• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Baisse du prix du pétrole : Russie, Iran, Algérie et Venezuela aux (...)

Baisse du prix du pétrole : Russie, Iran, Algérie et Venezuela aux abois

Au lendemain de la réunion de l'OPEP, Bassam Tahhan, spécialiste de politique internationale, explique les véritables enjeux de la guerre du prix du pétrole.

 

Tags : Pétrole et essence




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • 3 votes
    cathy30 cathy30 3 décembre 2014 13:09

    Il ressemble à un schroumpf !


    • 1 vote
      wendigo wendigo 3 décembre 2014 17:00

      Je me disais la même chose ! smiley


    • 2 votes
      Lisa Sion Lisa Sion 3 décembre 2014 13:11

      Comme dit le proverbe bouddhiste " celui qui se domine est plus fort que celui qui veut dominer le monde entier "


      • 14 votes
        Hijack ... Hijack ... 3 décembre 2014 13:11

        L’UE se prend une nouvelle gifle par Poutine

        .

        « Vous ne voulez pas d’un gaz moins couteux et plus sécurisé ? Tant pis pour vous, vous l’aurez plus cher et à vos risques et périls », semble dire Vladimir Poutine aux pays de l’UE lors de sa visite en Turquie.



        • 10 votes
          Soi même 3 décembre 2014 13:44

          Je ne suis pas si sur que la Russie, Iran, Algérie et Venezuela soient aux abois, à il y a une donne que les Chinois ne vont pas loupés et justement le soutient à ces pays, car ils ont les moyens de compensé cette chute !

          Par contre que cette politique de cette baisse et plus tôt à voir dans la préparation d’un conflit majeur, et pour cela le prix du pétrole rentre en jeux pour évités à l’US-OTAN de se ruiné !
          Surtout à l’Ouest c’est bien une débandade financière de l’économie que l’on ascite et comme , il en appel à une révolution économie, c’est a dit privilégier à ce qui n’est plus d’entrave à l’ultralibéralisme , il faut provoquer le chaos !
          Sauf il y a un os, la Chine par rapport à notre économie est en mesure de contre carré et va donnée du fil à retordre à ce plan bien huilé !


          • 2 votes
            Croa Croa 3 décembre 2014 23:31

            À mon avis ce n’est pas ça non plus bien que ces thèses soient intéressantes.


          • 7 votes
            gerfaut 3 décembre 2014 15:48

            Aux abois... le coût du baril est resté pendant très lontemps à 20 dollars (jusqu’ en 1999) avant de monter à 30 dollars jusqu’ en 2004. A ce moment-là, personne n’ était aux abois.

            Aujourd’ hui il est à 66.88 $ , alors qui est aux abois ?


            Tout dépend si on produit un pétrole classique tiré directerment du sol, et peu profond, ou un pétrole très profond ou non conventionnel donc issus des schistes, des sables bitumineux du Canada par exemple, donc avec des couts de production plus importants.

            L’ Iran qui produit un pétrole classique, par exemple, ne doit pas s’ en sortir trop mal, même lors du blocus la contrebande était florissante.


            • vote
              Croa Croa 3 décembre 2014 23:32

              Excellentes remarques !


            • 3 votes
              zeb_66 4 décembre 2014 02:01

              Aujourd’hui il n’y a plus de pétrole facile, nulle part !

              Quelques chiffres montrant l’évolution du rendement des

              investissements dans l’industrie pétrolière :

              Le ROI (retour sur investissement)

              1900 : > 100

              1960 : 30

              2006 : 6

              C’est à dire pour 1$ investi, un retour de 100$ en 1900 pour

              tomber aujourd’hui à moins de 6$.

              Lorsqu’il faudra investir 1$ pour "gagner" 1$ il vaudra mieux

              rester couché, même s’il reste encore beaucoup de pétrole !



            • 1 vote
              agent ananas agent ananas 4 décembre 2014 13:16

              gerfaut

              Oui mais c’est un pétrole cher qui a permit (entre autres) le redressement économique de la Russie à partir de 2003. Le problème de la Russie est qu’elle est dépendante de ses exportations de pétrole et gaz. De surcroit les coûts d’extraction sont très élévés en Russie (40/60 US$ le baril), alors qu’en Arabie les coût sont à peine de 10 US$ le baril (plus facile à extraire).
              Donc une baisse du pétrole signifie moins de rentrées d’argent pour la Russie. C’est ce que cherchent les US et l’Arabie. Asphyxier économiquement la Russie ; les sanctions donnant peu de résultats.
              Mais Poutine à plus d’un tour dans son sac. Son voyage en Turquie en début de semaine est un coup de maître. Wait and see.


            • 2 votes
              gerfaut 3 décembre 2014 15:56

              Concernant la Russie, le coût du pétrole est une arme qui permet d’ empêcher la Russie de tenter de faire pression sur nous en nous menacant de couper le robinet du gaz. On se tient par la barbichette, gare à la tapette, ce qui n’ est pas trop mal finalement.


              La Russie n’ exporte que des hydrocarbures, et c’ est tout, ce qui n’ est pas éternel, elle devrait commencer à se diversifier !

              • 12 votes
                wendigo wendigo 3 décembre 2014 17:04

                Ha ben si elle n’exporte que ça, alors pas de soucis à se faire sur les minerais qui viennent de chez elle .... heuuuuu, sinon vous pouvez me dire qui fournit les pièces en Titane à l’entreprise Boeing ?
                SVP, nous sommes sur internet, où ne pas chercher à s’instruire avant d’écrire une connerie relève de la plus grande des paresse. Faites au moins un effort.


              • vote
                 Qanelle Qanelle 3 décembre 2014 18:37

                T’es en forme, comme je vois, tant mieux on s’ennuyait un peu . salut


              • vote
                gerfaut 3 décembre 2014 22:30

                Regardez les chiffres sur les exportations de la Russie, tout le monde sait que la Russie n’ exportent pas grand chose à part des hydrocarbures, même Medvedev s’ en est plaint. Les pièces en titane, la vodka ou les poupées gigognes pendant qu’ on y est, ne représentent pas tant que ça. Et pourquoi pas le caviar.



              • 4 votes
                wendigo wendigo 4 décembre 2014 08:25

                Ha ha ha , merci Gerfaut de m’offrir un petit dej de champion avec cette belle tranche de rire !
                Harvard comme source, fallait oser et pourquoi pas directement la maison blanche ou le département d’état, tant que vous y êtes.
                Sur votre truc figure le pétrole, le gaz et aussi l’or ..... que la russie produit mais n’exporte pas pour raisons stratégique (c’est un minimum à savoir)
                Par contre si Harvard était de bonne foi, il vous apprendrait que la Russie exporte 25% de la production de pêche (poissons) mondiale, quelle est le premier vendeur d’arme au monde (sécteur qui comme chacun sait ne rapporte pas grand chose ...) Que les usa sont obligés de passer par elle s’ils veulent ravitailler ISS (nasa qui ne fait aucune sanctions, comme par hasard)
                Vous ne voudriez pas que les USA vous disent leur dépendance à la Russie sur certaines matières premières et vous la disant "isolée" et en faisant imposer des sanctions que seule l’UE se doit d’appliquer.
                 Quant à ce que dit Medvedev, si vous n’avez pas d’âme Russe ou juste un peu de sang, vous n’arriverez jamais à comprendre, 1) ce type est un gros taquin, 2) ne demandez jamais à un joueur d’échec quelle est sa stratégie 3) si vous ne savez pas ce que veut dire l’expression " sous le tapi", alors vous vous ferez avoir.
                Les Russes peuvent tout encaisser, c’est dans leur nature profonde.
                Et ce que la Russie n’exporte pas c’est sa plus grande valeur ; "la FORCE DE CARACTERE".
                 Je vous sent tendu là, allez relaxer vous, la musique adoucit les mœurs :

                https://www.youtube.com/watch?v=RnkQxpcBtes


              • 1 vote
                gerfaut 4 décembre 2014 22:08

                Fournissez moi donc une source que vous jugez digne pour voir le panel des exportations russes, moi j’ avance des sources, vous pouvez les contester, quelles sont les vôtres ? 


                La Russie est ultradépendante de ses exportations d’ hydrocarbures et de produits miniers. C’ est assez facile à constater.

                Ils exportent peu de choses hors le secteur primaire, aucune voiture, avions civils, machines outils, etc.. C’ est un problème pour eux.

              • 16 votes
                zeb_66 3 décembre 2014 18:22

                La chute des cours n’est pas due à des manipulations politiques pour
                déstabiliser certains pays, d’ailleurs les curieux peuvent aller lire
                les journaux financiers ou pétroliers américains, ils verront que
                les USA sont maintenant gravement impactés par la baisse des cours,
                Barclays et Wells Fargo entre autres font salement la gueule, en
                faite toutes les compagnies (pétrolières ou financières) impliquées
                dans le fracking.
                La raison en est simple : les coûts d’extraction aux US est en moyenne
                de 75$/baril or le WTI est chez eux à 60$ aujourd’hui !

                Il faut chercher ailleurs la raison de cette chute et il y en a 2 :
                1/ La crise est maintenant mondiale et d’ampleur jamais connue.
                En conséquence la production industrielle et la consommation pétrolière
                déclinent.
                Il faut savoir que d’une part, on ne ferme pas un puits comme on ferme
                un robinet, il s’agit d’une opération longue et couteuse, afin d’éviter
                la dégradation du gisement et donc les entreprises d’extraction ne s’y
                résolvent qu’en dernier ressort.
                Or l’activité pétrolière fonctionne en flux tendu, 2-3% de différentiel
                Production/Vente chahute déjà les cours, au-delà c’est carrément le yoyo.
                Donc la conso baisse et les pétroliers ont tardé à diminuer l’extraction
                pour maintenir les cours.
                Pourquoi donc ont-ils tant tardé ?
                On en vient à la deuxième raison :
                2/ Avec l’expansion et le succès du fracking aux USA, la production mondiale est devenue soudainement excédentaire, les USA produisant autant que l’Arabie Saoudite, ce qui ne plait pas du tout aux Saoudiens désormais concurrencés.
                Les Saoudiens ayant des coûts d’extraction très bas, bien inférieurs aux
                coûts américains, en refusant de baisser leur production, ils mettent à
                genoux les USA, ceci est devenu possible parce que leur principal client
                est la chine, un client encore vorace malgré la crise.
                De plus il se murmure que les Saoudiens se feraient payer en yuan et en or
                (fini les pétro-dollars PQ).
                De nombreux pays producteurs sont toutefois impactés :
                - La Russie qui trouve son équilibre budgétaire à 85-90$/baril,
                mais la Russie n’a pas de dettes et possède des réserves importantes en or
                et en dollars lui permettant de tenir au moins 1 an.
                D’ailleurs la baisse du rouble était envisagée depuis longtemps afin de
                rétablir une compétitivité perdue.
                Raison pour laquelle la Banque Centrale russe ne soutenait pas les cours jusqu’aujourd’hui, ayant atteint la nouvelle parité qu’ils s’étaient fixée.
                - L’Iran, plus en difficulté, avec un équilibre budgétaire >90$/baril
                 Son gros client est la Chine, puis l’Inde et la Turquie.
                 Tous payent leurs achats en or.
                - Le Venezuela en très grande difficulté avec peu de moyens de pallier
                 le problème.
                Aucun de ces pays ne consent à baisser sa production pour faire
                remonter les cours.
                On en reste donc au bras de fer américano-saoudien, pour probablement
                8-10 mois encore.
                Mais ce bras de fer pourrait bien signer la fin des pétro-dollars,
                ce qui est peut-être la raison de l’absence de réaction des membres
                de l’OPEC lors de la réunion la semaine dernière.
                Ils serrent les dents, avec l’espoir de jours meilleurs...


                • 4 votes
                  wendigo wendigo 3 décembre 2014 20:22

                  Merci, très intéressant .


                • 2 votes
                  Croa Croa 3 décembre 2014 23:44

                  Très juste EN RÉALITÉ PERSONNE NE CONTRÔLE PLUS RIEN et surtout pas les américains (enfin pas Obama, pour certains patrons du pétrole c’est moins sûr smiley ).
                  *
                  Il faut ajouter comme autre facteur le bordell en Irak et en Libye qui se traduisit longtemps en non productions alors qu’aujourd’hui il semblerait que ce soit le contraire (ça produit à fond) car les bandes armées qui contrôlent ces puits y ont intérêt.


                • 1 vote
                  gerfaut 4 décembre 2014 00:22

                  Article interessant et qui recoupe ce que j’ ai pu dire par ailleurs cependant pourquoi mettez-vous le pétrole de la Russie et de l’ Iran à un coût de revient de 90 $, soit autant que le pétrole issus des sables bitumineux d’ Alberta qui est quand même plus complexe à produire ?


                • 2 votes
                  zeb_66 4 décembre 2014 01:38

                  @ gerfaut
                  Je ne parle pas de prix de revient pour la Russie et pour l’Iran,
                  mais du niveau de prix du brut nécessaire à l’équilibre du budget
                  de l’État.
                  Ces 2 pays, comme le Venezuela aussi d’ailleurs, utilisent massivement
                  les recettes pétrolières dans l’établissement du budget.
                  C’est le profil de pays insuffisamment industrialisés.
                  Bien entendu ils ont des coûts de production beaucoup plus faibles.
                   


                • 2 votes
                  wendigo wendigo 4 décembre 2014 08:36

                  Gerfaut, vous savez au moins de quoi on parles là ??
                  Bon allez regardez ça, vous apprendrez peut être une chose ou deux :

                  http://www.dailymotion.com/video/x4hjc7_le-petrole-en-siberie_news

                   Et ça vient de TF1, en plus .....


                • 1 vote
                  wendigo wendigo 4 décembre 2014 08:40

                  @ Zeb66 ;
                  Couts de production plus faible, pour la Russie ce n’est pas si sur, pour l’Iran je ne sais pas, je ne connais pas ce pays, mais pour ce qui est de la Russie, les forages sont en Sibérie et par des températures nettement en dessous de zéro, tout devient plus dur et donc plus cher.


                • 1 vote
                  zeb_66 4 décembre 2014 12:09

                  @wendigo
                  Les Russes ont l’habitude de gérer le froid, ça les impacte finalement
                  assez peu et puis il n’est pas simple non plus de travailler dans des pays
                  torrides et sans eau.
                  C’est surtout au niveau de l’exploration que ça pose problème, les équipes
                  sont légères, mobiles et directement confrontées au climat.
                  Les prospecteurs géophysiciens de CGG en savent quelque chose,
                  moi aussi !
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/CGG_%28entreprise%29

                  et :

                  http://www.cgg.com/

                  J’avais lu il y a un certain temps, sur un site pétrolier, les chiffres
                  des coûts de production des pays producteurs et la Russie était bien placée,
                  je ne me souviens plus du chiffre exact.
                  D’ailleurs, l’Alaska et le Canada n’ont pas non plus des coûts très élevés
                  d’extraction en pétrole conventionnel.


                • 1 vote
                  agent ananas agent ananas 4 décembre 2014 14:33

                  Zeb

                  Les US et l’Arabie ne sont pas concurents sur le marché du pétrole. Les US n’exportent pas leur production qui est utilisée à des fins domestiques. L’Arabie exporte essentiellement sur l’Europe et l’Asie, bien que le brut saoudien soit extrait principalement par des compagnies US (ARAMCO).
                  Quant au fracking, la bulle est train d’exploser (http://www.desmogblog.com/2014/10/27/drilling-deeper-post-carbon-institute-fracking-production-numbers?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed).
                  Les principaux gisements (Sweet Spots) sont presque épuisés, et il faut creuser de plus en plus profond pour maintenir le niveau de production... ce qui coûte de plus en plus cher. Sans compter les graves conséquences sur l’environnement dont même le Washington Post s’est fait écho en tirant la sonnette d’alarme le mois dernier. Sans en avoir l’air il semble que l’administration Obama siffle la fin de partie pour l’industrie du "fracking"... ou se tire un balle dans le pied comme le résume bien William Endgahl.
                  http://journal-neo.org/2014/11/06/has-washington-just-shot-itself-in-the-oily-foot/


                • 1 vote
                  zeb_66 4 décembre 2014 16:05

                  @agent ananas

                  C’est sûr que le fracking n’aura qu’un temps mais pour le moment il compte de façon importante dans la production mondiale.
                  Le point crucial n’est pas là, tous les pays exportateurs de brut en ont
                  assez de stocker des pétro-dollars surévalués et adossés au vide ;
                  alors que la Chine (et d’autres pays) amasse de l’or en quantité énorme
                  et ne fait plus mystère de son intention d’adosser le Yuan à l’or.
                  Ce jour-là, le Dollar ira au tapis, les possesseurs de bons et obligations
                  libellés en Dollar seront ruinés.
                  Bien sûr ce n’est pas encore pour demain matin mais chaque mois qui passe la Chine avance un pion.
                  Après avoir déclaré un stock de 1054T depuis fin 2008, la Chine déclare
                  maintenant un stock supérieur à 16000T et vient récemment avec la Russie, demander à la FED de prouver l’existence des 8100T que les USA déclarent détenir depuis plus de 30 ans.
                  Une rumeur insistante circule dans les milieux financiers, laissant entendre qu’il n’y a plus d’or à la FED, même les dépôts étrangers, Allemagne,Suisse et bien d’autres seraient gagés !
                  Un signe : il y a 1 an 1/2 Merkel a demandé le rapatriement de 500T sur les 3500 déposés (après avoir envoyé en vain 2 inspecteurs pour examiner son stock).
                  En réponse, la FED a demandé un délai de 5 ans pour ce faire, problème de transport parait-il !
                  Finalement, il y a quelques semaines, Merkel a convenu que tout compte
                  fait, les 500T étaient aussi bien à la FED.
                  Il y a 1 an et quelques, en parcourant un journal financier chinois j’ai été attiré par la déclaration d’ouvriers d’une fonderie d’or gouvernementale, qui auraient fondu des lingots marqués du sceau en relief de la Banque Centrale allemande, lingots en provenance de Hon kong...

                  -----------
                  Ainsi donc, Sadam et Kadhafi ont payé le prix fort pour avoir essayé de se passer du Dollar.
                  Les Saoudiens, soutenus par la Chine et les BRICS s’y prennent plus finement ou plutôt, plus sournoisement ; ils profitent de la période actuelle de reflux de la consommation pour planter une banderille dans le Buffalo.
                  Obama a pourtant fait un déplacement à Riyad il y a 1 mois et ce n’était pas pour demander aux Saoudiens de pousser à la baisse mais bel et bien de limiter cette baisse à un niveau sans douleur pour les USA mais déjà très dommageable pour la Russie et d’autres pays rebelles.
                  Il est clair que les Saoudiens n’ont pas obéi, pourtant, même pour l’Arabie Saoudite le manque à gagner est conséquent et leur pétrole n’est pas inépuisable,
                  pourquoi ? dans quel but ?
                  La clé se trouve dans la réponse à ses questions...


                • 1 vote
                  agent ananas agent ananas 4 décembre 2014 20:12

                  Oui tout cela n’est pas bon augure, d’autant plus que le congrès US vient juste de voter la résolution 758 qui est de facto l’autorisation à Obama de déclarer la guerre à la Russie.
                  https://www.congress.gov/bill/113th-congress/house-resolution/758


                • 2 votes
                  aldous aldous 3 décembre 2014 20:09

                  vrais car vous avés une bonne perception de la réalité en réalité ce l’adverse qui est vrais, celui qui a besoin de pétrole ce celui qui souffre, le problème de la France ce L’OTAN qui est une création de wall street et le problème ce le dollar pas le pétrole, ce ne pas de dollar qui fait marcher la voiture ce du pétrole, l’Europe elle même sans pétrole ni gaz reste en vie pour un période maximum de 6 mois après ce la fin totale. la France a la nourriture essentiellement pour la vie mais le pétrole ce l’industrie l technologie. cet une tour visceaux du dollar qui agonise. il’s devient agressive méchant avant mourir.


                  • 3 votes
                    wendigo wendigo 3 décembre 2014 20:25

                    Ce qu’en disait Isaac Azimov, "la violence est le dernier refuge de l’incompétence". Vu le niveau d’incompétence de WS, il est à craindre que la violence ne fait que commencer et devrait quitter les marchés pour devenir plus physique.


                  • 3 votes
                    Croa Croa 3 décembre 2014 23:57

                    Je ne crois pas à cette théorie. L’humanité va dans le mur du réchauffement, les américains ne sont pas gros pour rien et le cours du pétrole est aussi ce qu’il est : Le résultat de grosses inconséquences !
                    *
                    En plus c’est rigolo d’entendre un type qui n’aime pas vraiment les américains les croire encore aussi puissants que ça !  smiley


                    • 2 votes
                      zeb_66 4 décembre 2014 02:11

                      @ Croa

                      Il ne faut jamais sous-estimer un ennemi.
                      Je n’ai personnellement aucune animosité contre les Américains ;
                      par contre j’exècre l’administration et l’élite en place depuis plusieurs
                      décennies...


                    • 1 vote
                      Lechoux 4 décembre 2014 16:30

                      Les étatsuniens sont puissants tant qu’ils ont du carburant à mettre dans leurs engins de guerre.

                      Souvenez-vous de cette photo d’un camion allemand, à la fin de la 2ème guerre mondiale, tiré par un âne.


                    • 2 votes
                      Lechoux 4 décembre 2014 16:24

                      Bonjour,

                      Merci à Bassam Tahhan pour son analyse.

                      Parler du prix du baril dans une devise sans parler de la valeur de cette devise vis à vis des autres est un non sens.

                      Le projet de déstabilisation de l’Algérie est cohérent avec le projet du grand moyen orient de Bush ou de la CIA pour être plus juste.

                      Le dollar américain est mort le 15 février 2011, lorsque les investisseurs étatsuniens ont privilégié leurs investissements à l’étranger dont l’Europe, dont la France : 50 % du CAC 40 leur appartient.


                      • vote
                        Croa Croa 4 décembre 2014 23:02

                        Oui le $ est une monnaie de singe qui ne tient que parce que son usage est quasiment obligé ; Si cette obligation d’usage tombe le dollar est mort ! (Bon, à priori ça devrait durer encore pas mal de temps...)
                        Si j’étais riche j’achèterais du rouble : Que son cours soit bas est normal puisqu’il s’agit d’une vraie monnaie car liés à une vraie valeur, à savoir des réserves énergétiques et que justement le pétrole baisse... Lorsque le pétrole ré-augmentera le rouble aussi CQFD !


                      • vote
                        zeb_66 5 décembre 2014 14:37

                        C’est tout à fait ce que je pense et ce que m’apprête à faire ;
                        mais il faut viser sur le moyen-long terme et ne pas avoir besoin de cet argent. smiley


                      • 1 vote
                        MarieVietnam 5 décembre 2014 22:12

                        N’empêche qu’il parle drôlement bien ce schtroumpf !!!

                        Où est-ce qu’il a appris à schtroumpfer si bien ?

                        Merci Agoravox et Frédéric SAILLOT

                        • vote
                          Tillia Tillia 7 décembre 2014 21:41

                          L’erreur est de miser son économie uniquement sur le pétrole et divers autres énergies, c’est ce qui s’appelle mettre tous ses œufs dans le même panier, c’est casse gueule au moindre pépin.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès