• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De Columbine à l’école primaire Robb : autopsie d’un cadavre sociétal et (...)

De Columbine à l’école primaire Robb : autopsie d’un cadavre sociétal et civilisationnel

 

Massacres aux USA, en veux-tu en voilà !

La vente d'armes est-elle vraiment en cause ?

N’est-il pas bien plutôt question de culture, d'Histoire et de mode d'organisation de la société, américaine de surcroît, une société guerrière du challenge et de la performance, une société sans considération pour la justice des conditions d'existence ?

Les Canadiens sont autant armés (nombre d'armes par foyer) que les USA ; or, ce type d’événement demeure exceptionnel tout comme en Europe.

De ce contexte, difficile de ne pas noter à quel point les USA ont un talent inégalé lorsqu'il est question de pleurer et d'enterrer leurs morts… victimes expiatoires d'un système que tous plébiscitent directement ou indirectement : c'est à croire que "America is great again" que lorsqu’on s'y entretue et quand on assassine à tour de bras à l'étranger.

Car…

Violence sociale à l’intérieur et violence impérialiste guerrier à l'extérieur : tout n'est que violence et crimes autour de cette super-puissance qui ne connait ni pardon ni partage et qui ne cesse de récolter ce qu'elle sème jour après jour.

 

Salvador Ramos ?

Scolarisé aux USA depuis la maternelle, séchant les cours du lycée... féru de jeux vidéo comme tous les adolescents de son âge, s'est-il agi d'un jeune homme humilié et maltraité par son entourage et les institutions ?

Notons ce qui suit : ce tueur de 18 ans ne s’est pas fait tout seul dans son coin, agent libre et responsable, comme aimeraient le penser les tenants d’une pensée ultra-libérale. Non, c’est bien la société américaine qui l’a fait et lui qui le lui a rendu. Certes, il y a de par le monde des sociétés qui s’étonneront toujours de la composition de la matière fécale que leur rendent leurs membres, dans le genre : « C’est à nous ça ? Vous êtes sûrs ? – Ah que oui ! Votre tueur est bel et bien américain ; il n’est pas pakistanais… et d’origine non plus – Bon, si vous le dites. »

« Un citoyen libre et responsable, seul responsable parce que libre »… raisonnement tenu par ceux qui n’ont besoin de rien et qui ont tout (matériellement et socialement : argent, pouvoir et considération) car tous ces gens servent une réalité qui stipule, qui se doit de rappeler, que chacun a ce qu’il mérite puisque libre, sans contrainte, et responsable, loin de toute co-responsabilité… car le Bourgeois, inconsciemment coupable, et c’est de lui qu’il est question ici bien évidemment, sait tout ce que son standing et son statut - tout ce qu’il possède - doivent à la dépossession de tous les autres.

Or, c’est d’infirmières dont nous avons besoin et pas de bourgeois ; cette bouche parasitaire qui alimente un estomac qui n’en a jamais assez ; ventre au service de tous les excès.

Tags : Etats-Unis




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vote
    Conférençovore Conférençovore 28 mai 11:35

    Quand on pond un article, il n’est pas inutile de se renseigner un peu avant. Cela évite d’écrire des bêtises telles que celle-ci : "Les Canadiens sont autant armés (nombre d’armes par foyer) que les USA"

    Euh comment dire... Non, cher Serge (plus facile à écrire qu’à dire ça... bref) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_d%27armement

    Mais passons... je suis plutôt d’accord avec le début de ce billet, le début hein ! Parce qu’après, comme toujours avec notre kamarad Sergio, ça dérape mais restons positifs : Tu as mille fois raison sur la maladie qui frappe ce pays-continent : il est intrinsèquement violent et c’est avant tout une violence sociale, une violence que subit non pas les seules "minorités"* ethniques tel que les gauchistes aiment à le rabâcher mais tout autant (voir davantage parfois) les blancs, cette Amérique des rednecks, cette Amérique du centre qui a largement voté Trump, une Amérique largement oubliée des grands combats progressistes de merde.

    A force de ete lire, on ne se demande même plus d’où sort cette diatribe antiraciste à la mord-moi-le-noeud totalement HS et d’autant plus qu’elle tombe à l’eau : Salvador Ramos...Je crois que tu as voulu défendre préventivement une position... sauf que celle-ci n’était absolument pas attaquée... Mais du coup, comme tu amènes ce sujet sur la table, il faut bien y répondre : oui, les EUA connaissent des épisodes hélas récurrents de tueries de masse que ce soit dans des écoles ou ailleurs. Dans le lot de ces tueurs d’un jour (ou pas), on a parfois du boutonneux incel blanc mais... le plus souvent il s’agit de criminels "issus de la diversité" comme on dirait chez nous. Là aussi, l’auteur le saurait s’il se penchait un peu sur les stats ethniques... d’autant plus qu’il n’aurait aucune peine à les retrouver car celles-ci sont publiques. Allez, c’est mon jour de générosité. Je colle ici les données fournies par le DOJ américain himself et t’invite à lire le tableau page 13 : https://bjs.ojp.gov/content/pub/pdf/cv18.pdf

    Oups... la jolie fable BLM et antiraciste de la socialie bien pensante de notre auteur s’écroule, notamment sur le sujet ô combien sensible du "qui tue qui ?"

    Mais pour le reste je suis assez d’accord : ce gamin, les autre avant lui ne sont pas faits tout seuls. Ils sont le produit d’une société pas très saine où la culture de la win laisse pas mal de gens sur le bas-côté des interstates et autres immenses zones pavillonaires. Cette culture de l’individualisme forcené, de la réussite à tout prix, de l’image avant tout, cette superficialité des échanges les rendant souvent conflictuels, cette culture de la guerre mais... chez les autres hein, a forcément des conséquences. Et elles sont souvent tragiques. Pour autant, l’auteur décidemment fâché avec les faits au point de les regarder ne serait-ce qu’un peu en face, ce qui l’aiderait pourtant à mieux analyser la situation, tout ce joli texte se heurte à cette satanée réalité : Voilà pour la liste des tx d’homicides volontaires par an en fonction des pays. Oh surprise !!! C’est vrai qu’il y en a un peu plus aux EUA qu’en Europe ou en extrême-Orient (que des pays de Blancs ou d’Asiatiques au passage...) mais infiniment moins que chez le voisin mexicain, l’Amérique du Sud ou la quasi intégralité de l’Afrique. Ah bah merde alors ! Comment qu’on fait mon bon Serge ? Je sais, je sais... on va dire qu’ils n’existent pas... comme ça on est peinard...

    En fait, une fois que j’ai terminé la lecture de cet article pour lequel je te remercie i au passage... car au moins, toi tu écris de vrais articles, qu’on en apprécie ou non le contenu et une fois que j’ai digéré cette conclusion un peu lunaire sur le véritable coupable selon toi (le bourgeois... smiley ... non, je ne vais pas faire semblant de ne pas avoir compris ton propos... mais il est tellement décorellé des faits présents** une fois de plus que bon...), je me demande bien quel est le putain de rapport entre cette histoire et celle de la lutte des classes. Je reformule : j’ai bien compris ton texte mais pourquoi se servir de ce fait divers tragique pour faire une sortie sur la nécessité, l’impératif même, d’avoir plus d’infirmières que de banquiers parasites ? WTF Serge ?!?

    Notons aussi que ces faits divers pourraient très bien se régler en réhaussant par exemple l’âge de l’accès aux armes à la majorité qui, aux EUA, est de 21 ans contrairement à ce que croient bcp de gens (précision : en fait, cela dépend des Etats mais bref... ce que je voulais dire, c’est que ces gamins ne seraient pas morts si le jeune Ramos n’avait tout simplement pas pu acheter ces armes, en tout cas pas ce type de flingues, ni autant de muns, etc). Tout cela n’a rien à voir avec le fait qu’il y ait des spéculateurs mais est en lien direct avec une culture, une constitution même où l’accès aux armes est inscrit noir sur blanc, non pas d’ailleurs pour seulement se protéger soi-même... mais... précisément pour se protéger d’un Etat oppresseur (le genre d’Etat-fort que les socialo-cocos aiment bien). Les pères fondateurs se sont bien interrogés avant de faire cela : ils ont bien vu que sur le vieux continent, les états (duchés, principautés, empires, peu importe) avaient la fâcheuse tendance à un peu faire chier leurs citoyens... alors quitte à construire un pays à partir de rien, autant partir sur de bonnes bases égalitaires.

    Car oui, c’est tout le paradoxe de la société américaine : elle part d’un principe égalitaire (et pas égalitariste... même si elle est en train d’y arriver avec cette dinguerie qu’est le wokisme) : aux EUA, c’est "chacun pour sa gueule" et sans faire l’éloge non plus de cette mentalité, on peut tout de même considérer et comparer les résultats en termes de domination dans le monde, de réussite éco, de progrès technos, etc, par rapport à des sociétés socialo-cocos comme la nôtre. Oui je sais... pour toi la France est un pays ultra-libéral mais... les faits disent le contraire : avec plus de 60% de notre PIB qui est de la dépense publique et 6 millions de fonctionnaires d’Etat, on s’apparente plus à un état socialo-coco qu’un libéral (même si c’est plus compliqué que cela).

    Enfin bref, il y a un côté assez ironique de te lire blâmer un pays où l’étatisme est une notion quasi absente des mentalités (sauf quand c’est pour chialer) alors même que ce dernier s’en sort nettement mieux que nous autres.


    * Les Américains blancs non-hispaniques n’étaient plus que 61% en 2015 et réprésenteront moins de la moitié de la pop dans quelques années selon les projections. Ils sont déjà minoritaires dans de nombreuses zones du pays.

    ** Ramos n’était pas un "bourgeois"... sa famille était même en difficulté financière : non, c’était un gamin qui se faisait bolosser à l’école et a accumulé de la frustration en lui au point d’exploser. Les gamins qui font cela (je parle de ces tueries de masse authentiquement gratuites) sont rarement des petits bourges d’ailleurs. Ce sont davantage des gamins issus de la classe moyenne américaine mais c’est pareil... faut un minimum s’intéresser au sujet avant d’écrire, bref.


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 28 mai 11:38

      * au point de NE PAS les regarder...


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 28 mai 13:18

      @Zip_N
      Effectivement, c’est un gros pb. Il faudrait vraiment qu’ils fassent évoluer leurs lois : comme je le disais, c’est possible en relevant par exemple l’âge de l’acquisition des armes (on voit clairement ici que ces cas sont souvent le fait de jeunes instables psychologiquement). Ils pourraient également opérer la distinction que tu évoques mais même avec une arme de poing et pas mal de chargeurs, le gamin aurait fait un carton.

      Quant au fait qu’il y aurait les mêmes tueries ailleurs, je te rejoins mais en partie seulement. Il est clair que si c’était le cas (encore qu’il est parfaitement possible d’acquérir des armes de ce type légalement en France), on assisterait sans doute à des dingueries aussi, vu le paquet de tarés que nous avons chez nous et que nous continuons d’importer et l’état d’exaspération des gens (je m’étonne souvent qu’il n’y en ai pas davantage...) mais probablement pas dans ces proportions, avec ces extrémités. Là le gamin ne s’en est même pas pris à ds gosses de son âge ou à ceux qui l’ont emmerdé durant sa scolarité mais a des enfants de 9-11 ans... Cet événement et pas seulement lui mais la somme de toutes celles qui se sont déroulées (pas un seul Etat américain a été épargné par ce type de tueries...) traduisent un état moral de la société américaine.
      Aux EUA, il y a une vraie culture autour de cela. Ce n’est pas simplement une question de politique, c’est ancré dans l’inconscient collectif. Posséder une arme est un droit fondamental qui trouve sa source dans l’histoire même du pays. Il y a d’autres pays où il y a également des tueries de masse et parfois même entre gamins (c’est ce qui est arrivé avec le génocide au Rwanda au cours duquel on a parfois assisté à des scènes de gamins de 10-12 ans massacrant à la machette leurs propres camarades...) et une culture de la violence, de la justice expéditive (lynchages, etc), etc, donc je serais tenté de relativiser ce que j’écris là mais si l’on compare aux pays européens, nous n’avons pas (plus) cette culture. Nous l’avons gardé à la campagne mais c’est une tradition liée à la chasse. La défense du dom est accessoire (sachant qu’en plus, en France, la loi est du côté de la racaille si vous vous défendez un peu trop...). C’est d’ailleurs en train de revenir avec l’insécurité croissante que nous subissons mais nous n’avons pas cette culture dont parle souvent Vol West. Même la racaille chez nous ne se balade pas en permanence avec un flingue dans la poche. Ils se contentent de tournevis ou au pire de couteaux... 


    • vote
      youki 29 mai 21:19

      @Conférençovore
      Pas besoin d’explications , c’est statistique , plus il y a d’armes en circulation , plus il y a de drames comme celui ci , le problème n’étant pas en soi les armes , mais les crétins , les fous ou les racailles qui les manipulent. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès