• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Defend Europe. Quand la gauche défendait des identitaires !

Defend Europe. Quand la gauche défendait des identitaires !

Ceux qui défendent leur identité et leurs frontières ne gênent pas tous la gauche !

 

Tags : Europe Politique Immigration




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • 5 votes
    ezechiel 7 mai 16:07

    Il n’y a pas de contradiction, car le but idéologique du marxisme culturel reste la destruction de la race blanche, or la population de souche en Guyane ou a Mayotte n’est pas blanche, elle peut donc être sans problème protégée et défendue contre l’immigration clandestine.

    Le développement de l’internationalisme marxiste est actuellement freiné en Europe par les pays où la race Blanche est encore majoritaire et homogène : Pologne, Hongrie, Autriche, Tchéquie,...pays qualifiés de racistes dans les média français, car ils empêchent la diffusion du multiculturalisme, du métissage, du vivre-ensemble et de l’Islam.

    La propagande totalitaire marxiste vise à qualifier de raciste et fasciste les français de souche colonisateurs, déshumaniser l’homme Blanc, son Histoire, ses racines, qui doivent disparaître afin de faire place à la "diversité" défendue sous toutes ses formes, comme le préconise clairement le think tank Terra Nova, proche du gouvernement socialiste, ainsi que tous les organismes d’associations d’extrême-gauche racistes anti-Blancs : SOS Racisme, PIR, CRAN, NPA, MRAP, CFCM, UOIF, Indivisibles, France Insoumise,...


    • 1 vote
      Mahler 7 mai 20:32

      @ezechiel

      Ce qu’il ne faut pas entendre comme bêtises, je crois que vous vous abreuvez trop de vidéos de jean robin, il faut freiner un peu la dose ;). En plus prendre l’exemple des pays de l’est "Le développement de l’internationalisme marxiste est actuellement freiné en Europe par les pays où la race Blanche est encore majoritaire et homogène : Pologne, Hongrie, Autriche, Tchéquie" alors que ceux sont précisément des pays qui ont subi ceux que on appelle le "marxisme vulgaire" qui les a protégé de l’immigration et de toute idéologie cosmopolite. Quand le PC hongrois a pris le pouvoir après la seconde guerre mondiale y’a eu une purge dans le parti de tous les éléments qui n’étaient pas Hongrois. Tous les pays soviétisés ont eu au moins une chance : être protégé contre tous les effets les plus néfastes de l’idéologie libérale libertaire(pas d’immigration, pas de pornographie à l’époque, pas de théorie du genre, l’homosexualité mal vu etc). Le authentiques marxistes sont contre sos racismes, terra nova et autres associations petite bourgeoises au service de l’Etat bourgeois et contre l’islam bien évidemment.


    • 3 votes
      ezechiel 7 mai 23:19

      @Mahler "alors que ceux sont précisément des pays qui ont subi ceux que on appelle le "marxisme vulgaire" qui les a protégé de l’immigration et de toute idéologie cosmopolite."

      Je parlais du marxisme culturel, les pays sous l’égide de l’URSS était sous l’idéologie de Marx, mais non contaminée par les idéologues de l’école de Francfort (Marcuse, Theodor Adorno, Max Horkheimer, ..., puis plus tard Betty Friedan, Angela Davis...

      ------------------------------
      "
      Le authentiques marxistes sont contre sos racismes, terra nova et autres associations petite bourgeoises au service de l’Etat bourgeois et contre l’islam bien évidemment."

      Je ne parlais pas des authentiques marxistes, mais du marxisme culturel, où ce n’est plus le prolétariat qu’il faut défendre mais les minorités oppressées (Arabes, Berbères, musulmans, lesbiennes, homosexuels, femmes, etc...) par la classe blanche dominante.

      Exemple emblématique, pour Jean-Luc Mélenchon, "la France n’a pas d’avenir sans les Arabes et les Berbères du Maghreb", "les occidentaux, ça n’a pas de réalité", il méprise les "blancs catholiques", se réjouit de l’éradication de la race blanche par le métissage, ne supporte plus de vivre avec des "blonds aux yeux bleus", et méprise les habitants du pays de Caux en Normandie, qu’il traite d’"alcooliques épouvantables" !
      https://vimeo.com/246710264

      "Vous savez instantanément de qui il s’agit : les nôtres. Cela se voyait. D’abord par la couleur de peau : partout dominait en profondeur ce superbe marron que montrent les plus beaux êtres humains. Ici la couleur de peau est un signal social."
      http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/07/16/no-volveran/

      Mélenchon développe ici les thèses racistes et racialistes du marxisme culturel : le blanc oppresseur, le colonisateur, « l’occidental », le « blond aux yeux bleus », le « blanc catholique », doivent progressivement céder leur place à l’avenir de la France, les « Arabes et les Berbères du Maghreb », aux « marrons », "les plus "beaux êtres humains".


    • 4 votes
      Perre Sanders 7 mai 23:48

      @Mahler

      "Le authentiques marxistes sont contre sos racismes, terra nova et autres associations petite bourgeoises au service de l’Etat bourgeois et contre l’islam bien évidemment."


      Ils tiennent leur congrès dans une cabine téléphonique désaffectée les authentiques marxistes ?

      Les autres, les pas authentiques, de Plenel à Mélenchon, de Besancenot à Laurent, d’Arthaud à Coronado, de Diallo à Bouteldja, ils roulent tous pour les barbus.


    • vote
      Qirotatif Qirotatif 8 mai 11:17

      @Perre Sanders
      Pour Arthaud et le parti Lutte Ouvrière, ils sont, sans aucune ambiguïté possible, des adversaires déclarés des religions... toutes les religions. Le marxisme implique de fait l’athéisme : 

      "Pour autant, en tant que militants communistes, nous sommes aussi des adversaires résolus de toutes les religions et de toute oppression, et l’actuelle campagne ne doit pas faire perdre aux révolutionnaires toute boussole."

      Bouteldja est surtout une militante antiraciste qui affiche son racisme anti-Blancs et sa haine de la France et des Français de souche sans aucun complexe tout en jouissant de la nationalité de notre pays. N’importe où ailleurs, cette Algérienne haineuse à un point indicible et bi-nationale aurait été déchue de sa nationalité.

      Plenel est un promoteur du totalitarisme islamique. Par idiotie ou malfaisance, difficile de le dire... Bien souvent par simple ignorance, certains pensent aussi sincèrement que l’islam est républicano-compatible.  

      Les autres sont des tartuffes. Là encore, bien souvent il est inutile de voir de la méchanceté là où la bêtise suffit. 


    • vote
      Mahler 8 mai 12:14

      @ezechiel

      Justement, ce terme de marxisme culturel est un non sens car c’est un oxymore à lui tout seul, le marxisme est l’anti volontarisme par excéllence, donne beaucoup d’importance aux déterminismes et accorde de l’importance aux modes de production comme ayant un role fondamental alors que le terme culturel et ceux qui y est associé lui implique un volontarisme, un idéalisme pur puisque l’on pense que le "je veux" peut, on ne se base plus sur la réalité mais un schéma mental où la force de la pensée suffit à changer les choses. Ce terme marxisme culturel a été inventé par une ultra droite américaine détestant le marxisme de fait et voulant dans son combat de guerre froide tout mettre les anomalies de l’évolution du capitalisme qui ne seraient plus conservatrices dedans(cela implique ce que l’on entend par marxisme culturel c’est à dire le gauchisme). Qui plus est pour avoir lu certains auteurs de l’école de frankfort, en faire un mouvement monolithique est une absurdité, il y’a une grande différence entre un adorno et un marcuse. Adorno reste un élitiste, critique de ce qu’il appelle l’industrie culturelle, ce qui implique le cinéma et Hollywood qu’il déteste, or les tenant de la théorie du marxisme culturel mettent Hollywood dedans(déjà un hic). Il est un criticiste pessimiste sans aucune vraie solution, et il s’opposait à ses étudiants, qui suite à ses critiques, proposaient des "solutions" que lui même ne souhaitait pas(on est en pleine situation de récupération). C’est Marcuse qui lui, effectivement était pro minorité, homosexualité etc. 

      Cette idéologie dénoncée n’est pas le marxisme mais le postmodernisme et le gauchisme(les deux se mélangent), à savoir  : culte de la déconstruction. critique de la modernité, de ses catégories fondamentales (Raison, l’histoire, le progrès,le sujet,la nature ou encore la nation qui devient une simple création de l’esprit ). Les gauchistes et les postmodernistes se veulent "progressistes"de gauche, radical, émancipateur et j’en passe. On remet en cause la philosophie de l’histoire hegelio-marxiste ainsi que le prolétariat en tant que sujet actif pour le remplacer par le culte des minorités qui devient victimes et non sujet faisant l’histoire (gay, femmes, noirs,roms et j’en passe ) et on remplace l’objectivité par la subjectivité du sujet. On est passé une pensée rationaliste venant des Lumières(le marxisme) à un relativisme total, à l’irrationnel et au nihilisme. On a des des concepts idéels,qui dans la tête des gauchistes et des post modernistes, seraient la réalité : autorité, sexisme, racisme, l’homophobie, etc. La réalité devient mauvaise et il faut la déconstruire. Approche idéaliste contre le progrès et la nature. On en vient à des théories délirantes comme la théorie du genre,les je ne sais plus combien d’identités sexuelles, la technophobie etc. Que ce soit le NPA/ LO ou la gauche melenchonniene et même le PS on est typique dans ce schéma de pensé postmoderniste héritée de la "french Theory" mais certainement pas de Marx. Ils luttent uniquement contre les asymétries du pouvoir. Ces deux idéologies se basent sur la victoire du subjectif sur les preuves matérielles, sur les faits, sur l’objectivité et tout simplement sur la réalité. Ceux sont des idéologies négatrices du réel aux antipodes du marxisme d’où un non sens du terme "marxisme culturel"


    • vote
      Mahler 8 mai 12:22

      @Perre Sanders

      "Ils tiennent leur congrès dans une cabine téléphonique désaffectée les authentiques marxistes  ?" En parti, c’est une espèce rare, on retrouve des gens comme Jean Louis Roche.

      "Les autres, les pas authentiques, de Plenel à Mélenchon, de Besancenot à Laurent, d’Arthaud à Coronado, de Diallo à Bouteldja, ils roulent tous pour les barbus." Certainement pas, ils roulent pour le Capital et toutes ses idéologies néfastes. Ils sont tous pro immigrations, anti racistes, anti fascistes(que des pensées bourgeoises) et pro lumpenprolétariat et, bref pro capitalisme.


    • 1 vote
      ezechiel 8 mai 13:11

      @Mahler "Certainement pas, ils roulent pour le Capital et toutes ses idéologies néfastes."

      Les capitalistes et les idéologues du marxisme culturel n’ont pas les mêmes intérêts, mais utilisent les mêmes moyens pour parvenir à leurs objectifs.

      Les capitalistes veulent un monde sans frontières uniquement gouverné par les lobby industriels et les banques, avec une circulation sans limites des personnes pour satisfaire les besoins du marché financier (main d’oeuvre abondante provenant du tiers-monde malléable et peu chère).

      Les idéologues de l’internationalisme du marxisme culturel veulent un monde sans frontières dans la perspective de lutte des classes chère à Karl Marx, le combat contre la bourgeoisie dominante juive étant remplacée par la lutte contre la classe blanche occidentale dominante, et le prolétariat ouvrier exploité remplacé par les minorités visibles opprimées (Arabes, Berbères, homosexuels, musulmans, femmes, etc...


    • vote
      Mahler 8 mai 13:50

      @ezechiel

      Cela n’a aucune sens "classe blanche occidentale", comme ci un paysan blanc ou salarié blanc était un exploiteur, de plus là sous cette appellation purement linguistique on combine justement des classes ensembles totalement différentes que l’on regroupe sous le terme d’une même classe, c’est du pure délire tellement éloignée de la pensée de marx, c’est le postmodernisme, une horreur sans nom. Quant à l’internationalisme il suppose justement l’existence de nations, et le capitalisme lui même est un international, logique que la socialisme n’allait pas se limiter à un seul pays dans son coin. Cela suppose t’il le métissage généralisé, la négation des races, l’uniformité ? Non du tout, juste la mise en place d’un mode de production mondial remplaçant un autre mode de production mondial lui aussi. D’ailleurs quand Marx écrit, il était inconcevable à l’époque d’imaginer de grandes migrations des populations africaines et/ou asiatiques en Europe comme on les connait actuellement(logique c’était une époque où on croyait à l’existence des différentes races et le mot était employé par quasi tout le monde)


    • vote
      ezechiel 8 mai 15:43

      @Mahler "Cela n’a aucune sens "classe blanche occidentale", comme ci un paysan blanc"

      On s’en fiche que cela est un sens ou non. C’est idéologique.
      Tout Blanc est par essence un oppresseur, parce qu’il est né. Il martyrise, par un racisme systémique, la minorité musulmane, arabe ou noire.

      « le PIR lutte contre toutes les formes de domination impériale, coloniale et sioniste qui fondent la suprématie blanche à l’échelle internationale. »
      http://indigenes-republique.fr/le-p-i-r/que-voulons-nous/

      « Le PIR s’oppose à une Europe impériale blanche et à tous les dispositifs qui sont mis en œuvre dans cette perspective. Le PIR s’attachera à développer des liens d’entraide, de solidarité et de partenariat avec toutes les forces qui luttent, dans l’ensemble des Etats européens, contre le projet de construction d’une Europe blanche."
      http://indigenes-republique.fr/le-p-i-r/nos-principes/

      Tout comme dans l’idéologie marxiste de base, c’était le juif bourgeois qu’il fallait détruire par la violence armée, pour que le prolétariat ouvrier puisse se libérer de ses chaînes.


    • vote
      ezechiel 8 mai 15:45

      @Mahler "Quant à l’internationalisme il suppose justement l’existence de nations"

      Non, l’internationalisme, c’est justement bâtir des principes qui vont au delà des nations (mondialisme, cosmopolitisme, multiculturalisme, métissage, etc..).


    • vote
      Mahler 8 mai 16:05

      @ezechiel

      "Détruire le juif bourgeois" désolé mais là vous m’aviez bien fait rire, cela fait tellement inventé, c’est vraiment une grosse bêtise que je n’avais jamais lu avant sur le sujet, même les plus grands opposants au marxisme ne vont pas aussi loin.

      Non justement l’internationalisme s’oppose au mondialisme(les noms ont un sens), le mondialisme suppose un monde unique, indifférencié, l’internationalisme suppose l’existence de nations alors que le mondialisme c’est quelque chose qui n’existe pas, pour eux cette idéologie c’est une construction mentale. Marx, au contraire accepte la nation comme quelque chose d’historique substantielle. Il a toujours rattaché en politique le facteur de classe à celui national. Pour lui les nations sont quelque chose d’existant, des entités bien réelles et qui doivent continuer à exister dans un avenir prévisible, il n’est pas contre l’intégration de l’individu à la nation contrairement au cosmopolite, et ne dit pas que l’individu doit se penser comme un individu hors sol citoyen du monde-terme inexistant dans son oeuvre- sans aucun rattachement et affection nationale. La nation pour Marx a une continuité historique, elle en est elle même une émanation.


    • vote
      ezechiel 8 mai 16:40

      @Mahler "Détruire le juif bourgeois" désolé mais là vous m’aviez bien fait rire, cela fait tellement inventé, c’est vraiment une grosse bêtise que je n’avais jamais lu avant sur le sujet"

      Je ne vais pas faire ici un cours sur le marxisme.
      La puissance du Juif dominateur est décrite dans l’ouvrage de Karl Marx "Sur la question juive" (1843) dans lequel il expose sa vision de la communauté juive par une critique d’un article de Bruno Bauer.
      Pour résumer, Bruno Bauer voit la théologie (shabbat entre autres) comme cause du repli communautaire, de la non émancipation du Juif.
      Karl Marx lui réplique que la puissance cupide du bourgeois juif n’est pas religieuse, mais plutôt politique, économique et sociale.

      Quelques extraits de l’argumentation de Karl Marx contre Bruno Bauer dans son ouvrage "Sur la question juive" (1843) :
      "Considérons le Juif réel, non pas le Juif du sabbat, comme Bauer le fait, mais le Juif de tous les jours.
      Ne cherchons pas le secret du Juif dans sa religion, mais cherchons le secret de la religion dans le Juif réel.
      Quel est le fond profane du judaïsme ? Le besoin pratique, l’utilité personnelle.
      Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, l’époque actuelle s’émanciperait elle-même.
      Une organisation de la société qui supprimerait les conditions nécessaires du trafic, par suite la possibilité du trafic, rendrait le Juif impossible. La conscience religieuse du Juif s’évanouirait, telle une vapeur insipide, dans l’atmosphère véritable de la société. D’autre part, du moment qu’il reconnaît la vanité de son essence pratique et s’efforce de supprimer cette essence, le Juif tend à sortir de ce qui fut jusque-là son développement, travaille à l’émancipation humaine générale et se tourne vers la plus haute expression pratique de la renonciation ou aliénation humaine.
      Nous reconnaissons donc dans le judaïsme un élément antisocial général et actuel qui, par le développe. ment historique auquel les Juifs ont, sous ce mauvais rapport, activement participé, a été poussé à son point culminant du temps présent, à une hauteur où il ne peut que se désagréger nécessairement.
      Dans sa dernière signification, l’émancipation juive consiste à émanciper l’humanité du judaïsme.
      [...]
      Le dieu des Juifs s’est sécularisé et est devenu le dieu mondial. Le change, voilà le vrai dieu du Juif. Son dieu n’est qu’une traite illusoire.
      Ce qui est contenu sous une forme abstraite dans la religion juive, le mépris de la théorie, de J’art, de l’histoire, de l’homme considéré comme son propre but, c’est le point de vue réel et conscient, la vertu de l’homme d’argent. Et même les rapports entre l’homme et la femme deviennent un objet de commerce ! La femme devient l’objet d’un trafic.
      La nationalité chimérique du Juif est la nationalité du commerçant, de l’homme d’argent. La loi sans fondement ni raison du Juif n’est que la caricature religieuse de la moralité et du droit sans fondement ni raison, des rites purement formels, dont s’entoure le monde de l’égoïsme."

      Les thèses de Karl Marx ont été reprises par Hitler dans "Mein Kampf", un plagiat du "manifeste du Parti Communiste", où il lui a suffit de remplacer le mot "bourgeoisie" par "juif", puis broder autour du thème du Juif profiteur (le Manifeste du parti communiste fait 48 pages, Mein Kampf 550 pages).


    • vote
      ezechiel 8 mai 17:00

      @Mahler "Marx, au contraire accepte la nation comme quelque chose d’historique substantielle."

      L’idéologie marxiste érige en principe que la nation doit disparaître dans un conglomérat mondialisé. Dans le "Manifeste du Parti communiste", Karl Marx explique même que tout comme le capitalisme mondialiste, le communisme participe à l’abolition des états nations :

      "En outre, on accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité.
      LES OUVRIERS N’ONT PAS DE PATRIE. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit, en premier lieu, conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, il est encore par là national, quoique nullement dans le sens bourgeois.
      Déjà les démarcations et les antagonismes nationaux des peuples disparaissent de plus en plus avec le développement de la bourgeoisie, la liberté du commerce et le marché mondial, l’uniformité de la production industrielle et des conditions d’existence qu’ils entraînent. L’AVÈNEMENT DU PROLÉTARIAT LES FERA DISPARAÎTRE PLUS VITE ENCORE. L’action commune des différents prolétariats, dans les pays civilisés, tout au moins, est une des premières conditions de leur émancipation."

      Karl Marx - "Manifeste du Parti communiste"


    • vote
      Mahler 8 mai 17:08

      @ezechiel

      Je connais le texte, c’est avant tout une critique des droits de l’Homme et certainement pas un texte antisémite(y’en a d’autres mais ceux ne sont pas des ecrits sérieux, ceux sont des lettres), dans ce texte il s’agit d’un texte pour promouvoir l’émancipation humaine et notamment l’émancipation vis à vis de l’Etat pour ensuite s’attarder à l’émancipation de la communauté juive. La religion obscurantiste ici étant le reflet du capitalisme.

      "Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, l’époque actuelle s’émanciperait elle-même. " Marx ne réduit pas le juif à une simple question d’argent mais au contraire il critique l’argent et ce que celui ci produit.

      « La nationalité chimérique du juif est la nationalité du commerçant, de l’homme d’argent en général. » Marx critique ici la façon dans le peuple juif s’est émancipé à travers le métier du commerçant, pour lui c’est une pratique où les juifs se sont totalement trompés à cause, notamment, de contextes politiques déterminés.

      Marx critique l’argent dans ce texte, le juif considéré comme son serviteur est la seconde critique que marx fait après l’argent, pourquoi ? Car le juif c’est trompé et il est moins important que le premier point, ici on retrouve le commencement de la pensée matérialiste de marx. Cette critique de marx vise l’émancipation du juif, elle ne le réduit pas un fatalisme où ce dernier ne pourrait pas sortir de cette case.

      Qui plus est, marx ne réduit pas le bourgeois au juif, quel vision simpliste, donc parler de détruire le juif bourgeois. Là où cette pensée est aussi ridicule, la pensée de marx critique la classe sociale bourgeoise, pas l’individu bourgeois, le but est la suppression des classes sociales par changement des rapports de production, pas l’extermination de l’individu(ce qui n’a aucun sens, cela ne peut détruire les classes sociales, car si les conditions matérielles de leurs existences et le mode de production ne sont pas changés, on peut détruire tous les bourgeois à un temps T, si l’infrastructure demeure, ils se reproduiront à l’infini). De plus pour marx le développement du capitalisme détruit lui même le bourgeois qui devient de moins en moins nombreux avec multiplication de fonctionnaires du Capital. Le but de Marx c’est la destruction du capitalisme, pas de l’homme bourgeois.

      "Les thèses de Karl Marx ont été reprises par Hitler dans "Mein Kampf", un plagiat du "manifeste du Parti Communiste", où il lui a suffit de remplacer le mot "bourgeoisie" par "juif", puis broder autour du thème du Juif profiteur (le Manifeste du parti communiste fait 48 pages, Mein Kampf 550 pages)" Là on est dans le pur délire typiquement robinien (on dirait que c’est Jean Robin qui écrit) pour dire qu’Hitler a repris marx, surtout que Hitler parle de juif profiteur, ce n’est pas vraiment la pensée de marx où le bourgeois n’est que le produit du mode de production capitaliste et c’est ce mode de production qui pousse le bourgeois à prendre des solutions qu’il ne souhaite pas forcément(baisser les salaires pour être compétitif par exemple), on est loin du juif profiteur. De plus la pensée de marx ne se résume pas au manifeste qui est avant tout un guide d’action politique, ce n’est pas un texte profond et sérieux, il a pour but le combat politique et il s’inscrit à une époque bien déterminé. Marx est un penseur profond, Hitler un démagogique à la pensée bordélique.
       


    • vote
      ezechiel 8 mai 17:22

      @Mahler "Qui plus est, marx ne réduit pas le bourgeois au juif, quel vision simpliste, donc parler de détruire le juif bourgeois."

      La pensée de Marx est très claire :
      "Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, L’ÉPOQUE ACTUELLE S’ÉMANCIPERAIT ELLE MÊME.

      Si "l’époque actuelle" (celle où vit Marx évidemment) n’est pas émancipée et subit l’oppression, c’est qu’elle est sous la domination de la classe bourgeoise juive qui possède tous les moyens de production. On ne peut pas être plus limpide.
      Les thèses de Marx sont reprises aujourd’hui mot pour mot par des Dieudonné et autres Alain Soral.


    • vote
      Mahler 8 mai 17:37

      @ezechiel

      Déjà le manifeste est loin d’être l’oeuvre de Marx qu’il faut le plus citer, c’est une oeuvre de combat à l’adresse des ouvriers correspond à un capitalisme encore très peu développé où même marx reviendra sur plusieurs mesures qu’il avait indiqué car plus d’actualité.

      "En outre, on accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité.

      LES OUVRIERS N’ONT PAS DE PATRIE. " Cette phrase il faut la prendre dans le contexte de l’époque qui est vrai, les ouvriers n’ont pas de patrie à l’époque de l’écriture(ça ne veut pas dire qu’’ils ne doivent pas en avoir) car c’est la bourgeoisie qui la possède et leur a enlevé tous les droits, les ouvriers n’ont aucun droit politique, ils sont exclus des affaires de la nation, la patrie est possédée par les classes dirigeantes qui en excluent les prolétaires à la participation et la gestion de celle ci. De la même façon que le plébéien romain pendant un moment était dépossédé de la gestion de la cité(notamment car les lois n’étaient pas écrites à une époque)

      "Comme le prolétariat de chaque pays doit, en premier lieu, conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, il est encore par là national, quoique nullement dans le sens bourgeois." Comme le rappelle Marx le pouvoir politique se fait au niveau de la nation, pas au niveau de l’UE, du monde où je ne sais quoi mais au niveau national, à mille lieux des déconstructeurs qui pour eux la nation n’est qu’une création mentale n’ayant aucun lien avec le réel.

      Je mettrais des citations de Lafargue(le gendre de marx) et de Jules Guesde dans socialisme et patriotisme de 1893 : "Non, l’internationalisme n’est ni l’abaissement, ni le sacrifice de la patrie. Les patries, lorsqu’elles se sont constituées, ont été une première et nécessaire étape vers l’unité humaine à laquelle nous tendons et dont l’internationalisme, engendré par toute la civilisation moderne, représente une nouvelle étape, aussi inéluctable."

      "On ne cesse pas d’être patriote en entrant dans la voie internationale qui s’impose au complet épanouissement de l’humanité, pas plus qu’on ne cessait à la fin du siècle dernier d’être Provençal, Bourguignon, Flamand ou Breton, en devenant Français."

      "En criant Vive l’Internationale ! ils crient Vive la France du travail ! vive la mission historique du prolétariat français qui ne peut s’affranchir qu’en aidant à l’affranchissement du prolétariat universel !"

      Selon Bauer les différentes cultures nationales seront vivifiées par le socialisme avec même augmentation de la diversification. Je rappelle que le marxisme de Marx n’est pas figé à 1848 et son manifeste qui est un texte beaucoup trop ancré dans une époque. La fin de la citation de Marx parle de la fin des antagonistes nationaux que le prolétariat accéléra encore plus avec la fin du capitalisme.



    • vote
      Mahler 8 mai 17:39

      @ezechiel

      ""Qui plus est, marx ne réduit pas le bourgeois au juif, quel vision simpliste, donc parler de détruire le juif bourgeois."

      La pensée de Marx est très claire :
      "Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, L’ÉPOQUE ACTUELLE S’ÉMANCIPERAIT ELLE MÊME" Je vous ai déjà répondu plus haut sur cette question, vous me reprenez la citation telle qu’elle sans aucune analyse. Waouh soral le sophiste reprend vive fait ce texte de Marx sans aucune analyse pour justifier son antisémitisme, savez vous qu’Hitler a aussi récupéré Nietzsche pour justifier sa politique ? Que doit-on en conclure ?


    • vote
      ezechiel 8 mai 17:53

      @Mahler ""Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, L’ÉPOQUE ACTUELLE S’ÉMANCIPERAIT ELLE MÊME" Je vous ai déjà répondu plus haut sur cette question, vous me reprenez la citation telle qu’elle sans aucune analyse."

      Je ne vois pas quelle analyse supplémentaire il y a à apporter.
      Pour Marx, le problème, c’est le Juif.


    • vote
      Mahler 8 mai 18:41

      @ezechiel

      Je remets ce que je dis (vu que vous répétez sans cesse comme un perroquet la même phrase de marx même si j’ai répondu dessus sans que vous vous y répondiez et approfondie un peu plus ). "Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, l’époque actuelle s’émanciperait elle-même. " Marx ne réduit pas le juif à une simple question d’argent mais au contraire il critique l’argent et ce que celui ci produit.

      « La nationalité chimérique du juif est la nationalité du commerçant, de l’homme d’argent en général. » Marx critique ici la façon dans le peuple juif s’est émancipé à travers le métier du commerçant, pour lui c’est une pratique où les juifs se sont totalement trompés à cause, notamment, de contextes politiques déterminés. Marx parle ici des juifs d’Allemagne surtout, contrairement à la France où L’Etat Napoléonien s’est chargé d’intégré les juifs dans leur émancipation, en Allemagne ceux sont les juifs eux mêmes qui ont leur propres revendications et s’émancipent seul, ce qui pose problème. Car aux lumières par exemple ils opposent une vision juive de l’universel des lumières et donc fausse où il n’y aurait aucune contradiction entre la loi issue de la religion et l’autorité civique. On est dans un contexte de la fin du reflux de la fin de l’ère napoléonienne de la conquête des droits des juifs dans les états allemands. Marx en plus était encore un hégélien et non "marxiste". Il serait bon quand on analyse un texte de le replacer dans le contexte de l’époque. C’est une critique religieuse hyper banale pour l’époque et non raciale. C’est drôle que la banalité de ce texte fasse mousser les gens à notre époque.


    • vote
      ezechiel 8 mai 19:45

      @Mahler ""Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, l’époque actuelle s’émanciperait elle-même. " Marx ne réduit pas le juif à une simple question d’argent mais au contraire il critique l’argent et ce que celui ci produit."

      Vous délirez ou quoi ? Vous savez lire ce qui est écrit ? "Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L’argent."
      Ce n’est pas là réduire
      le Juif à une simple question d’argent ?


    • vote
      Perre Sanders 8 mai 20:19

      @Qirotatif

      "Pour Arthaud et le parti Lutte Ouvrière, ils sont, sans aucune ambiguïté possible, des adversaires déclarés des religions..."

      On ne les entend pourtant guère sur les prières de rue, le niqab ou la burka, et les inégalités homme-femme. J’y vois une complaisance, sinon à l’égard de l’Islam, à tout le moins à l’égard des immigrés musulmans.

      "N’importe où ailleurs, cette Algérienne haineuse à un point indicible et bi-nationale aurait été déchue de sa nationalité."

      Je n’en demande pas tant, je me contenterai d’une égale liberté d’expression.

      "Par idiotie ou malfaisance, difficile de le dire."

      Il est vrai qu’il est difficile de choisir entre la vengeance du révolutionnaire failli, et une connaissance de l’Islam limitée à l’épicier tunisien qui tient boutique en bas de chez lui...

      Pour les autres, tout est dit.


    • vote
      Perre Sanders 8 mai 20:23

      @Mahler

      "... ils roulent pour le Capital et toutes ses idéologies néfastes..."

      J’avoue avoir infiniment de peine à me retrouver dans vos histoires de courants, de tendances, de chapelles et autres orientations. Il faut être très versé dans ces problématiques pour se reconnaître dans ce dédale de théories.


    • 1 vote
      Mahler 8 mai 21:17

      @ezechiel

      Vous lisez rien de ce que on vous dit plus haut, plus le temps à perdre avec un spameur répétant en boucle le même truc, si vous ne comprenez rien au contexte de l’époque et que vous fassiez d’un problème religieux concernant les juifs allemands(et non français) un problème raciale où les juifs seraient emprisonnés par fatalisme je ne peux rien pour vous. Texte totalement dépassé dans la phase hégelienne de gauche de marx(même si il commence à s’en détacher puisque on voit apparaître le matérialisme) De plus même si on admettait ici le caractère antisémite raciale de l’oeuvre, d’un elle est dépassée sur la question, de eux ça ne réduirait pas la pensée de marx(donc tout ce qui a suivi) à résumer le juif comme seul bourgeois ni à l’extermination de l’individu bourgeois qui serait totalement conne avec la logique marxiste qui analyse d’abord les modes de production et se base au niveau de la lutte sur les classes sociales et parlent de intérêts divergents de celles ci et non une question morale : gentil prolétaire/méchant bourgeois. Les deux étant considérés comme aliéné et in fine il faut sortir ces les individus de ces classes(et de toutes les autres) de leur aliénation.)


    • 1 vote
      Mahler 8 mai 21:30

      @Perre Sanders

      Pour cela faut bien lire marx d’un coté et les postmodernistes(deleuze, Foucault etc) pour voir que l’un est des courants philosophiques est dialectique, moderniste,politique et historiciste donnant importance aux modes de production et à la classe ouvrière et à la majorité, et que l’autre auquel se rattache le NPA/la FI et consort est un nihilisme qui ne s’inscrit plus dans la modernité qu’il rejette (voir la technophobie d’un mélenchon par exemple) et qu’il est donc apolitique, moraliste et accorde de l’importance aux minorités( alors que Marx précise bien que le mouvement révolutionnaire est le mouvement de la majorité) et idéaliste dans le pire sens du terme(ici c’est l’idée qui a de l’importance, aucune réalité n’existe, tout n’est que construction mentale d’où un rejet de la nation ou de la race, des sexes comme réalité historique). Si on en revient au 19ème siècle qui est bien plus saint, que on soit libéral, monarchiste ou marxiste, ou de gauche tout court, on s’accorde globalement a des réalités totalement évidentes, du genre un homme est un homme, une femme est une femme, y’a pas ce délire de genre et d’un million d’identité sexuelles différentes. Même le stalinisme peut importance l’horreur que ça a pu être reste une doctrine qui fait parti des modernes. Elle est même très classique car elle est au final très "catholique" : mariage homme/femme tout ce qui a de plus classique, la femme est dans une vision très mère au foyer, homophobie radicale(beaucoup de communistes voient l’homosexualité comme une dépravation bourgeoise, c’était le cas de Lénine mais ils avait dépénalisé celle ci alors que sous Staline....), le divorce est mal vu(je renvoie au PCF et surtout PCI des années 45-75), rejet du cinéma de masse américain et Hollywood, élitisme en musique(valorisation de la musique classique), rejet de la pornographie(comme tous marxistes classiques à ce niveau là)importance de la fécondité, on veut que les ouvriers fassent beaucoup d’enfants, et nationalisme.


    • vote
      ezechiel 8 mai 23:24

      @Mahler "De plus même si on admettait ici le caractère antisémite raciale de l’oeuvre, d’un elle est dépassée sur la question, de eux ça ne réduirait pas la pensée de marx(donc tout ce qui a suivi) à résumer le juif comme seul bourgeois."

      C’est pourtant ce que Marx explique, l’époque ne peut s’émanciper que lorsque le juif aura abandonné son Dieu argent

      ------------------------------------------
      "la logique marxiste qui analyse d’abord les modes de production et se base au niveau de la lutte sur les classes sociales et parlent de intérêts divergents de celles ci et non une question morale : gentil prolétaire/méchant bourgeois. Les deux étant considérés comme aliéné"

      Mais enfin, que faites-vous du principe fondamental de la doctrine marxiste ? Le prolétariat doit détruire la bourgeoisie en prenant le pouvoir par la violence armée ! La lutte des classes, ça ne vous dit rien ?

      "Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, se constitue nécessairement en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante, et comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, il détruit, en même temps que ce régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes ; il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination en tant que classe."
      "Les communistes ne s’abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l’ordre social passé. Puissent les classes dirigeantes trembler à l’idée d’une révolution communiste ! Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner."
      Karl Marx - manifeste du parti communiste

      Principes marxistes appliqués à la lettre par les régimes communistes :
      "Nous ne faisons pas la guerre contre les personnes en particulier. Nous exterminons la bourgeoisie comme classe. Ne cherchez pas, dans l’enquête, des documents ou des preuves sur ce que l’accusé a fait, en actes ou en paroles, contre l’autorité soviétique. La première question que vous devez lui poser, c’est à quelle classe il appartient, quelles sont son origine, son éducation, son instruction, sa profession."
      directive donnée par Martin Latsis, chef de la Tcheka (police politique soviétique) le 1er novembre 1918, à ses hommes
      Le livre noir du communisme - Stéphane Courtois et al. p20


    • vote
      Perre Sanders 8 mai 23:26

      @Mahler

      "Pour cela faut bien lire marx..."

      Je ne comprends pas ce qu’il écrit : il caricature tellement la bourgeoisie et idéalise tellement le prolétariat que c’en est ridicule, vu d’aujourd’hui. 

      On se demande d’ailleurs dans quel état de mal-développement végéterait encore le prolétariat, s’il s’était trouvé tout seul face aux défis de l’industrialisation naissante ?


    • vote
      Mahler 9 mai 13:38

      @Perre Sanders

      Ah si vous ne comprenez pas(mais c’était surtout lire beaucoup de ses œuvres, on ne peut pas pas employé le mot marxisme à tort et à travers si on a rien lu sauf le manifeste un de ces 4 matins). Effectivement vous l’avez mal compris car il n’idéalise pas le prolétariat ni ne caricature la bourgeois, la pensée chez Marx ne prend pas en compte la morale dans la lutte des classes. Les bourgeois et les prolos sont opposés car ils ont pas des intérêts divergents, le prolétaire n’est pas forcément gentil, ni le bourgeois méchant, ça Marx s’en fiche. C’est juste une lutte d"intérêt avec la vision Politique, la Politique étant source de conflit avec des perdants et des gagnants, marx s’inscrit dans sa façon de penser parmi les penseurs qui comme Machiavel, Cicéron(beaucoup de penseurs grecs et romains en fait)ou Pareto pensent que la richesse naît du conflit car le conflit est source de dynamisme.


    • vote
      Perre Sanders 9 mai 19:23

      @Mahler

      La caricature, c’est le portrait qu’il fait de la bourgeoisie et du bourgeois, ainsi que le rôle quasi-messianique qu’il attribue au prolétariat.


    • vote
      Qirotatif Qirotatif 8 mai 12:28

      La gôche bien-pensante n’a pas de scrupules à s’assoir sur les contradictions, ce n’est pas nouveau. Mais son ralliement aux mouvements de Guyane et de Mayotte est surtout de l’opportunisme, comme à chaque fois qu’un soulèvement populaire d’origine multi-factoriel se produit, quitte à en dissimuler en partie les raisons.

       
      Alors si ce sont des "racisés" qui tabassent des clandestins, ils ferment les yeux et tentent de récupérer cette xénophobie pour la ramener sur le terrain social. Marin tabassé avec des séquelles à vie par un de leurs petits protégés aurait assurément bénéficié de toute leur mobilisation s’il avait été un "racisé" agressé par un oppresseur par défaut de sale Blanc. 

      Mais pour être honnête cette vidéo ne dit pas tout non plus : au-delà de l’immigration clandestine vraiment problématique (ce que la gauchiasse passe bien sous silence) il existe aussi réellement des questions sociales de fond. Mayotte, la Guyane, la Guadeloupe sont des départements qui cumulent les problèmes : pauvreté, mal-logement, problèmes sanitaires (manque d’infrastructures), surnatalité (à Mayotte qui est, selon le droit international, un territoire à décoloniser, c’est 5 enfants par femme avec quasiment la moitié de la pop qui a moins de 14 ans), criminalité... ces territoires sont, à des degrés différents, en crise permanente. 
       
      L’indignation sélective et raciste de cette gauche est une réalité, mais la lutte sociale qui a lieu dans ces territoires en est une aussi. Le coupable tout désigné, dans le cas de Mayotte, est bien évidemment le colonialisme français.Et en effet, Mayotte n’a rien d’un Département français : le français n’est pas la langue du quotidien, 95% de la pop est musulmane, les mariages polygames continuent (et pour ceux en âge de se marier avant 2005, est légale), la justice continue d’être prononcée par des cadi, les enfants vont massivement dans des écoles coraniques, les cloches de la seule église sont interdites de sonner (la fameuse tolérance de l’islam...)... bref rien de rien de Français, même si certains Mahorais se disent attachés à la France (et ses avantages). Dans une démocratie normale, un référendum devrait être organisé pour demander aux Français s’ils souhaitent garder cette île comorienne dans la République ou bien se conformer au droit international et nul doute qu’en connaissant la réalité décrite précédemment, ils voteraient pour l’indépendance... enfin, les gauchiasseux mis à part bien entendu.

      • vote
        joseW 9 mai 13:43

        Defend Europe, encore un groupuscule euro-atlantiste déguisé à l’extrême-droite. 


        Nous on est pour Défendre la France : 

        On est pour le Frexit avec la sortie de l’UE, de l’Euro, de l’Otan et de Shengen dans un premier temps. 

        Tout le reste n’est que manipulation(s). 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès