• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De Maître Philippe de Lyon à Philippe Encausse : aperçu du christianisme (...)
#47 des Tendances

De Maître Philippe de Lyon à Philippe Encausse : aperçu du christianisme ésotérique au XXème siècle

Nizier Anthelme Philippe (1849-1905), dit Philippe de Lyon, soigna les âmes et les corps de nombreux malades désespérés qui se présentaient chaque jour par dizaines à son domicile. Faute de comprendre ses dons hors du commun, la médecine officielle essaya de le discréditer et de lui interdire d’exercer. Il est ainsi certainement l’un des plus grands pratiquants de théurgie et de thaumaturgie en France au XIXème et XXème siècle. Philippe réussissait « d’impossibles » guérisons à l’aide d’une seule recette : l’Amour.

Sciences occultes, paranormal, mysticisme, alchimie, théurgie, thaumaturgie, astrologie, hermétisme, etc… L’évocation d’un seul de ces noms peut servir de repoussoir pour beaucoup, sans bien sûr oublier les termes de christianisme et d’ésotérisme, véritables coups de grâce pour l’athée matérialiste contemporain. Séparer le bon grain de l’ivraie, telle est la tâche que tout à chacun est invité à accomplir en ce bas monde. Est-ce pour autant si facile ? 

 

« Qui aurait la malhonnêteté de prétendre que tout ce qui, dans l’Histoire, s’est affublé du nom de christianisme ait pu avoir un autre sens que celui de contrefaire la parole de Jésus, d’être comprise et vécue ? » déclare Pacôme Thiellement en ouverture de La victoire des sans rois. Nous ne referons pas ici le procès du christianisme, mais il paraît capital de savoir distinguer la vie du Christ, qu’elle soit comprise comme une fable ou un récit historique, peu importe… et tout le reste. C’est bien connu, tout mouvement subversif est systématiquement retourné et transformé en son contraire. Mais qui peut, par exemple, aujourd’hui lire l’évangile de Jean en grec ancien et en pleine conscience, outrepassant les traductions approximatives qui ont depuis lors eut cours ? 

 

Il en va de même pour l’ésotérisme, véritable fourre-tout dont la définition même est problématique. Permettez que l’on se risque à quelque fantaisie en lui donnant une définition nouvelle. Après tout, n’est-ce pas un auteur comique, Lucien de Samosate (120-180) qui l’a employé pour la première fois ? Par ésotérisme, ἐσώτερoς / esôteros, qui signifie « intérieur » (dérivé de l'adverbe ἔσω, « en dedans »), on entendra ce qui relève de l’invisible, dont notamment la vie spirituelle intérieure ainsi que les pratiques visant à faire croître et rayonner la Lumière (le feu !) qui nous habite. Comprenons donc que le feu n’est pas ici celui de notre chaudière mais un feu de nature, un feu naturel. Comme feu naturel n’allons pas chercher les incendies de forêt provoqués par la foudre, ou celui des volcans, car c’est revenir à notre chaudière. Comme feu naturel nous avons la température de notre corps ou celui d’une poule qui couve. Et comme toute force ou énergie, elle est neutre en soi. C'est l'usage qu'on en fait qui l’oriente.

 

Ci-dessous une vidéo rare avec Philippe Encausse (1906-1984), fils de Gérard Encausse, dit Papus (Philippe avait 10 ans lorsque son père est décédé). À partir de 3:55, Philippe revient les deux orientations principales de ce qui fait l’occultisme.

 

Extrait du reportage "Regards sur l'occultisme", production de National Film Board of Canada.

 

Philippe de Lyon condamnait tout autant le spiritisme, la pratique « moderne » de l’occultisme, la magie que la plupart des sociétés secrètes. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait fini par ouvrir véritablement son laboratoire d’alchimie non pas à Papus, mais à un autre disciple.

 

Voici une vidéo de présentation, quelque peu austère certes, d’un authentique pratiquant des sciences hermétiques (théurgie, alchimie, astrologie) et pouvant servir de modèle de Vertu. 

 

 

Extrait : « Maître Philippe expliquait qu’il se servait d’une force absolument inconnue sur Terre. Une force dépassant tout entendement que le Christ utilisait lui-même pour accomplir ses miracles. Il appelait cette force, je le cite le quatrième pôle de magnétisme. Et il la décrivait ainsi. Ce n’est pas un courant mais plutôt une lumière et elle représente l’union du aimez-vous les uns les autres. »

 

Enfin, un extrait du documentaire " Le chien du berger " qui contient quelques récits de guérisons.

 

 

Tags : Livres - Littérature Santé Religions Art Philosophie Témoignage Christianisme Lyon




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • vote
    Gollum Gollum 16 juillet 17:01

    Deux ans d’absence... Ben dis donc...

    Heureux de vous revoir ici. smiley

    Je repasserai demain.


    • 1 vote
      Le fou de T'chou Le fou de T’chou 16 juillet 22:51

      @Gollum
      Bien vu... Au jour près même, depuis le dernier article, je n’avais même pas fait attention. On a plus de temps pendant les vacances smiley
      *
      Petite citation de Maître Philippe à méditer...
      *
      "Tous les préceptes se révoltent en un seul : Nul n’entrera au Ciel qu’au jour où rien ne lui coûtera. Tant qu’un acte à accomplir pourra lui coûter quelque peine, il ne sera pas prêt."
      *
      Parole recueillie par sa fille Victoire Lalande, et publié pour la première fois dans La voie solaire, n°4, décembre 1961.


    • 1 vote
      Gollum Gollum 17 juillet 08:58

      @Le fou de T’chou

      Très vraie cette citation.

      Pas beaucoup de monde sur votre fil... smiley

      Je signale aussi le cas de François Schlatter, guérisseur très christique, parti aux USA et qui a eu un succès fou avant de disparaitre dans des conditions assez étranges... (il y a eu un bouquin aux éditions Arqa sur Philippe, Schlatter et un troisième... pas lu)

      Le cas Edgar Cayce, le guérisseur endormi, toujours aux US.

      Pour ces trois là (avec Philippe) forte présence du signe des Poissons dans le thème (pour ceux qui y accordent quelque crédit)..

      Rappelons que les Poissons "signent" la religion zodiacale du christianisme. Les premiers chrétiens prirent le poisson pour emblème (bien avant la croix)

      Notons que Philippe comme Cayce étaient réincarnationnistes.. Pour Schlatter je ne sais plus.


    • vote
      Le fou de T'chou Le fou de T’chou 17 juillet 10:45

      @Gollum
      Je ne connaissais pas François Schlatter, cas très intéressant aussi effectivement !


    • 3 votes
      yoananda2 16 juillet 17:51

      Attaqué par la médecine officielle !!!

      HAHAHA

      Tu m’étonnes.

      3 bougres comme Philippe de Lyon et ils sont tous au chômage avec leur pilules anti-symptomes. Le bricolage chimique contre la véritable médecine.

      Tu m’étonnes !

      3 de plus et ce sont les prêtres qui lancent une inquisition pour hérésie.

      Barf.


      • 3 votes
        Étirév 17 juillet 03:58

        On attribue à Paul Diacre (720-799) la composition de l’hymne chrétienne Ave Maris Stella et de l’hymne de saint Jean-Baptiste : Ut queant laxis resonare fibris.
        C’est à partir de la première syllabe de chacun des six premiers hémistiches de cette œuvre qu’au XIème siècle Guido d’Arezzo nommera les notes de Ut à La pour son système de solmisation.
        La note SI, qui est composée des deux initiales du dernier vers de l’hymne, Sancte Iohannes, ne sera ajoutée qu’à la fin du XVIe siècle.
        Paul Diacre avait conçu la gamme musicale avec pour point de départ non pas la syllabe DO (Dominus pour Jésus), mais UT, point de départ de l’homme tel qu’il est né de la femme dans toute son imperfection. Il choisit ainsi la syllabe UT, du mot Uterus, organe de la gestation, précisément pour souligner la condition imparfaite, commune à tous les fidèles comme à tous les hommes, afin de les orienter sur les traces de saint Jean, au sujet duquel Jésus a dit : « en vérité je vous le dis, parmi ceux qui sont né de femmes, il n’en est point paru de plus grand que Jean-Baptiste ». Ainsi, UT — Uterus — symbolise la porte de la naissance selon la chair, et SI la porte de la deuxième Naissance, celle selon l’Esprit, sans laquelle l’homme ne peut pas voir le royaume de Dieu. La gamme ascendante de Paul Diacre comprend donc une octave de régénération, allant de la naissance sur la terre à la naissance dans les cieux.
        Rappel général :
        Chacun sait que dans toutes les religions il existe une doctrine extérieure ouverte, l’exotérisme, et une doctrine cachée, l’ésotérisme.
        Les Prêtres ont tous mis dans leurs dogmes le mystère, et ont jeté un voile sur les lois de la Nature connues avant eux.
        C’est pour cacher au public les vérités exposées dans les « Livres sacrés » qu’on en altéra les textes. Cette profanation avait deux mobiles : l’ignorance, mère du fanatisme, et l’intérêt.
        Le Prêtre altéra d’abord parce qu’il ne comprenait plus les vérités fondamentales qui avaient fait l’objet de la pensée abstraite de la Femme Divine.
        Il altéra aussi par intérêt, par haine et par envie.
        II supprima ou cacha dans des allégories tout ce qui se rapportait à la loi des sexes, à la morale physiologique, parce que cette loi connue assigne forcément à chaque sexe une place dans la société, celle qui résulte de l’exercice de ses facultés naturelles. La loi des sexes explique les conditions différentes de la mentalité de l’homme et de la femme, la cause première de la raison et de la déraison, base du droit, base de la science, base de la Justice.
        En prenant la place de la Femme, c’est tout cela que le Prêtre violait.
        Comment, alors, aurait-il permis aux femmes d’étudier les lois qui le condamnaient, une science qui expliquait si clairement la double évolution humaine, celle qui fait monter la Femme vers les régions de la spiritualité, tandis qu’elle fait descendre l’homme par le chemin de la sensualité jusqu’à la mort morale, c’est-à-dire l’extinction de la raison ? Toutes les Ecritures avaient expliqué cela.
        C’était la base de toute religion, de toute morale, de toute civilisation. C’est dans cette connaissance qu’est l’avenir des nations comme l’avenir de l’humanité elle-même.

        Le Christianisme ésotérique


        • vote
          Le fou de T'chou Le fou de T’chou 17 juillet 10:08

          @Étirév
          Merci pour ce complément d’information et pour le lien. C’est très intéressant, je n’ai encore pris le temps de tout lire mais il y a de quoi creuser. Le thème du matriarcat est effectivement central, bien que très largement dénigré encore de nos jours. Parallèlement au christianisme et à l’histoire de l’Occident, on trouve ce même processus d’évolution en Chine à travers le taoïsme, où l’on trouve dans le Zhuangzi notamment, du moins ce qu’il en reste après mutilation, l’un des derniers témoignages du matriarcat passé.


        • vote
          Gollum Gollum 17 juillet 09:06

          Curieux que votre deuxième article ne soit pas sorti. J’ai voté pour et on devait en être à +4 ou +5  ???!!  smiley


          • vote
            Le fou de T'chou Le fou de T’chou 17 juillet 10:17

            @Gollum
            Je ne m’attends pas à des miracles, étant donné le sujet... prendre un "psychopathe" du net comme objet, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus conseillé pour être publié. Sans compter les coquilles... En tout cas le lien d’Étirév est un complément utile à ces prédictions apocalyptiques, il faudrait que je reprenne l’article, après il est déjà trop long.


          • vote
            beo111 beo111 17 juillet 12:11

            Merci pour ces intéressantes vidéos. Je ne connaissais pas du tout ce Philippe de Lyon.

            Lyon, ville du Spiritisme, c’est dommage que ce Maître le rejette totalement. Alors que vu de loin, on a du mal à distinguer l’épaisseur du papier de cigarette qui les sépare d’un point de vue théorique. Sans doute les querelles d’égo de l’époque...


            • 1 vote
              Le fou de T'chou Le fou de T’chou 17 juillet 13:05

              @beo111
              Je n’ai pas très bien compris, Maître = Philippe de Lyon ? qui rejette totalement qui ? Ça me semble peu probable étant donné la nature du personnage.
              *
              Un complément utile, que j’aurais peut-être dû indiquer dans l’article. Dans la troisième vidéo, la guérison la plus choquante et qui peut légitimement lever des doutes, celle de la résurrection de Jean Chapas, l’histoire ne s’arrête pas là. Cet enfant va devenir plus tard navigateur, mais il sera rappelé à Lyon par Maître Philippe pour devenir son futur successeur après sa disparition. Jean Chapas continuera notamment à payer les dizaines de loyers des plus démunis que Monsieur Philippe payait de son vivant.
              *
              Un ouvrage lui a même été consacré au début des années 2000, rédigé par Philippe Collin, le deuxième intervenant que l’on voit dans la troisième vidéo : Vie et Enseignement de Jean Chapas : Le disciple de Maître Philippe de Lyon.


            • vote
              Gollum Gollum 17 juillet 13:30

              @Le fou de T’chou

              je n’ai pas très bien compris, Maître = Philippe de Lyon ? qui rejette totalement qui ? Ça me semble peu probable étant donné la nature du personnage.

              Si j’ai bien compris il parle du rejet du spiritisme par Philippe de Lyon. Spiritisme dont la figure de proue fut un autre lyonnais : Stanislas de Guaita.


            • vote
              beo111 beo111 17 juillet 14:20

              @Gollum

              Oui, par contre lorsque je parle de spiritisme je ne pense pas à Stanislas de Guaita, qui semble plutôt être d’une branche martiniste non traditionnelle. D’ailleurs oui, à y réfléchir il y a une différence de forme significative entre la Rose Croix et le Spiritisme. Chez les martinistes on considère les choses un peu comme le faisaient les égyptiens : l’initiation aux secrets de l’âme et de l’univers doit rester secrète. Alors que les spirites lyonnais, Kardec en tête, mais aussi Dayt, Combe, Bouvier, Sausse et Mélusson ont semé à tout vent sans se soucier des oreilles dans lesquelles tout cela allait tomber.


            • vote
              Gollum Gollum 17 juillet 14:33

              @beo111

              Euh... Je me suis mélangé les pinceaux c’était Allan Kardec le lyonnais et fondateur du spiritisme et pas S de G...

              Désolé. 


            • 1 vote
              Le fou de T'chou Le fou de T’chou 17 juillet 14:22

              Ah oui, j’ai lu trop vite...

              *

              Le spiritisme est assez loin de ce qu’a incarné Monsieur Philippe. Mise à part le postulat de la réincarnation, ils n’ont pas vraiment grand chose en commun. Comme chacun le sait, l’invocation d’entité n’est pas anodin et comporte des risques.

              *

              Philippe Encausse va même étudier ce phénomène dans sa thèse de médecine intitulée Sciences occultes et déséquilibre mental et parler du "délire spirite" (titre de l’un des chapitres), ouvrage couronné par l’Académie de médecine.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès