais j’imagine mal qu’ils puissent convaincre l’ensemble des médias de se lâcher de cette façon. Peut-être a-t-il déplu à une fraction des "1%", en effet.

        Macron est un néolibéral. Après avoir maté les militaires (démission du général De Villiers) et mené sa réforme du code du travail au pas de charge, il a sans doute cru pouvoir avancer toutes ses réformes en balayant au passage les résistances jugées dérisoires et obsolètes des corporatismes qui gèrent encore une bonne partie du pays (grands syndicats, audiovisuel public, association des maires de France choyés sous Sarko et Hollande, franc-maçonnerie...)  

        Puis les premiers échecs sont arrivés sur le plan européen et international (rejet de ses réformes fédérales par Merkel et les pays du nord, rebuffades de Trump et séquence "époussetage" à la Maison Blanche), remettant en cause l’aura d’audace et de modernité sur laquelle capitalisait beaucoup la com’ élyséenne pour pallier l’inexpérience de ce jeune président.  

        Mais à mon avis c’est l’enchaînement rapide de trois dossiers qui expliquent le retournement des médias et d’une partie des élites françaises :

        1) Le rejet du plan Borloo pourtant commandité par Macron qui prévoyait notamment de réinjecter a minima 50 milliards dans la politique de la ville. Cette décision, justifiée par une communication provocatrice ("ça n’a aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans les quartiers s’échangent un rapport") lui a mis à dos tous les élus de banlieue, toute tendance politique confondue. Macron avait déjà perdu la France profonde et les retraités. Difficile de diriger le pays en s’appuyant seulement sur les cadres des centre-villes et les mieux lotis. 

        2) L’hypocrisie patente sur l’accueil des migrants, Macron donnant des leçons aux populistes italiens tout en refusant d’accueillir davantage de migrants en France au titre du droit d’asile, par simple calcul électoral (impossible de se mettre à dos 60% de l’électorat opposé à l’accueil des migrants). Or, cette posture a brouillé son image de libéral centriste et humaniste dans les médias, notamment étrangers, qui influencent beaucoup la perception qu’ont les élites françaises de leur propre pays. De plus, les milieux économiques restent largement favorables à l’immigration, sous toutes ses formes.

        3) Selon certaines sources, le discours des Bernardins d’avril 2018 aurait créé de profonds remous au sein de la franc-maçonnerie française en jetant le doute sur la personne même de Macron, soupçonné de vouloir revenir sur la loi de 1905 et réinstaurer le lien entre l’Etat et la religion catholique.

        Les critiques émises à voix haute dans les médias par des macroniens de la première heure "déçus" comme Attali et Minc (qui est allé jusqu’à avertir Macron d’un "risque d’insurrection") ont sans doute envoyé le signal de l’ouverture de la chasse.  

        Le montage politico-médiatique de l’affaire Benalla a ensuite été clairement orchestré par la France Insoumise, Mélenchon, ennemi juré de Macron, se trouvant politiquement à la croisée des mécontentements exprimés au cours des dernières semaines (rejet du plan banlieue, rejet de l’accueil des migrants, doute sur la laïcité) au sein de l’intelligentsia et d’une partie des élites françaises.

        Reste à voir si cela va durer ou s’il s’agit, comme c’est probablement le cas, d’un avertissement envoyé à Macron pour l’inciter à "normaliser" sa présidence et renoncer à certaines réformes. 


      • vote
        Nainconnu 25 juillet 23:00

        Entre le 1er Mai et le 14 Juillet , ca nous fait à peu près deux mois et demi ... Nul doute que l’ascension fulgurante et intrusive ( au mépris de tous ceux qui font des sacrifices pour occuper ce poste ) du sieur Benalla a commencé avant le 1er Mai ... Et nul doute que depuis ce temps-là ça devait faire "jazer" dans les milieux autorisés ... Malgré tout , et c’est cela que je trouve tragique , honteux , consternant c’est que cela n’a pas empêché tous ces larbins ( surtout les très hauts gradés - qui devaient en avoir entendu parler ) à se foutre au garde à vous devant ce parvenu de Macron ...


        • 1 vote
          Vraidrapo 26 juillet 04:54
          Jupiter voulait créer une garde prétorienne.

          Quelle rondelle insatiable !...

          • 2 votes
            Tartoquetsches 26 juillet 08:49

            Pour Cousin la cabale médiatique est d’origine géopolitique, notamment la position de la France sur l’accord iranien et un certain rapprochement avec la Russie sur le dossier syrien : 

            https://youtu.be/lnnkGUW0xfw
            Vu les engeux, cela semble très plausible.

            • 1 vote
              Vraidrapo 26 juillet 12:23

              @Tartoquetsches
              Merci beaucoup, je découvre le bonhomme. Je projette d’ajouter son livre à ma bibliothèque.

              Combien de francophones sont capables de comprendre ses propos. Parmi ceux qui comprennent, si on retire ceux qui sont complices du système, quel est l’effectif restant ?

              2%, 5%... me parait une estimation raisonnable, si je me reporte aux scores des candidats aux présidentielles. Ça va pas faire plaisir à beaucoup mais, je préfère m’exprimer franchement

              J’ignorais la déclaration belliqueuse faite à l’amiral Sanguinetti au nom des intérêts yankee. J’en étais resté à la Trilatérale et à Bilderberg (qui n’existe pas selon JF Kahn et Nicole Bacharan spécialiste agréée des USA).

              Cousin rappelle la cabale contre Fyon, il aurait pu aussi bien rappeler, lorsqu’il dit que Trump zigzague, que 5 de ses collaborateurs ont dû être écartés car pas assez anti-russes. Une pensée pour Christophe de Margerie le DG de TOTAL dont l’avion a percuté un camion d’entretien sur la piste de décollage de Moscou... ce camion n’aurait jamais dû se trouver en travers de la piste. Il serait bon de connaître le sort du camionneur et de sa famille...

              Tout rapprochement UE -Russie semble donner de l’urticaire aux Rotchie, Rockfeller, Goldmann-Sachs et tutti quanti. C’est bien de signaler le traité de Rapallo en 1922. Dans les livres d’Histoire, il est souvent question de Yalta, mais quid des Traités annexes surtout lorsqu’ils ont trait à la haute finance (Jamaïque, Bretton Woods etc...). Il faut tout chercher par soi-même et affranchir sa progéniture qd elle est disposée à lâcher sa plaque magique.. et ça, c’est une autre paire de manches...


            • vote
              joelim joelim 26 juillet 19:10

              @Tartoquetsches

              Merci du lien. L’analyse de F. Cousin est selon moi la meilleure. 

              Et la pire est celle de F. Lordon sur les-crises (c’est d’la faute à la violence policière... smiley).



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès